Indice de Barthel

Évidence révisées en date du 07-10-2015
Auteur(s)* : Katie Marvin, PT ; Lisa Zeltzer, MSc OT
Éditeur(s) : Annabel McDermott, OT ; Nicol Korner-Bitensky, PhD OT ; Elissa Sitcoff, BA BSc
Version française en traduction libre : Sarah Perrino

But

L’indice de Barthel (IB) mesure l’étendue du fonctionnement indépendant et de la mobilité dans les activités de la vie quotidienne (AVQ) c.-à-d. se nourrir, prendre un bain, soins personnels, s’habiller, continence intestinale, continence vésicale, faire sa toilette, transfert à partir d’une chaise, marcher et monter les marches. L’indice indique également le besoin d’assistance en matière de soins. L’IB est une mesure largement utilisée de l’incapacité fonctionnelle. Il a été élaboré dans l’optique d’être utilisé en réadaptation auprès de personnes ayant subi un AVC ou présentant des troubles neuromusculaires ou squelettiques ; il peut aussi être utilisé auprès de patients en oncologie.

Revue détaillée

But de l’outil de mesure

L’Indice de Barthel (IB) mesure l’étendue du fonctionnement indépendant et de la mobilité dans les activités de la vie quotidienne (AVQ) c.-à-d. se nourrir, prendre un bain, soins personnels, s’habiller, continence intestinale, continence vésicale, faire sa toilette, transfert à partir d’une chaise, marcher et monter les marches. L’indice indique aussi le besoin d’assistance en matière de soins.

L’IB est une mesure de l’incapacité fonctionnelle largement utilisée. L’indice a été élaboré dans l’optique d’être utilisé en réadaptation auprès de personnes ayant subi un AVC ou présentant des troubles neuromusculaires ou squelettiques ; il peut aussi être utilisé auprès de patients en oncologie.

Versions disponibles

L’IB a tout d’abord été élaboré par Mahoney et Barthel en 1965, puis modifié par Collin, Wade, Davies et Horne en 1988.

  • Version originale comportant 10 items (Mahoney et Barthel, 1965). Réfère aux 10 catégories suivantes : se nourrir, prendre un bain, soins personnels, s’habiller, continence intestinale, continence vésicale, faire sa toilette, transfert à partir d’une chaise, marcher et monter les marches. Les items sont pondérés selon le niveau de soins infirmiers requis et sont notés en terme de performance de l’individu. Ainsi, le score est respectivement de 10, 5 ou 0 pour une activité exécutée de manière indépendante, avec un peu d’assistance ou est de manière dépendante à l’assistance.

Caractéristiques de l’outil de mesure

Items :

La forme originale de l’IB comportant 10 items contient 10 activités communes des AVQ incluant : se nourrir, prendre un bain, soins personnels, s’habiller, continence intestinale, continence vésicale, faire sa toilette, transfert à partir d’une chaise, marcher et monter les marches. Les items sont notés en terme de performance de l’individu. Ainsi, le score est respectivement de 10, 5 ou 0 pour une activité exécutée de manière indépendante, avec un peu d’assistance ou est de manière dépendante à l’assistance. Les items sont pondérés selon le niveau requis de soins infirmiers.

Cotation :

Le score obtenu sur l’Indice de Barthel est la somme des cotes aux items. La mobilité et la continence sont pondérées de manière préférentielle. Les scores sont attribués de la manière suivante : 0 ou 5 points par item pour prendre un bain et soins personnels ; 0, 5 ou 10 points par item pour se nourrir, s’habiller, continence intestinale, continence vésicale, l’utilisation des toilettes et des escaliers ; 0, 5, 10 ou 15 points par item pour les transferts et la mobilité. L’indice ramène le total sur 100 – plus le score est haut, meilleur est le degré d’indépendance fonctionnelle (McDowell et Newell, 1996). Ce score est calculé simplement en additionnant les scores de chaque item, ce qui ne requiert qu’un simple calcul arithmétique à la main.

