Boston Diagnostic Aphasia Examination (BDAE)

Évidence révisées en date du 25-10-2012
Auteur(s)* : Sabrina Figueiredo, BSc ; Vanessa Barfod, BA ; Katherine Salter
Éditeur(s) : Lisa Zeltzer, MSc OT ; Nicol Korner-Bitensky, PhD OT ; Elissa Sitcoff, BA BSc
Réviseur expert : Dr. Lorraine Obler
Version française en traduction libre : Sarah Perrino

But

Le BDAE est conçu pour diagnostiquer l’aphasie et les troubles associés. Ce test évalue les modalités conceptuelles variées (auditive, visuelle et gestuelle), les fonctions de traitement (compréhension, analyse, résolution de problèmes) et les modalités de réponses (écriture, articulation et manipulation). Le BDAE peut être utilisé par des neurologues, des psychologues, des orthophonistes et des ergothérapeutes (Goodglass et Kaplan, 1972).

Revue détaillée

But de l’outil de mesure

Le BDAE est conçu pour diagnostiquer l’aphasie et les troubles associés. Ce test évalue les modalités conceptuelles variées (auditive, visuelle et gestuelle), les fonctions de traitement (compréhension, analyse, résolution de problèmes) et les modalités de réponses (écriture, articulation et manipulation). Le BDAE peut être utilisé par des neurologues, des psychologues, des orthophonistes et des ergothérapeutes (Goodglass et Kaplan, 1972).

Versions disponibles

Le BDAE a été développé en 1972 par Goodglass et Kaplan. Une deuxième édition a été publiée en 1983 par ces mêmes auteurs. L’édition la plus récente a été publiée en 2001 par Goodglass, Kaplan et Barresi et contient une version courte ainsi qu’une version étendue du BDAE.

Caractéristiques de l’outil de mesure

Items et cotation :

Voici les items ainsi que la notation du BDAE (Goodglass & Kaplan, 1972):

1. Fluidité

Dans cette section, le client devrait être encouragé à s’engager dans une conversation narrative libre et ouverte. Les caractéristiques suivantes sont ainsi évaluées :

Ligne mélodique : L’examinateur devrait observer un motif de tonalité tout au long de la phrase.

Longueur de phrase : L’examinateur devrait observer la durée d’une suite ininterrompue de mots.

Agilité articulatoire : L’examinateur devrait observer comment le client articule des séquences phonémiques.

Forme grammaticale : L’examinateur devrait observer la variété de la construction grammaticale.

Paraphrase dans le langage courant : L’examinateur devrait observer des substitutions ou des insertions de mots sémantiquement erronés lors d’une conversation.

Trouver ses mots : L’examinateur devrait observer la capacité du client à évoquer les noms des concepts nécessaires et le contenu informationnel des phrases.

Toutes les caractéristiques sont notées sur une échelle de 7 points où 1 est l’anomalie maximale et 7 est une anomalie minimale.

2. Compréhension auditive :

Discrimination des mots : Consiste en une tâche à choix multiples qui s’échantillonne en 6 catégories de mots : les objets, les formes géométriques, les lettres, les actions, les chiffres et les couleurs. Cinq mots sont écrits sur des cartes et il est demandé au client d’identifier ceux sur les cartes choisies par l’examinateur. On donne 2 points aux clients pour chaque mot correctement identifié en moins de 5 secondes, 1 point pour une identification correcte en plus de 5 secondes et un demi-point pour avoir choisi la bonne catégorie. Le score maximal est de 72. L’examinateur devrait noter par écrit tous les choix incorrects du client.

Identification des parties du corps : Inclue 24 items, les 18 premiers étant reliés au nom des parties du corps et les derniers 8 étant reliés à la compréhension de la gauche et de la droite. L’examinateur demande au client d’identifier ses propres parties du corps. Un point est accordé pour une identification juste de la partie du corps en moins de cinq secondes. Lorsque plus de temps est nécessaire à l’identification des parties du corps, seulement un demi-point est accordé. En ce qui concerna la compréhension gauche-droite, l’examinateur demande au client d’identifier son avant-bras gauche, par exemple. Un point est accordé pour une identification correcte en moins de cinq secondes. Lorsque plus de temps est nécessaire à l’identification du côté du corps, seulement un point est accordé.

