Stroke-Adapted Sickness Impact Profile (SA-SIP30)

Évidence révisées en date du 19-08-2008
Auteur(s)* : Lisa Zeltzer, MSc OT
Éditeur(s) : Nicol Korner-Bitensky, PhD OT ; Elissa Sitcoff, BA BSc
Version française en traduction libre : Alexandra Matteau

But

Le Stroke-Adapted Sickness Impact Profile (SA-SIP30 – van Straten, de Haan, Limburg, Schuling, Bossuyt, & van den Bos, 1997) a été développé à partir du Sickness Impact Profile original de 136 items (SIP-136) et évalue la qualité de vie auprès de patients ayant subi un AVC. L’échelle a été développée spécifiquement pour être utilisée pour l’étude des conséquences d’un AVC afin de remédier au problème majeur observé avec le SIP-136, soit sa longueur (Finch, Brooks, Stratford, & Mayo, 2002).

Revue détaillée

But de la mesure

Le Stroke-Adapted Sickness Impact Profile (SA-SIP30 – van Straten, de Haan, Limburg, Schuling, Bossuyt, & van den Bos, 1997) a été développé à partir du Sickness Impact Profile original de 136 items (SIP-136) et évalue la qualité de vie auprès de patients ayant subi un AVC. L’échelle a été développée spécifiquement pour être utilisée pour l’étude des conséquences d’un AVC afin de remédier au problème majeur observé avec le SIP-136, soit sa longueur (Finch, Brooks, Stratford, & Mayo, 2002).

Versions disponibles

Le SA-SIP30 a été adapté du SIP-136 original publié pour la première fois en 1976 par Bergner, Bobbitt, Pollard, Martin et Gilson, puis révisé en 1981 par Bergner, Bobbit, Carter et Gilson.

Caractéristiques de la mesure

Items :

van Straten et al. (1997) ont suivi un processus en trois étapes pour les items et les sous-échelles qui étaient les moins pertinents pour les survivants d’un AVC (c’est-à-dire ceux qui s’appliquent à moins de 10% des patients), ainsi que ceux ayant les plus faibles niveaux de fidélité sur le SIP original (van Straten et al. 1997 ; Golomb, Vickrey & Hays, 2001).

Une critique du SA-SIP30 est qu’aucune tentative n’a été faite pour améliorer l’échelle avec des items ou des domaines potentiellement importants au niveau de l’AVC. Ainsi, la SA-SIP30 n’évalue pas la douleur, les loisirs, l’énergie, les perceptions face à l’état de santé général, la qualité de vie globale ou les symptômes d’un AVC (Golomb, Vickrey, & Hays, 2001).

Le SA-SIP30 est composé de 30 items. Chaque item prend la forme d’un énoncé décrivant les changements dans le comportement qui reflètent l’impact de la maladie sur certains aspects de la vie quotidienne. On demande aux patients de cocher les items qui les décrivent le mieux pour un jour donné. Toutes les réponses sont « oui » ou « non ». Les items de l’échelle sont pondérés pour refléter l’importance relative de l’item sur l’état de santé et sont les mêmes que les pondérations utilisées dans le SIP-136. En plus de maintenir une grande partie de la structure de la sous-échelle originale du SIP-136, ces pondérations aident à faciliter les comparaisons avec les études utilisant le SIP-136 original.

Cotation :

La cotation des items, des sous-échelles, des dimensions et du score total est la même que pour le SIP original. Pour coter l’échelle, les pondérations sont appliquées sur les items cochés, sont additionnées pour chaque sous-échelle et exprimées sous forme d’un pourcentage allant de 0 à 100% pour chaque sous-échelle. Des scores plus élevés indiquent des effets moins désirables sur la santé (van Straten et al., 1997 ; van Straten, de Haan, Limburg & van den Bos, 2000 ; Finch et al., 2002 ; Cup, Scholte op Reimer, Thijssen & van Kuyk-Minis, 2003). La régression des pondérations a également été fournie pour permettre le calcul des scores estimés au SIP-136 à partir des scores du SA-SIP30.

