Composite Spasticity Index (CSI)

Évidence révisées en date du 25-04-2012
Auteur(s)* : Annabel McDermott, OT
Éditeur(s) : Nicol Korner-Bitensky, PhD OT
Réviseur expert : Mindy Levin, PhD PT
Version française en traduction libre : Alexandra Matteau

But

Le Composite Spasticity Index (CSI) fournit une mesure clinique de la spasticité qui peut être utilisée avec les patients avec une hémiparésie suite à un AVC.

Revue détaillée

But de la mesure

Le Composite Spasticity Index (CSI) est une mesure de la spasticité des membres supérieurs et inférieurs pouvant être utilisée avec les patients qui ont une hémiparésie suite à un AVC.

Le CSI mesure le réflexe phasique d’étirement en évaluant le réflexe tendineux et le clonus, ainsi que le réflexe tonique d’étirement avec une évaluation de la résistance aux mouvements passifs du membre (Calota & Levin, 2009).

Versions disponibles

Une Composite Spasticity Scale a initialement été proposée par Chan (1986). Le CSI a ensuite été développé par Levin & Hui-Chan (1992).

Caractéristiques de la mesure

Items :

Le CSI comprend 3 items :

  1. Le réflexe tendineux
  2. La résistance à la flexion passive
  3. Le clonus

Description des tâches :

Le premier item (le réflexe tendineux) mesure l’hyperréflexie en appliquant de petits coups sur le biceps, le triceps, le tendon rotulien ou le tendon d’Achille, selon l’endroit où la spasticité est mesurée. Le thérapeute doit appliquer suffisamment de force pour évoquer un réflexe spontané « maximal ». Cela peut être comparé au réflexe tendineux obtenu au côté non affecté (Chan, 1986).

Le second item (la résistance à l’étirement passif) mesure l’hyperactivité du réflexe tonique d’étirement en évaluant la quantité de résistance ressentie par l’examinateur lorsque le muscle passif est étiré (Chan, 1986). Cet item incorpore la Modified Ashwoth Scale, une échelle ordinale de 5-points, qui est doublement pondérée (0 à 8), et mesure l’ampleur de la résistance à l’étirement à une vitesse modérée (> 100 degrés par seconde) (Levin & Hui-Chan, 1992).

Le troisième item (le clonus) évalue le nombre de battements de clonus au poignet (membre supérieur) ou à la cheville (membre inférieur) lorsque la main ou le pied est rapidement fléchi par l’examinateur (Chan, 1986).

Ce qu’il faut considérer avant de commencer :

Chan (1986) a avisé que la présence de contractures et/ou d’un réflexe en lame de canif doit être notée lorsqu’on évalue la résistance à l’étirement passif. Les contractures peuvent être détectées en comparant l’amplitude articulaire passive du côté affecté avec celle du côté non affecté. Un réflexe en lame de canif peut être détecté par la présence d’une « disparition » de la résistance avec une augmentation de la quantité d’étirement passif.

Le réflexe tonique d’étirement est influencé par la longueur initiale du muscle et la vitesse d’étirement ; par conséquent, l’examinateur doit appliquer l’étirement passif aux muscles affectés à la même vitesse (autour de 100 deg/sec) et avec le membre qui est positionné dans la même position afin d’atteindre une longueur de muscle initiale similaire à la ré-administration (Chan, 1986).

Le CSI mesure l’ampleur de la réponse à l’étirement plutôt que le seuil (Calota & Levin, 2009).

Cotation et interprétation du score :

Le premier et le second item du CSI (réflexe tendineux et résistance à l’étirement passif) sont cotés sur une échelle de 5 points. Le troisième item (quantité et durée du clonus à la cheville) est coté sur une échelle de 4 points (Levin & Hui-Chan, 1992).

Réflexe tendineux 0 Pas de réponse
1 Réponse normale
2 Réponse moyennement hyperactive
3 Réponse modérément hyperactive
4 Réponse hyperactive maximale
Résistance à l’étirement passif* 0 Pas de résistance (hypotonique)
2 Résistance normale
4 Résistance moyennement accrue
6 Résistance modérément accrue
8 Résistance accrue maximale
Clonus 1 Clonus non obtenu
2 1-3 battements de clonus obtenus
3 3-10 battements de clonus obtenus
4 Clonus soutenu

* Notez que la résistance à l’étirement passif est à double pondération.

Le second item (résistance à l’étirement passif) est doublement pondéré, car il représente davantage l’hypertonie.

Le score total de spasticité du patient est calculé comme la somme des scores (réflexe tendineux + résistance à l’étirement passif + clonus). Le score composite est utilisé pour déterminer la sévérité de la spasticité, laquelle est définie par les niveaux suivants selon l’expérience clinique :

  • 0 – 9 = spasticité légère
  • 10 – 12 = spasticité modérée
  • 13 – 16 = spasticité sévère

Durée :

Le temps nécessaire pour effectuer le CSI n’a pas été documenté.

Formation :

Il n’y a pas de formation spécifique requise pour le CSI. Toutefois, les administrateurs devraient s’exercer à étirer l’articulation en douceur (sans de rapides accélérations et décélérations) à une vitesse donnée pour améliorer la reproductibilité des résultats.

Sous-échelles :

Non applicable.

Équipements :

Un marteau à réflexes est requis pour l’administration du CSI.

Versions alternatives du Composite Spasticity Index

Jobin et Levin (2000) ont créé le Modified Composite Spasticity Index afin de mesurer l’excitabilité du réflexe phasique (réflexes tendineux) et tonique (résistance à un étirement manuel) d’étirement chez les enfants avec une paralysie cérébrale. La mesure n’inclut pas l’évaluation du clonus. Par conséquent, le score composite est obtenu en calculant la somme du réflexe tendineux + la résistance à l’étirement passif. Les scores composites varient entre 1 et 12, où des scores de 1 – 4 indiquent une spasticité légère ; des scores de 5 – 9 indiquent une spasticité modérée ; et un score de 10 ou plus indique une spasticité sévère (Jobin & Levin, 2000; Scholtes et al., 2006).

Pertinence de l’évaluation selon la clientèle

Peut être utilisé avec :

  • Les patients avec un AVC (Levin et al., 2000)
  • Les patients avec des lésions de la moelle épinière (Goulet et al., 1996)
  • Les enfants avec une paralysie cérébrale (Jobin & Levin, 2000)

Ne devrait pas être utilisé avec :

Non spécifié.

Dans quelles langues la mesure est-elle disponible?

Anglais

Sommaire

Que mesure l’outil ? La spasticité.
Avec quelles clientèles l’outil peut-il être utilisé ? Les patients avec une hémiparésie suite à un AVC, ainsi que les patients avec une paralysie cérébrale et ceux avec des lésions de la moelle épinière.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration Non documenté.
Versions
  • Composite Spasticity Index
  • Modified Composite Spasticity Index
Autres langues Non applicable
Propriétés psychométriques
Fidélité Cohérence interne :
Deux études ont examiné la cohérence interne du CSI : une étude a relevé une excellente corrélation entre le score total de spasticité et la résistance à l’étirement passif et au clonus ; une étude a relevé une cohérence interne adéquate en utilisant le coefficient alpha de Cronbach.

Test-retest :
Une étude a relevé une excellente fidélité test-retest du CSI ; une étude a relevé une excellente fidélité test-retest de la Composite Spasticity Scale.

Intra-juge :
Aucune étude n’a examiné la fidélité intra-juge du CSI.

Inter-juges :
Aucune étude n’a examiné la fidélité inter-juges du CSI.

Validité Contenu :
Une étude a relevé que les trois items du CSI sont pertinents pour évaluer la spasticité au niveau des AVC.

Critère :
Concourante :
Trois études ont examiné la validité concourante du CSI : deux études ont relevé d’excellentes relations négatives entre les mesures de spasticité clinique et de réflexe d’étirement ; une étude a noté qu’il n’y avait pas de corrélations significatives cohérentes entre le CSI et les mesures physiologiques de la fonction de réflexe.

Prédictive :
Aucune étude n’a examiné la validité prédictive du CSI.

Construit
Convergente/Discriminante :
Deux études ont examiné la validité convergente du CSI et de la Fugl-Meyer Assessment (FMA). Une étude a relevé une excellente corrélation négative en utilisant les statistiques d’ordre de rang de Spearman, tandis que l’autre étude n’a pas noté de relations significatives entre les deux mesures en utilisant les statistiques de corrélation de produit-moment de Pearson.

Une étude a examiné la validité convergente de la Composite Spasticity Scale avec d’autres mesures en utilisant les coefficients de corrélation de Spearman et a relevé une corrélation négative adéquate entre la spasticité du fléchisseur plantaire de la cheville au niveau de la jambe affectée (mesurée par la CSS) et le temps de position uniquement au niveau de la jambe affectée. Aucune corrélation significative n’a été notée entre la CSS et le Timed Up and Go Test (TUG), le 6 Minute Walk Test (6MWT) ou d’autres paramètres de la marche (vitesse, rythme, longueur du pas et temps de position de la jambe non affectée).

Groupes connus :
Une étude a examiné la validité des groupes connus de la Composite Spasticity Scale et a relevé une différence significative entre les patients en phase chronique de récupération post-AVC et les sujets âgés sains.

Effets plancher/plafond Aucune étude n’a examiné les effets de plancher ou de plafond du CSI chez les clients ayant subi un AVC
Sensibilité / Spécificité Aucune étude n’a examiné la sensibilité ou la spécificité du CSI.
Est-ce que l’outil est sensible aux changements ? Aucune étude n’a formellement examiné la sensibilité au changement du CSI.
Acceptabilité Le CSI est couramment utilisé dans l’évaluation de la spasticité chez l’adulte. Il s’agit d’une mesure acceptable de la spasticité au niveau des AVC.
Faisabilité Le temps pour administrer le CSI n’a pas été documenté. La facilité à administrer et coter l’évaluation dépend de l’expérience de l’évaluateur.
Comment obtenir l’outil ? Cliquer ici pour voir le CSI.

Propriétés psychométriques

Résumé

Une revue de littérature a été effectuée pour identifier toutes les publications pertinentes sur les propriétés psychométriques du Composite Spasticity Index (CSI). Bien que cette évaluation puisse être utilisée avec d’autres populations, ce module aborde les propriétés psychométriques de la mesure spécifiquement lorsqu’elle est utilisée avec les patients ayant subi un AVC. Quatre études ont examiné les propriétés psychométriques du CSI ; une étude qui a examiné les propriétés psychométriques de la Composite Spasticity Scale (CSS) a également été incluse dans cette revue.

Effets plancher / plafond

Aucune étude n’a examiné les effets de plancher ou de plafond du CSI lorsqu’il est utilisé avec des patients ayant subi un AVC. Toutefois, il est peu probable que cet outil serait approprié pour une évaluation des effets de plancher et de plafond.

Fidélité

Cohérence interne :
Levin & Hui-Chan (1993) ont administré le CSI au cours de trois essais avec 10 patients ayant subi un AVC et présentant une hémiparésie, et 7 sujets sains. Les données ont été calculées en utilisant les coefficients de corrélation de Pearson et ont été fournies pour deux des trois essais. Le score total de spasticité a eu une excellente corrélation avec la résistance à l’étirement passif (r = 0,94, 0,89, p<0,05) et le clonus (r = 0,85, 0,86, p<0,05), mais pas avec le réflexe du tendon d’Achille. Une corrélation significative a été relevée entre le clonus et la résistance à l’étirement passif à une occasion (r = 0,82, p<0,05), indiquant que la sévérité du clonus a varié avec la résistance à l’étirement passif. Aucune autre association significative entre les items n’a été notée.

Nadeau et al. (1998) ont mesuré la cohérence interne du CSI auprès de 19 adultes en phase aiguë à chronique de récupération post-AVC. La cohérence interne du CSI, telle que calculée en utilisant le coefficient alpha de Cronbach, s’est avérée adéquate (α = 0,7023).

Test-retest :
Chan (1986) a conseillé que l’examinateur demande au patient de se détendre lorsqu’il mesure la résistance à l’étirement passif, ou, alternativement, d’exercer le même effort de test en test. De plus, l’examinateur doit appliquer un étirement passif aux muscles affectés à la même vitesse, et avec le membre positionné dans la même posture, afin d’atteindre une longueur de muscle similaire lors de la ré-administration.

Ng & Hui-Chan (2005) ont évalué la fidélité test-retest du CSI à une semaine d’intervalle auprès de 10 patients en phase chronique de récupération post-AVC et de 10 adultes âgés sains et ont relevé une excellente fidélité test-retest en utilisant le coefficient de corrélation intraclasse (CCI = 0,97 et 0,80, respectivement pour le membre affecté et le membre non affecté, chez les patients ayant subi un AVC ; CCI = 0,80 pour les membres gauche et droit chez les adultes âgés sains).

Levin & Hui-Chan (1933) ont évalué la fidélité test-retest du CSI auprès de 10 patients ayant subi un AVC et présentant une hémiparésie spastique, au cours de trois occasions de tests et ont relevé une excellente fidélité test-retest (r = 0,87) en utilisant les coefficients de corrélation intraclasse (CCI).