Commandes : Il est demandé au client d’exécuter des commandes. Le score dans cette sous-échelle se situe entre 0 et 15.

Matériel idéationnel complexe : Dans cette section, l’examinateur pose des questions générales telles que «Est-ce qu’une roche va couler dans l’eau?» et s’attend à ce que le client comprenne et exprime son accord ou son désaccord. Chaque item est constitué de deux questions, l’une ayant un «oui» et l’autre ayant un «non» comme option de réponse. Un point est accordé pour chaque item auquel le client a correctement répondu aux deux questions. Le score se situe entre 0 et 10.

3. Nommer

Nommer en réaction : L’examinateur pose une question au client contenant un mot clé associé à la réponse attendue. Le client devrait répondre à cette question en utilisant les mots suivants : des noms (montre, ciseaux, match, pharmacie) ; des couleurs (vert, noir); des verbes (raser, laver, écrire) et un chiffre (douze). Trois points sont accordés lorsque la réponse est fournie en moins de 3 secondes, deux points entre 3 et 10 secondes, un point entre 10 et 30 secondes et zéro point si le client donne une mauvaise réponse. Le score maximal est de 30 points.

Confrontation visuelle : Le client devrait nommer les images présentées par l’examinateur. Les items de stimuli visuels sont tirés des cartes 2 et 3 et représentent des objets, des formes géométriques, des lettres, des actions, des chiffres, des couleurs et des parties du corps. Trois points sont accordés lorsque la réponse est donnée en moins de trois secondes, 2 points entre 3 et 10 secondes, 1 point entre 10 et 30 secondes et 0 point si le client est incapable de donner la bonne réponse. Le score maximal est de 105.

Désignation d’animaux : Le premier mot «chien» est fourni par l’examinateur afin de stimuler le client. Ensuite, le client devrait donner tous les noms d’animaux qu’il/elle connait en 60 secondes. Le score est équivalent au nombre d’animaux différents nommés par le client.

Désignation de parties du corps : L’examinateur pointe 10 parties de son corps afin que le client les nomme. Trois points sont accordés lorsque la réponse est donnée en moins de 3 secondes, 2 points entre 3 et 10 secondes, 1 point entre 10 et 30 secondes et 0 point si le client donne la mauvaise réponse. Le score maximal est de 30 points.

4. Lire à l’oral

Lire des mots : L’examinateur désigne un mot sur une carte 5 qui devrait être lu par le client. Trois points sont accordés si le client lit le mot en moins de 3 secondes, 2 point entre 3 et 10 secondes, 1 point entre 10 et 30 secondes et 0 si le client donne une mauvaise réponse. Le score maximal est de 30 points.

Phrase à l’oral : Dix phrases devraient être lues à partir des cartes 6 et 7. Ces phrases sont notées réussies (score de 1) ou échouées (score de 0).

5. Répétition

Mots : Un grand échantillon de types de mots est présenté, incluant un mot avec une fonction grammaticale, des objets, des couleurs, une lettre, des chiffres, un verbe abstrait de 3 syllabes et un mot difficile à prononcer. Un item est noté positivement si tous les phonèmes sont dans le bon ordre et sont reconnaissables. Un point est accordé par item pour un total de 10.

Phrases à haute et à basse probabilité : Les phrases devraient être répétées par le client, en alternant entre un item à haute probabilité et un item à basse probabilité. Un point est accordé pour chaque phrase répétée correctement et les sections à haute et à basse probabilité sont notées séparément, de 0 à 8.

6. Discours automatique

Phrases automatisées : Quatre séquences sont testées : les jours de la semaine, les mois de l’année, d’un à vingt-et-un et l’alphabet. Deux points maximum sont accordés pour une récitation complète d’une série et 1 point est accordé pour une suite de 4 mots consécutifs sans aide lors de la récitation des jours, pour une suite de 5 mots lors de la récitation des mois, pour une suite de 8 mots lors de la récitation des chiffres et pour une suite de 7 mots lors de la récitation de l’alphabet.

Réciter : Plusieurs comptines sont suggérées afin de susciter des réponses d’achèvement. Un score de 0 est accordé si le client est incapable de réciter, un score de 1 pour une récitation avec quelques erreurs et un score de 2 pour une bonne récitation.