Les seuils limites de cotation représentatifs d’une mauvaise santé ont été définis comme les suivants : les patients avec des scores > 33 sont reconnus comme étant entravé dans les activités de la vie quotidienne, incapables de vivre de façon indépendante, vivent des difficultés dans les soins personnels, la mobilité et dans l’exercice de leur principale activité. Des profils similaires ont été observés pour les scores de la dimension Physique > 40, mais aucune valeur d’un seuil limite de cotation n’a pu être définie pour la dimension Psychosociale (van Straten et al., 2000).

Sous-échelles :

La mesure comporte 8 sous-échelles :

  • Soins du corps et mouvement (5 items)
  • Interactions sociales (5 items)
  • Mobilité (3 items)
  • Communication (3 items)
  • Comportement émotionnel (4 items)
  • Tâches ménagères (4 items)
  • Fonctionnement intellectuel (3 items)
  • Marche (3 items)

Les sous-échelles peuvent être combinées pour former 2 dimensions :

  • Physique : inclus les sous-échelles Soins du corps et mouvement, Marche, Tâches ménagères et Mobilité (15 items)
  • Psychosociale : inclus les sous-échelles Fonctionnement intellectuel, Communication, Interactions sociales et Comportement émotionnel (15 items)

Équipements :

Aucun équipement spécifique n’est requis pour administrer le SA-SIP30.

Formation :

L’échelle est conçue pour être auto-administrée ou administrée par entrevue (Buck, Jacoby, Massey, & Ford, 2000). Aucune formation spécifique n’est nécessaire, toutefois, un manuel de l’utilisateur et un manuel de formateur sont disponibles pour le SIP original (McDowell & Newell, 1996).

Il n’y a pas encore de preuve que le SA-SIP30 peut être administré par procuration, toutefois, le SIP-136 original peut être utilisé de cette manière (Sneeuw, Aaronson, de Haan, & Limburg, 1997).

Durée :

La durée moyenne pour compléter l’échelle n’a pas été documentée, toutefois, le SA-SIP30 est connu pour être une échelle plus courte que le SIP original, qui prend en moyenne 30 minutes pour être administré.

Versions alternatives du SA-SIP30

Aucune.

Pertinence de l’évaluation selon la clientèle

Peut être utilisé avec :

  • Les patients ayant subi un AVC.

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • Le SA-SIP30 doit être administré avec prudence aux patients ayant subi un AVC sévère. van Straten et al. (1997) ont constaté que le SA-SIP30 pourrait être moins efficace pour les patients ayant subi un AVC sévère, car lors de l’élaboration du SA-SIP30, les items avec une pondération plus élevée étaient davantage associés avec les items qui ont été enlevés et qui décrivaient un état de santé plus grave. L’observation a démontré que l’accord entre les scores obtenus avec le SIP-136 original et le SA-SIP30 était plus faible chez les patients plus sévèrement atteints par un AVC que chez les patients en meilleure santé (van Straten et al., 1997). Toutefois, il est important de noter que dans une étude ultérieure réalisée par van de Port et al. (2004), cette tendance n’a été observée que dans la dimension Physique du SA-SIP30 et malgré cela, la tendance était moins marquée que pour le SIP-68 (une version courte de l’orignal SIP-136).
  • Le SA-SIP30 doit être administré avec prudence aux patients ayant un handicap physique majeur. van Straten et al. (2000) ont relevé que les scores totaux sur le SA-SIP30 étaient expliqués en grande partie par la dimension Physique de l’échelle (66% pour les sous-échelles de la dimension Physique en comparaison à 25% pour les sous-échelles de la dimension Psychosociale). Cela pourrait avoir pour effet que tout patient présentant un handicap physique sévère soit automatiquement détecté par l’échelle comme ayant une faible qualité de vie liée à la santé.
  • Les patients qui nécessitent l’aide d’un proche aidant pour le compléter. Bien que le SIP original ait été validé pour être utilisé par un proche aidant, l’utilisation par un proche aidant n’a pas été examinée en utilisant le SA-SIP30. Pour les patients qui ont subi un AVC et qui nécessitent l’aide d’un proche aidant, la Stroke Impact Scale est connue comme une mesure fidèle et valide de la qualité de vie (Duncan, Lai, Tyler, Perera, Reker & Studenski, 2002).
  • Les patients ayant une aphasie. Le SA-SIP30 n’a pas été validé pour être utilisé avec les patients ayant une aphasie. Un questionnaire français, le SIP-65, a été validé pour évaluer la qualité de vie auprès de patients ayant une aphasie, toutefois, cette échelle n’est pas disponible en anglais (Benaim et al., 2003). La Stroke and Aphasia Quality of Life Scale-39 (SAQOL-39) est une autre mesure qui évalue la qualité de vie et a été développée spécifiquement pour être utilisée avec les patients ayant une aphasie. Cette échelle s’avère être une mesure acceptable, fidèle et valide auprès de patients ayant une aphasie à long terme (Hilari, Byng, Lamping, & Smith, 2003).

