Pour patients et familles

Si vous avez ou votre proche a…récemment subi un AVC

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Un AVC est un type de lésion du cerveau. Un AVC se produit lorsque le sang ne circule pas dans une zone du cerveau. La circulation sanguine peut être interrompue par l’éclatement d’un vaisseau sanguin (AVC hémorragique), ou par un caillot de sang ou un vaisseau sanguin obstrué (AVC ischémique). Cela limite l’oxygène et les nutriments à la partie du cerveau affectée, et provoque des lésions ou la mort des cellules au niveau de cette zone affectée. D’autres cellules tentent de prendre le relais de ces cellules mortes par un processus appelé neuroplasticité, qui est favorisé par la réadaptation.

Cliquez ici pour visiter le site de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC et obtenir plus d’informations sur les causes, les types, les symptômes et les effets des AVC.

Quels sont les effets d’un AVC sur le corps ?

L’effet de l’AVC sur le corps dépend de la partie du cerveau qui a été affectée et de l’importance des lésions cérébrales. Un AVC peut entraîner une faiblesse ou une paralysie des muscles du corps. Une faiblesse musculaire au niveau du visage, des bras et des jambes peut entraîner des problèmes d’élocution et de communication, de déglutition, de mouvement et d’utilisation des mains, ou de la marche et de l’équilibre. Les dommages au cerveau causés par un AVC peuvent également affecter les fonctions cérébrales telles que la mémoire, la pensée et la résolution de problèmes. Pour certaines personnes, l’AVC peut également entraîner des problèmes moins visibles tels que la fatigue, l’irritabilité ou la dépression.

Chaque AVC est différent, mais la plupart nécessitent une réadaptation. Sur ce site web, nous présentons des informations sur les conséquences des AVC ainsi que les options en matière d’interventions qui peuvent être proposées dans le cadre de la réadaptation.

Pourquoi la faiblesse des bras et des jambes est-elle associée à un AVC ?

Les lésions d’un côté du cerveau entraînent des difficultés dans les mouvements de l’autre côté du corps. Une personne qui a subi un AVC du côté gauche du cerveau peut avoir des difficultés à bouger le côté droit du corps. De nombreuses personnes ayant subi un AVC présentent une faiblesse musculaire (hémiparésie) ou une perte de mouvement (hémiplégie) d’un côté du corps. Cela peut affecter leur capacité à utiliser le bras de ce côté du corps. La faiblesse musculaire ou la perte de mouvement peut rendre difficile l’accomplissement des activités quotidiennes.

Certaines thérapies efficaces pour améliorer la faiblesse au niveau des bras, au début de la récupération post-AVC, comprennent :

Thérapie par contrainte induite du mouvement (Membre supérieur)

Stimulation électrique fonctionnelle (Épaule hémiplégique)

Stimulation électrique fonctionnelle (Membre supérieur)

Stimulation magnétique transcrânienne répétitive

Rééducation orientée sur la tâche (Membre supérieur)

L’application Viatherapy (disponible uniquement en anglais) fournit également des informations utiles aux professionnels de la réadaptation sur les interventions en matière d’AVC pour le rétablissement des bras. Veuillez partager ces informations avec votre professionnel de la réadaptation et discuter avec lui ou elle pour savoir si ces interventions vous conviennent.

Certaines thérapies efficaces pour améliorer la faiblesse au niveau des jambes, au début de la récupération post-AVC, comprennent :

Biofeedback (Membre inférieur)

Appareils électromécaniques d’entraînement à la marche

Stimulation électrique fonctionnelle (Membre inférieur)

Entraînement de la force (Membre inférieur)

Réalité virtuelle (Membre inférieur)

Qu’est-ce que la subluxation de l’épaule et pourquoi est-elle associée à l’AVC ?

La subluxation de l’épaule se produit lorsque le gros os de la partie supérieure du bras (appelé humérus) se sépare de l’orbite de l’épaule. Elle est fréquente chez les patients qui souffrent d’hémiplégie suite à un AVC. La subluxation de l’épaule peut causer beaucoup de douleur et peut avoir un impact sur le mouvement du bras. Il est très important d’envisager un positionnement sûr et confortable du corps et du bras afin d’éviter davantage de douleurs et blessures à l’épaule. La subluxation de l’épaule peut être traitée par une Stimulation électrique fonctionnelle (SEF).

Voici plus d’information au sujet de la Stimulation électrique fonctionnelle (Épaule hémiplégique).

Pourquoi la paralysie faciale est-elle associée à l’AVC ?

L’AVC peut entraîner une faiblesse au niveau des muscles du visage, ce qui s’appelle la paralysie faciale. Elle est causée par une lésion de la partie du cerveau qui contrôle les muscles du visage. La paralysie faciale peut affecter la capacité à bouger un côté du visage, ce qui peut à son tour avoir un impact sur des tâches telles que manger, boire et parler.

Pourquoi les difficultés de communication sont-elles associées aux AVC ?

Certaines personnes éprouvent des difficultés à communiquer ou à utiliser le langage suite à un AVC, ce qui s’appelle de l’aphasie. L’aphasie est fréquente chez les individus qui ont subi un AVC du côté gauche de leur cerveau. Il existe plusieurs types d’aphasie et les symptômes dépendent de la zone du cerveau qui a été touchée. L’aphasie peut affecter la capacité de parler (dire des mots et des phrases – aphasie de Broca), ou la capacité de comprendre ce que disent les autres (aphasie de Wernicke). L’aphasie peut également affecter la capacité de lire et d’écrire (aphasie anomique). L’aphasie peut aller de légère à sévère. Elle peut être très frustrante pour les individus qui ne peuvent pas communiquer leurs besoins, leurs sentiments ou leurs pensées à d’autres personnes.