7. Compréhension de lecture

Discrimination de symboles : Les cartes 8 et 9 contiennent 10 items chaque. L’examinateur montre le mot ou la lettre centrée au-dessus de 5 choix de réponse et demande au client de sélectionner l’équivalent. Un point est accordé pour chaque item correctement choisi.

Reconnaissance de mots : En utilisant les cartes 10 et 11, il est demandé au client d’identifier le mot sur 5 qui correspond au mot énoncé précédemment par l’examinateur. Cette tâche est répétée 7 autres fois et un point est donné pour chaque bonne réponse.

Épellation à l’oral : Le client devrait reconnaître 8 mots épelés par l’examinateur. Un point est accordé pour chaque mot reconnu.

Association image-mot : Dix mots sont sélectionnés à partir de la carte 5 afin d’être identifiés sur les cartes 2 et 3. Un point est accordé pour chaque association correcte.

Phrases et paragraphes : L’examinateur lit dix phrases sur les cartes 12 à 16. Il est demandé au client de compléter la fin de chaque phrase à l’aide d’une de quatre options différentes. Un point est accordé pour chaque phrase correctement terminée.

8. Écrire

Mécanique : Il est demandé au client d’écrire son nom et son adresse à l’aide de sa main forte. S’il/elle en est incapable, l’examinateur peut écrire la phrase et le client devrait ensuite la transcrire. Le score se situe entre 0 et 3, selon le niveau de la performance.

Écriture en série : Le client devrait écrire l’alphabet et les nombres de 1 à 21. Le score équivaut au total des lettres et chiffres différents et corrects. Le score maximal est de 47 points.

Dictée de niveau primaire : Le client devrait écrire les lettres, les nombres et les mots primaires qui sont dictés par l’examinateur. Le score est donné par l’addition du nombre de mots corrects.

D’épellation à désignation : Le client devrait écrire les mots dictés par l’examinateur. Le score dépend de nombre de mots correctement écrits par le client.

Désignation par confrontation écrire : Le patient devrait écrire le nom de la figure qui lui est montrée par l’examinateur sur les cartes 2 et 3. L’examinateur devrait montrer 10 figures. Un point est accordé pour chaque réponse correctement épelée.

De phrases à dictée : Le client devrait écrire les trois phrases dictées par l’examinateur. Les scores pour chaque phrase se situent entre 0 et 4.

Écriture narrative : La carte 1 comporte une photo d’un voleur de biscuit. Celle-ci est montrée au client qui doit ensuite écrire tout ce qu’il/elle peut à propos de ce qu’il/elle voit sur la photo. Le client devrait être encouragé à continuer d’écrire durant 2 minutes. Les scores de cette section se situent entre 0 (aucun écrit pertinent) et 4 (description complète et phrase grammaticale).

Seize cartes à stimulus sont comprises dans le BDAE. Ces cartes incluent une variété d’images, de mots et de phrases qui sont montrées au client au cours de l’évaluation.

Des lignes directrices d’administration détaillées se trouvent dans le manuel de test qui devrait être acheté.

 

Temps d’administration :

90 à 120 minutes sont nécessaires afin d’administrer le BDAE. Le format étendu du BDAE nécessite au plus 2 heures et demie afin d’être administré (Sbordone, Saul et Purisch, 2007). La version courte prend entre 30 et 45 minutes (Goodglass et Kaplan, 2001).

Sous-échelle :

Le BDAE est constitué de 8 sous-échelles :

  • Fluidité
  • Compréhension auditive
  • Désignation
  • Lecture orale
  • Répétition
  • Discours automatique
  • Compréhension de lecture
  • Écriture

Équipement :

Le BDAE requiert de l’équipement spécialisé qui devrait être acheté dans une boutique spécialisée ou en ligne.

Entraînement :

Le test coûte approximativement 450.00$ US et inclut la batterie complète de test, le manuel et une vidéo explicative.

Versions alternatives du BDAE

  • Version courte : décrite comme «une évaluation brève, sans fioritures».
  • Version étendue : inclue une évaluation des habitudes en plus de l’évaluation standard.