Dans quelles langues la mesure est-elle disponible ?

Anglais (van Straten et al., 1997)

Sommaire

Que mesure l’outil ? La qualité de vie liée à la santé
Avec quelles clientèles l’outil peut-il être utilisé ? Le SA-SIP 30 a été développé pour être utilisé auprès de patients ayant subi un AVC.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration La durée moyenne pour compléter l’échelle n’a pas été documentée, toutefois, le SA-SIP30 est connu pour être une échelle plus courte que le SIP original, qui prend en moyenne 30 minutes pour être administré.
Versions Le SA-SIP30 a été adapté à partir du SIP-136 original.
Langues Anglais. Aucune traduction du SA-SIP30 n’a été effectuée à ce jour.
Propriétés psychométriques
Fidélité Cohérence interne :
Deux études ont examiné la cohérence interne du SA-SIP30, les deux ont relevé une excellente cohérence interne.

Test-retest :
Aucune étude n’a examiné la fidélité test-retest du SA-SIP30.

Inter-juges :
Aucune étude n’a examiné la fidélité inter-juges du SA-SIP30.

Validité Contenu :
Les items les moins pertinents pour les patients ayant subi un AVC ont été éliminés. Les items avec des profils de réponse asymétriques, ou ceux étant pertinents pour < 10% de patients, ont été retirés. Une régression linéaire a été utilisée pour évaluer la pertinence des items restants. La sélection des items pour chaque sous-échelle a été complétée lorsque les items, dans le modèle, expliquaient 80% de la variance sur le score de la sous-échelle totale originale. Les sous-échelles les moins pertinentes ont été exclues en utilisant une régression linéaire séquentielle avec inclusion directe. Lorsque l’ajout d’une autre sous-échelle au modèle a augmenté le pourcentage de variance de plus de 1%, le processus a été arrêté. Les items peu fiables ont été exclus, dans la mesure où au moins 3 items demeuraient dans chacune des sous-échelles. Construit :
Convergente :
D’excellentes corrélations ont été relevées entre le SA-SIP30 et le score total et les sous-échelles du SIP-136, le SIP-68 (version raccourcie du SIP-136), et le score de santé globale fonctionnelle de la Rankin Scale. Des corrélations adéquates ont été relevées avec le score de handicap de l’Indice de Barthel, le score total de la Rankin Scale, l’EuroQol, et le Frenchay Activities Index.

Discriminante :
De faibles corrélations ont été relevées entre le SA-SIP30 et la Canadian Occupational Performance Measure.

Groupes connus :
Le SA-SIP30 a été en mesure de distinguer les clients ayant subi un infarctus lacunaire de ceux ayant des lésions corticales ou sous-corticales. Une étude a relevé que lorsque l’on utilise des seuils limites de cotation appropriés pour le SA-SIP30, le SA-SIP30 peut classer les patients comme dépendant dans leurs activités de la vie quotidienne, capables de vivre de façon indépendante, et ayant une faible qualité de vie liée à la santé.

