Orpington Prognostic Score (OPS)

Évidence révisées en date du 05-12-2008
Auteur(s)* : Sabrina Figueiredo, BSc
Éditeur(s) : Nicol Korner-Bitensky, PhD OT ; Elissa Sitcoff, BA BSc
Version française en traduction libre : Alexandra Matteau

But

L’Orpington Prognostic Score (OPS), aussi connu comme l’Orpington Prognostic Scale, a été élaboré à partir de l’Edinburgh Prognostic Score (Prescott, Garraway & Akhtar, 1982) et de l’Hodkinson’s Mental Test Score (Qureshi & Hodkinson, 1974) en tant que moyen pour évaluer la sévérité de l’AVC. L’OPS permet aux cliniciens et aux chercheurs de stratifier les clients dans un groupe avec un bon pronostic, un pronostic intermédiaire ou un mauvais pronostic en utilisant des scores seuils établis. L’OPS est également très efficace pour la prédiction des résultats fonctionnels.

Revue détaillée

But de la mesure

L’Orpington Prognostic Score (OPS), aussi connu comme l’Orpington Prognostic Scale, a été élaboré à partir de l’Edinburgh Prognostic Score (Prescott, Garraway & Akhtar, 1982) et de l’Hodkinson’s Mental Test Score (Qureshi & Hodkinson, 1974) en tant que moyen pour évaluer la sévérité de l’AVC. L’OPS permet aux cliniciens et aux chercheurs de stratifier les clients dans un groupe avec un bon pronostic, un pronostic intermédiaire ou un mauvais pronostic en utilisant des scores seuils établis. L’OPS est également très efficace pour la prédiction des résultats fonctionnels.

Versions disponibles

L’OPS a été publié par Kalra et Crome en 1993.

Caractéristiques de la mesure

Items :
L’OPS est composé de 4 sous-échelles : Déficit moteur du bras, Proprioception, Équilibre et Cognition.

Déficit moteur du bras : Le client est couché sur le dos. Le thérapeute demande au client de fléchir l’épaule du bras le plus affecté à 90 degrés contre la résistance manuelle du thérapeute. Si le client est incapable d’effectuer le mouvement, la résistance manuelle est ensuite retirée et le thérapeute observe comment le client fléchit l’épaule contre la gravité. La force musculaire est ensuite cotée. En cas de douleur à l’épaule, les extenseurs du coude peuvent être testés au lieu du fléchisseur de l’épaule (Kalra & Crime, 1993; Rieck & Moreland, 2005).

Proprioception : Le client est invité à fermer ses yeux et à localiser le pouce affecté en le touchant avec l’autre main. Le degré de difficulté pour trouver le pouce affecté est coté (Kalra & Crome, 1993; Rieck & Moreland, 2005).

Équilibre : Le thérapeute observe si le client peut compléter avec succès 3 tâches d’équilibre dans l’ordre suivant : 1) s’asseoir avec les pieds non soutenus pour 20 secondes; 2) tenir debout sans soutien pour une minute; 3) marcher 10 pieds sans assistance. Le client tente seulement la tâche suivante après la réussite de la tâche précédente. La capacité d’équilibre la plus élevée est cotée (Kalra & Crome, 1993; Rieck & Moreland, 2005).

Cognition : On demande au client de répondre verbalement aux 10 questions suivantes. Dans le cas d’aphasie ou de dysarthrie, les questions peuvent être répondues par écrit (Kalra & Crome, 1993; Rieck & Moreland, 2005). Un score d’un point est donné pour chaque réponse correcte :

  1. L’âge du client;
  2. L’heure (à l’heure la plus proche);
  3. À ce point, le thérapeute demande au client de mémoriser une adresse (42, West Street) qui sera demandée plus tard;
  4. Le nom de l’hôpital;
  5. L’année en cours;
  6. La date de naissance du client;
  7. L’année de la Première Guerre mondiale;
  8. Le nom du monarque;
  9. Compter à l’envers de 20 à 1;
  10. Se rappeler l’adresse précédente.