Intra-juge :
Aucune étude n’a examiné la fidélité intra-juge du CSI.

Inter-juges :
Aucune étude n’a examiné la fidélité inter-juges du CSI.

Validité

Contenu :

Nadeau et al. (1998) ont utilisé une analyse de composante principale pour déterminer dans quelle mesure chaque item du CSI a contribué au concept de spasticité. Dans un échantillon de 19 patients en phase aiguë à chronique de récupération post-AVC, les trois items du CSI ont été combinés en un facteur qui expliquait 67,9 % de la variance totale (valeur propre = 2,035). Ces résultats indiquent que les 3 items du CSI sont pertinents pour évaluer la spasticité au niveau des AVC.

Critère :

Concourante :
Levin et al. (2000) ont examiné la corrélation entre la spasticité clinique et la plage de seuil du réflexe d’étirement pour les muscles fléchisseur et extenseur du coude auprès de 12 patients présentant une hémiparésie suite à un AVC, en utilisant les statistiques d’ordre de rang de Spearman. Une excellente corrélation négative a été relevée entre la spasticité clinique et les seuils statiques du fléchisseur (r=-0,75, p<0,01) et de l’extenseur (r=-0,69, p<0,05). Ces résultats indiquent que les patients avec une spasticité plus sévère provenant d’une hémiparésie suite à un AVC ont des limitations plus sévères dans la plage dans laquelle les seuils de réflexe d’étirement du fléchisseur et de l’extenseur peuvent être régulés. Une excellente corrélation négative a également été relevée au niveau des dépendances de vitesse des seuils du réflexe d’étirement du muscle fléchisseur (r=-0,70, p<0,05), des limitations dans la plage d’innervation réciproque (r=-0,84, p<0,01) et du mouvement actif de l’articulation (r=-0,67, p<0,05).

Levin & Feldman (1994) ont comparé la spasticité clinique avec des valeurs de seuils de réflexe statique d’étirement dans les fléchisseurs du coude, en utilisant les statistiques de corrélation du produit-moment de Pearson. La spasticité clinique a été mesurée en utilisant le CSI, et les seuils de réflexe d’étirement ont été mesurés par le seuil angulaire statique et la pente de la relation entre les seuils d’angles dynamiques et la vitesse. Une excellente relation négative significative a été observée seulement entre la spasticité clinique (CSI) et l’excitabilité du réflexe statique d’étirement (r = -0,652, p<0,05). Ces résultats indiquent la validité pour la quantification de la spasticité des fléchisseurs du coude (Jobin & Levin, 2000).

Levin & Hui-Chan (1993) ont examiné la corrélation entre la spasticité clinique et la fonction altérée de réflexe auprès de 10 patients ayant subi un AVC et présentant une hémiparésie spastique. Les mesures physiologiques des fonctions de réflexes incluent : la latence du réflexe-H ; l’amplitude maximale du réflexe-H comme un pourcentage de la réponse M maximale (ratio H/M) ; la quantité de l’inhibition du réflexe-H durant la vibration comme un pourcentage de l’amplitude témoin du réflexe-H (Hvib/Hctl) ; et l’excitabilité (latence, durée, amplitude) du réflexe d’étirement du muscle soléaire. Les mesures ont été prises sur trois jours de tests, bien que les données statiques aient été fournies pour seulement deux jours. Aucune corrélation cohérente significative entre le CSI et les données physiologiques de la fonction de réflexe n’a été notée.

Prédictive :
Aucune étude n’a examiné la validité prédictive du CSI lorsqu’il est utilisé avec des patients ayant subi un AVC.

Construit :

Convergente/Discriminante :
Ng & Hui-Chan (2005) ont étudié les associations entre la CSS, le Timed Up and Go Test (TUG), le 6 Minute Walk Test (6MWT) et d’autres paramètres de la marche (vitesse, rythme et longueur du pas, ainsi que le temps de position de la jambe affectée et de la jambe non affectée), en utilisant les coefficients de corrélation de Spearman. Une corrélation négative adéquate a été observée seulement entre la spasticité des fléchisseurs plantaires de la cheville (mesurée par la CSS) et le temps de position de la jambe affectée (Spearman p = -0,551, p<0,05). Aucune corrélation significative n’a été notée entre la CSS et le TUG, le 6MWT ou les autres paramètres de la marche.

Levin et al. (2000) ont relevé une excellente corrélation négative entre la spasticité clinique et la Fugl-Meyer Assessment (FMA) (r=-0,86, p<0,005) en utilisant les statistiques d’ordre de rang de Spearman.

Levin & Feldman (1994) ont comparé la spasticité clinique (mesurée par le CSI) et la FMA en utilisant les statistiques de corrélation du produit-moment de Pearson. Aucune relation significative n’a été observée entre la spasticité clinique et la fonction motrice clinique.

Groupes connus :
Ng & Hui-Chan (2005) ont examiné la validité des groupes connus de la CSS auprès de 11 patients en phase chronique de récupération post-AVC et 10 sujets âgés sains. La spasticité des fléchisseurs plantaires de la cheville, mesurée par la CSS, s’est avérée significativement plus élevée dans la jambe affectée des patients ayant subi un AVC que les scores moyens des deux jambes chez les sujets âgés sains (p<0,001). Dans le groupe de patients ayant subi un AVC, la spasticité des fléchisseurs plantaires de la cheville s’est avérée significativement plus élevée dans la jambe affectée que dans la jambe non affectée (p<0,001).

Sensibilité au changement

La sensibilité au changement du CSI n’a pas été formellement évaluée, mais il a été utilisé dans plusieurs études comme une mesure des différences intra et intergroupes.

Levin & Hui-Chan (1992) ont examiné l’effet d’une stimulation répétitive d’afférences à faible intensité (TENS) sur la spasticité clinique auprès de 13 patients présentant une hémiparésie spastique suite à un AVC. Les patients ont reçu une stimulation au nerf péronier pour 60 minutes, 5 jours par semaine, durant 3 semaines. Les patients ont été évalués en utilisant le CSI avant l’utilisation du traitement et après 2 et 3 semaines de stimulation. Le CSI a détecté un changement dans la spasticité parmi les patients qui ont reçu le TENS (à 2 semaines de traitement seulement), et une différence significative ente les patients qui ont reçu le TENS et le groupe contrôle qui a reçu une stimulation placebo (p<0.05).

Sensibilité/Spécificité :
Aucune étude n’a examiné la spécificité du CSI lorsqu’il est utilisé avec des patients ayant subi un AVC.

Références

  • Calota, A. & Levin, M.F. (2009). Tonic stretch reflex threshold as a measure of spasticity: Implications for clinical practice. Topics in Stroke Rehabilitation, 16(3): 177-188.
  • Chan, C.W.Y. (1986). Motor and sensory deficits following a stroke: Relevance to a comprehensive evaluation. Physiotherapy Canada, 38, 29-34.
  • Goulet, C., Arsenault, A.B., Bourbonnais, D., Laramee, M.T., & Lepage, Y. (1996). Effects of transcutaneous nerve stimulation on H-reflex and spinal spasticity. Scandinavian Journal of Rehabilitation Medicine, 28, 169-76.
  • Goulet, C., Arsenault, A.B., Bourbonnais, D., & Levin, M.F. (1994). Topographical effects of transcutaneous electrical nerve stimulation on the H-reflex of the triceps surae muscles. Journal of Electromyography & Kinesiology, 4, 116-125.
  • Jobin, A. & Levin, M. (2000). Regulation of stretch reflex threshold in elbow flexors in children with cerebral palsy: a new measure of spasticity. Developmental Medicine & Child Neurology, 42, 531-540.
  • Levin, M.F. & Feldman, A.G. (1994). The role of stretch reflex threshold regulation in normal and impaired motor control. Brain Research, 657, 23-30.
  • Levin, M.F. & Hui-Chan, C.W.Y. (1992). Relief of hemiparetic spasticity by TENS is associated with improvement in reflex and voluntary motor functions. Electroencephalography and Clinical Neurophysiology, 85, 131-142.
  • Levin, M.F., & Hui-Chan, C. (1993). Are H and stretch reflexes in hemiparesis reproducible and correlated with spasticity? Journal of Neurology, 240, 63-71.
  • Levin, M.F., Selles, R.W., Verheul, M.H.G., & Meijer, O.G. (2000). Deficits in the coordination of agonist and antagonist muscles in stroke patients: Implications for normal motor control. Brain Research, 853, 352-69.
  • Nadeau, S., Arsenault, A.G., Gravel, D., Lepage, Y., & Bourbonnais, D. (1998). Analysis of the spasticity index used in adults with a stroke. Canadian Journal of Rehabilitation, 11, 219-20.
  • Ng, S.S., & Hui-Chan, C.W. (2005). The Timed Up & Go Test: Its reliability and association with lower-limb impairments and locomotor capacities in people with chronic stroke. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 86, 1641-7.
  • Scholtes, V.A.B., Becher, J.G., Beelen, A., & Lankhorst, G.J. (2006). Clinical assessment of spasticity in children with cerebral palsy: a critical review of available instruments. Developmental Medicine and Child Neurology, 48, 64-73.

Voir la mesure

Comment obtenir le Composite Spasticity Index ?

Cliquez ici pour un exemplaire du Composite Spasticity Index.

Table des matières

Disability Assessment Scale (DAS)

Évidence révisées en date du 19-06-2012
Auteur(s)* : Katie Marvin, MSc. PT
Éditeur(s) : Annabel McDermott ; Nicol Korner-Bitensky, PhD OT
Version française en traduction libre : Alexandra Matteau

But

La Disability Assessment Scale (DAS) évalue le handicap fonctionnel du membre supérieur chez les patients avec de la spasticité à la suite d’un AVC.

Note : Le nom des instruments de mesure qui, en anglais, sont identifiés et nommés par des noms de genre féminin en français – ex. « Batterie » (Battery), « Catégorie » (Category), « Échelle » (Scale, Ladder), « Évaluation » (Assessment) ou « Mesure » (Measure) – sont traduits en français par le genre féminin.

Revue détaillée

But de la mesure

La Disability Assessment Scale (DAS) évalue le handicap fonctionnel du membre supérieur chez les patients avec de la spasticité à la suite d’un AVC. La DAS a été développée comme un outil qui évalue objectivement la déficience fonctionnelle résultant de la spasticité.

Versions disponibles

Aucune documentée.

Caractéristiques de la mesure

Items :

  • Hygiène des mains
    • Étendue de macération, ulcération ou infection sur la paume.
    • Propreté de la paume, facilité de nettoyage, coupe des ongles.
    • Effets d’incapacités reliées à l’hygiène sur d’autres zones de fonctionnement.
  • Habillage
    • Capacité de s’habiller.
    • Effets d’incapacités reliées à l’habillage sur d’autres zones de fonctionnement.
  • Anomalie de position du membre
    • Degré d’anomalie de position du membre.
  • Douleur
    • Intensité de douleur ou inconfort relié à la spasticité du membre supérieur.
    • Interférence avec les activités de la vie quotidienne.

Description des tâches :

Les patients sont interrogés afin de déterminer l’étendue du handicap fonctionnel dans les 4 domaines suivants :

  • Hygiène : L’évaluateur évalue l’étendue de macération, ulcération ou infection sur la paume; la propreté de la paume, la facilité de nettoyage et la coupe des ongles; et les effets d’incapacités reliées à l’hygiène sur d’autres zones de fonctionnement
  • Habillage : L’évaluateur évalue la capacité du patient à s’habiller et les effets d’incapacités reliées à l’habillage sur d’autres zones de fonctionnement
  • Position du membre : L’évaluateur évalue le degré d’anomalie de la position du membre; et
  • Douleur : L’évaluateur évalue l’intensité de la douleur ou de l’inconfort relié à la spasticité du membre supérieur et l’interférence avec les activités de la vie quotidienne.

Cotation :

La DAS utilise une échelle d’évaluation de 4 points selon les critères suivants :

  • 0 – pas de handicap
  • 1 – handicap léger (perceptible, mais n’interfère pas significativement avec les activités normales)
  • 2 – handicap modéré (les activités normales demandent davantage d’efforts et/ou de l’assistance)
  • 3 – handicap sévère (les activités normales sont limitées)

Durée :

N’est pas typiquement documentée.

Formation :

Aucune n’est spécifiée.

Sous-échelles :

Aucune

Équipements :

Aucun n’est précisé.

Versions alternatives de la Disability Assessment Scale

Aucune n’est documentée.

Pertinence de l’évaluation selon la clientèle

Peut être utilisé avec :

  • Les clients ayant subi un AVC et présentant de la spasticité.

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • Les clients sans spasticité

Dans quelles langues la mesure est-elle disponible ?

Aucune n’est documentée autre que l’anglais.