Effets plancher/plafond Aucun.
Est-ce que l’outil est sensible aux changements ?

Une étude a relevé que le SA-SIP30 n’avait qu’une capacité modérée de détecter le changement chez les patients de 6 mois à 1 an post-AVC.

Acceptabilité Le SA-SIP30 est plus court et plus simple que le SIP-136 original. Le SIP original a été testé pour être utilisé par des proches aidants, toutefois, le SA-SIP30 n’a pas encore été testé pour être utilisé par des proches aidants. Le SA-SIP30 ne devrait pas être administré aux patients ayant une aphasie et il doit être utilisé avec prudence auprès des patients ayant un handicap physique majeur ou ayant été victimes d’un AVC sévère.
Faisabilité Cette version plus courte et plus simple du SIP devrait représenter une moins grande charge administrative et peut être plus facilement incluse dans les milieux de recherche et de clinique. Cette échelle a été conçue pour être auto-administrée ou administrée par entrevue. Aucune formation spécifique n’est nécessaire. Un manuel de l’utilisateur et un manuel de formateur sont disponibles pour le SIP original seulement. Le SA-SIP30 est relativement simple à coter et est basé sur les pondérations qui sont appliquées sur les items cochés, qui sont ensuite additionnées pour chaque sous-échelle et exprimées comme un % allant de 0 à 100% pour chaque sous-échelle. Des scores plus élevés indiquent des effets moins souhaitables sur la santé.
Comment obtenir l’outil ? Cliquez ici pour obtenir un exemplaire du SA-SIP30. Le SA-SIP30 peut aussi être obtenu dans van Straten et al. (1997).

Propriétés psychométriques

Résumé

À ce jour, seulement quelques études ont examiné les propriétés psychométriques du Stroke-Adapted Sickness Impact Profile (SA-SIP30). Pour cette raison, nous avons inclus pour la revue toutes les publications que nous pouvions identifier sur l’échelle. Le SA-SIP30 a originalement été validé par ses auteurs (van Straten et al., 1997 ; van Straten et al., 2000) et a été révisé par la suite par van der Port et al. (2004).

Fidélité

Cohérence interne :
van Straten et al. (1997) ont développé et examiné la fidélité du SA-SIP30 auprès de 319 patients post-AVC. Le score total sur le SA-SIP30 a démontré une excellente cohérence interne (alpha = 0,85), tout comme les dimensions Psychosociale (alpha = 0,78) et Physique (alpha = 0,82). Toutes les sous-échelles ont obtenu une cohérence interne adéquate, à l’exception des sous-échelles Comportement émotionnel (alpha = 0,57) et Marche (alpha = 0,54), qui se sont avérées faibles. À l’exception de la sous-échelle Communication, la cohérence interne du SIP-136 s’est avérée être légèrement plus élevée pour tous les items que la cohérence interne du SA-SIP30.

van de Port, Ketelaar, Schepers, van den Bos et Lindeman (2004) ont également examiné la cohérence interne du SA-SIP30 auprès de 122 patients ayant subi un AVC et ont relevé une excellente fidélité pour le score total (alpha = 0,82) et une fidélité modérée pour la dimension Physique (alpha = 0,76). Toutefois, contrairement aux résultats de van Straten et al. (1997), la cohérence interne de la dimension Psychosociale s’est avérée être faible (alpha = 0,68).

Inter-juges :
N’a pas été documentée.

Test-retest :
N’a pas été documentée.

Validité

Critère :

Aucune.