Un système modifié de notation a été suggéré par Shah, Vanclay et Cooper (1989), utilisant une échelle ordinale à 5 niveaux pour chaque item afin d’améliorer la sensibilité à détecter le changement (1= incapable d’exécuter la tâche, 2 = tente d’exécuter la tâche, mais de manière risquée, 3 = aide modérée nécessaire, 4 = aide minimale nécessaire, 5 = entièrement indépendant). Shah et coll. (1989) note qu’un score entre 0 et 20 suggère une entière dépendance, entre 21 et 60 une sévère dépendance, entre 61 et 90 une dépendance modérée et entre 91 et 99 une légère dépendance.

Sous-échelles :

Aucune documentée.

Équipement :

Afin d’administrer l’IB, un crayon ainsi que les items du test sont nécessaires.

Formation :

L’administration de l’IB ne requiert aucune formation. Il a été démontré que l’outil est aussi équivalent lorsqu’il est administré par un individu expérimenté que lorsqu’il est administré par un individu non expérimenté (Collin et Wade, 1988). L’IB peut aussi être autoadministré (McGinnis, Seward, DeJong et Osberg, 1986). Toutefois, en ce qui concerne les patients âgés de plus de 75 ans, il n’est pas recommandé que l’IB soit autoadministré (Sinoff & Ore, 1997). Une étude suggère que l’échelle peut être administée de façon fiable par téléphone (Korner-Bitensky & Wood-Dauphinee, 1995).

Durée :

L’IB nécessite aussi peu que 2 à 5 minutes, lorsque complété par auto-évaluation, et jusqu’à 20 minutes, lorsque complété par observation directe (Finch, Brooks, Stratford et Mayo, 2002).

Versions alternatives de l’Indice de Barthel

  • Version modifiée comprenant 10 items (IBM) (Collin et coll., 1988). Les catégories fonctionnelles peuvent être notées de 0 à 5, de 0 à 2 ou de 0 à 3, tout dépendant de l’item. Les scores totaux se situent entre 0 et 20.
  • Version courte comprenant 5 items (Hobart et Thompson, 2001). La version à 5 items évalue les 5 catégories suivantes : transferts, prendre un bain, utilisation des toilettes et des escaliers et mobilité. Chaque item est noté de 0 à 1, de 0 à 2 ou de 0 à 3, dépendamment du fonctionnement. Les scores totaux se situent entre 0 et 20. Hobart et Thompson (2001) ont découvert que l’IB à 5 items est psychométriquement équivalent à la version de l’IB comprenant 10 items (corrélation avec la version originale est r = 0.90).
  • La version allongée comprenant 15 items (Granger et coll., 1979; Fortinsky et Granger, 1981). Une échelle à quatre points a été ajoutée, soit intacte/limité/aide requise/nulle. Les scores se situent entre 0 et 100. Dans la version à 15 items, un score de 60 est communément considéré comme le score seuil désignant une dépendance marquée (Granger, Sherwood et Greer, 1977). De fortes corrélations ont été relevées entre la version de l’IB à 15 items et d’autres mesures du fonctionnement (ex : avec le Katz Indice of Activities of Daily Living, r = 0.78 ; avec le PULSES profile (statut médical, fonction du membre supérieur et inférieur, fonctions sensorielle et excrétrice, statut mental et émotionnel), r = -0.74 à -0.90 (Shinar, Gross, Bronstein, Licara-Gehr, Eden, Cadrera et coll., 1987; Granger, 1985; Rockwood, Stolee et Fox, 1993). De plus, les scores étaient prédictifs du retour à la vie indépendante après 6 mois (Granger, Hamilton, Gresham et Kramer, 1989).
  • L’IB allongé (IBA) (Prosiegel, Bottger et Schenk, 1996). L’IBA comporte 16 items dont 15 sont identiques à la Mesure de l’indépendance fonctionnelle. Seule une très petite littérature existe à propos de l’IBA. Toutefois, Jansa, Pogacnik et Gompertz (2004) ont déterminé que l’IBA est une mesure fiable et valide du niveau d’incapacité/d’activité chez 33 patients nouvellement diagnostiqués d’AVC ischémique aigu.
  • L’IB comprenant 3 items (Ellul, Watkins et Barer, 1988). Ancré sur 3 items (transferts lit-chaise, mobilité et incontinence intestinale), il s’agit d’une bonne alternative à l’IB complet afin d’évaluer les fonctions lors du congé de l’hôpital. À ce jour, cette version n’a seulement été validée auprès de patients ayant subi un AVC.
  • L’IB autoévalué (IBAÉ). L’IBAÉ présente une bonne validité concourante et est bien apparentée à l’IB original ainsi qu’à la Mesure de l’indépendance fonctionnelle. La fidélité test-retest de ces indices est suffisamment haute pour l’utilisation pratique (Hachisuka, Ogata, Ohkuma, Tanaka et Dozono, 1997; Hachisuka, Okazaki et Ogata, 1997; McGinnis et coll.,1986).
  • Indice de Barthel pour la réadaptation précoce (IBP). Il s’agit d’une version allongée de l’IB, élaborée afin d’évaluer le fonctionnement d’individus avec de sévères dommages au cerveau, qui souvent ne peuvent être différenciés de manière appropriée à cause des effets planchers qui surviennent avec l’augmentation de la sévérité des limitations neurologiques. L’IBP porte un regard sur les aspects suivants : état nécessitant une surveillance médicale intensive temporaire, trachéotomie nécessitant un traitement spécial (aspiration), respiration artificielle intermittente, état de confusion nécessitant des soins spéciaux et déficits de communication sévères. Schonle (1995) a démontré que l’IBP est rapide, économique et fiable lorsqu’administré à 210 patients en réadaptation précoce ainsi qu’à 312 patients avec de sévères dommages au cerveau.