Sommaire

Que mesure l’outil ? Le handicap fonctionnel chez les patients avec de la spasticité.
Avec quelles clientèles l’outil peut-il être utilisé ? La Disabilibity Assessment Scale peut être utilisée avec les clients ayant de la spasticité à la suite d’un AVC, mais elle n’est pas limitée à ceux-ci.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration Non documenté.
Versions Aucune
Autres langues Aucune autre que l’anglais.
Propriétés psychométriques
Fidélité Intra-juge :
Une étude a examiné la fidélité intra-juge de la DAS chez les patients avec de la spasticité à la suite d’un AVC et a relevé une fidélité intra-juge allant d’adéquate à excellente.

Inter-juges :
Une étude a examiné la fidélité inter-juges de la DAS chez les patients avec de la spasticité à la suite d’un AVC et a relevé une fidélité inter-juges allant d’adéquate à excellente.

Validité Aucune étude n’a examiné la validité de la DAS.
Effets plancher/plafond Aucune étude n’a examiné les effets plancher/plafond de la DAS.
Est-ce que l’outil est sensible aux changements ? La sensibilité au changement de la DAS n’a pas été formellement étudiée, mais la DAS a été utilisée pour mesurer le changement au niveau de la spasticité dans un essai clinique avec des patients ayant subi un AVC.
Acceptabilité La DAS est un des seuls outils disponibles pour l’évaluation du handicap fonctionnel du membre supérieur chez les patients avec de la spasticité à la suite d’un AVC.
Faisabilité Il y a un manque d’information sur la DAS, ce qui affecte la facilité d’administration.
Comment obtenir l’outil ? Voir : Brashear, A., Zafonte, R., Corcoran, M., Galvez-Jimenez, N., Gracies, J-M., Gordon, M.F., et al. (2002). Inter- and Intrarater reliability of the Ashworth Scale and the Disability Assessment Scale in patients with upper-limb poststroke spasticity. Archives of Physical Medicine Rehabilitation, 83, 1349-1351.

* Initialement développé pour une population ayant subi des traumatismes crâniens, les propriétés psychométriques de cet outil avec cette population sont décrites dans le guide d’administration de l’outil.

Propriétés psychométriques

Résumé

Une revue de littérature a été menée pour identifier toutes les publications pertinentes sur les propriétés psychométriques de la Disability Assessment Scale lorsqu’elle est utilisée avec des patients ayant subi un AVC. Seulement une étude a été identifiée. Des études supplémentaires sont nécessaires avant de tirer des conclusions définitives concernant la fidélité et la validité de la DAS afin de l’utiliser avec les patients ayant subi un AVC.

Effets plancher/plafond

Aucune étude examinant les effets plancher/plafond de la DAS n’a été identifiée.

Fidélité

Cohérence interne :
Aucune étude n’a examiné la cohérence interne de la DAS.

Test-retest :
Aucune étude n’a examiné la fidélité test-retest de la DAS.

Intra-juge :
Brashear et al. (2002) ont étudié la fidélité intra-juge de la DAS auprès de 9 patients avec de la spasticité à la suite d’un AVC. Tous les patients ont été évalués à deux reprises au cours de la même journée par 10 évaluateurs formés. La fidélité intra-juge, telle que calculée par des scores kappa pondérés globaux, allait d’adéquate à excellente (k = 0,520 ; 0,530 ; 0,775 ; et 0,776, respectivement pour l’hygiène, l’habillage, la position du membre et la douleur).

Inter-juges :
Brashear et al. (2002) ont étudié la fidélité inter-juges de la DAS auprès de 9 patients avec de la spasticité à la suite d’un AVC. Tous les patients ont été évalués à deux reprises dans la même journée (dans un intervalle d’au moins une heure) par 10 évaluateurs formés. La fidélité inter-juges, tel que calculée par le Kendall’s W, allait d’adéquate à excellente (Kendall’s W = 0,494 ; 0,557; 0,626 ; et 0,772, respectivement pour l’habillage, la position du membre, l’hygiène et la douleur).

Validité

Contenu :

Aucune étude n’a examiné la validité de contenu de la DAS.

Critère :

Concourante :
Aucune étude n’a examiné la validité concourante de la DAS.

Prédictive :
Aucune étude n’a examiné la validité prédictive de la DAS.

Construit :

Convergente/Discriminante :
Aucune étude n’a examiné la validité convergente/discriminante de la DAS.

Groupes connus :
Aucune étude n’a examiné la validité des groupes connus de la DAS.

Sensibilité/Spécificité :

Aucune étude n’a examiné la sensibilité/spécificité de la DAS.

Sensibilité au changement

Brashear et al. (2002) ont étudié l’effet de la toxine botulinique de type A sur la spasticité du fléchisseur du bras auprès de 126 patients ayant subi un AVC, et ce, sur une période de 12 semaines. La DAS a été administrée avant l’intervention et à 4, 6, 8 et 12 semaines. Bien que la sensibilité au changement de la DAS n’ait pas été formellement évaluée dans cette étude, l’échelle a été suffisamment sensible pour détecter une amélioration dans le fonctionnement à la suite d’un traitement de botox.

Références

  • Brashear, A., Gordon, M.F., Elovic, E., Kassicieh, V.D., Marciniak, C., Do, M., Lee, C-H, Jenkins, S. et al. (2002). Intramuscular injection of botulinum toxin for the treatment of wrist and finger spasticity after a stroke. New England Journal of Medicine, 347(6), 395-400.
  • Brashear, A., Zafonte, R., Corcoran, M., Galvez-Jimenez, N., Gracies, J-M., Gordon, M.F., et al. (2002). Inter- and Intrarater reliability of the Ashworth Scale and the Disability Assessment Scale in patients with upper-limb poststroke spasticity. Archives of Physical Medicine Rehabilitation, 83, 1349-1351.

Voir la mesure

Des informations supplémentaires peuvent être obtenues dans la publication suivante

Brashear, A., Zafonte, R., Corcoran, M., Galvez-Jimenez, N., Gracies, J-M., Gordon, M.F., et al. (2002). Inter- and Intrarater reliability of the Ashworth Scale and the Disability Assessment Scale in patients with upper-limb poststroke spasticity. Archives of Physical Medicine Rehabilitation, 83, 1349-1351.

Table des matières

Leeds Adult Spasticity Impact Scale (LASIS)

Évidence révisées en date du 13-06-2012
Auteur(s)* : Annabel McDermott, OT
Éditeur(s) : Nicol Korner-Bitensky, PhD OT
Version française en traduction libre : Alexandra Matteau

But

La Leeds Adult Spasticity Impact Scale (LASIS) est une mesure de la fonction passive du bras, appropriée pour les patients avec de la spasticité, et peu ou pas de mouvement au niveau du membre supérieur.

Note : Le nom des instruments de mesure qui, en anglais, sont identifiés et nommés par des noms de genre féminin en français – ex. « Batterie » (Battery), « Catégorie » (Category), « Échelle » (Scale, Ladder), « Évaluation » (Assessment) ou « Mesure » (Measure) – sont traduits en français par le genre féminin.

Revue détaillée

But de la mesure

La Leeds Adult Spasticity Impact Scale (LASIS) est une mesure de la fonction passive du bras qui est administrée au patient ou au soignant par une interview semi-structurée. Elle est constituée de 12 items de faible difficulté qui évaluent le rendement lors de l’exécution de tâches de la vie quotidienne dans l’environnement naturel de l’individu. La LASIS est utile pour les patients avec peu ou pas de mouvement ou de fonction du membre supérieur, et avec des problèmes d’autonomie au niveau du membre supérieur (Ashford et al., 2008).

Versions disponibles

La LASIS a initialement été publiée comme la Patient Disability and Carer Burden Scale par Bhakta et al. (1996), qui incluaient 8 items relatifs au patient et 4 items relatifs au soignant (Bhakta et al., 2000). Les quatre items relatifs au soignant ont été exclus de la version actuelle de la LASIS.

Caractéristiques de la mesure

Items :

La LASIS est constituée de 12 items qui mesurent la fonction passive et la fonction active de faible intensité.

Items de fonction passive :

  1. Nettoyer la paume (main affectée)*
  2. Couper les ongles (main affectée)*
  3. Nettoyer le coude affecté*
  4. Nettoyer l’aisselle affectée*
  5. Nettoyer le coude non affecté*
  6. Mettre un bras dans une manche de manteau*
  7. Difficulté de mettre un gant
  8. Difficulté de rouler dans le lit
  9. Faire des exercices de physiothérapie au bras*

Items de fonction active :

  1. Difficulté de conserver l’équilibre en position debout*
  2. Difficulté de conserver l’équilibre en marchant*
  3. Tenir un objet de façon stable, utiliser l’autre main (pot)

* Items initialement inclus dans la Patient Disability and Carer Burden Rating Scale (Bhakta et al., 2000).

Cotation :

Les items sont notés entre 0 et 4 selon les critères suivants :

  • 0 = Pas de difficulté
  • 1 = Un peu de difficulté
  • 2 = Difficulté modérée
  • 3 = Beaucoup de difficulté
  • 4 = Incapacité à accomplir l’activité.

Le score total est calculé comme la somme des scores individuels, divisé par le nombre total de questions qui ont été répondues. Ce résultat, dans un score total entre 0 et 4, représente le handicap ou la charge du soignant (Ashford et al., 2008).
Note : Puisque le score total ne dépend pas des réponses aux 12 items, il se peut que cela ne reflète pas le handicap réel ou la fonction réelle de la main (Ashford et al., 2008).

Description des tâches

La LASIS est administrée par une interview semi-structurée avec le patient ou le soignant en ce qui concerne l’exécution de tâches par le patient au cours des 7 derniers jours.

Durée :

La LASIS prend environ 10 minutes pour être administrée (Ashford et al., 2008).

Formation :

La LASIS devrait être administrée par un clinicien (Ashford et al., 2008).

Équipements :

De l’équipement, tel qu’un pot, peut être nécessaire pour valider les réponses.

Versions alternatives de la Leeds Adult Spasticity Impact Scale

Aucune version alternative de la LASIS n’a été documentée.

Pertinence de l’évaluation selon la clientèle

Peut être utilisé avec :

  • Les patients avec de la spasticité, incluant les patients ayant subi un AVC.

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • N’a pas été documenté.

Dans quelles langues la mesure est-elle disponible ?

Aucune traduction n’a été documentée.

Sommaire

Que mesure l’outil ? La fonction passive et la fonction active de faible intensité du membre supérieur.
Avec quelles clientèles l’outil peut-il être utilisé ? Les patients avec de la spasticité au membre supérieur, incluant les patients ayant subi un AVC.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration 10 minutes
Versions La LASIS a initialement été publiée comme la Patient Disability and Carer Burden Scale, qui incluait quatre items au niveau de l’habillement et des soins d’apparence qui ont été exclus de la version actuelle de la LASIS.
Langues Aucune traduction n’a été documentée.
Propritétés psychométriques
Fidélité Cohérence interne :
Aucune étude n’a examiné la cohérence interne de la LASIS.

Test-retest :
Aucune étude n’a examiné la fidélité test-retest de la LASIS.

Intra-juge :
Aucune étude n’a examiné la fidélité intra-juge de la LASIS.

Inter-juges :
Aucune étude n’a examiné la fidélité inter-juges de la LASIS.

Validité Contenu :
Aucune étude n’a examiné la validité de contenu de la LASIS.

Critère :
Concourante :
Aucune étude n’a examiné la validité concourante de la LASIS.

Prédictive :
Aucune étude n’a examiné la validité prédictive de la LASIS.

Construit :
Convergente/Discriminante :
Aucune étude n’a examiné la validité convergente/discriminante de la LASIS.

Groupes connus :
Aucune étude n’a examiné la validité des groupes connus de la LASIS.

Effets plancher/plafond Aucune étude n’a examiné les effets de plancher ou de plafond de la LASIS.
Est-ce que l’outil est sensible aux changements ? Aucune étude n’a examiné la sensibilité de la LASIS chez les patients ayant subi un AVC.
Acceptabilité La LASIS est utile pour les patients avec peu ou pas de mouvement ou de fonction du membre supérieur.
Faisabilité Il existe une charge administrative en raison du calcul du score total, mais le calcul n’est pas complexe.
Comment obtenir l’outil ? Information à venir

Propriétés psychométriques

Résumé

Une revue de littérature a été menée pour identifier toutes les publications pertinentes sur les propriétés psychométriques de la Leeds Adult Spasticity Impact Scale (LASIS). Au moment de la publication, aucune étude n’a documenté les propriétés psychométriques de la LASIS auprès de la population ayant subi un AVC.

Effets plancher/plafond

Bien qu’aucune étude n’ait étudié les effets de plancher ou de plafond de la LASIS auprès d’une population ayant subi un AVC, il est possible de s’attendre à ce qu’un effet de plancher existe lorsque la LASIS est utilisée avec des patients très autonomes, en raison de la relation hiérarchique des items (Ashford et al., 2008).

Fidélité

Cohérence interne :
Aucune étude n’a examiné la cohérence interne de la LASIS.

Test-retest :
Aucune étude n’a examiné la fidélité test-retest de la LASIS.

Intra-juge :
Aucune étude n’a examiné la fidélité intra-juge de la LASIS.