Contenu :

van Straten et al. (1997) ont éliminé les items les moins pertinents pour les patients ayant subi un AVC provenant du SIP-136. Les items avec des profils de réponse asymétriques ont été retirés, tout comme les items étant pertinents pour moins de 10% de tous les patients. Une régression linéaire a été utilisée pour évaluer la pertinence des items restants avec une stratégie de sélection directe, en utilisant une statistique F avec un p = 0,5 comme niveau de critère de sélection. La sélection des items pour chaque sous-échelle a été complétée lorsque les items, dans le modèle de régression, expliquaient 80% de la variance dans le score de la sous-échelle totale originale. Les sous-échelles les moins pertinentes ont été exclues en utilisant une régression linéaire séquentielle avec inclusion directe pour expliquer la variation du score total sur le SIP original avec les sous-échelles raccourcies. Lorsque l’ajout d’une autre sous-échelle au modèle n’a pas entraîné une augmentation de plus de 1% dans le pourcentage de variance, le processus a été arrêté. Finalement, les items peu fiables ont été exclus, dans la mesure où au moins 3 éléments restaient dans chaque sous-échelle.

Construit :

Une analyse en composantes principales a soutenu deux dimensions (Physique et Psychosociale), ce qui prouve que la structure dimensionnelle originale du SIP-136 est maintenue avec le SA-SIP30 (van Straten et al., 1997). Vingt % de la variance de score expliquée du SA-SIP30 peut être attribué à la dimension Physique et 11% à la dimension Psychosociale (van Straten et al., 1997).

Convergente :
van Straten et al. (1997) ont examiné la validité convergente de l’échelle en comparant les scores du SA-SIP30 avec les scores de la version de 136 items auprès de 319 patients post-AVC. Le score total du SA-SIP30 a expliqué 91% de la variance dans les scores du SIP-136. De plus, 87% des scores de la dimension physique originale et 88% des scores de la dimension Psychosociale peuvent être expliqués par le SA-SIP30. Pour les différentes sous-échelles, les pourcentages de variance expliquée ont varié de 69% (Interactions sociales) à 84% (Comportement émotionnel). Le coefficient de corrélation de rang de Spearman entre les scores du SA-SIP30 et du SIP-136 s’est avéré excellent (r = 0,96). Les corrélations des sous-échelles se sont également avérées excellentes, allant de r = 0,75 (Comportement émotionnel) à r = 0,90 (Soins du corps et mouvement).

De plus, dans cette étude de van Straten et al., le SA-SIP30 a corrélé avec l’Indice de Barthel et la Rankin Scale. Comme prévu, le SA-SIP30 a corrélé de façon modérée avec le score de handicap sur l’Indice de Barthel (r = 0,50) et a obtenu une excellente corrélation avec le score de santé fonctionnelle globale sur la Rankin Scale (r = 0,68), ce qui démontre à nouveau la validité convergente du SA-SIP30.

van de Port, Ketelaar, Schepers, van den Bos et Lindeman (2004) ont examiné la validité convergente du SA-SIP30 auprès de 122 patients ayant subi un AVC. La corrélation entre le score du SA-SI30 et le score total du SIP-68 (une version abrégée du SIP-136) s’est avérée excellente (r = 0,98). Des associations similaires ont relevées pour les scores des dimensions Physique (r = 0,89) et Psychosociale (r = 0,84).

Cup et al. (2003) ont constaté que le SA-SIP30 a corrélé adéquatement avec l’Indice de Barthel (r = -0,517), la Rankin Scale (r = 0,468), l’EuroQol (r = -0,483) et le Frenchay Activities Index (r = -0,426). Les corrélations entre le SA-SIP30 et l’EuroQol, l’Indice de Barthel et le Frenchay Activities Index sont négatives, car un score élevé sur le SA-SIP30 indique de mauvais résultats sur la santé, alors qu’un score élevé aux autres échelles indique des résultats positifs sur la santé. Les résultats de cette étude démontrent la validité convergente du SA-SIP30 avec d’autres mesures fonctionnelles standardisées fréquemment utilisées auprès d’individus ayant subi un AVC.

van Straten et al. (2000) ont effectué une analyse de régression linéaire et ont constaté que les mesures communes de handicap physique étaient étroitement associées avec les scores sur le SA-SIP30. L’Indice de Barthel représentait 36% de la variance sur les scores totaux du SA-SIP30, la Rankin Scale représentait 53% et le score de l’EuroQol représentait 44%. Les résultats de cette étude ont également confirmé la validité convergente du SA-SIP30 avec d’autres mesures fonctionnelles standardisées fréquemment utilisées auprès d’individus ayant subi un AVC.