Note : Certaines études ont adapté les items 7 et 8, respectivement pour l’année de la Seconde Guerre mondiale et le nom du président.

Il est recommandé que l’OPS soit effectué à partir de la deuxième journée post-AVC. Toutefois, certains auteurs défendent que les résultats sont mieux prédits lorsqu’on administre l’OPS dans la deuxième semaine (Kalra & Crome, 1993; Rieck & Moreland, 2005; Studenski, Wallace, Duncan, Rymer et Lai, 2001).

Cotation :
Les scores à l’OPS vont de 1,6 à 6,8. Des scores plus élevés indiquent une plus grande sévérité de l’AVC et un moins bon pronostic. L’OPS est coté comme suit :

Sous-échelles Score
Déficit moteur du bras
Force normale (grade 5 au MRC)
Force diminuée (grade 4 au MRC)
Mouvement contre la gravité (grade 3 au MRC)
Mouvement avec la gravité éliminée ou tremblement lors de la tentative de mouvement (grade 1-2 au MRC)
Pas de mouvement (grade 0 au MRC)
Note : MRC = Medical Research Council pour classer la force
0
0.4
0.8
1.2

1.6

Proprioception (yeux fermés)
Localise le pouce affecté avec exactitude
Localise le pouce affecté avec une légère difficulté
Localise le pouce affecté par le bras
Incapable de localiser le pouce affecté
0
0.4
0.8
1.2
Équilibre
Marche 10 pieds sans aide
Maintiens la position debout
Maintiens la position assise
Pas d’équilibre assis
0
0.4
0.8
1.2
Cognition (un point pour chaque réponse correcte)
Score de 10 sur 10 au test mental
Score de 8-9 sur 10 au test mental
Score de 5-7 sur 10 au test mental
Score de 0-4 sur 10 au test mental
0
0.4
0.8
1.2
SCORE TOTAL = 1.6 + score de Déficit moteur + score de Proprioception + score d’Équilibre + score de Cognition

Kalra et Crome (1993) ont établi les scores seuils pour catégoriser les patients dans les groupes de pronostic. Les scores à l’OPS < 3,2 représentent les clients ayant des déficits neurologiques légers et un bon pronostic; les scores à l’OPS = 3,2-5,2 sont représentatifs des clients ayant des déficits neurologiques modérés et un pronostic intermédiaire; les scores à l’OPS > 5,2 sont associés à des déficits neurologiques sévères et un mauvais pronostic. La stratification effectuée tôt aide à une répartition plus appropriée des unités de ressources d’AVC. Les patients cotant < 3,2 ont une forte probabilité de retourner à la maison. Les patients cotant entre 3,2 et 5,2 tendent à mieux répondre à la réadaptation. Les patients cotant > 5,2 sont souvent grandement dépendants avec un risque accru d’institutionnalisation (Kalra & Crome, 1993; Kalra & Eade, 1995).

Durée :
Il faut environ 5 minutes pour administrer l’OPS (Celik, Aksel et Karaoglan, 2006; Studenski et al., 2001).

Sous-échelles :
Les items des sous-échelles de l’OPS englobent le Déficit moteur, la Proprioception, l’Équilibre et la Cognition.

Équipements :
Seulement un crayon et le test sont nécessaires.

Formation :
Aucune formation spécifique n’est disponible.

Versions alternatives de l’OPS

Non disponible.

Pertinence de l’évaluation selon la clientèle

Peut être utilisé avec :

  • Les clients ayant subi un AVC, incluant ceux souffrant d’aphasie, de dysarthrie et de démence (Kalra, Dale et Crome, 1994).

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • L’OPS ne peut pas être administré avant que les niveaux de déficit neurologique et de conscience se soient stabilisés (Kalra, Dale and Crome, 1994).

Dans quelles langues la mesure est-elle disponible ?