Inter-juges :
Aucune étude n’a examiné la fidélité inter-juges de la LASIS.

Validité

Contenu :

Aucune étude n’a examiné la validité de contenu de la LASIS.

Critère :

Concourante :
Aucune étude n’a examiné la validité concourante de la LASIS.

Prédictive :
Aucune étude n’a examiné la validité prédictive de la LASIS.

Construit :

Convergente/Discriminante :
Aucune étude n’a examiné la validité convergente/discriminante de la LASIS.

Groupes connus :
Aucune étude n’a examiné la validité des groupes connus de la LASIS.

Sensibilité au changement

Aucune étude n’a examiné la sensibilité au changement de la LASIS.

Sensibilité et spécificité :
Aucune étude n’a examiné la sensibilité ou la spécificité de la LASIS.

Références

  • Ashford, S., Slade, M., Malaprade, F., & Turner-Stokes, L. (2008). Evaluation of functional outcome measures for the hemiparetic upper limb: A systematic review. Journal of Rehabilitation Medicine, 40, 787-95.
  • Bhakta, B.B., Cozens, J.A., Chamberlain, M.A., & Bamford, J.M. (2000). Impact of botulinum toxin type A on disability and carer burden due to arm spasticity after stroke: a randomised double blind placebo controlled trial. Journal of Neurological Neurosurgery and Psychiatry, 69, 217-21.

Voir la mesure

Comment obtenir la LASIS ?

Pour plus d’information, cliquez ici.

Table des matières

Modified Ashworth Scale

Évidence révisées en date du 13-07-2011
Auteur(s)* : Sabrina Figueiredo, BSc ; Lisa Zeltzer, BSc
Éditeur(s) : Nicol Korner-Bitensky, PhD OT ; Elissa Sitcoff, BA BSc
Version française en traduction libre : Alexandra Matteau

But

La Modified Ashworth Scale est considérée comme la mesure clinique primaire de la spasticité musculaire chez les patients avec des conditions neurologiques. Toutefois, certaines publications remettent en question sa capacité de mesurer la spasticité et proposent d’utiliser la Modified Ashworth Scale comme une échelle d’évaluation pour mesurer l’anomalie dans le tonus ou la résistance aux mouvements passifs, puisqu’il n’y a pas de méthode clinique directe pour mesurer la spasticité (Gregson, Leathley, Moore, Sharma, Smith & Watkins, 1999 ; Pandyan, Johnson, Price, Curless, Barnes & Rodgers, 1999).

Note : Le nom des instruments de mesure qui, en anglais, sont identifiés et nommés par des noms de genre féminin en français – ex. « Batterie » (Battery), « Catégorie » (Category), « Échelle » (Scale, Ladder), « Évaluation » (Assessment) ou « Mesure » (Measure) – sont traduits en français par le genre féminin.

Revue détaillée

But de la mesure

La Modified Ashworth Scale est considérée comme la mesure clinique primaire de la spasticité musculaire chez les patients avec des conditions neurologiques. Toutefois, certaines publications remettent en question sa capacité à mesurer la spasticité et proposent d’utiliser la Modified Ashworth Scale comme une échelle d’évaluation pour mesurer l’anomalie dans le tonus ou la résistance aux mouvements passifs, puisqu’il n’y a pas de méthode clinique directe pour mesurer la spasticité (Gregson, Leathley, Moore, Sharma, Smith & Watkins, 1999; Pandyan, Johnson, Price, Curless, Barnes & Rodgers, 1999).

Versions disponibles

L’Ashworth Scale a initialement été développée au début des années 1960 par Bryan Ashworth pour estimer l’efficacité de médicaments antispastiques auprès de clients avec la sclérose en plaques. C’est une échelle de 5 points, avec un niveau de score de 0, 1, 2, 3 ou 4 (Ashworth, 1964). En 1987, Bohannon et Smith ont ajouté le niveau « +1 » et ont proposé de légères modifications au niveau de la définition de chaque score afin d’augmenter la sensibilité de la mesure et faciliter la cotation. La nouvelle mesure a ensuite été appelée la Modified Ashworth Scale et est considérée par plusieurs comme l’étalon de mesure pour évaluer la spasticité (Bohannon & Smith, 1987).

Caractéristiques de la mesure

Items :

Bien qu’il n’y ait pas de directives standardisées relatives à son utilisation, la Modified Ashworth Scale peut être utilisée pour évaluer les muscles de la partie supérieure et inférieure du corps. L’évaluateur devrait étendre le membre du client d’une position de flexion maximale à une extension maximale jusqu’à ce qu’une première résistance douce soit ressentie. Déplacer le membre d’un client par sa pleine amplitude de mouvement devrait être fait en une seconde en comptant « mille et un » (Bohannon et Smith, 1987).

Mehlroz, Wagner, Meibner, Grundmann et Zange (2005) suggèrent que les tests pour l’évaluation du membre supérieur devraient se faire lorsque le client est couché sur le dos, avec les membres supérieurs parallèles au tronc, les coudes étendus, les poignets en position neutre et les membres inférieurs positionnés parallèlement les uns aux autres. Des exceptions sont faites pour les extenseurs de l’épaule, pour lesquels le bras doit être déplacé de l’extension à 90 degrés de flexion, et pour les rotateurs internes de l’épaule, pour lesquels le bras doit être déplacé d’une position neutre à une rotation externe maximale.

Pour le membre inférieur, Blackburn, van Vliet et Mockett (2002) recommandent que le client soit couché sur le côté. Spécifiquement pour le test évaluant le muscle soléaire, les hanches et les genoux devraient être placés à 45 degrés de flexion, et la cheville, déplacée d’une flexion plantaire maximale à une dorsiflexion maximale. Pour le muscle gastrocnémien, les hanches devraient être placées à 45 degrés de flexion avec les genoux en extension maximale, et la cheville, déplacée d’une flexion plantaire maximale à une dorsiflexion maximale. Pour le muscle quadriceps fémoral, les genoux et les hanches devraient être en extension maximale, et le genou, déplacé d’une extension maximale à une flexion maximale.

Tout au long du test, il convient d’informer le client de rester calme et détendu et lorsque des tests répétés sont effectués, les tests doivent débuter au même moment dans la journée afin de minimiser les changements possibles dans les niveaux de spasticité en raison de l’interaction de la médication (Bohannon et Smith, 1987).

Cotation :

La Modified Ashworth Scale est une échelle de 6 points. Les scores vont de 0 à 4, où les plus bas scores représentent un tonus musculaire normal et les scores les plus élevés représentent la spasticité ou une résistance accrue aux mouvements passifs.

Les définitions spécifiques du score pour l’Ashworth Scale et la Modified Ashworth Scale sont les suivantes :

Score Ashworth Scale(Ashworth, 1964) Modified Ashworth Scale (Bohannon & Smith, 1987)
0 Pas d’augmentation du tonus. Pas d’augmentation du tonus musculaire.
1 Légère augmentation du tonus donnant une sensation d’accrochage lorsque le membre est déplacé en flexion ou en extension. Légère augmentation du tonus musculaire qui se manifeste par une sensation d’accrochage ou par une résistance minime en fin de mouvement lorsque le segment affecté est déplacé en flexion ou en extension.
1+ N/A Légère augmentation du tonus musculaire qui se manifeste par une sensation d’accrochage, suivi par une résistance minimale dans le reste (moins que la moitié) de l’amplitude de mouvement.
2 Augmentation plus marquée du tonus, mais le membre est facilement fléchi. Augmentation plus marquée du tonus musculaire sur presque la totalité de l’amplitude de mouvement, mais le segment affecté se déplace avec facilité.
3 Augmentation importante du tonus, le mouvement passif est difficile. Augmentation importante du tonus musculaire, le mouvement passif est difficile.
4 Rigidité du membre en flexion ou en extension. Le segment affecté est rigide en flexion ou en extension.

Durée :

Elle n’est pas documentée, mais varie selon le nombre de muscles qui sont évalués.

Sous-échelles :

Aucune

Équipements :

  • Un tapis de thérapie
  • Du papier

Formation :

Aucune formation n’est typiquement documentée.

Versions alternatives de la Modified Ashworth Scale

  • Ashworth Scale : Publiée en 1964, l’Ashworth Scale était la mesure initiale de la résistance aux mouvements passifs. C’est une échelle de 5 points, avec des niveaux de score de 0,1, 2, 3 ou 4. L’Ashworth Scale est moins sensible que la Modified Ashworth Scale (Brashear, Zafonte, Corcoran, Galvez-Jimenez, Gracies, Gordon et al., 2002).
  • Modified Modified Ashworth Scale : Publiée en 2006, la Modified Modified Ashworth Scale vise à améliorer la fidélité de la Modified Ashworth Scale. C’est une échelle de 5 points, où les auteurs ont omis le niveau « +1 » de la Modified Ashworth Scale et ont légèrement redéfini le niveau « 2 » (Ansari, Naghdi, Younesian & Shayeghan, 2008). La définition pour chaque niveau est la suivante :
Score Modified Modified Ashworth Scale (Ansari, Naghdi, Moammeri, Jalaie, 2006)
0 Pas d’augmentation du tonus musculaire.
1 Légère augmentation du tonus musculaire qui se manifeste par une sensation d’accrochage ou par une résistance minime en fin de mouvement lorsque le segment affecté est déplacé en flexion ou en extension.
2 Augmentation marquée du tonus musculaire qui se manifeste par une sensation d’accrochage dans la moitié de l’amplitude de mouvement, mais le segment affecté se déplace avec facilité.
3 Augmentation importante du tonus musculaire, le mouvement passif est difficile.
4 Le segment affecté est rigide en flexion ou en extension.

Pertinence de l’évaluation selon la clientèle

Peut être utilisé avec :

  • Les clients ayant subi un AVC.
  • Les clients avec d’autres troubles neurologiques, tels que la sclérose en plaques, une lésion cérébrale traumatique, une lésion de la moelle épinière.

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • À ce jour, il n’y a pas d’informations sur les restrictions d’utilisation de la Modified Ashworth Scale.

Dans quelles langues la mesure est-elle disponible ?

Anglais

Sommaire

Que mesure l’outil ? La Modified Ashworth Scale est une mesure clinique de la spasticité musculaire ou, plus spécifiquement, une échelle d’évaluation pour mesurer l’anomalie dans le tonus.
Avec quelles clientèles l’outil peut-il être utilisé ? La Modified Ashworth Scale peut être utilisée avec les clients ayant subi un AVC, mais elle n’est pas limitée à ceux-ci.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration N’a pas été documenté, mais cela varie selon le nombre de muscles évalués.
Versions Ashworth Scale, Modified Ashworth Scale, Modified Modified Ashworth Scale
Langues Anglais
Propriétés psychométriques
Fidélité Cohérence interne :
Aucune étude n’a examiné la cohérence interne de la Modified Ashworth Scale.

Test-retest :
Aucune étude n’a examiné la fidélité test-retest de la Modified Ashworth Scale.

Intra-juge :
Quatre études ont examiné la fidélité intra-juge de la Modified Ashworth Scale et ont relevé une fidélité intra-juge allant d’adéquate à excellente, en utilisant le kappa, le kappa pondéré et le tau-b de Kendall.

Inter-juges :
Huit études ont examiné la fidélité inter-juges de la Modified Ashworth Scale et ont relevé une fidélité inter-juges allant de faible à excellente, en utilisant le kappa, le kappa pondéré, le tau-b de Kendall ou le rho de Spearman.

Validité

Contenu :
Une étude a examiné la validité de contenu de la Modified Ashworth Scale pour recueillir des évidences au sujet de ses hypothèses et recommande la prudence avant d’affirmer qu’elle est mesure de la spasticité puisque ces évidences suggèrent que la résistance aux mouvements passifs n’est pas une évaluation exclusive de la spasticité.

Critère :
Concourante :
Une étude a examiné la validité concourante de la Modified Ashworth Scale et a relevé une faible corrélation entre la Modified Ashworth Scale et l’électromyographie de surface, en utilisant la validité prédictive de la Modified Ashworth Scale.

Construit :
Convergente :
Cinq études ont examiné la validité convergente de la Modified Ashworth Scale et ont relevé d’excellentes corrélations entre la Modified Ashworth Scale et des tests évaluant le rendement moteur (la Fugl-Meyer Assessment, le Box and Block test, l’amplitude active des mouvements et la force de préhension) et des évaluations neurophysiologiques (électromyographie, pendulum test). Des corrélations adéquates ont été relevées entre la Modified Ashworth Scale et des mesures de résistance aux mouvements passifs, ainsi que des évaluations neurophysiologiques (sensibilité à la vitesse) ; et de faibles corrélations ont été relevées entre la Modified Ashworth Scale et la douleur ainsi que des évaluations neurophysiologiques (couple), en utilisant la corrélation de Pearson, la corrélation de Spearman, le Kappa ou le test exact de Fisher.

Groupes connus :
Deux études ont examiné la validité des groupes connus de la Modified Ashworth Scale et ont noté, en utilisant le test t et l’ANOVA, que cette échelle ne permet pas de faire la distinction entre différentes valeurs de latence du réflexe-H et différents niveaux de rigidité.