Clientèle cible

Peut être utilisé avec :

  • Des adultes ayant subi un AVC
  • Des adultes présentant une déficience au niveau de la communication et du langage

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • Non documenté

Dans quelles langues la mesure est-elle disponible ?

Anglais, Espagnol, Portugais, Français, Hindi, Finlandais et Grec (Radanovic & Scaff, 2002; Rosselli, Ardila, Florez & Castro, 1990; Tsapkini, Vlahou & Potagas, 2009/2010).

Sommaire

Que mesure l’outil ? Le BDAE est conçu afin de diagnostiquer l’aphasie et les troubles reliés.
Pour quelles clientèles cet outil peut-il être utilisé ? Le BDAE peut être utilisé avec des personnes ayant subi un AVC, mais n’est pas limité à cette clientèle.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration requis
  • 90 à 120 minutes (BDAE)
  • 30 à 45 minutes (version courte)
  • Jusqu’à 2 heures et demie (version étendue)
Versions Versions courte et étendue.
Autres langues Anglais, Espagnol, Portugais, Français, Hindi, Finlandais et Grec.
Propriétés psychométriques
Fidélité Aucune étude n’a examiné la fidélité du BDAE chez les clients ayant subi un AVC.
Validité Contenu :
Aucune étude n’a examiné la validité de contenu du BDAE chez les patients ayant subi un AVC.

Critère :
Concourante :
Aucune étude n’a examiné la validité concourante du BDAE chez les clients ayant subi un AVC.

Prédictive :
Aucune étude n’a examiné la validité prédictive du BDAE chez les clients ayant subi un AVC.

Construit :
Convergente/Discriminante :
Quatre études ont examiné la validité convergente du BDAE et ont relevé des corrélations allant de faibles à adéquates entre les sous-échelles de répétition et de commande du BDAE et celles du Repeatable Battery for the Assessment of Neuropsychological Status (RBANS); une faible corrélation a été relevée entre le BDAE et l’Index visuel du RBANS ; une corrélation adéquate entre le BDAE et l’Index du langage du RBANS ; des corrélations allant d’adéquates à excellentes avec les versions modifiées de la Stroke Impact Scale (communication, participation, domaines physique et du rétablissement post-AVC) et avec l’Activity Card Sort (scores total, instrumental et loisir à faible demande) ; et une excellente corrélation avec le Test bilingue d’aphasie (TBA) séquences automatisées comparables, sous-tests de compréhension et de lecture.

Groupes connus :
Une étude a examiné la validité des groupes connus du BDAE-SF (version grecque) en utilisant le test W de Wilcoxon et a relevé une différence entre les adultes en bonne santé et les patients présentant de l’aphasie suite à un AVC.

Effets plancher/plafond Aucune étude n’a examiné les effets plafonds du BDAE chez les clients.
Sensibilité/spécificité Aucune étude n’a examiné la sensibilité ou la spécificité du BDAE chez les clients ayant subi un AVC.
L’outil détecte-t-il le changement chez le patient ? Aucune étude n’a examiné la sensibilité au changement du BDAE chez les clients ayant subi un AVC.
Acceptabilité L’administration du BDAE est plutôt longue et certains clients peuvent devenir irrités par les items plus simplistes.
Faisabilité Le BDAE est largement utilisé en tant qu’outil d’évaluation de l’aphasie. Des normes ajustées à l’âge et à l’éducation sont disponibles (Borod, Goodglass et Kaplan, 1980).
Comment obtenir l’outil de mesure ?

Il est possible de se procurer le BDAE à partir d’un des sites internet suivant, pour une somme de 435$ à 496$ US :

Propriétés psychométriques

Résumé

Une revue de la littérature a été menée afin d’identifier toutes les publications pertinentes à propos des propriétés psychométriques du Boston Diagnostic Aphasia Examination (BDAE) chez les individus ayant subi un AVC. Cinq études ont été identifiés.

Effets plancher/plafond

Aucune étude n’a examiné les effets plafonds du BDAE chez les clients ayant subi un AVC.

Fidélité

Aucune étude n’a examiné la fidélité du BDAE chez les clients ayant subi un AVC.

Validité

Contenu :

Aucune étude n’a examiné la validité de contenu du BDAE chez les patients ayant subi un AVC.