Anglais.

Sommaire

Que mesure l’outil ? L’OPS mesure la sévérité de l’AVC, tôt après sa survenue.
Avec quelles clientèles l’outil peut-il être utilisé ? Les clients ayant subi un AVC, incluant ceux atteints d’aphasie, de dysarthrie et de démence
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation et dépistage.
Temps d’administration requis Une durée moyenne de 5 minutes.
Versions Aucune.
Autres langues Anglais.
Propriétés de l’outil
Fidélité Test-retest :
Une étude a examiné la fidélité test-retest de l’OPS et a relevé une excellente fidélité en utilisant le Coefficient de corrélation intra-classe (CCI).
Inter-juges :
Deux études ont examiné la fidélité inter-juges de l’OPS et ont relevé une fidélité allant d’adéquate à excellente en utilisant le CCI et le kappa pondéré.
Validité Contenu :
Aucune étude n’a examiné la validité de contenu de l’OPS.

Critère :
Concourante :
Trois études ont examiné la validité concourante de l’OPS et ont relevé une excellente corrélation avec la National Institute of Health Stroke Scale (NIHSS), utilisée comme étalon de mesure, en utilisant la corrélation de rang de Spearman.

Prédictive :
– Dix études ont examiné la validité prédictive de l’OPS. Neuf études ont relevé que l’OPS, mesuré entre le troisième et le quatorzième jour après l’AVC, était en mesure de prédire les activités de la vie quotidienne, la durée du séjour, la fonction du membre supérieur, la destination suite au congé, le taux de récupération et les scores sur l’Indice de Barthel, la SF-36, le Rivermead Mobility Assessment et l’Oxford Handicap Scale, suite au congé ou à 1,3, 6 et 24 mois après l’AVC. Une étude a relevé que l’OPS, mesuré entre la quatrième et la douzième semaine après l’AVC, était en mesure de prédire les scores de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle et du Nottingham Extended ADL Index au moment du congé d’un programme de réadaptation. Deux études ont relevé que l’OPS n’était pas en mesure de prédire le score sur la Time Up and Go et le nombre de séances de suivi requises.
– Quatre études ont examiné la sensibilité, la spécificité et les valeurs prédictives de l’OPS. Trois études ont relevé que l’OPS présentait une sensibilité et des valeurs prédictives positives allant d’adéquates à élevées, des valeurs prédictives négatives adéquates, et une spécificité allant de faible à adéquate pour déterminer la destination suite au congé. Une étude a indiqué que l’OPS présentait des valeurs prédictives positives élevées, des valeurs prédictives négatives modérées, et une sensibilité et une spécificité allant de faibles à élevées pour la prédiction de l’autonomie et du décès à 6 mois.

Effets plancher/plafond Aucune étude n’a examiné les effets de plancher ou de plafond de l’OPS.
Est-ce que l’outil est sensible au changement ? Aucune étude n’a examiné la capacité de l’OPS à détecter le changement.
Acceptabilité L’OPS ne peut pas être administré avant que les niveaux de déficit neurologique et de conscience se soient stabilisés (Kalra, Dale et Crome, 1994).
Faisabilité L’administration de l’OPS est rapide et simple.
Comment obtenir l’outil ? L’OPS peut être obtenu auprès de sa publication originale : Kalra and Crome 1993 (1987).
Les publications suivantes présentent aussi une description de l’outil complet : Lai et al. (1998) ; Pittock et al. (2003) ; Rieck & Moreland (2005) ; Wrigth et al. (2004).

Propriétés psychométriques

Résumé

Une revue de littérature a été menée pour identifier toutes les publications pertinentes sur les propriétés psychométriques de l’Orpington Prognostic Score (OPS) auprès d’individus ayant subi un AVC. Treize études ont été identifiées.

Effets plancher/plafond

Aucune étude n’a examiné les effets de plancher ou de plafond de l’OPS.