Est-ce que l’outil est sensible aux changements ? Aucune étude n’a examiné la sensibilité au changement de la Modified Ashworth Scale.
Acceptabilité La Modified Ashworth Scale est une mesure clinique primaire de la spasticité.
Faisabilité Le temps d’administration de la Modified Ashworth Scale n’a pas été documenté, mais il varie selon le nombre de muscles évalués.
Comment obtenir l’outil ? La Modified Ashworth Scale peut être obtenue auprès de la publication originale : Bohannon & Smith (1987). Les publications suivantes présentent également la description complète de l’outil : Bakheit et al. (2003) ; Pandyan et al. (1999) ; Salter, Jutai, Teasell, Foley et Bitensky (2005).

Propriétés psychométriques

Résumé

Une revue de littérature a été menée pour identifier toutes les publications pertinentes sur les propriétés psychométriques de la Modified Ashworth Scale auprès d’individus ayant subi un AVC. Vingt études ont été identifiées. La Modified Ashworth Scale démontre des évidences contradictoires au niveau de sa fidélité et sa validité.

Fidélité

Note : La fidélité de la Modified Ashworth Scale semble dépendre du muscle évalué ; en général, les évaluations du coude et du poignet ont démontré de meilleurs résultats en comparaison aux évaluations du genou et du muscle plantaire de la cheville.

Intra-juge :
Gregson, Leathley, Moore, Sharma, Smith et Watkins (1999) ont estimé la fidélité intra-juge de la Modified Ashworth Scale auprès de 32 clients en phase aiguë de récupération d’un AVC et un âge médian de 74 ans, en mesurant le tonus musculaire au coude. Les participants ont été évalués par le même évaluateur dans un intervalle d’un jour au même moment dans la journée. La fidélité intra-juge, telle que calculée en utilisant le kappa pondéré, s’est avérée excellente (kappa pondéré = 0,83).

Gregson, Leathley, Moore, Smith, Sharma et Watkins (2000) ont évalué la fidélité intra-juge de la Modified Ashworth Scale auprès de 35 clients en phase aiguë de récupération d’un AVC et un âge médian de 75 ans, en mesurant le tonus musculaire des fléchisseurs et extenseurs du coude, du poignet, du genou et de la cheville. Les participants ont été évalués par le même évaluateur dans un intervalle d’un jour au même moment dans la journée. La fidélité inter-juges, calculée à l’aide du kappa pondéré, s’est avérée excellente pour le coude (kappa pondéré = 0,83), le poignet (kappa pondéré = 0,88) et le genou (kappa pondéré = 0,94), et adéquate pour la cheville (kappa pondéré = 0,64).

Blackburn, van Vliet et Mockett (2002) ont mesuré la fidélité intra-juge de la Modified Ashworth Scale auprès de 20 clients en phase aiguë de récupération d’un AVC et 16 clients en phase chronique de récupération d’un AVC, en mesurant le tonus musculaire du gastrocnémien, du soléaire et du quadriceps fémoral. Les participants ont été évalués par le même évaluateur dans un intervalle d’une semaine. La fidélité intra-juge, telle que calculée en utilisant le tau-b de Kendall, s’est aévérée adéquate pour la Modified Ashworth Scale (tau-b de Kendall = 0,56), ainsi que pour chaque muscle évalué : le gastrocnémien (tau-b de Kendall = 0,44), le soléaire (tau-b de Kendall = 0,58) et le quadriceps fémoral (tau-b de Kendall = 0,66). Les plus bas scores sur la Modified Ashworth Scale ont démontré de plus hauts niveaux d’accord. Un score de 0 a indiqué qu’un accord intra-juge de 60% a été atteint, alors qu’un score de 2 a indiqué un accord intra-juge de seulement 12%.

Mehrholz, Wagner, Meibner, Grundmann et Zange (2005) ont estimé la fidélité intra-juge de la Modified Ashworth Scale et de la Modified Tardieu Scale (MTS) auprès de 30 clients avec des dommages cérébraux sévères, soit un AVC, une lésion cérébrale traumatique ou une hypoxie cérébrale, en mesurant le tonus musculaire de l’épaule, du coude, du poignet, de la hanche, du genou et de la cheville. Les participants ont été évalués à deux reprises dans un intervalle d’un jour, au même moment de la journée et dans la même position, par le même évaluateur. La fidélité intra-juge, telle que calculée en utilisant les statistiques kappas, s’est avérée adéquate pour tous les muscles : fléchisseur de l’épaule (kappa = 0,55) ; rotateur externe de l’épaule (kappa = 0,47) ; fléchisseur du coude (kappa = 0,47) ; extenseur du coude (kappa = 0,53) ; fléchisseur du poignet (kappa = 0,58) ; extenseur du poignet (kappa = 0,51) ; fléchisseur de la hanche (kappa = 0,53) ; extenseur de la hanche (kappa = 0,49) ; fléchisseur du genou (kappa = 0,52) ; extenseur du genou (kappa = 0,55) ; extenseur de la cheville avec l’articulation du genou fléchie (kappa = 0,62) et ; extenseur de la cheville avec l’articulation du genou entièrement étendue (kappa = 0,47). En comparaison avec la MTS, la fidélité intra-juge de la MTS s’est avérée significativement plus élevée pour tous les muscles (P < 0,05), à l’exception des muscles extenseur et rotateur interne de l’épaule (p > > 0,05).

Inter-juges :
Bohannon et Smith (1987) ont analysé la fidélité inter-juges de la Modified Ashworth Scale auprès de 30 clients avec des lésions intracrâniennes, soit de la sclérose en plaques (n = 1), un traumatisme crânien fermé (n = 5) ou un AVC (n = 24), en mesurant le tonus musculaire des fléchisseurs du coude. La fidélité inter-juges, telle que calculée en utilisant le tau-b de Kendall, s’est avérée excellente (tau-b de Kendall = 0,84).

Bodin et Morris (1991) ont estimé la fidélité inter-juges de la Modified Ashworth Scale auprès de 18 clients ayant subi un AVC, en mesurant le tonus musculaire au poignet. Les participants ont été évalués par deux évaluateurs différents, indépendamment, sous trois conditions différentes : immédiatement après le positionnement, après un étirement des fléchisseurs de 90 secondes, et après un étirement des extenseurs de 90 secondes. La fidélité inter-juges, telle que calculée en utilisant le tau-b de Kendall, s’est avérée excellente (tau-b de Kendall = 0,85), et adéquate lorsque l’accord était calculé en utilisant les valeurs kappas (kappa = 0,74).

Sloan, Sinclair, Thompson, Taylor et Pentland (1992) ont vérifié la fidélité inter-juges de la Modified Ashworth Scale auprès de 34 clients avec une hémiplégie secondaire suite à un AVC, en évaluant le tonus musculaire des fléchisseurs du genou et des fléchisseurs et extenseurs du coude. Les participants ont été évalués indépendamment par quatre évaluateurs. La fidélité inter-juges, telle que calculée en utilisant le rho de Spearman, a varié d’adéquate à excellente pour le coude (rho = 0,56 à 0,90) ; et de faible à excellente pour le genou (rho = 0,26 à 0,62).

Gregson et al. (1999) ont estimé la fidélité inter-juges de la Modified Ashworth Scale auprès de 32 clients en phase aiguë de récupération d’un AVC et un âge médian de 74 ans, en mesurant le tonus musculaire au coude. Les participants ont été évalués par deux évaluateurs différents, approximativement au même moment dans la journée. La fidélité inter-juges, telle que calculée en utilisant le kappa pondéré, s’est avérée excellente (kappa pondéré = 0,84).

Gregson et al. (2000) ont évalué la fidélité inter-juges de la Modified Ashworth Scale auprès de 35 clients en phase aiguë de récupération d’un AVC et un âge médian de 75 ans, en mesurant le tonus musculaire des fléchisseurs et extenseurs du coude, du poignet, du genou et de la cheville. Les participants ont été évalués par deux évaluateurs différents, approximativement au même moment dans la journée. La fidélité inter-juges, telle que calculée en utilisant le kappa pondéré, s’est avérée excellente pour le coude (kappa pondéré = 0,96), le poignet (kappa pondéré = 0,89) et le genou (kappa pondéré = 0,79), et adéquate pour la cheville (kappa pondéré = 0,51).

Blackburn et al. (2002) ont mesuré la fidélité inter-juges de la Modified Ashworth Scale auprès de 20 clients en phase aiguë de récupération d’un AVC et 16 clients en phase chronique de récupération d’un AVC. Le tonus musculaire du gastrocnémien, du soléaire et du quadriceps fémoral a été mesuré. Les participants ont été évalués par deux évaluateurs différents. La fidélité inter-juges de la Modified Ashworth Scale, telle que calculée en utilisant le tau-b de Kendall, s’est avérée faible (tau-b de Kendall =0,06). Les résultats du tau-b de Kendall se sont également avérés faibles pour le gastrocnémien (tau-b de Kendall = 0,15), le soléaire (tau-b de Kendall = 0,19), et le quadriceps fémoral (tau-b de Kendall = 0,28). L’accord entre les évaluateurs a eu lieu principalement au score de 0, pour lequel un accord de 40,8% a été obtenu. Les plus hauts scores, tels qu’un score de 2, ont démontré un accord de 0% entre les évaluateurs.

Ansari, Naghdi, Moammeri et Jalaie (2006) ont évalué la fidélité inter-juges de la Modified Ashworth Scale auprès de 15 clients ayant subi un AVC, en mesurant le tonus musculaire des fléchisseurs du coude. Les participants ont été évalués par deux évaluateurs différents. La fidélité inter-juges, telle que calculée en utilisant les statistiques kappas, s’est avérée faible (kappa = 0,21).

Mehrholz et al. (2005) ont estimé la fidélité inter-juges de la Modified Ashworth Scale et de la Modified Tardieu Scale (MTS) auprès de 30 clients avec des dommages cérébraux sévères, soit un AVC, une lésion cérébrale traumatique ou une hypoxie cérébrale, en mesurant le tonus musculaire de l’épaule, du coude, du poignet, de la hanche, du genou et de la cheville. Les participants ont été évalués à deux reprises par quatre évaluateurs différents. La fidélité inter-juges, telle que calculée en utilisant les statistiques kappas, s’est avérée adéquate pour l’extension de l’épaule (kappa = 0,42), et faible pour tous les autres muscles : fléchisseurs de l’épaule (kappa = 0,29) ; rotateurs externes de l’épaule (kappa = 0,16) ; fléchisseurs du coude (kappa = 0,33) ; fléchisseurs du poignet (kappa = 0,34) ; extenseurs du poignet (kappa = 0,30) ; fléchisseurs de la hanche (kappa = 0,31) ; extenseurs de la hanche (kappa = 0,24) ; fléchisseurs du genou (kappa = 0,28) ; extenseurs du genou (kappa = 0,35) ; extenseurs de la cheville avec le genou fléchi (kappa = 0,20) et ; extenseurs de la cheville avec le genou entièrement étendu (kappa = 0,14). En comparaison avec la MTS, la fidélité inter-juges de la MTS s’est avérée significativement plus élevée pour tous les muscles (P < 0,05), à l’exception des muscles extenseurs du poignet (P > 0,05).

Validité

Contenu :

Pandyan, Johnson, Price, Curless, Barnes et Rodgers (1999) ont effectué une revue de littérature pour recueillir des évidences pour une base théorique de la Modified Ashworth Scale. Les hypothèses implicites pour la Modified Ashworth Scale semblent être les suivantes : 1) les changements dans la résistance au mouvement passif sont dus aux changements dans la spasticité ; 2) les mécanorécepteurs d’étirement dans le muscle allongeraient avec une vitesse similaire lors de mesures répétées ; et 3) l’amplitude de mouvements à chaque articulation est inchangée lors de mesures répétées. De plus, la prudence est de mise pour affirmer que la Modified Ashworth Scale est une mesure de la spasticité puisque les évidences suggèrent que la résistance au mouvement passif n’est pas une mesure exclusive de la spasticité et elle va varier selon le niveau d’activité du motoneurone alpha des muscles agoniste et antagoniste, et selon les propriétés viscoélastiques des tissus mous et des articulations.

Critère :

Concourante :
Cooper, Musa, van Deursen et Wiles (2005) ont évalué la validité concourante de la Modified Ashworth Scale en la comparant avec l’électromyographie de surface comme étalon de mesure de la spasticité, auprès de 31 clients ayant subi un AVC et 20 individus en santé. Une faible corrélation a été relevée entre la Modified Ashworth Scale et l’électromyographie, telle que calculée en utilisant le rho de Spearman (rho = 0,21).

Prédictive :
Aucune étude n’a examiné la validité prédictive de la Modified Ashworth Scale.