Voici plus d’informations au sujet de l’aphasie.

Visionnez cette vidéo (en anglais) sur l’aphasie provenant de l’Association nationale de l’aphasie.

Visitez le site de l’Aphasia Institute of Canada (en anglais) pour obtenir plus d’informations sur l’aphasie incluant les symptômes, le diagnostic, le traitement et des histoires personnelles.

Pourquoi les difficultés de déglutition sont-elles associées aux AVC ?

Certaines personnes peuvent avoir des difficultés à avaler suite à un AVC, ce qui s’appelle la dysphagie. L’AVC peut causer des dommages à la région du cerveau qui contrôle les nerfs et les muscles des lèvres, de la joue, de la langue, de la gorge et de l’œsophage. Ces muscles sont utilisés pour déplacer, mâcher et avaler des aliments. La paralysie de ces muscles peut provoquer une aspiration ou une pneumonie. Les AVC peuvent également endommager la zone du cerveau qui contrôle les sensations. Cela peut affecter la capacité de goûter les saveurs, de sentir les différentes textures des aliments ou d’identifier la température des aliments ou des boissons. La dysphagie peut causer des difficultés ou des inconforts lors de l’alimentation et de la consommation de boissons.

Voici plus d’informations au sujet de la dysphagie.

Qu’est-ce que la Négligence Spatiale Unilatérale et pourquoi est-elle associée aux AVC ?

La Négligence Spatiale Unilatérale (NSU) désigne une tendance à négliger les objets se situant d’un côté du corps. Cette tendance est courante suite à un AVC. Suivant un AVC, la personne peut sembler négliger un côté du corps ou peut avoir des difficultés à voir les objets d’un côté du corps. Cette tendance est plus fréquente chez les personnes qui ont subi un AVC du côté droit du cerveau.

Un AVC sur un côté du cerveau entraîne une négligence de l’autre côté du corps. Par exemple, un patient qui a subi un AVC du côté droit du cerveau aura tendance à ignorer ou à négliger les objets situés dans le champ visuel gauche. Ainsi, une personne qui présente de la paralysie des muscles du bras ou de la jambe gauche peut également avoir tendance à négliger les objets qui se trouvent à gauche de son corps.

La Négligence spatiale unilatérale est également appelée négligence hémi-spatiale. Cette condition peut être traitée.

Voici plus d’informations au sujet de la Négligence spatiale unilatérale.

Qu’est-ce que la cognition et pourquoi est-elle associée à l’AVC ?

La cognition fait référence aux processus de pensée tels que la mémoire, l’orientation, la perception, le raisonnement et le jugement. Les AVC peuvent causer des dommages aux parties du cerveau qui sont responsables de la cognition. Cela peut entraîner des problèmes de pensée, d’attention, d’apprentissage, de jugement et de mémoire. Certaines personnes peuvent sembler désorientées ou facilement confuses. Elles peuvent avoir des difficultés à comprendre ou à mémoriser des informations. Cela peut être très frustrant pour la personne et ses proches. Les difficultés cognitives peuvent affecter les relations de l’individu, son travail et ses loisirs, son indépendance et son rétablissement suite à un AVC. Il existe différents traitements qui visent à améliorer la mémoire, l’attention et d’autres aptitudes cognitives après un AVC.

Voici plus d’informations au sujet de la réadaptation cognitive.

Les fonctions exécutives sont des habiletés complexes qui aident à gérer l’attention et le comportement. Les habiletés des fonctions exécutives sont nécessaires pour les soins personnels, les loisirs et les tâches reliées au travail. Elles nous permettent de résoudre des problèmes, de planifier et d’organiser des tâches, de prêter attention à une ou plusieurs tâches et d’organiser notre pensée. Les fonctions exécutives peuvent être affectées par un AVC. Il existe différents traitements qui visent à améliorer les habiletés des fonctions exécutives.

Voici plus d’informations sur les fonctions exécutives et les traitements des fonctions exécutives.

Pourquoi des difficultés d’équilibre sont-elles associées aux AVC ?

L’AVC peut affecter les systèmes du corps et les zones du cerveau qui sont responsables de l’équilibre. Les effets secondaires des AVC (par exemple, l’hémiparésie, les problèmes de perception, la négligence spatiale), ou les effets secondaires des médicaments, peuvent également affecter l’équilibre. Après un AVC, certains individus peuvent se sentir étourdis ou instables sur leurs pieds. Ils peuvent avoir des difficultés à garder leur équilibre lorsqu’ils sont assis, debout ou en train de marcher. Certains individus peuvent être sujets à des chutes et auront besoin d’aide pour passer d’une position à une autre (par exemple, pour passer du lit à une chaise).

Un professionnel de la santé recommandera des positions sûres pour la personne ayant des difficultés d’équilibre. Le professionnel de la santé peut suggérer des aides techniques pour aider la personne à s’asseoir, se lever et se déplacer. Les aides techniques sont des pièces d’équipement que vous utilisez pour faciliter et/ou sécuriser vos activités quotidiennes. Un professionnel de la santé peut proposer un entraînement de l’équilibre pour améliorer l’équilibre suite à un AVC.

Voici plus d’informations au sujet de l’entraînement de l’équilibre.

Qu’en est-il de la conduite automobile ?