Fidélité

Test-retest :
Note : D’après les descriptions présentées dans l’étude suivante, il semble que les auteurs ont appelé le test « fidélité test-retest », alors que d’autres auteurs appelleraient la même analyse « fidélité inter-juges »

Rieck et Moreland (2005) ont évalué la fidélité test-retest de l’OPS auprès de 27 clients ayant subi un AVC. Les participants ont été évalués séparément par deux évaluateurs dans la même journée. La fidélité test-retest, calculée à l’aide du coefficient de corrélation intra-classe, s’est avérée excellente (CCI = 0,95).

Inter-juges :
Weir, Counsell, McDowall, Gunkel et Dennis (2003) ont évalué la fidélité inter-juges des items de l’OPS auprès de 92 patients en phase aiguë de récupération post-AVC. L’OPS a été administré par deux évaluateurs à moins de quatre heures d’intervalle. L’évaluateur n’était pas informé des résultats de l’autre évaluateur. La fidélité inter-juges des items individuels a été calculée à l’aide du kappa pondéré. Une fidélité inter-juges adéquate a été relevée pour l’item évaluant la Proprioception (kappa pondéré = 0,53), la Cognition (kappa pondéré = 0,64) et le Déficit moteur du bras (kappa pondéré = 0,72). L’Équilibre est le seul item pour lequel la fidélité inter-juges s’est avérée excellente (kappa pondéré = 0,84).

Rieck et Moreland (2005) ont évalué la fidélité inter-juges de l’OPS auprès de 65 patients ayant subi un AVC. Les participants ont été évalués séparément par deux évaluateurs différents dans un intervalle d’une semaine. La fidélité inter-juges, calculée à l’aide du coefficient de corrélation intra-classe, s’est avérée excellente (ICC = 0,99).

Validité

Contenu :
Aucune étude n’a examiné la validité de contenu de l’OPS.

Critère :
Concourante :
Dans une étude de Lai, Duncan et Keighley (1998), la validité concourante de l’OPS a été examiné en le comparant avec la National Institute of Health Stroke Scale (NIHSS), considérée comme étalon de mesure (Brott, Adams, Olinger, Marler, Barsan, Biller et al., 1989), auprès de 184 individus ayant subi un AVC. La corrélation entre les deux mesures, calculée en utilisant les corrélations de rangs de Spearman, s’est avérée excellente (rho = 0,83).

Wright, Swinton et Green (2004) ont examiné la validité concourante de l’OPS en le comparant avec la NIHSS, considérée comme étalon de mesure (Brott et al., 1989), auprès de 277 individus ayant subi un AVC. La corrélation entre les deux mesures s’est avérée excellente (rho = 0,60).

Celik, Aksel et Karaoglan (2006) ont examiné la validité concourante de l’OPS en le comparant avec la NIHSS, considérée comme étalon de mesure (Brott et al., 1989), auprès de 25 individus ayant subi un AVC. La corrélation entre les deux mesures s’est avérée excellente (rho = 0,76).

Prédictive :
Kalra et Crome (1993) ont estimé la capacité de l’OPS et de l’Edinburgh Prognostic Score (Prescott, Garraway & Akhtar, 1982), mesurés à 1 et 2 semaines après l’AVC, de prédire les scores d’Activités de la vie quotidienne sur l’Indice de Barthel (Mahoney & Barthel, 1965), au moment du congé de l’hôpital. La validité prédictive a été calculée en utilisant une régression linéaire, auprès de 64 patients à la première semaine et auprès de 47 patients à la deuxième semaine. L’OPS, mesuré à la deuxième semaine, s’est avéré un meilleur prédicteur des scores sur l’Indice de Barthel (R² = 0,89), en comparaison avec l’Edinburgh Prognostic Score (R² = 0,57).