Discriminante :
Cup et al. (2003) ont examiné la validité discriminante de la Canadian Occupational Performance Measure auprès de 26 patients ayant subi un AVC. Comme prévu, la corrélation entre les scores sur la Canadian Occupational Performance Measure et sur le SA-SIP30 s’est avérée faible (r = 0,102). Ce résultat était prévisible, car la Canadian Occupational Performance Measure a été développée pour examiner les problématiques spécifiques à l’individu, alors que le SA-SIP30 se concentre sur la perspective sociétale de l’indépendance.

Groupes connus :
van Straten et al. (1997) ont constaté que le SA-SIP30 n’était pas en mesure de faire la distinction entre les clients ayant subi un AVC sus-tentoriel et ceux ayant subi un AVC sous-tentoriel, ce qui a été possible avec le SIP-136 (de Haan, Limburg, & van der Meulen, 1995). Toutefois, le SA-SIP30 était en mesure de distinguer les clients ayant subi un infarctus lacunaire de ceux ayant subi des lésions corticales ou sous-corticales. De plus, les clients ayant subi un infarctus lacunaire ont obtenu un meilleur score de santé fonctionnelle que ceux ayant subi des lésions corticales ou sous-corticales sur la dimension Psychosociale de l’échelle, le score total sur le SA-SIP30, et sur toutes les sous-échelles, à l’exception de celles évaluant le Comportement émotionnel et la Mobilité.

van Straten et al. (2000) ont identifié les seuils limites de cotation pour les mauvais résultats sur la santé en examinant l’aire sous la courbe (ASC) de la fonction d’efficacité du récepteur (Receiver Operator Characteristic ROC). En utilisant un seuil limite de cotation > 28 sur le SA-SIP30, le pourcentage de patients correctement classifiés comme dépendant dans leurs activités de la vie quotidienne, tel qu’évalué en utilisant l’Indice de Barthel, s’est avéré adéquat, 77% (ASC = 0,84). En utilisant un seuil limite de cotation > 40 sur le SA-SIP30 pour la dimension Physique seulement, le pourcentage de patients correctement classifiés comme dépendant dans leurs activités de la vie quotidienne s’est avéré excellent, 84% (ASC = 0,90). En utilisant un seuil limite de cotation > 25 sur le SA-SIP30, le pourcentage de patients correctement classifiés comme étant incapable de vivre de façon indépendante, tel que mesuré par la Rankin Scale, s’est avéré adéquat pour le score total, 80% (ASC = 0,90). En utilisant un seuil limite de cotation de > 36 pour la dimension Physique seulement, le pourcentage de patients correctement classifiés s’est avéré excellent, 83% (ASC = 0,90). En utilisant un seuil limite de cotation de > 33, le pourcentage de patients correctement classifiés comme ayant une faible qualité de vie liée à la santé, tel qu’évalué par l’EuroQoL, s’est avéré adéquat, 80% (ASC = 0.80) pour le score total. En utilisant un seuil limite de cotation de > 40 pour la dimension Physique seulement, le pourcentage de patients correctement classifiés s’est également avéré adéquat, 79% (ASC = 0,86).

Sensibilité au changement

van de port et al. (2004) ont relevé que le SA-SIP30 a démontré une sensibilité au changement modérée lors d’une étude longitudinale. Les ampleurs de l’effet de 6 mois à 1 an post-AVC se sont avérées de 0,60 pour les scores totaux sur le SA-SIP30 et de 0,56 et 0,65 respectivement pour les dimensions Physique et Psychosociale.