Il est recommandé d’arrêter de conduire pendant au moins un mois après l’AVC. Après cette période d’un mois, il est important pour votre sécurité et celle des autres de faire évaluer votre capacité de conduire par un professionnel. Certaines personnes ne seront pas en mesure de conduire suite à un AVC. D’autres pourront reprendre le volant après avoir suivi un entraînement.

Voici plus d’informations au sujet de la conduite automobile suite à un AVC.

Qu’en est-il des changements d’humeur ?

La dépression est fréquente suite à un AVC. La dépression peut affecter l’humeur, les pensées, la santé et le rétablissement de la personne. L’individu peut avoir des sautes d’humeur, ou se sentir en colère, impuissant, fatigué ou désespéré. La personne peut avoir des difficultés à exprimer ce qu’elle ressent. Il est important d’identifier et de gérer la dépression suite à un AVC.

Voici plus d’informations au sujet de la dépression post-AVC.

Qu’en est-il de la fatigue ?

La fatigue est également fréquente suite à un AVC. Elle n’est pas déterminée par le type ou la sévérité de l’AVC. La fatigue suite à un AVC peut être physique (par exemple, la fatigue après une activité physique), cognitive (par exemple, la fatigue après une activité qui demande de l’attention et de la réflexion) ou émotionnelle (par exemple, la fatigue après des interactions sociales difficiles). Il existe des moyens de gérer la fatigue suite à un AVC.

Voici plus d’informations au sujet de la fatigue post-AVC.

Qu’en est-il de la sexualité ?

La sexualité est une préoccupation courante suite à un AVC. Beaucoup se demandent s’ils peuvent à nouveau avoir des relations sexuelles, quand, ou si cela augmente les risques de subir un autre AVC. N’hésitez pas à discuter de vos préoccupations spécifiques en matière de sexualité avec un professionnel de la santé.

Voici plus d’informations au sujet de la sexualité après un AVC.

Qu’en est-il de la famille ?

Un AVC peut être très stressant pour la personne et son entourage. Il est recommandé d’inclure les proches dans le processus de rétablissement. Les connaissances au sujet de l’AVC peuvent aider les membres de la famille à faire face à la situation et à soutenir la personne ayant subi l’AVC. L’hôpital peut offrir des ressources telles que des informations écrites ou un clinicien de soutien familial (par exemple un travailleur social) pour soutenir le patient et les membres de la famille pendant le processus de rétablissement initial. La famille et les proches-aidants peuvent également bénéficier de groupes de soutien et de programmes d’éducation de groupe. Les membres de la famille doivent être considérés comme faisant partie de l’équipe interdisciplinaire, car ils ont un double rôle : offrir du soutien, mais ont également besoin de recevoir du soutien, de l’information et de l’éducation. Si vous êtes un membre de la famille, n’hésitez pas à demander des informations, une formation et un soutien à tous les membres de l’équipe interdisciplinaire.

Voici plus d’informations au sujet du soutien aux membres de la famille en phase aiguë de récupération post-AVC.

Voici plus d’informations pour les proches aidants sur le rétablissement suite à un AVC provenant du site du Stroke Recovery Canada.

Que se passe-t-il ensuite ?

La réadaptation suite à un AVC commence lorsque le patient est médicalement stable. Le processus de réadaptation dépend du type d’AVC, de sa sévérité et du système de soins de santé disponible. Les équipes médicales, infirmières et paramédicales suivront un parcours de soins afin de fournir les meilleurs soins médicaux au patient et à sa famille.

Le premier mois suivant un AVC est appelé la phase aiguë de récupération. Au cours des premières semaines suivant un AVC, l’individu peut récupérer les fonctions perdues telles que la parole, la déglutition, le mouvement et/ou les habiletés de la pensée. La plupart des patients commencent le processus de réadaptation peu après l’AVC. Le patient doit commencer la réadaptation dès qu’il est médicalement stable. La réadaptation aidera à la réparation du cerveau, afin de favoriser la récupération de ces habiletés. La réadaptation comprendra des exercices et des tâches à effectuer proposées par des professionnels de la santé tels qu’un physiothérapeute, un ergothérapeute et un orthophoniste. Les professionnels de la réadaptation évalueront le patient afin de proposer un programme et des activités de réadaptation qui l’aideront le plus possible à retrouver les habiletés qui ont été affectées par l’AVC.

Ce site web Info-AVC fournit des informations sur les meilleures interventions pour la réadaptation suite à un AVC soutenues par des résultats de recherches. Les informations sont basées sur des évidences scientifiques provenant de sources fiables dans le monde de la recherche. Il contient des informations destinées aux professionnels de la réadaptation sur les évaluations et les interventions les plus appropriés pour les patients ayant subi un AVC.

Le site web Info-AVC fournit également des informations qui s’adressent aux personnes ayant subi un AVC et leurs familles. Veuillez consulter nos pages sur les Conséquences des AVC et les Interventions en matière d’AVC. Vous pouvez y accéder à partir de la page d’accueil du site ; il vous suffit de choisir « Conséquences » ou « Intervention », selon ce qui vous intéresse, puis sélectionner l’onglet Informations aux patients sur le côté gauche de la page. Vous y trouverez des informations concernant la problématique ou l’intervention qui vous préoccupe en matière d’AVC, les traitements efficaces, et la façon d’accéder aux interventions. Vous pouvez imprimer ces informations pour les lire, ou les partager et en discuter avec les membres de votre famille ou les professionnels de la réadaptation.