Kalra, Dale et Crome (1994) ont comparé la sensibilité et la spécificité de l’OPS versus la présence ou non d’incontinence urinaire, mesurée 2 semaines après l’AVC, pour déterminer l’autonomie au moment du congé. Les deux mesures, calculées auprès de 217 patients, ont démontré une sensibilité élevée, mais une faible spécificité. L’OPS s’est avéré plus sensible (96 %), mais légèrement moins spécifique (36 %) que la présence d’incontinence urinaire (90 % de sensibilité, 39 % de spécificité). De plus, les auteurs ont analysé les valeurs prédictives des catégories de l’OPS (OPS < 3,2 ; OPS > 5,2) et de l’état de continence (continence versus incontinence). La valeur prédictive positive des scores OPS <3,2 était de 100 % au moment du congé à domicile et, pour les scores OPS >5,2, de 82 % au moment du congé vers un centre institutionnel. Le statut de continence présentait des valeurs prédictives inférieures.

Lai et al. (1998) ont examiné, auprès de 184 individus, si l’OPS et la National Institute of Health Stroke Scale (NIHSS – Brot et al., 1989), mesurés lors de l’admission à l’hôpital, étaient en mesure de prédire les scores sur la SF-36 (Ware & Sherbourne, 1992) et sur l’Indice de Barthel (Mahoney & Barthel, 1965) à 1,3 et 6 mois post-AVC. La validité prédictive a été analysée en utilisant une régression linéaire. L’OPS, comparé à la NIHSS, a expliqué plus de variances pour les deux mesures à tous les temps de mesure, ce qui suggère que l’OPS s’est avéré un meilleur prédicteur de la fonction physique, telle que mesurée par la SF-36, et des Activités de la vie quotidienne, telles que mesurées par l’Indice de Barthel.

Studenski, Wallace, Duncan, Rymer et Lai (2001) ont évalué la capacité de l’OPS, mesuré auprès de 413 clients, 3 à 14 jours post-AVC, de prédire le taux de rétablissement fonctionnel à 3 et 6 mois. Le taux de rétablissement fonctionnel a été mesuré par les niveaux d’indépendance quant aux soins personnels, à la préparation de repas, à l’administration de médication et à la mobilité dans la communauté. La validité prédictive des seuils limites de cotation de l’OPS <2,4 et >4,4 a été calculée à l’aide de l’aire sous la courbe de la fonction d’efficacité du récepteur (Receiver Operating Characteristic – ROC). Après 3 mois, le pourcentage de patients correctement classés en fonction de leur taux de rétablissement fonctionnel s’est avéré adéquat (ASC = 0,80-0,86). À 6 mois, la validité prédictive s’est avérée adéquate, mais le pourcentage de patients correctement classés selon leur taux de rétablissement fonctionnel était légèrement inférieur. Après six mois, l’aire sous la courbe ROC pour les quatre critères d’évaluation variait de 0,74 à 0,80.

Pittock, Meldrum, Ni Dhuill, Hardiman et Moroney (2003) ont évalué la validité prédictive de l’OPS auprès de 117 individus en comparant les résultats sur l’OPS à 2 et 14 jours après l’AVC avec ceux de la Rivermead Motor Assessment (Lincoln et Leadbitter, 1979) ; l’Oxford Handicap Scale (Bamford, Sandercock, Warlow et Slattery, 1989) ; l’Indice de Barthel (Mahoney et Barthel, 1965) ; et la durée du séjour à 6 et à 24 mois en utilisant les corrélations de rangs de Spearman. Les corrélations entre les deux scores de l’OPS (à jour 2 et jour 14) et toutes les mesures de résultats se sont avérées excellentes à 6 mois et adéquates à 24 mois. Ces résultats suggèrent que l’OPS, mesuré dans les deux premières semaines après l’AVC, permet de prédire le rendement moteur, le niveau d’incapacité, les AVQ et la durée du séjour, surtout à 6 mois. Cette étude a également examiné les valeurs prédictives, la sensibilité et la spécificité des scores de l’OPS <3,2 et >5,2 dans la prédiction de l’autonomie et du décès à 6 mois. Les scores <3,2 mesurés au jour 2 ont démontré une valeur prédictive positive de 87 %, une sensibilité de 85 %, une spécificité de 85 %, et une valeur prédictive négative de 84 %. Ce même seuil limite de cotation (<3,2), mesuré à 2 semaines, a démontré une valeur prédictive positive et une sensibilité très élevées à 92 %, une valeur prédictive négative adéquate à 84 % et une spécificité à 63 %. Les résultats de l’OPS > 5,2 au jour 2 et au jour 14 ont démontré des valeurs prédictives positives élevées à 93 % et 100 %, et une spécificité à 97 % et 100 %, des valeurs prédictives négatives adéquates à 68 % aux deux temps de mesure, et une faible sensibilité à 48 % et 35 %.