Construit :

Convergente/Discriminante :
Katz, Rovai, Brait et Rymer (1992) ont évalué la validité convergente de la Modified Ashworth Scale en la comparant à la Fugl-Meyer Assessment (Fugl-Meyer, Jääskö, Leyman, Olsson, & Steglind, 1975) et à des mesures objectives de la spasticité incluant l’électromyographie, le couple, le pendulum test et le ratio H/M, auprès de 10 clients ayant subi un AVC. Les corrélations, telles que calculées en utilisant les corrélations de Pearson, se sont avérées excellentes entre la Modified Ashworth Scale et la Fugl-Meyer Assessment (r = -0,94) ; l’électromyographie (r = -0,79) ; et le pendulum test (r = -0,67). Aucune corrélation significative n’a été relevée entre la Modified Ashworth Scale, le couple et le ratio H/M et, par conséquent, leurs valeurs respectives n’ont pas été documentées par les auteurs.

Lin et Sabbahi (1999) ont mesuré la validité convergente de la Modified Ashworth Scale en la comparant à des mesures du réflexe myotatique hyperactif, telles que l’électromyographie, la réponse du couple et la sensibilité à la vitesse des réflexes myotatiques, ainsi qu’à des mesures de performance motrice, telles que la Fugl-Meyer Assessment (Fugl-Meyer, Jääskö, Leyman, Olsson & Steglind, 1975), le Box and Block Test (Cromwell, 1965; Mathiowetz, Volland, Kashman & Weber, 1985a), l’amplitude active de mouvements et la force de préhension, auprès de 10 clients en phase chronique de récupération d’un AVC. Les corrélations ont été calculées à deux moments distincts en utilisant le rho de Spearman. Les corrélations entre la Modified Ashworth Scale et les mesures de rendement moteur se sont toutes avérées excellentes, à la fois pour le jour 1 et le jour 2 : Fugl-Meyer Assessment (rho1 = -0,83; rho2 = -0,76) ; Box and Block Test (rho1 = -0,83; rho2 = -0,76) ; amplitude active de mouvements (rho1 = -0,74; rho2 = -0,62) : et force de préhension (rho1 = -0,86; rho2 = -0,85). En ce qui concerne les réflexes myotatiques hyperactifs, d’excellentes corrélations ont été relevées entre la Modified Ashworth Scale et l’électromyographie de muscles au repos au jour 1 (rho = 0,77) et au jour 2 (rho = 0,67) ; l’électromyographie de muscles actifs au jour 1 (rho = 0,77) et au jour 2 (rho = 0,74) ; et le couple de muscles au repos au jour 1 (rho = 0,80). Des corrélations adéquates ont été relevées entre la Modified Ashworth Scale et la sensibilité à la vitesse au jour 1 (rho = 0,52) et au jour 2 (rho = 0,57). De faibles corrélations ont été relevées entre la Modified Ashworth Scale et le couple de muscles au repos au jour 2 (rho = -0,25), le couple de muscles actifs au jour 1 (rho = 0,26), et au jour 2 (rho = 0,21).

Pandyan, Price, Rodgers, Barnes et Johnson (2001) ont estimé la validité convergente de la Modified Ashworth Scale en la comparant à des mesures biomécaniques de la résistance au mouvement passif du coude, auprès de 16 clients en phase aiguë de récupération d’un AVC. Dans cette étude, la corrélation utilisant les statistiques kappas s’est avérée faible (kappa = 0,36).

Pandyan, Price, Barnes et Johnson (2003) ont évalué la validité convergente de la Modified Ashworth Scale en la comparant à une mesure biomécanique de la résistance au mouvement passif du coude auprès de 63 clients ayant subi un AVC. Une corrélation adéquate a été relevée en utilisant le rho de Spearman (rho = 0,51).

Pizzi, Carlucci, Falsini, Verdesca et Grippo (2005) ont estimé la validité convergente de la Modified Ashworth Scale en la comparant à des évaluations neurophysiologiques de la spasticité (réflexe H et réponse M), à l’amplitude passive de mouvements du coude et du poignet, et à la douleur, auprès de 65 clients ayant subi un AVC. Les corrélations ont été calculées en utilisant le rho de Spearman et le test exact de Fisher. Une corrélation adéquate a été relevée entre la Modified Ashworth Scale et l’évaluation neurophysiologique du poignet (rho = 0,40). De plus, les scores plus élevés (> 3) sur la Modified Ashworth Scale ont été associés avec une diminution de l’amplitude passive de mouvements (F = 6,8). Aucune corrélation n’a été relevée entre la douleur et les résultats sur la Modified Ashworth Scale pour le coude et le poignet.

Groupes connus :
Bakheit, Maynard, Curnow, Hudson et Kodapola (2003) ont analysé si les scores sur la Modified Ashworth Scale étaient en mesure de faire la distinction entre les individus avec des valeurs plus élevées de latence du réflexe H et de ratio H/M, de ceux avec de plus faibles valeurs de latence du réflexe H et de ration H/M, auprès de 24 clients ayant subi un AVC. La validité de groupes connus, telle que calculée en utilisant le test t de Student, a démontré que la Modified Ashworth Scale n’est pas en mesure de faire la distinction entre les clients avec des valeurs plus faibles et plus élevées au niveau de la latence du réflexe H et de ratio H/M, et sur deux tests neurophysiologiques de la spasticité.

Kumar, Pandyan et Sharma (2006) ont vérifié si la Modified Ashworth Scale était en mesure de distinguer les clients avec quatre niveaux de rigidité (aucune rigidité, rigidité légère, modérée et sévère), auprès de 111 clients ayant subi un AVC. La validité des groupes connus, telle que calculée en utilisant l’analyse de variance (ANOVA), a démontré que la Modified Ashworth Scale n’était pas en mesure de faire la distinction entre les individus avec différents niveaux de rigidité.

Sensibilité au changement

Aucune étude n’a examiné la sensibilité au changement de la Modified Ashworth Scale.

Références

  • Ansari, N.N., Naghdi, S., Moammeri, H., & Jalaie, S. (2006). Ashworth Scales are unreliable for the assessment of muscle spasticity. Physiotherapy theory and practice, 22(3), 119-125.
  • Ansari, N.N., Naghdi, S., Younesian, B., Shayeghan, M. (2008). Inter and intra-rater reliability of the Modified Modified Ashworth Scale in patients with knee extensor
    poststroke spasticity. Physiotherapy theory and practice, 24(3), 205-213.
  • Ashworth, B. (1964). Preliminary trial of carisoprodol in multiple sclerosis. Practitioner, 192, 540-542.
  • Bakheit, A.M.O., Maynard, V.A., Curnow, J., Hudson, N., & Kodapala, S. (2003). The relation between Ashworth Scale scores and the excitability of the alpha
    motor neurons in patients with post-stroke muscle spasticity. Journal Neurol Neurosurg Psychiatry, 74, 646-648.
  • Beck, A.T., Ward, C., Mendelson, M. (1961). Beck Depression Inventory (BDI). Arch Gen Psychiatry, 4, 561-571.
  • Blackburn, M., van Vliet, P., & Mockett, S.P. (2002). Reliability of measurements obtained with the Modified Ashworth Scale in the lower extremities of people with stroke. Physical Therapy, 82, 25-33.
  • Brashear, A., Zafonte, R., Corcoran, M., Galvez-Jimenez, N., Gracies, J.M., Gordon, M.F et al. (2002). Inter and Intra-rater reliability of the Ashworth Scale and the
    Disability Assessment Scale in patients with upper limb poststroke spasticity. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 83, 1349-1353.
  • Bodin, P.G. & Morris, M.E. (1991). Inter-rater reliability of the Modified Ashworth Scale for wrist flexors spasticity following stroke. World Federation of
    Physiotherapy
    , 11th Congress: 505-507.
  • Bohannon, R.W. & Smith, M.B. (1987). Inter-rater reliability of a Modified Ashworth Scale of muscle spasticity. Physical Therapy, 2, 206-208
  • Colarusso, R. P., Hammill, D. D. (1972). Motor-free visual perception test. Novato CA: Academic Therapy Publications.
  • Cooper, A., Musa, I.M., van Deursen, & Wiles, C.M. (2005). Electromyography characterization of stretch responses in hemiparetic stroke patients and their
    relationship with the Modified Ashworth Scale. Clinical Rehabilitation, 19, 760-766.
  • Cromwell, F.S (1965). Occupational therapists manual for basic skills assessment: primary prevocational evaluation (p. 29-31). Pasadena, CA: Fair Oaks Printing.
  • Folstein, M. F., Folstein, S. E., McHugh, P. R. (1975). « Mini-mental state ». A practical method for grading the cognitive state of patients for the clinician. J
    Psychiatr Res
    , 12(3), 189-198.
  • Fugl-Meyer, A.R., Jääskö, L., Leyman, I., Olsson, S., & Steglind, S. (1975). The post-stroke hemiplegic patient 1. A method for evaluation of physical performance.
    Scandinavian Journal of Rehabilitation Medicine, 7, 13-31.
  • Gregson, J.M., Leathley, M., Moore, P., Sharma, A.K., Smith, T.L., & Watkins, CL. (1999). Reliability of the Tone Assessment Scale and the Modified Ashworth
    Scale as clinical tools for assessing poststroke spasticity. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 80, 1013-1016.
  • Gregson, J.M., Leathley, M., Moore, P., Smith, T.L., Sharma, A.K. & Watkins, CL. (2000). Reliability of measurements of muscle tone and muscle power in stroke
    patients. Age and Ageing, 29, 223-228.
  • Katz, R.T., Rovai, G.P., Brait, C., & Rymer, Z. (1992). Objective quantification of spastic hypertonia: correlation with clinical findings. Archives of
    Physical Medicine and Rehabilitation
    , 73, 339-347.
  • Kumar, R.T.S., Pandyan, A.D, & Sharma, A.K. (2006). Biomechanical measurement of post-stroke spasticity. Age and Ageing, 35, 371-375
  • Lin, F.M., & Sabbahi, M. (1999). Correlation of spasticity with hyperactive stretch reflexes and motor dysfunction in hemiplegia. Archives of Physical Medicine
    and Rehabilitation
    , 80, 526-530.
  • Mathiowetz, V., Volland, G., Kashman, N., & Weber, K. (1985a). Adult norms for the Box and Block Test of manual dexterity. American Journal of Occupational
    Therapy
    , 39, 386-391.
  • Mehrholz, J., Wagner, K., Meibner, D., Grundmann, K., & Zange, C. (2005). Reliability of the Modified Tardieu Scale and the Modified Ashworth Scale in adult with
    severe brain injury: a comparison study. Clinical Rehabilitation, 19, 751-759.
  • Pandyan, A.D., Johnson, G.R., Price, C.I.M., Curless, R.H., Barnes, M.P., & Rodgers, H. (1999). A review of the properties and limitations of the Ashworth and
    Modified Ashworth Scales as measures of spasticity. Clinical Rehabilitation, 13, 373-383.
  • Pandyan, A.D., Price, C.I.M., Rodgers, H., Barnes, M.P., & Johnson, G.R. (2001). Biomechanical examination of a commonly used measure of spasticity. Clinical
    Biomechanics
    , 16, 859-865.
  • Pandyan, A.D., Price, C.I.M., Barnes, M.P. & Johnson, G.R. (2003). A biomechanical investigation into the validity of the Modified Ashworth Scale as a
    measure of elbow spasticity. Clinical Rehabilitation, 17, 290-294.
  • Pizzi, A., Carlucci, G., Falsini, C., Verdesca, S., & Grippo, A. (2005). Evaluation of upper-limb spasticity after stroke: a clinical and neurophysiologic study.
    Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 86, 410-415.
  • Platz, T., Eickhof, C., Nuyens, G., & Vuadens, P. (2005). Clinical scales for the assessment of spasticity, associated phenomena and function: a systematic review
    of the literature. Disability and Rehabilitation, 27(1/2), 7-18.
  • Salter, K., Jutai, J.W., Teasell, R., Foley, N.C., & Bitensky, J. (2005). Issues for selection of outcome measures in stroke rehabilitation: ICF body functions.
    Disability and Rehabilitation, 27(4), 191-207.
  • Sloan R.L., Sinclair E., Thompson J., Taylor, S., & Pentland, B. (1992). Inter-rater reliability of the Modified Ashworth Scale for spasticity in hemiplegic
    patients. Int J Rehabil Res, 15, 158-161.

Voir la mesure

Comment obtenir la Modified Ashworth Scale ?

La Modified Ashworth Scale peut être obtenue auprès de la publication originale : Bohannon & Smith (1987).

Les publications suivantes présentent également la description complète de l’outil :

Bakheit et al. (2003) ; Pandyan et al. (1999) ; Salter, Jutai, Teasell, Foley et Bitensky (2005).

En cliquant ici, vous pouvez accéder à une vidéo montrant comment administrer l’évaluation.

Table des matières

Tardieu Scale et Modified Tardieu Scale (MTS)

Évidence révisées en date du 13-07-2011
Auteur(s)* : Katie Marvin, MSc. (Candidate)
Éditeur(s) : Nicol Korner-Bitensky, PhD OT ; Annabel McDermott, OT
Version française en traduction libre : Andréanne Labranche

But

La Tardieu Scale et la Modified Tardieu Scale (MTS) sont des mesures cliniques de la spasticité des muscles à l’usage de patients avec des troubles neurologiques. Dans la Tardieu Scale ou la MTS, la spasticité est quantifiée en évaluant la réponse du muscle lorsqu’il est étiré, à diverses vélocités.