Le rétablissement après un AVC est différent pour chaque personne. Le rétablissement et la réadaptation peuvent prendre plusieurs mois ou années. La réadaptation peut commencer lorsque l’individu est hospitalisé et se poursuivre lorsqu’il est transféré dans une Unité AVC ou un centre de réadaptation, ou lorsqu’il obtient son congé de l’hôpital (« Centre de jour »). Dans certains cas, la réadaptation peut également être proposée à domicile. La réadaptation peut être un programme dispensé dans un établissement de soins de santé (par exemple, à l’hôpital, dans une unité de réadaptation ou dans une clinique communautaire), ou il peut s’agir d’un ensemble d’exercices prescrits à l’individu par ses professionnels de la santé. Les professionnels de la réadaptation choisiront les interventions qui conviennent le mieux à la personne.

Voici plus d’informations sur la récupération suite à un AVC [lien avec Info-AVC]

Voici plus d’informations sur la prévention d’un deuxième AVC.

Voici plus d’informations sur le rétablissement suite à un AVC provenant du Partenariat Canadien pour le rétablissement de l’AVC. (disponible en anglais uniquement)

Où puis-je obtenir plus d’informations ?

Voici quelques autres sites utiles au sujet de l’AVC :

Fondation des maladies du Coeur et de l’AVC (https://www.coeuretavc.ca/avc)

Partenariat Canadien pour le rétablissement de l’AVC (https://www.canadianstroke.ca/fr)

Pratiques optimales de l’AVC au Canada (https://www.pratiquesoptimalesavc.ca/)

American Stroke Association (www.stroke.org) – site anglais

The Internet Stroke Center (www.strokecenter.org) – site anglais

The Stroke Foundation (www.strokefoundation.org.au et https://enableme.org.au/) – site anglais

 

Si vous avez ou votre proche a… débuté la réadaptation

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Un AVC est un type de lésion du cerveau. Un AVC se produit lorsque le sang ne circule pas dans une zone du cerveau. La circulation sanguine peut être interrompue par l’éclatement d’un vaisseau sanguin (AVC hémorragique), ou par un caillot de sang ou un vaisseau sanguin bloqué (AVC ischémique). Cela limite l’oxygène et les nutriments à la partie du cerveau touchée. Cela provoque des lésions ou la mort des cellules de la zone du cerveau affectée.

Voici plus d’informations sur les AVC et la phase aiguë de récupération post-AVC. [lien avec Info-AVC Famille > Phase aiguë de récupération post-AVC]

Cliquez ici pour visiter le site de la Fondation des maladies du cœur et obtenir plus d’informations sur les causes, les types, les symptômes et les effets des AVC.

Qu’est-ce que la réadaptation post-AVC ?

La réadaptation post-AVC est un programme médical et thérapeutique destiné à aider les personnes qui ont subi un AVC et leurs proches à se rétablir d’un AVC. Une équipe de réadaptation est généralement composée de médecins, d’infirmières, de pharmaciens, de diététiciens et de thérapeutes – physiothérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes, psychologues et travailleurs sociaux. Dans certains cas, elle peut également inclure d’autres disciplines telles que des thérapeutes en loisirs, des kinésiologues, etc.

La réadaptation peut commencer dès que l’état de santé médical de la personne est stable. Les professionnels de la réadaptation utiliseront un certain nombre d’évaluations, notamment des entrevues, des tests et des observations, pour décider avec la personne et son proche de la meilleure façon d’aider le rétablissement suite à un AVC. Ils élaboreront ensuite un programme de réadaptation pour aider la personne à retrouver les habiletés qui ont été affectées par l’AVC, ou à apprendre à s’adapter aux difficultés qu’elle rencontre à la suite de l’AVC. Le rétablissement et la réadaptation peuvent prendre plusieurs mois ou années. La réadaptation peut commencer lorsque l’individu est hospitalisé (« à l’interne »), et se poursuivre lorsque celui-ci est transféré dans une unité spécialisée en AVC ou un centre de réadaptation, ou lorsqu’il obtient son congé de l’hôpital (« réadaptation externe »). Dans certains cas, la réadaptation peut également être proposée à domicile ou par télé-réadaptation. La réadaptation peut être un programme dispensé dans un établissement de soins de santé (par exemple, à l’hôpital, dans une unité de réadaptation ou dans une clinique communautaire), ou il peut s’agir d’un ensemble d’exercices prescrits à la personne par ses professionnels de la santé. Les professionnels de la réadaptation choisiront les interventions les plus adaptées à la situation spécifique de l’individu et de son entourage.

Le rétablissement après un AVC est différent pour chaque individu. Le processus de rétablissement de l’individu – et le programme de réadaptation – dépendra de divers facteurs, dont le type d’AVC, la sévérité de l’AVC et le système de soins de santé disponible.

Voici plus d’informations sur le rétablissement suite à un AVC provenant du Partenariat Canadien pour le rétablissement de l’AVC. (vidéo en anglais)

Ai-je besoin de la réadaptation post-AVC ?

Chaque AVC est différent, mais la plupart des individus ont besoin de la réadaptation suite à un AVC. L’effet de l’AVC sur le corps dépend de la partie du cerveau qui a été affectée et de l’importance des lésions cérébrales. Un AVC peut entraîner une faiblesse ou une paralysie des muscles du corps. Une faiblesse musculaire au niveau du visage, des bras et des jambes peut entraîner des problèmes d’élocution et de communication, de déglutition, de mouvement et d’utilisation des mains, ou de la marche et de l’équilibre. Les dommages au cerveau causés par un AVC peuvent également affecter les fonctions cérébrales telles que la mémoire, la pensée et la résolution de problèmes. Pour certaines personnes, l’AVC peut également entraîner des problèmes moins visibles tels que la fatigue, l’irritabilité ou la dépression. Dans les premières semaines suivant un AVC, la personne peut récupérer spontanément certaines fonctions et habiletés. La réadaptation suite à un AVC vise à remédier aux difficultés persistantes que la personne et ses proches éprouvent après l’AVC.