Meldrum, Pittock, Hardiman, Ni Dhuill, O’Regan et Moroney (2004) ont examiné, auprès de 114 patients, si l’OPS, les scores au niveau du bras de la Rivermead Motor Assessment pour mesurer la fonction du membre supérieur (Lincoln & Leadbitter, 1979), la force de préhension (Mathiowetz, Kashman, Volland, Weber, Dowe & Rogers, 1985), l’âge et la sensibilité du bras, mesurés au 2e jour post-AVC, étaient des prédicteurs adéquats de la fonction du membre supérieur à 6 et 24 mois. La validité prédictive de l’OPS a été calculée à l’aide des corrélations de rangs de Spearman et des analyses de régression logistique. La corrélation la plus élevée a été constatée entre l’OPS et la fonction du membre supérieur à 6 mois (rho = -0,73) et à 24 mois (rho = -0,71). Les analyses de régression logistique ont relevé que le meilleur prédicteur de la fonction du membre supérieur à 6 mois était l’OPS et la sensibilité du bras. Le seul prédicteur de la fonction du membre supérieur à 24 mois s’est avéré la sensibilité du bras.

Wright et al. (2004) ont étudié 277 clients ayant subi un AVC pour identifier si l’OPS et la National Institute of Health Stroke Scale (NIHSS – Brott et al., 1989) étaient en mesure de prédire la destination suite au congé. La NIHSS a été administrée un jour post-AVC, et l’OPS à 7 jours post-AVC. La validité prédictive a été calculée à l’aide de la régression logistique et de l’aire sous la courbe de la fonction d’efficacité du récepteur (Receiver Operating Characteristic – ROC). Dans le modèle de régression, les deux mesures pronostiques se sont avérées des prédicteurs significatifs de la destination suite au congé. Lors de l’analyse de l’aire sous la courbe ROC (ASC), le pourcentage de patients correctement classés selon leur destination suite au congé s’est avéré adéquat en utilisant les seuils limites de cotation de l’OPS <3 et >5 (ASC = 77 %), et les seuils limites de cotation de la NIHSS (<5 ; 6-10 ; 11-15 ; 16-20 ; >20 – ASC = 0,81). La spécificité de l’OPS pour la destination suite au congé était élevée, soit 87,7 %, et encore plus élevée pour la NIHSS, soit 97,7 %.

Rieck et Moreland (2005) ont examiné, auprès de 81 clients, si l’OPS, mesuré à 7 et 14 jours post-AVC, était en mesure de prédire le nombre de services de suivi suite au congé. Lors de l’analyse de l’OPS comme prédicteur de la destination suite au congé (domicile vs institution), le score sur l’OPS au 14e jour a démontré une sensibilité à 84 % et une spécificité à 42 %, plus élevées que les scores obtenus au 7e jour (sensibilité = 82 % ; spécificité = 25 %). La valeur prédictive positive pour prédire la destination suite au congé à domicile était de 81% et 50%, respectivement pour les scores sur l’OPS < 3,0 et = 3,0-5,0. Avec un seuil limite de cotation sur l’OPS > 5,0, la valeur prédictive positive pour prédire la destination suite au congé en institution était de 68%.