Note : Le nom des instruments de mesure qui, en anglais, est identifié et nommé par un nom de genre féminin en français – ex. « Batterie » (Battery), « Catégorie » (Category), « Échelle » (Scale, Ladder), « Évaluation » (Assessment) ou « Mesure » (Measure) – est traduit en français par le genre féminin.

Revue détaillée

But de l’outil de mesure

La Tardieu Scale et la Modified Tardieu Scale (MTS) sont des mesures cliniques de la spasticité des muscles à l’usage de patients avec des troubles neurologiques. Dans la Tardieu Scale ou la MTS, la spasticité est quantifiée en évaluant la réponse du muscle lorsqu’il est étiré, à diverses vélocités. La qualité de la réaction du muscle à des vélocités spécifiées et l’angle avec lequel la réaction du muscle se fait sont incorporés dans la mesure de la spasticité par la MTS (Morris, 2002).

L’Ashworth Scale et la Modified Ashworth Scale sont plus souvent utilisés cliniquement dans l’évaluation des adultes. Cependant, la MTS est l’outil le plus communément utilisé pour l’évaluation des enfants et il a été suggéré qu’il fournissait des mesures cliniques plus précises de la spasticité (Morris, 2002).

La capacité de l’Ashworth Scale de mesurer la spasticité a été questionnée et certaines publications suggèrent que cet outil mesure un tonus anormal ou une résistance à l’étirement passif plutôt que la spasticité, parce qu’il ne prend pas en compte la composante dépendante de la vélocité de la spasticité. La MTS compare la résistance du muscle à l’étirement passif à des vitesses lentes et rapide afin de prendre en compte la caractéristique dépendante de la vélocité de la spasticité (Paulis, Horemans, Brouwer & Stam, 2011).

Versions disponibles

Tardieu et al. (1954) ont été les premiers à suggérer la technique de mesure de la spasticité utilisée dans la Tardieu Scale. Held et Pierrot-Deseilligny (1969) ont ensuite développé la Tardieu Scale quantifiable qui a été traduite en anglais par Gracies et al. (2000). Boyd et Graham (1999) ont modifié l’échelle qui est devenue la Modified Tardieu Scale (MTS).

Caractéristiques de l’outil

Items :

Il n’y a pas vraiment d’items dans la MTS.

Descriptions des tâches :

L’examinateur évalue la réaction du groupe musculaire à l’étirement, à des vélocités spécifiées et avec deux paramètres : X (qualité de la réaction musculaire) et Y (angle de la réaction musculaire)

Vélocité de l’étirement

  • V1: Le plus lentement possible (pour minimiser le réflexe d’étirement)
  • V2: Vitesse du segment du membre tombant sous la gravité
  • V3: Le plus vite possible (plus rapide que la vitesse de descente naturelle du segment du membre sous la gravité)

Les angles des articulations résultats sont définis comme :

  • R1 (l’angle de l’articulation suivant un étirement à vélocité rapide -durant V2 ou V3) ; et
  • R2 (amplitude de mouvement passive suivant un étirement de vélocité faible – V1 – Mackey, Watt, Lobb & Stott, 2004).
  • Comme V1 est utilisé pour mesurer les amplitudes de mouvements passives, seuls V2 et V3 sont utilisés pour évaluer la spasticité.

La cotation du test devrait toujours être faite au même moment de la journée et le membre testé devrait être placé dans la même position lors de la répétition du test. La MTS spécifie les positions spécifiques dans lesquelles placer les membres pour l’uniformité (Boy & Graham, 1999; Morris 2002). D’autres articulations, particulièrement le cou, doivent aussi rester dans une position constante durant le test et les tests subséquents.

Angle de la réaction musculaire (Y) : Mesuré relativement à la position d’étirement minimal du muscle (correspond à l’angle) pour toutes les articulations exceptée celle de la hanche, pour qui c’est relativement à la position anatomique de repos (Gracies, Marosszeky, Renton, Sandanam, Gandevia & Burke, 2000).

Ce qu’il faut considérer avant de commencer :

Positions pour le test :

  • Membre supérieur – Doit être testé en position assise.
  • Membre inférieur – Doit être testé en position de supination (sur le dos)

Pour plus de détails concernant les postions pour le test, visitez Morris (2002).

Cotation et interprétation des scores :

Même si ce n’est pas décrit dans la Tardieu Scale orignale, Boyd et Graha, (1999) ont décrit R1 et R2 lors de l’évaluation de la réaction du muscle. R1 est utiliser pour dénoter l’angle avec lequel une « prise » résultant d’un réflexe d’étirement trop actif est présent. R2 dénote l’angle de la longueur du muscle au repos. Dans le développement de la MTS, Boyd et Graham ont suggéré que la relation entre R1 et R2 est de plus grande importance que les mesures individuelles de R1 et de R2.

  • Une large différence entre R1 et R2 suggère une grande composante dynamique avec une plus grande capacité de changement ou d’amélioration.
  • Une petite différence entre R1 et R2 suggère une contracture fixe prédominante dans le muscle avec une faible capacité de Par conséquent, la relation entre R1 et R2 peut être utilisée pour estimer le rôle des mécanismes neutres (spasticité) et des contraintes mécaniques des tissus mous lorsque le muscle réagit à l’étirement passif.

Temps d’administration requis :

Non documenté, mais il va varier selon le nombre de muscles testés.

Formation requise :

  • Aucune typiquement rapportée. Cependant, l’expérience de l’évaluateur a une influence considérable sur les résultats (Ansari et al., 2008; Singh et al., 2011).

Sous-échelles :

Aucune.

Équipement :

  • Crayon à la mine ou stylo
  • Goniomètre
  • Matelas, table thérapeutique ou lit

Formes alternatives de la Modified Tardieu Scale

Tardieu Scale :

D’abord développée en 1954, la Tardieu Scale a été suggérée comme une alternative fiable à l’Ashworth Scale, puisqu’elle compare la résistance musculaire à l’étirement passif à des vitesses lentes et rapides afin de tenir compte de la caractéristique vélocité-dépendante de la spasticité.

Modified Tardieu Scale :

Publiée en 1999, la MTS utilise la même échelle de cotation définie par la Tardieu Scale. Cependant, les modifications ont pour but de standardiser la procédure du test. Le placement spécifique du membre, les positions d’alignement et les procédures sont décrites. Les mesures des amplitudes de mouvement passives sont décrites comme étant R2; l’angle de la réaction du muscle (« prise ») est décrite comme R1, et la différence entre les deux mesures (R2-R1) sont utilisées pour aider à différencier la spasticité et les restrictions par les tissus mous (Boyd et Graham, 1999).

Les définitions des scores pour la Tardieu Scale et la MTS sont fournies plus bas. Les définitions des scores entre les deux mesures sont cohérentes.

Qualité de la réaction musculaire (X):

Cote Description
0 Aucune résistance durant le mouvement passif.
1 Un peu de résistance durant le mouvement passif, avec aucune prise à un angle précis.
2 Prise claire à un angle précis, interrompant le mouvement passif, suivi d’un relâchement.
3 Clonus fatigable (<10 secondes lorsque la pression est maintenue) survenant à un angle précis.
4 Clonus infatigable (>10 secondes lorsque la pression est maintenue) survenant à un angle précis.
5 L’articulation est impossible à bouger.

Clientèle cible

Peut être utilisé avec :

  • Les clients ayant subi un AVC
  • Les clients avec d’autres troubles neurologiques tels que la paralysie cérébrale (Boyd & Graham, 1999) et les traumatismes crâniens (Mehrholz et al., 2005).

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • À ce jour, il n’y a pas de restriction ou aucune information limitant l’utilisation de la Tardieu Scale ou de la MTS.

Dans quelles langues l’outil est-il disponible ?

Anglais

Sommaire

Que mesure l’outil ? La Tardieu Scale et la Modified Tardieu Scale (MTS) sont des mesures cliniques de la spasticité musculaire.
Pour quelles clientèles cet outil peut-il être utilisé ? La MTS peut être utilisée avec les clients ayant subi un AVC, mais son usage n’est pas limité qu’à cette clientèle.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration requis Non documenté, mais cela varie selon le nombre de groupes musculaires testés.
Versions Tardieu Scale, MTS
Langues Anglais
Propriétés psychométriques
Fidélité

Cohérence interne :
Aucune étude n’a examiné la cohérence interne de la MTS auprès de clients ayant subi un AVC.

Test-retest :
Une étude a examiné la fidélité test-retest de la Tardieu Scale et a relevé une excellente fidélité en utilisant des capteurs par inertie et de la goniométrie.

Intra-juge :
Deux études ont examiné la fidélité intra-juge de la MTS et ont relevé une fidélité allant d’adéquate à excellente en utilisant les statistiques kappa.

Inter-juges :
Une étude a examiné la fidélité inter-juges de la Tardieu Scale en utilisant des capteurs par inertie et de la goniométrie. Une fidélité inter-juges allant d’adéquate à excellente a été relevée en utilisant respectivement la goniométrie et les capteurs par inertie, calculée à l’aide de coefficients de corrélation intra-classe (CCI).

Deux études ont examiné la fidélité inter-juges de la MTS et ont relevé une fidélité allant de faible à adéquate en utilisant les statistiques kappa et le CCI.

Validité

Contenu :
Aucune étude n’a examiné la validité de contenu de la Tardieu Scale ou de la MTS auprès de clients ayant subi un AVC.

Critère :
Concourante :
Aucune étude n’a examiné la validité concourante de la Tardieu Scale ou de la MTS auprès de clients ayant subi un AVC.

Prédictive :
Aucune étude n’a examiné la validité prédictive de la Tardieu Scale ou de la MTS auprès de clients ayant subi un AVC.

Construit :
Convergente/Discriminante :
Une étude a examiné la validité convergente de la Tardieu Scale et a relevé une excellente corrélation entre le score sur la Tardieu Scale et des mesures d’électromyographie (EMG) de la spasticité et des contractures.

Groupes connus :
Aucune étude n’a examiné la validité de groupes connus de la Tardieu Scale ou de la MTS auprès de clients ayant subi un AVC.

Sensibilité & Spécificité :
Aucune étude n’a examiné la sensibilité ou la spécificité de la Tardieu Scale ou de la MTS auprès de clients ayant subi un AVC.

Effets plancher/plafond Aucune étude n’a examiné les effets de plancher ou de plafond de la Tardieu Scale ou de la MTS auprès de clients ayant subi un AVC.
Est-ce que l’outil est sensible au changement ? Aucune étude n’a formellement examiné la sensibilité au changement de la Tardieu Scale ou de la MTS. Cependant, une étude a relevé que la Tardieu Scale s’est avérée assez sensible pour détecter le changement auprès de patients suivant des traitements pour la spasticité.
Acceptabilité La MTS est communément utilisée pour évaluer la spasticité chez les enfants. Chez les adultes, il a été suggéré que cet outil s’avérait plus précis et mesurait avec plus de fiabilité la spasticité que l’Ashworth Scale.
Faisabilité Le temps d’administration de la MTS n’a pas été documenté, mais il varie selon le nombre de muscles testés.
Comment obtenir l’outil ? Les publications suivantes présentent dans leur ensemble la Tardieu Scale et/ou la MTS : Ansari, Naghdi, Hasson, Azarsa & Azarnia (2008) ; Boyd & Graham (1999) ; Gracies et al. (2000) ; Haugh, Pandyan & Johnson (2006) ; Morris (2002); and Patrick & Ada (2006).

Propriétés psychométriques

Résumé

Une recherche dans la littérature a été menée pour identifier toutes les publications pertinentes sur les propriétés psychométriques de la Tardieu Scale et la MTS. Alors que ces outils d’évaluation peuvent être utilisés auprès de plusieurs populations, ce module s’intéresse aux propriétés psychométriques des outils spécifiquement lorsqu’ils sont utilisés auprès de patients ayant subi un AVC. Six études ont été identifiées.

Effets plancher/plafond

Aucune étude n’a relevé d’effets de plancher ou de plafond sur la Tardieu Scale ou la MTS lorsqu’elles sont utilisées auprès de clients ayant subi un AVC.

Fidélité

Cohérence interne :
Aucune étude n’a documenté d’informations concernant la cohérence interne de la Tardieu Scale ou de la MTS lorsqu’elles sont utilisées auprès de patients ayant subi un AVC.

Test-retest :
Paulis et al. (2011) ont évalué et comparé la fidélité test-retest des mesures de la Tardieu Scale en utilisant la goniométrie et les capteurs par inertie (CI). Deux thérapeutes ont chacun évalué la spasticité des fléchisseurs du coude auprès de 13 patients ayant subi d’un AVC en utilisant la goniométrie et les CI, à deux occasions distinctes (à 30 minutes d’intervalle). La fidélité test-retest de la Tardieu Scale, calculée à l’aide du coefficient de corrélation intra-classe (CCI), s’est avérée excellente tant pour la goniométrie que pour les CI (respectivement, CCI = 0,86 et 0,76). La fidélité test-retest des données relatives à l’amplitude articulaire passive et à l’angle de la prise se sont également excellente lorsque la goniométrie et les CI étaient utilisées.