Le site web Info-AVC contient des informations sur les conséquences de l’AVC ainsi que sur les options d’interventions qui peuvent être proposées dans le cadre de la réadaptation.

L’application Viatherapy (disponible uniquement en anglais) fournit également des informations utiles aux professionnels de la réadaptation sur les interventions en matière d’AVC pour le rétablissement des bras. Veuillez partager ces informations avec votre professionnel de la réadaptation et discuter avec lui pour savoir si elles vous conviennent.

Qu’en est-il de la famille ?

Un AVC peut être très stressant pour l’individu et les membres de la famille. Les proches de la personne qui a subi l’AVC doivent être inclus dans le processus de rétablissement. Les connaissances au sujet de l’AVC peuvent aider les membres de la famille à faire face à la situation, leur apporter un soutien, et les aider à soutenir davantage leur proche. L’hôpital peut offrir des ressources telles que des informations écrites ou du soutien à l’individu et aux membres de sa famille de la part d’un clinicien ou d’un travailleur social suivant le processus de rétablissement initial. La famille et les proches-aidants peuvent également bénéficier de groupes de soutien et de programmes d’éducation de groupe. Les membres de la famille doivent être considérés comme faisant partie de l’équipe interdisciplinaire, car ils ont un double rôle : offrir du soutien, mais ont également besoin de recevoir du soutien, de l’information et de l’éducation. Si vous êtes un membre de la famille, n’hésitez pas à demander des informations, une formation et un soutien à tous les membres de l’équipe interdisciplinaire.

Voici plus d’informations pour les proches aidants sur le rétablissement suite à un AVC provenant du site du Rétablissement après un AVC Canada.

Où puis-je trouver plus d’informations ?

Ce site web Info-AVC fournit des informations sur les meilleures méthodes actuelles en recherche et au niveau des interventions pour la réadaptation des AVC. Les informations sont basées sur des évidences scientifiques provenant de sources fiables dans le monde de la recherche. Il contient des informations destinées aux professionnels de la réadaptation sur les évaluations et les interventions les plus appropriés pour les patients ayant subi un AVC.

Le site web Info-AVC fournit également des informations qui s’adressent aux personnes ayant subi un AVC et leurs familles. Veuillez consulter nos pages sur les Conséquences des AVC et les Interventions en matière d’AVC. Vous pouvez y accéder à partir de la page d’accueil du site ; il vous suffit de choisir « Conséquences » ou « Intervention », selon ce qui vous intéresse, puis sélectionner l’onglet Informations aux patients sur le côté gauche de la page. Vous y trouverez des informations concernant la problématique ou l’intervention qui vous préoccupe en matière d’AVC, les traitements efficaces, et la façon d’accéder aux interventions. Vous pouvez imprimer ces informations pour les lire, ou les partager et en discuter avec les membres de votre famille ou les professionnels de la réadaptation.

Voici quelques autres sites utiles au sujet de l’AVC :

Fondation des maladies du Coeur et de l’AVC (https://www.coeuretavc.ca/avc)

Partenariat Canadien pour le rétablissement de l’AVC (https://www.canadianstroke.ca/fr)

Pratiques optimales de l’AVC au Canada (https://www.pratiquesoptimalesavc.ca/)

American Stroke Association (www.stroke.org) – site anglais

The Internet Stroke Center (www.strokecenter.org) – site anglais

The Stroke Foundation (www.strokefoundation.org.au – site anglais

Enable Me (https://enableme.org.au/) – site anglais

 

Si vous avez ou votre proche a… récemment obtenu congé

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Un AVC est un type de lésion du cerveau. Un AVC se produit lorsque le sang ne circule pas dans une zone du cerveau. La circulation sanguine peut être interrompue par l’éclatement d’un vaisseau sanguin (AVC hémorragique), ou par un caillot de sang ou un vaisseau sanguin obstrué (AVC ischémique) ; limitant l’oxygène et les nutriments à la partie du cerveau touchée. Cela provoque des lésions ou la mort des cellules de la zone du cerveau affectée.

Cliquez ici pour visiter le site de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC et obtenir plus d’informations.

Je quitte l’hôpital, ai-je encore besoin d’une réadaptation post-AVC ?

La réadaptation post-AVC est un programme médical et thérapeutique destiné à aider les personnes qui ont subi un AVC et leurs proches à se rétablir. Chaque AVC est différent, mais la plupart des personnes ont besoin d’une réadaptation après un AVC. L’effet de l’AVC sur le corps dépend de la partie du cerveau qui a été affectée et de l’importance des lésions cérébrales subies. Un AVC peut entraîner une faiblesse ou une paralysie des muscles du corps. Une faiblesse musculaire au niveau du visage, des bras et des jambes peut entraîner des problèmes d’élocution et de communication, de déglutition, de mouvement et d’utilisation des mains, ou de marche et d’équilibre. Les dommages au cerveau causés par un AVC peuvent également affecter les fonctions cérébrales telles que la mémoire, la pensée et la résolution de problèmes. Pour certaines personnes, l’AVC peut également entraîner des problèmes moins visibles tels que la fatigue, l’irritabilité ou la dépression.