Critère :

Concourante :
Aucune étude n’a examiné la validité concourante du BDAE chez les clients ayant subi un AVC.

Prédictive :
Aucune étude n’a examiné la validité prédictive du BDAE chez les clients ayant subi un AVC.

Construit :

Convergente/Discriminante :
Larson, Kirschner, Bode, Heinemann et Goodman (2005) ont analysé la validité de construit du BDAE en le comparant au Repeatable Battery for the Assessment of Neuropsychological Status (RBANS) (Randolph, 1998) chez 88 clients ayant subi un AVC. Les corrélations entre la sous-échelle de répétition du BDAE et les index d’attention, de langage, de mémoire immédiate et de mémoire retardée du RBANS étaient adéquates (respectivement, r = 0,45 ; 0,42 ; 0,40 ; 0,38), alors que les corrélations entre la sous-échelle de répétition du BDAE et l’index spatiovisuel du RBANS étaient faibles (r = 0,25). Les corrélations entre la sous-échelle des commandes du BDAE et les index du langage et de la mémoire immédiate du RBANS étaient adéquates (respectivement, r = 0,38 ; 0,37) alors que les corrélations étaient faibles entre la sous-échelle des commandes du BDAE et les index spatiovisuel, de l’attention de et la mémoire retardée (respectivement, r = 0,14 ; 0,24 ; 0,30).

Tucker et coll. (2012) ont conçu des versions modifiées de l’Échelle de l’impact d’un AVC (ÉIACV), du Medical Outcomes Study Short Form-36 (SF-36), du Activity Card Sort (ACS) et de la Reintegration to Normal Living Scale afin d’améliorer l’utilisation des mesures auprès de patients présentant une aphasie. Les auteurs ont examiné la relation entre la performance des patients aux mesures modifiées et la sévérité de l’aphasie tel que mesuré à l’aide du BDAE-3 version courte, à travers un échantillon de 29 personnes vivant dans la communauté, en phase subaiguë ou chronique de récupération d’un AVC et présentant de l’aphasie. La composante expressive du BDAE a démontré d’excellentes corrélations avec les domaines de la communication, de la participation et de la récupération post-AVC de l’ÉIACV (respectivement, r = 0,72, 0,66, 0,60) et des corrélations adéquates avec le domaine physique de l’ÉIACV (r = 0,46) et les scores de l’ACS total, les scores instrumental et de loisir à faible demande (respectivement, r = 0,55, 0,53, 0,57). La composante de la compréhension auditive du BDAE a démontré des corrélations adéquates avec les domaines de la communication, de la participation et du rétablissement post-AVC de l’ÉIAVC (respectivement, r = 0,57, 0,50, 0,45) et avec le score de l’ACS total et les scores instrumental et de loisir à faible demande (respectivement, r = 0,51, 0,48, 0,47). L’index de compétence de langage du BDAE (ICL) a démontré d’excellentes corrélations avec les domaines de la communication et de la participation de l’ÉIAVC (respectivement, r = 0,67, 0,61) et des corrélations adéquates avec le domaine du rétablissement post-AVC de l’ÉIAVC (r = 0,56) et avec les scores de l’ACS total, de l’instrumental et du loisir à faible demande (respectivement, r = 0,55, 0,53, 0,55). Les corrélations avec les autres domaines de l’ÉIAVC, avec les scores ACS, avec le SF-36 et avec l’échelle de la réintégration à la vie normale n’étaient pas significatives.

Peristeri et Tsapkini (2011) ont examiné les corrélations entre des sous-tests similaires au BDAE-3 version courte (version grecque) et le Test d’aphasie bilingue (TAB) (version grecque) chez 9 patients présentant une aphasie agrammatique, incluant 7 patients ayant des AVC chroniques. Les corrélations entre les tests de séquences automatisées, de compréhension d’écoute (sous-test matériel de complexe idéationnel du BDAE) et de lecture étaient excellentes (respectivement, r = 0,75 ; 0,75 ; 0,88). Les corrélations entre les tests de fluidité, de commandes, de discrimination auditive verbale, de répétition de mots, de répétition de phrases et de désignation n’étaient pas significatives.