Il y a peu de consensus concernant laquelle de ces versions devrait être considérée comme la version définitive de l’IB (McDowell et Newell, 1996), cependant, la version originale ainsi que les versions modifiées à 10 et 15 items sont les plus communément utilisées.

Clientèle cible

Peut être utilisé avec :

  • Des patients ayant subi un AVC.

L’IB est une mesure fréquemment utilisée pour évaluer l’impact d’un AVC. Il a été démontré à plusieurs reprises qu’il s’agit d’une mesure fiable et valide des AVQ élémentaires (Mahoney et Barthel, 1965; Loewen et Anderson, 1990; Gresham, Phillips et Labi, 1980; Collin et coll., 1988; Roy, Tongeri, Hay, & Pentland, 1988; Wade & Hewer, 1987; Leung et coll., 2007). Chez les patients ayant subi un AVC, l’IB détermine l’ampleur des limitations, des activités reliées aux soins personnels et de l’aptitude à la vie indépendante post-AVC. Il a également été démontré que le score total de l’IB prédit la durée du séjour à l’hôpital (Granger, Albrecht et Hamilton, 1979).

Il n’y a aucun prérequis pour compléter l’IB. En ce qui concerne les patients incapables de répondre à l’IB de manière indépendante, l’IB peut être complété par un proche aidant (eg. Duncan, Lai, Tyler, Perera, Reker et Studenski, 2002; Wyller, Sveen et Bautz-Holter 1995). De plus, l’IB peut être administré de manière fiable par téléphone, soit au patient ou à son proche aidant.

Ne devrait pas être utilisé :

  • Pour documenter les pertes importantes dans les niveaux plus élevés de la fonction physique ou d’activité nécessaires à l’indépendance chez soi ou dans la communauté. Cela signifie que les patients peuvent atteindre le score maximal de 100, mais tout de même présenter une limitation importante. (Kelly-Hayes et coll., 1998).
  • L’indice devrait être utilisé avec précaution auprès des patients ayant subi un AVC léger. L’indice est sensible au changement, mais n’a pas d’effets plafonds définis en ce qui concerne les personnes ayant subi un AVC léger (Wade et Hewer, 1987; Skilbeck, Wade, Hewer et Wood, 1983).

Dans quelles langues l’outil est-il disponible ?