Le rétablissement suite à un AVC peut prendre plusieurs mois ou années. Certaines personnes se voient prescrire une réadaptation continue après leur congé de l’hôpital. La réadaptation aidera la personne et ses proches à s’adapter à la vie à domicile après l’AVC. Il est important de poursuivre le programme prescrit même après le congé de l’hôpital, afin de préserver les progrès réalisés depuis l’AVC. La réadaptation peut être dispensée dans un établissement de soins de santé (par exemple, une clinique de réadaptation en communauté), ou elle peut consister en une série d’exercices que la personne doit réaliser à domicile.

Le site web Info-AVC contient des informations sur les conséquences de l’AVC ainsi que sur les options d’interventions qui peuvent être proposées dans le cadre de la réadaptation.

L’application Viatherapy (disponible uniquement en anglais) fournit également des informations utiles aux professionnels de la réadaptation sur les interventions en matière d’AVC pour le rétablissement des bras. Veuillez partager ces informations avec votre professionnel de la réadaptation et discuter avec lui pour savoir si elles vous conviennent.

Puis-je reprendre les activités que j’aimais avant l’AVC ?

Le retour à la maison et aux activités sociales suite à un AVC peut nécessiter une certaine adaptation. Les séquelles secondaires à l’AVC peuvent rendre difficile le retour aux passe-temps, aux sports et aux activités. Les activités de loisirs sont très importantes pour notre bien-être et notre qualité de vie. Les loisirs et les activités sociales sont bons pour le maintien et l’amélioration de la santé physique et psychologique. Cela favorise à son tour le processus de guérison. Les professionnels de la santé peuvent aider l’individu à reprendre ses activités, en

  • Lui permettant de reprendre les activités de loisirs qu’il pratiquait avant l’AVC
  • Adaptant les activités afin que la personne puisse retourner à ses intérêts,
  • Identifiant des activités nouvelles ou différentes pour le plaisir de l’individu, et/ou
  • Le mettant en relation avec les ressources de la communauté locale.

Cliquez ici pour plus d’information sur les loisirs suite à l’AVC

Qu’est-ce qu’une aide technique et en ai-je besoin ?

Les aides techniques sont des équipements qui facilitent l’exécution des activités quotidiennes. Un professionnel de la santé peut prescrire une aide technique lorsqu’une personne quitte l’hôpital et rentre chez elle. L’aide technique peut être utile pour permettre à la personne de retrouver son indépendance dans les activités quotidiennes et pour rendre les loisirs plus faciles à gérer. Les aides à la mobilité tels qu’une canne quadripode, un bâton de marche, un déambulateur à roulettes ou un fauteuil roulant peuvent aider la personne à retrouver ses capacités de marche et son indépendance.

Cliquez ici pour plus d’information sur les aides techniques.

Qu’en est-il de la conduite automobile ?

Il est recommandé d’arrêter de conduire pendant au moins un mois suite à un AVC. Après cette période d’un mois, il est important de faire évaluer votre capacité de conduire par un professionnel, pour votre sécurité et celle des autres. Certaines personnes ne seront pas en mesure de conduire après un AVC. D’autres pourront reprendre la route après avoir suivi une formation.

Cliquez ici pour plus d’information sur la conduite automobile suite à l’AVC.

Qu’en est-il de l’activité sexuelle ?

Les problèmes liés à l’activité sexuelle sont fréquents suite à un AVC. Cela peut être dû à un certain nombre de raisons physiques et/ou émotionnelles causées par l’AVC. Votre professionnel de la santé peut en parler avec vous et répondre à toutes vos questions ou préoccupations.

Cliquez ici pour plus d’information sur la sexualité suite à l’AVC.

Pourquoi l’incontinence urinaire est-elle associée à l’AVC ?

L’incontinence urinaire peut résulter directement d’un AVC, des effets secondaires d’un AVC (par exemple, troubles du mouvement, du langage, difficultés cognitives ou sensorielles) et des effets secondaires de certains médicaments. Dans la plupart des cas, l’incontinence urinaire peut être traitée ou gérée.

Cliquez ici pour plus d’information sur l’incontinence urinaire suite à l’AVC.

Qu’en est-il des changements d’humeur ?

La dépression est fréquente suite à un AVC. La dépression peut affecter l’humeur, la cognition, la santé et le rétablissement de l’individu. La personne peut avoir des sautes d’humeur, ou se sentir en colère, impuissante, fatiguée ou désespérée. La personne peut avoir des difficultés à exprimer ce qu’elle ressent. Il est important d’identifier et de gérer la dépression suite à un AVC.

Cliquez ici pour plus d’information sur la dépression suite à l’AVC.

Qu’en est-il de la fatigue ?

La fatigue est également fréquente suite à un AVC. Elle n’est pas déterminée par le type ou la gravité de l’AVC. La fatigue suite à un AVC peut être physique (par exemple, la fatigue après une activité physique), cognitive (par exemple, la fatigue après une activité qui demande de l’attention et de la réflexion) ou émotionnelle (par exemple, la fatigue après des interactions sociales difficiles). Il existe des moyens de gérer la fatigue suite à un AVC.

Cliquez ici pour plus d’information sur la fatigue suite à l’AVC.

Qu’en est-il de la famille ?