Hershkovitz, Gottlieb, Beloosesky et Brill (2006) ont évalué la validité prédictive de l’OPS auprès de 103 individus en comparant les résultats de l’OPS, mesurés lors de l’admission à un programme de réadaptation (de 4 à 12 semaines après l’AVC), avec les scores au moment du congé (en moyenne, 6 semaines après l’admission) de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle (MIF – Keith, Granger, Hamilton et Sherwin, 1987) ; du Nottingham Extended ADL Index (Nouri et Lincoln, 1987) et du Timed Up and Go (Podsiadlo et Richardson, 1991). Les corrélations ont été calculées à l’aide des corrélations de rangs de Spearman. D’excellentes corrélations ont été relevées entre l’OPS et la MIF (rho = -0,73) et le Nottingham Extended ADL Index (rho = -0,67). La corrélation entre l’OPS et le Timed Up and Go s’est avérée adéquate (rho = -0,44). Ces résultats indiquent que l’OPS, mesuré 4 à 12 semaines post-AVC, était en mesure de prédire la fonction 6 semaines plus tard telle que mesurée par les scores sur la MIF et le Nottingham Extended ADL Index.

Celik, Aksel et Karaoglan (2006) ont analysé si l’OPS et la National Institute of Health Stroke Scale (NIHSS – Brott et al., 1989), mesurés le 7e jour post-AVC, ont prédit les scores sur l’Indice de Barthel (Mahoney & Barthel, 1965) à 1, 3 et 6 mois. La validité prédictive a été calculée en utilisant des analyses de régression logistique. L’OPS (R² 1 mois = 0,58 ; R² 3 mois = 0,41 ; R² 6 mois = 0,38), comparativement à la NIHSS (R² 1 mois = 0,50 ; R² 3 mois = 0,23 ; R² 6 mois = 0,20), a expliqué plus de variances dans le modèle de régression à tous les temps de mesure. Ainsi, l’OPS s’est révélé être un meilleur prédicteur de la fonction, telle que mesurée par l’Indice de Barthel, que la NIHSS aux 3 points dans le temps.