Références

  • Benaim, C., Pelissier, J., Petiot, S., Bareil, M., Ferrat, E., Royer, E., Milhau, D., Herisson, C. (2003). A French questionnaire to assess quality of life of the aphasic patient: The SIP-65. [French]. Ann Readapt Med Phys, 46(1), 2-11.
  • Bergner, M., Bobbitt, R. A., Pollard, W. E., Martin, D. P., Gilson, B. S. (1976). The sickness impact profile: Validation of a health status measure. Med Care, 14(1), 57-67.
  • Bergner, M., Bobbit, R. A., Carter, W. B., Gilson, B. S. (1981). The Sickness Impact Profile: development and final revision of health status measure. Med Care, 19, 787-805.
  • Buck, D., Jacoby, A., Massey, A., Ford, G. (2000). Evaluation of measures used to assess quality of life after stroke. Stroke, 31, 2004-2010.
  • Coons, S. J., Rao, S., Keininger, D. L., Hays, R. D. (2000). A comparative review of generic quality-of-life instruments. Pharmacoeconomics, 17, 13-35.
  • Cup, E. H. C., Scholte op Reimer, W. J. M., Thijssen, M. C., E., van Kuyk-Minis, M. A. H. (2003). Reliability and validity of the Canadian Occupational Performance Measure in stroke patients. Clinical Rehabilitaton, 17(4), 402-409.
  • de Haan, R. J., Limburg, M., van der Meulen, J. H. P. (1995). Quality of life after stroke. Stroke, 26, 402-408.
  • Duncan, P. W., Lai, S. M., Tyler, D., Perera, S., Reker, D. M., Studenski, S. (2002). Evaluation of proxy responses to the Stroke Impact Scale. Stroke, 33, 2593-2599.
  • Finch, E., Brooks, D., Stratford, P. W., Mayo, N. E. (2002). Physical Rehabilitations Outcome Measures. A Guide to Enhanced Clinical Decision-Making (second ed.), Canadian Physiotherapy Association, Toronto.
  • Golomb, B. A., Vickrey, B. G., Hays, R. D. (2001). A review of health-related quality-of-life measures in stroke. Pharmacoeconomics, 19(2), 155-185.
  • Hilari, K., Byng, S., Lamping, D. L., Smith, S. C. (2003). Stroke and Aphasia Quality of Life Scale-39 (SAQOL-39): Evaluation of acceptability, reliability, and validity. Stroke, 34, 1944-1950.
  • Lurie, J. (2000). A review of generic health status measures in patients with low back pain. Spine, 25, 3125-3129.
  • McDowell, I., Newell, C. (1996). Measuring Health. A Guide to Rating Scales and Questionnaires (2nd ed.), New York: Oxford University Press.
  • Sneeuw, K. C. A., Aaronson, N. K., de Haan, R. J., Limburg, M. (1997). Assessing quality of life after stroke. The value and limitations of proxy ratings. Stroke, 28, 1541-1549.
  • van Straten, A., de Haan, R. J., Limburg, M., Schuling, J., Bossuyt, P. M., van den Bos, G. A. M. (1997). A Stroke-Adapted 30-Item Version of the Sickness Impact Profile to Assess Quality of Life (SA-SIP30). Stroke, 28, 2155-2161.
  • van Straten, A., de Haan, R. J., Limburg, M., van den Bos, G. A. M. (2000). Clinical Meaning of the Stroke-Adapted Sickness Impact Profile-30 and the Sickness Impact Profile-136. Stroke, 31, 2610-2615.
  • van de Port, I. G. L., Ketelaar, M., Schepers, V. P. M., van den Bos, G. A. M., Lindeman, E. (2004). Monitoring the functional health status of stroke patients: the value of the Stroke-Adapted Sickness Impact Profile-30. Disability and Rehabilitation, 26(11), 635-640.

Voir la mesure

Comment obtenir un exemplaire du SA-SIP30 ?

Une copie de la mesure est disponible dans van Straten et al. (1997). Veuillez cliquer pour voir un exemplaire du SASIP-30.

Table des matières
Aidez-nous à nous améliorer