Intra-juge :
Mehrholz, Wagner, Meibner, Grundmann et Zange (2005) ont examiné la fidélité intra-juge de la MTS et de la Modified Ashworth Scale auprès de 30 clients souffrant de lésions cérébrales graves résultant d’un AVC (en phase subaiguë de récupération), d’un traumatisme crânien ou d’une hypoxie cérébrale. Le tonus musculaire de l’épaule, du coude, du poignet, de la hanche, du genou et de la cheville a été mesuré. Les participants ont été évalués à deux reprises dans un intervalle d’un jour, à la même heure et dans la même position, par le même évaluateur. La fidélité intra-juge de la MTS, calculée à partir des statistiques kappa, s’est avérée adéquate pour les muscles fléchisseurs de l’épaule (kappa = 0,65), les rotateurs externes de l’épaule (kappa = 0,53) et les fléchisseurs du genou (kappa = 0,67) et excellente pour tous les autres muscles : fléchisseurs du coude (kappa = 0,78), extenseurs du coude (kappa = 0.75), fléchisseurs du poignet (kappa = 0,87), extenseurs du poignet (kappa = 0,71), fléchisseurs de la hanche (kappa = 0,76), extenseurs de la hanche (kappa = 0,72), fléchisseurs du genou (kappa = 0,67), extenseurs du genou (kappa = 0,81), extenseurs de la cheville avec l’articulation du genou fléchie (kappa = 0,82), extenseurs de la cheville avec l’articulation du genou complètement étendue (kappa = 0,72). Comparativement à la Modified Ashworth Scale, la fidélité intra-juge de la MTS s’est avérée significativement plus élevée pour tous les muscles (P<0,05), à l’exception des muscles extenseurs et rotateurs internes de l’épaule (P>0,05).

Singh, Joshua, Ganeshan et Suresh (2011) ont examiné la fidélité intra-juge de la MTS auprès de 91 patients en phase subaiguë de récupération post-AVC. Les fléchisseurs du coude et les fléchisseurs plantaires de la cheville ont été évalués à deux reprises dans un intervalle de deux jours, à la même heure et dans la même position, par le même évaluateur (l’évaluateur a reçu une formation approfondie sur l’évaluation de la spasticité à l’aide de la MTS). La fidélité intra-juge de la MTS, calculée à l’aide du coefficient de corrélation intra-classe (CCI), s’est avérée excellente pour toutes les mesures de la MTS, tant pour les fléchisseurs du coude que pour les fléchisseurs plantaires de la cheville (fléchisseurs du coude : R1 CCI = 0,998, R2 CCI = 0,978, R2-R1 CCI = 0,991, scores MTS CCI = 0,847 ; fléchisseurs plantaires de la cheville : R1 CCI = 0,990, R2 CCI = 0,995, R2-R1 CCI = 0,907, scores MTS CCI = 0,863).

Inter-juges :
Mehrholz et al. (2005) ont estimé la fidélité inter-juges de la MTS et de la Modified Ashworth Scale auprès de 30 clients souffrant de lésions cérébrales graves résultant d’un AVC (en phase subaiguë de récupération), d’un traumatisme crânien ou d’une hypoxie cérébrale. Le tonus musculaire de l’épaule, du coude, du poignet, de la hanche, du genou et de la cheville a été mesuré. Les participants ont été évalués par quatre évaluateurs différents. La fidélité inter-juges, calculée à partir des statistiques kappa, s’est avérée adéquate pour les fléchisseurs de l’épaule (kappa = 0,44), les fléchisseurs du coude (kappa = 0,48), les extenseurs du coude (kappa = 0,51), les fléchisseurs de la hanche (kappa = 0,42), les fléchisseurs du genou (kappa = 0,53), les extenseurs du genou (kappa = 0.44) et les extenseurs de cheville avec le genou complètement fléchi (kappa = 0,47), mais faible pour les rotateurs externes de l’épaule (kappa = 0,39), les fléchisseurs du poignet (kappa = 0,33), les extenseurs du poignet (kappa = 0,38), les extenseurs de la hanche (kappa = 0,37), les extenseurs de la cheville avec le genou complètement étendu (kappa = 0,29) et les extenseurs du coude (kappa = 0,42). Comparativement à la Modified Ashworth Scale, la fidélité inter-juges de la MTS s’est avérée significativement plus élevée pour tous les muscles (P<0,05), à l’exception des muscles extenseurs du poignet (P>0,05).

Ansari, Naghdi, Hasson, Azarsa et Azarnia (2008) ont évalué la fidélité inter-juges de la MTS auprès de 30 patients souffrant d’hémiplégie causée par un AVC (en phase chronique de récupération) ou une lésion cérébrale traumatique (âge moyen 54,9 ans). Deux évaluateurs inexpérimentés ont examiné les patients, sans connaitre les résultats de l’autre évaluateur. La fidélité inter-juges des mesures de la MTS, calculée à l’aide du coefficient de corrélation intra-classe (CCI), s’est avérée adéquate (CCI R1 = 0,74 ; CCI R2 = 0,56 ; et CCI R2-R1 = 0,72). Les auteurs suggèrent que l’expérience limitée des évaluateurs a probablement eu un impact sur la fidélité inter-juges.

Paulis et al. (2011) ont évalué et comparé la fidélité inter-juges des mesures de la Tardieu Scale en utilisant la goniométrie et les capteurs par inertie (CI). Deux thérapeutes ont chacun évalué la spasticité des fléchisseurs du coude auprès de 13 patients ayant subi un AVC, à deux reprises (à 30 minutes d’intervalle). La fidélité inter-juges de la Tardieu Scale utilisant les CI, calculée à l’aide du coefficient de corrélation intra-classe (CCI), s’est avérée excellente (0,84), alors que la fidélité inter-juges utilisant la goniométrie s’est avérée seulement adéquate (0,66). La fidélité inter-juges de l’amplitude articulaire passive utilisant les CI s’est avérée excellente et équivalente à celle de la goniométrie (CCI=0,89 pour les deux). La fidélité inter-juges de l’angle de la prise s’est également avérée excellente en utilisant l’IS (ICC=0,87) et adéquate en utilisant la goniométrie (CCI=0,60).

Validité

Contenu :

Aucune étude n’a documenté d’informations concernant la validité de contenu de la Tardieu Scale ou de la MTS lorsqu’elles sont utilisées auprès de patients ayant subi un AVC.

Critère :

Concourante :
Aucune étude n’a documenté d’informations concernant la validité concourante de la Tardieu Scale ou de la MTS lorsqu’elles sont utilisées auprès de patients ayant subi un AVC.

Prédictive :
Aucune étude n’a documenté d’informations concernant la validité prédictive de la Tardieu Scale ou de la MTS lorsqu’elles sont utilisées auprès de patients ayant subi un AVC.

Construit :

Convergente/Discriminante :
Patrick et Ada (2006) ont évalué la validité convergente de la Tardieu Scale en la comparant à l’Ashworth Scale et à des mesures d’électromyographies (EMG) de la spasticité et de la contracture, auprès de 16 patients ayant subi un AVC. Les corrélations ont été calculées à l’aide du test exact de Fisher et des coefficients de corrélation de Pearson. La Tardieu Scale s’est avérée avoir un excellent niveau d’accord avec les mesures d’EMG pour détecter la spasticité (kappa = 1,0) et les contractures (kappa = 0,88) pour les muscles fléchisseurs du coude et les muscles fléchisseurs plantaires de la cheville. L’Ashworth Scale a obtenu un faible niveau d’accord avec les mesures d’EMG pour la détection de la spasticité (kappa = 0,24 pour les muscles fléchisseurs du coude et kappa = 0,25 pour les muscles fléchisseurs plantaires de la cheville). De plus, une excellente corrélation a été relevée entre la Tardieu Scale et les mesures d’EMG pour la spasticité des muscles fléchisseurs du coude et des muscles fléchisseurs plantaires de la cheville (respectivement, r = 0,86, P = 0,001 ; 0,62, P = 0,001) ; alors qu’une faible corrélation a été relevée entre l’Ashworth Scale et les mesures d’EMG pour la spasticité des muscles fléchisseurs du coude et des muscles fléchisseurs plantaires de la cheville (respectivement, r = 0,33, P = 0,21 ; r = 0,15, P = 0,59). Les auteurs ont conclu que la Tardieu Scale est plus appropriée que l’Ashworth Scale pour identifier la spasticité et pour différencier la spasticité et la contracture dans les membres supérieures et inférieures.

Groupes connus :
Aucune étude n’a documenté d’informations concernant la validité de groupes connus de la Tardieu Scale ou de la MTS lorsqu’elles sont utilisées auprès de patients ayant subi un AVC.

Sensibilité/Spécificité :

Aucune étude n’a documenté d’informations concernant la sensibilité ou la spécificité de la Tardieu Scale ou de la MTS lorsqu’elles sont utilisées auprès de patients ayant subi un AVC.

Sensibilité au changement

Gracies et al. (2000) ont évalué les effets à court terme des attelles dynamiques en lycra auprès 16 patients avec une hémiplégie du membre supérieur causée par un AVC. Le régime de traitement inclus de porter l’attelle durant trois heures la première journée, et de ne pas porter celle-ci durant la deuxième journée. Les patients ont été évalués en utilisant la Tardieu Scale au début et à la fin du traitement de trois heures et ce, durant les deux jours. Un changement dans la spasticité a été détecté en utilisant le R1 de la Tardieu Scale (angle de la prise) pour les mesures des fléchisseurs du poignet et des doigts lorsque les patients étaient réévalués après avoir porté l’attelle de traitement durant trois heures (changement dans la moyenne ± écart-type de 120,8°±40,5° à 145,4°±36,9°; et 163,1°±31,5° à 169,2°±25,3°, respectivement). Aucun changement n’a été relevé durant la journée suivante alors que les patients ne portaient pas l’attelle. Même si la sensibilité au changement de la Tardieu Scale n’a pas été formellement évaluée dans cette étude, l’échelle s’est avérée assez sensible pour détecter une diminution de la spasticité des fléchisseurs du coude et des doigts suivant le port de l’attelle.

Références

  • Ammann, C.M., Kawanami, L.M., Giratalla, M.M., Hoetmer, R.A., Rodriguez, V.J. & Munro, K.K. (2005). Choosing a spasticity outcome measure: A review for the neuromodulation clinic. University of Alberta Health Sciences Journal, 2, 29-32.
  • Boyd, R.N. & Graham, H.K. (1999). Objective measurement of clinical findings in the use of botulinum toxin type A for the management of children with cerebral palsy. European Journal of Neurology, 6 (suppl4), S23-S25.
  • Gracies, J-M., Marosszeky, J. E., Renton, R., Sandanam, J., Gandevia, S.C. & Burke, D. (2000). Short-term effects of dynamic lycra splnts on upper limb in hemiplegic patients. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 81, 1547-55.
  • Haugh, A.B., Pandyan, A.D. & Johnson, G.R. (2006). A systematic review of the Tardieu Scale for the measurement of spasticity. Disability and Rehabilitation, 28(15), 899-907.
  • Mackey, A.H., Walt, S.E., Lobb, G. & Stott, N.S. (2004). Intraobserver reliability of the Modified Tardieu Scale in the upper limb of children with hemiplegia. Developmental Medicine and Child Neurology, 46, 267-272.
  • Morris, S. (2002). Ashworth and Tardieu Scales: Their clinical relevance for measuring spasticity in adult and paediatric neurological populations. Physical Therapy Reviews, 7, 53-62.
  • Patrick, E. & Alda, L. (2006). The Tardieu Scale differentiates contracture from spasticity whereas the Ashworth Scales is confounded by it. Clinical Rehabilitation, 20, 173-182.
  • Paulis, W.D., Horemans, H.L.D, Brouwer, B.S. & Stam, H.J. (2011). Excellent test-retest and inter-rater reliability for Tardieu Scale measurements with inertial sensors in elbow flexors for stroke patients. Gait & Posture, 33, 185-189.
  • Singh, P. & Joshua, A.M. (2011). Intra-rater reliability of the modified Tardieu scale to quantify spasticity in elbow flexors and ankle plantar flexors in adult stroke subjects. Annals of Indian Academy of Neurology, 14, 23-26.

Voir la mesure

Comment obtenir la Tardieu Scale et la Modified Tardieu Scale (MTS) ?

Les publications suivantes présentent la Tardieu Scale et/ou la MTS :

  • Ansari, Naghdi, Hasson, Azarsa & Azarnia (2008) ;
  • Boyd & Graham (1999) ;
  • Gracies et al. (2000) ;
  • Haugh, Pandyan & Johnson (2006) ;
  • Morris (2002) ; et
  • Patrick & Ada (2006).
Table des matières
Nous voulons votre avis