Groupes connus :
Tsapkini, Vlahou et Potagas (2009/2010) ont examiné la validité discriminative (groupes connus) du BDAE-SF (version grecque) en comparant la performance d’adultes en santé et vivant dans la communauté à celle de patients présentant une aphasie secondaire à un AVC, en utilisant le Wilcoxon’s rank sum test (W). Les participants ont été appariés selon leur éducation, leur âge et leur genre. Des différences significatives ont été relevées entre des adultes en santé et les individus ayant une aphasie dans les sous-groupes d’individus d’âge moyen (40-59 ans) et ayant un niveau d’éducation moyen et élevé aux sous-tests de compréhension auditive (respectivement, W = 32, p = 0,005 ; W = 20, p = 0,015), d’expression orale (respectivement, W = 32, p = 0,005; W = 20, p = 0,015) et de lecture (respectivement, W = 24, p = 0,003 ; W = 10, p = 0,035 et dans un sous-groupe d’individus plus âgés (60 ans et +) ayant un faible niveau d’éducation aux sous-tests de compréhension auditive (W = 56,5, p = 0,009) et d’expression orale (W = 51, p = 0,005).

Sensibilité au changement

Aucune étude n’a examiné la sensibilité au changement du BDAE chez les clients ayant subi un AVC.

Références

  • Borod, J.C., Goodglass, H., & Kaplan, E. (1980). Normative data on the Boston Diagnostic Aphasia Examination, Parietal Lobe Battery, and the Boston NamingJournal of Clinical Neuropsychology, 3, 209-215.
  • Enderby, P.M., Wood, V.A., Wade, D.T., & Hewer, L.R. (1987). The Frenchay Aphasia Screening Test: A short, simple test for aphasia appropriate for nonspecialists.International Journal of Rehabilitation Medicine, 8, 166-170.
  • Goodglass, H. & Kaplan, E. (1972). The assessment of aphasia and related disorders. Philadelphia, Boston: Lea & Febiger.
  • Larson, E.B., Kirschner, K., Bode, R., Heinemann, A., & Goodman, R. (2003). Construct and predictive validity of the repeatable battery for the assessment of neuropsychological status in the evaluation of stroke patients. Journal of clinical and experimental neuropsychology, 27, 16-32.
  • Peristeri, E., & Tsapkini, K. (2011). A comparison of the BAT and BDAE-SF batteries in determining the linguistic ability in Greek-speaking patients with Broca’s aphasia. Clinical Linguistics & Phonetics, 25 (6-7): 464-479.
  • Radanovic, M. & Scaff, M. (2003). Speech and language disturbances due to subcortical lesions. Brain and language, 84, 337-352.
  • Randolph, C. (1998). The Repeatable Battery for the Assessment of Neuropsychological Status. San Antonio, TX: The Psychological Corporation.
  • Rosselli, M., Ardila, A., Florez, A., & Castro, C. (1990). Normative data on the Boston Diagnostic Aphasia Examination in a Spanish-speaking population. Journal of Clinical and Experimental Neuropsychology, 12, 313-322.
  • Sbordone, R.J., Saul, R.E., & Purisch, A.D. Neuropsychology for Psychologists, Health Care Professionals, and Attorneys. Boca Raton, FL: Taylor and Francis Group. Tucker, F.M., Edwards, D.F., Mathews, L.K., Baum, C.M., & Connor, L.T. (2012). Modifying Health Outcome Measures for People With Aphasia. American Journal of Occupational Therapy, 66, 42-50.
  • Tsapkini, K., Vlahou, C.H., & Potagas, C. (2009/2010). Adaptation and validation of standardized aphasia tests in different languages- Lessons from the Boston Diagnostic Aphasia Examination – Short Form in Greek. Behavioural Neurology, 22, 111-119.
  • Tucker, F.M., Edwards, D.F., Mathews, L.K., Baum, C.M., & Connor, L.T. (2012). Modifying Health Outcome Measures for People With Aphasia. American Journal of Occupational Therapy, 66, 42-50.
  • Wilde, M.C. (2006). The validity of the repeatable battery of neuropsychological status in acute stroke. The clinical neuropsychologist, 20, 702-715.

Voir la mesure

Comment obtenir le BDAE :

Il est possible d’obtenir le BDAE à partir des sites web suivants et moyennant entre 435 et 496$ US.

Table des matières
Qu’en pensez-vous ?