Références

  • Bamford, J. M., Sandercock, A. G., Warlow, C. P., Slattery, J. (1989). Interobserver agreement for the assessment of handicap in stroke patients (letter). Stroke, 20, 828.
  • Brott, T. G., Adams, H. P., Olinger, C. P., Marler, J. R., Barsan, W. G., Biller, J., Spilker, J., Holleran, R., Eberle, R., Hertzberg, V., Rorick, M., Moomaw, C. J., Walker, M. (1989). Measurements of acute cerebral infarction: a clinical examination scale. Stroke, 20, 864 -70.
  • Celik, C., Aksel, J., & Karaoglan, B. (2006). Comparison of the Orpington Prognostic Scale (OPS) and the National Institutes of Health Stroke Scale (NIHSS) for the prediction of the functional status of patients with stroke. Disability and Rehabilitation, 28(10), 609-612.
  • Hershkovitz A., Gottlieb, D., Beloosesky, Y., & Brill, S. (2006). Assessing the potential for functional improvement of stroke patients attending a geriatric day hospital. Archives of Gerontology and Geriatrics, 43, 243-248.
  • Kalra, L. & Crome, P. (1993). The Role of Prognostic Scores in Targeting Stroke Rehabilitation in Elderly Patients. JAGS, 41, 396-400.
  • Kalra, L., Dale, P., & Crome, P. (1994). Evaluation of a Clinical Score for Prognostic Stratification of Elderly Stroke Patients. Age and Ageing, 23, 492-498.
  • Kalra, L., & Eade, J. (1995). Role of Stroke Rehabilitation Units in Managing Severe Disability After Stroke. Stroke, 26, 2031-2034.
  • Keith, R. A., Granger, C. V., Hamilton, B. B., Sherwin, F. S. (1987). The functional independence measure: A new tool for rehabilitation. Adv Clin Rehabil, 1, 6-18.
  • Lai, S.M., Duncan, P.W., & Keighley, J. (1998). Prediction of Functional Outcome After Stroke: Comparison of the Orpington Prognostic Scale and the NIH Stroke Scale. Stroke, 29, 1838-1842.
  • Lincoln, N. B., Leadbitter, D. (1979). Assessment of motor function in stroke patients. Physiotherapy, 65, 48-51.
  • Mahoney, F. I., Barthel, D. W. (1965). Functional evaluation: The Barthel Index. Md State Med J, 14, 61-65.
  • Mathiowetz, V., Kashman, N., Volland, G., Weber, K., Dowe, M., & Rogers, S. (1985). Grip and pinch strength: normative data for adults. Archives of Physical and Medicine and Rehabilitation, 66, 69-72.
  • Meldrum, D., Pittock, S.J., Hardiman, O., Ni Dhuill, C., O’Regan M., & Moroney, J.Y. (2004). Recovery of the upper limb post ischemic stroke and the predictive value of the Orpington Prognostic Score. Clin Rehabil, 18, 694-702.
  • Nouri, F. M., Lincoln, N. B. (1987). An extended activities of daily living scale for stroke patients. Clin Rehab, 1, 301-305.
  • Pittock, S.J., Meldrum, D., Ni Dhuill, C., Hardiman, O., & Moroney, J.T. (2003). The Orpington Prognostic Scale within the First 48 hours of Admission as a Predictor of Outcome in Ischemic Stroke. Journal of Stroke and Cerebrovascular Diseases, 12(4), 175-181.
  • Podsiadlo, E., Richardson, S. (1991). The Timed ‘Up & Go’: a test of basic functional mobility for frail elderly persons. J Am Geriatr Soc, 39, 142-148.
  • Prescott, R.J., Garraway, W.M., & Akhtar, A.J. (1982). Predicting functional outcome following acute stroke using a standard clinical evaluation. Stroke, 13 (5), 641-647.
  • Qureshi, K.N. & Hodkinson, H.M. (1974). Evaluation of a ten-question mental test in the institutionalized elderly. Age Ageing, 3, 152-157.
  • Rieck, M., & Moreland, J. (2005). The Orpington Prognostic Scale for patients with stroke: Reliability and pilot predictive data for discharge destination and therapeutic services. Disability and Rehabilitation, 27(23), 1425-1433.
  • Studenski, S.A., Wallace, D., Duncan, P.W., Rymer, M., & Lai, S.M. (2001). Predicting Stroke Recovery: Three- and Six- Month Rates of Patient Centered Functional Outcomes Based on the Orpington Prognostic Scale. JAGS, 49, 308-312.
  • Teasdale, G., Jennett, B. (1974). Assessment of coma and impaired consciousness. A practical scale. The Lancet, 2(7872), 81-84.
  • Ware, J. E. Jr. & Sherbourne, C. D. (1992) The MOS 36-item short-form health survey (SF-36). I. Conceptual framework and item selection. Med Care, 30, 473-483.
  • Weir, N.U., Counsell, C.E., McDowall, M.,Gunkel, A.,& Dennis, M.S. (2003). Reliability of the variables in a new set of models that predict outcome after stroke. J Neurol Neurosurg Psychiatry, 74, 447 – 451.
  • Wright, C.J., Swinton, L.C., Green, H.. (2004). Predicting Final Disposition after Stroke using the Orpington Prognostic Score. Can. J. Neurol. Sci., 31, 494-498.

Voir la mesure

Comment obtenir l’OPS ?

L’OPS peut être obtenu auprès de sa publication originale : Kalra and Crome 1993 (1987). Les publications suivantes présentent aussi une description de l’outil complet : Lai et al. (1998) ; Pittock et al. (2003) ; Rieck & Moreland (2005) ; Wrigth et al. (2004). 

Table des matières
Aidez-nous à nous améliorer