Un AVC peut être très stressant pour l’individu et les membres de la famille. Les proches de la personne qui a subi l’AVC doivent être inclus dans le processus de rétablissement. Les connaissances au sujet de l’AVC peuvent aider les membres de la famille à faire face à la situation, leur apporter un soutien, et les aider à soutenir davantage leur proche. L’hôpital peut offrir des ressources telles que des informations écrites ou du soutien à l’individu et aux membres de sa famille de la part d’un clinicien ou d’un travailleur social suivant le processus de rétablissement initial. La famille et les proches-aidants peuvent également bénéficier de groupes de soutien et de programmes d’éducation de groupe. Les membres de la famille doivent être considérés comme faisant partie de l’équipe interdisciplinaire, car ils ont un double rôle : offrir du soutien, mais ont également besoin de recevoir du soutien, de l’information et de l’éducation. Si vous êtes un membre de la famille, n’hésitez pas à demander des informations, une formation et un soutien à tous les membres de l’équipe interdisciplinaire.

Voici plus d’informations pour les proches aidants sur le rétablissement suite à un AVC provenant du site du Rétablissement après un AVC Canada.

Comment éviter un nouvel AVC ?

Malheureusement, le risque de subir un AVC augmente après un premier AVC. Si un deuxième AVC survient, il ne se produira pas nécessairement dans la même région du cerveau que le premier, et il pourrait donc avoir des effets différents de ceux du premier AVC.

Il existe certains facteurs de risque d’AVC incontrôlables, tels que l’âge (plus de 60 ans), le sexe, les antécédents familiaux d’AVC, l’origine ethnique et une incidence antérieure d’AVC ou d’ischémie cérébrale transitoire (ICT).

Les facteurs de risque sur lesquels il est possible d’exercer un contrôle sont la tension artérielle, le taux de cholestérol sanguin, les maladies cardiaques, le diabète de type II, le poids corporel, la consommation d’alcool, l’inactivité physique, le tabagisme et le stress.

Des changements de mode de vie, tels que l’augmentation de l’exercice physique, l’arrêt du tabac, la modification du régime alimentaire et la réduction du stress, peuvent réduire le risque de subir un deuxième AVC.

Cliquez ici pour plus d’information sur la prévention secondaire de l’AVC.

Cliquez ici pour de l’information du site de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC sur les risques et la prévention de l’AVC.

Cliquez ici pour de l’information du site de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC sur les signes l’AVC.

Où puis-je trouver plus d’informations ?

Ce site web Info-AVC fournit des informations sur les meilleures recherches actuelles et les méthodes d’interventions pour la réadaptation des AVC. Les informations sont basées sur des évidences scientifiques provenant de sources fiables. Il contient des informations destinées aux professionnels de la réadaptation sur les évaluations et les interventions les plus appropriées en matière d’AVC.

Le site web Info-AVC fournit également des informations aux personnes ayant subi un AVC et à leurs familles. Veuillez consulter nos pages sur les Conséquences des AVC et les Interventions en cas d’AVC. Vous pouvez y accéder à partir de la page d’accueil du site Info-AVC. Il vous suffit de choisir la conséquence ou l’intervention AVC qui vous intéresse, puis de sélectionner l’onglet Informations aux patients sur le côté gauche de la page. Vous y trouverez des informations sur les préoccupations ou les interventions liées à l’AVC, les traitements efficaces et la manière d’accéder aux interventions. Vous pouvez imprimer ces informations pour les lire, ou les partager et en discuter avec les membres de votre famille ou les professionnels de la réadaptation.

Voici d’autres sites web utiles sur les AVC :

Fondation des maladies du Coeur et de l’AVC (https://www.coeuretavc.ca/avc)

Partenariat Canadien pour le rétablissement de l’AVC (https://www.canadianstroke.ca/fr)

Pratiques optimales de l’AVC au Canada (https://www.pratiquesoptimalesavc.ca/)

American Stroke Association (www.stroke.org) – site anglais

The Internet Stroke Center (www.strokecenter.org) – site anglais

The Stroke Foundation (www.strokefoundation.org.au – site anglais

Enable Me (https://enableme.org.au/) – site anglais

 

Si vous avez ou votre proche a… à vivre avec un AVC

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Un AVC est un type de lésion du cerveau. Un AVC se produit lorsque le sang ne circule pas dans une zone du cerveau. La circulation sanguine peut être interrompue par l’éclatement d’un vaisseau sanguin (AVC hémorragique), ou par un caillot de sang ou un vaisseau sanguin obstrué (AVC ischémique) ; limitant l’oxygène et les nutriments à la partie du cerveau touchée. Cela provoque des lésions ou la mort des cellules de la zone du cerveau affectée.

Cliquez ici pour visiter le site de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC et obtenir plus d’informations sur l’AVC.

J’ai subi un AVC il y a plus de 6 mois. Y a-t-il du nouveau dans le traitement des AVC ?

De nombreuses personnes ayant subi un AVC présentent une faiblesse musculaire à long terme (hémiparésie) ou d’une perte de mouvement (hémiplégie) d’un côté de leur corps. Cela peut affecter l’utilisation de leur bras ou de leur jambe, leur équilibre, ainsi que des difficultés potentielles de déglutition et de communication (aphasie). Un AVC peut également contribuer à des difficultés persistantes à participer à des activités de loisirs ainsi qu’à des problèmes de conduite automobile, à de l’anxiété dans les relations sexuelles ou à des troubles de l’humeur tels que la dépression et la fatigue. La réadaptation suite à un AVC peut aider l’individu à retrouver les compétences qui ont été affectées par l’AVC, ou à apprendre à s’adapter aux difficultés qu’il rencontre suite à l’AVC. De nombreuses interventions présentent des effets positifs lors de la phase chronique de récupération (plus de six mois) post-l’AVC. Veuillez consulter nos pages Conséquences des AVC et Interventions en cas d’AVC pour en savoir plus sur l’efficacité des différentes interventions. Vous pouvez y accéder à partir de la page d’accueil du site Info-AVC.

Le site web Info-AVC contient des informations sur les conséquences de l’AVC ainsi que sur les options d’interventions qui peuvent être proposées dans le cadre de la réadaptation.

L’application Viatherapy (disponible uniquement en anglais) fournit également des informations utiles aux professionnels de la réadaptation sur les interventions en matière d’AVC pour le rétablissement des bras. Veuillez partager ces informations avec votre professionnel de la réadaptation et discuter avec lui pour savoir si elles vous conviennent.

Cliquez ici pour visionner une vidéo sur la récupération de l’AVC (en anglais) du Canadian Partnership for Stroke Recovery.

Qu’en est-il de la famille ?

Un AVC peut être très stressant pour l’individu et les membres de sa famille. Les proches de la personne doivent être inclus dans le processus de rétablissement. Les connaissances au sujet de l’AVC peuvent aider les membres de la famille à faire face à la situation et à soutenir la personne ayant subi l’AVC. L’hôpital peut offrir des ressources telles que des informations écrites ou un clinicien de soutien familial (par exemple un travailleur social) pour soutenir le patient et les membres de la famille pendant le processus de rétablissement initial. La famille et les proches-aidants peuvent également bénéficier de groupes de soutien et de programmes d’éducation de groupe. Les membres de la famille doivent être considérés comme faisant partie de l’équipe interdisciplinaire, car ils ont un double rôle : offrir du soutien, mais ont également besoin de recevoir du soutien, de l’information et de l’éducation. Si vous êtes un membre de la famille, n’hésitez pas à demander des informations, une formation et un soutien à tous les membres de l’équipe interdisciplinaire.

Voici plus d’informations pour les proches aidants sur le rétablissement suite à un AVC provenant du site du Stroke Recovery Canada.

Qu’est-ce qu’une aide technique et en ai-je besoin ?

Les aides techniques sont des équipements qui facilitent l’exécution des activités quotidiennes. Un professionnel de la santé peut prescrire une aide technique lorsqu’une personne quitte l’hôpital et rentre chez elle. L’aide technique peut être utile pour permettre à la personne de retrouver son indépendance dans les activités quotidiennes et pour rendre les loisirs plus faciles à gérer. Les aides à la mobilité tels qu’une canne quadripode, un bâton de marche, un déambulateur à roulettes ou un fauteuil roulant peuvent aider la personne à retrouver ses capacités de marche et son indépendance.

Cliquez ici pour plus d’information sur les aides techniques.

Comment éviter un nouvel AVC ?

Malheureusement, le risque de subir un AVC augmente après un premier AVC. Si un deuxième AVC survient, il ne se produira pas nécessairement dans la même région du cerveau que le premier, et il pourrait donc avoir des effets différents de ceux du premier AVC.

Il existe certains facteurs de risque d’AVC incontrôlables, tels que l’âge (plus de 60 ans), le sexe, les antécédents familiaux d’AVC, l’origine ethnique et une incidence antérieure d’AVC ou d’ischémie cérébrale transitoire (ICT).

Les facteurs de risque sur lesquels il est possible d’exercer un contrôle sont la tension artérielle, le taux de cholestérol sanguin, les maladies cardiaques, le diabète de type II, le poids corporel, la consommation d’alcool, l’inactivité physique, le tabagisme et le stress.

Des changements de mode de vie, tels que l’augmentation de l’exercice physique, l’arrêt du tabac, la modification du régime alimentaire et la réduction du stress, peuvent réduire le risque de subir un deuxième AVC.

Cliquez ici pour plus d’information sur la prévention secondaire de l’AVC.

Cliquez ici pour de l’information du site de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC sur les risques et la prévention de l’AVC.

Cliquez ici pour de l’information du site de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC sur les signes l’AVC.

Où puis-je trouver plus d’informations ?

Ce site web Info-AVC fournit des informations sur les meilleures recherches actuelles et les méthodes d’interventions pour la réadaptation des AVC. Les informations sont basées sur des évidences scientifiques provenant de sources fiables. Il contient des informations destinées aux professionnels de la réadaptation sur les évaluations et les interventions les plus appropriées en matière d’AVC.

Le site web Info-AVC fournit également des informations aux personnes ayant subi un AVC et à leurs familles. Veuillez consulter nos pages sur les Conséquences des AVC et les Interventions en cas d’AVC. Vous pouvez y accéder à partir de la page d’accueil du site Info-AVC. Il vous suffit de choisir la conséquence ou l’intervention AVC qui vous intéresse, puis de sélectionner l’onglet Informations aux patients sur le côté gauche de la page. Vous y trouverez des informations sur les préoccupations ou les interventions liées à l’AVC, les traitements efficaces et la manière d’accéder aux interventions. Vous pouvez imprimer ces informations pour les lire, ou les partager et en discuter avec les membres de votre famille ou les professionnels de la réadaptation.

Voici d’autres sites web utiles sur les AVC :

Fondation des maladies du Coeur et de l’AVC (https://www.coeuretavc.ca/avc)

Partenariat Canadien pour le rétablissement de l’AVC (https://www.canadianstroke.ca/fr)

Pratiques optimales de l’AVC au Canada (https://www.pratiquesoptimalesavc.ca/)

American Stroke Association (www.stroke.org) – site anglais

The Internet Stroke Center (www.strokecenter.org) – site anglais

The Stroke Foundation (www.strokefoundation.org.au – site anglais

Enable Me (https://enableme.org.au/) – site anglais

Sondage