L’IB a été traduit et validé dans les langues suivantes :

  • Hollandais (Post, van Asbeck, van Dijk et Schrijvers, 1995)
  • Allemand (Heuschmann et coll., 2005; Valach, Signer, Hartmeier,
    Hofer et Steck, 2003)
  • Turc (Kucukdeveci, Yavuzer, Tennant, Suldur, Sonel et
    Arasil, 2000)
  • Persan (Oveisgharan, 2006)
  • Français (Condouret et coll., 1988; Wirotius et Foucher-Berres, 1991)
  • Chinois (Leung, Cha et Shah, 2007) (modified Barthel Indice)

Sommaire

Que mesure l’outil ? Activités de la vie quotidienne.
Pour quelles clientèles cet outil peut-il être utilisé ? Les patients ayant subi un AVC, les patients ayant d’autres troubles neuromusculaires ou musculo-squelettiques, les patients en oncologie.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration requis Auto-administré : 2 à 5 minutes ; Observation directe : 20 minutes, mais peut varier selon les habiletés ainsi que la tolérance du patient.
Versions Version modifiée à 10 items (IBM) ; Forme courte à 5 items ; Version allongée à 15 items ; l’IB allongé (IBA) ; l’IB à 3 items ; l’Auto-évaluation IB (AIB) ; l’IB pour la réhabilitation précoce (IBRP).
Langues Allemand, Anglais, Chinois, Français, Hollandais, Perse, Turque
Propriétés psychométriques
Fidélité Cohérence interne :
Cinq études de l’IBM ont démontré une excellente cohérence interne.

Test-retest :
Une étude de l’IBM a démontré une excellente fidélité test-retest.

Inter-juges :
Une étude de l’IBM et 4 études de l’IB ont démontré une excellente fidélité inter-juges ; et une étude de l’IB a démontré une fidélité inter-juges adéquate.

Validité Critère :
Concourante :
Une étude a démontré une excellente validité concourante entre l’IBM et le domaine Moteur de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle (MIF) lors de l’admission et au moment du congé.

Prédictive :
Le IBM a prédit le rendement aux AVD au 6e mois post AVC ; la probabilité qu’un patient redevienne continent suite à un AVC ; le risque de chutes chez un patient ayant subi un AVC ; et la durée des soins aigus pour un patient suite à un AVC.

Construit :
Excellentes corrélations chez les patients ayant subi un AVC concernant la dimension de la mobilité physique du Nottingham Health Profile Subscale ; la sous-échelle Fonctionnement Physique de la SF-36 ; l’Échelle d’équilibre de Berg ; la Fugl-Meyer Assessment Scale ; le Frenchay Activities Indice.

Est-ce que l’outil est sensible aux changements ?
  • Des effets plafond significatifs ont été notés chez l’IB, ce qui veut dire qu’il ne détecte pas efficacement les changements chez les individus hautement fonctionnels.
  • La Mesure de l’indépendance fonctionnelle a été développée comme une mesure plus apte à détecter les changements en présence de limitations que l’IB. Toutefois, peu ou pas de différences n’ont été notées.
  • Sur huit études examinées, trois relèvent que l’IB a une grande capacité de détecter les changements ; trois relèvent une capacité adéquate ; et deux relèvent une faible capacité.
Acceptabilité L’IBM/IB a été évalué quant à son utilisation comme auto-évaluation avec des proches aidants ainsi que son utilisation lors d’une observation directe.
Faisabilité L’IBM/IB est simple à administrer. Son utilisation ne requiert une formation que s’il est administré par observation directe. Il a été développé sous plusieurs formats qui peuvent être administrés lors de différentes situations. Il peut aussi être utilisé pour une évaluation longitudinale.
Comment obtenir l’outil ?

Pour obtenir une copie de l’IB original, cliquez http://www.strokecenter.org/trials/scales/barthel.pdf

Propriétés psychométriques

Résumé

Une quantité considérable de données est disponible en ce qui concerne l’IB (McDowell et Newell, 1996) et ses nombreuses versions modifiées. Aux fins de ce résumé, une recherche dans la littérature a été menée afin d’identifier toutes publications pertinentes concernant les propriétés psychométriques de l’IB original et de l’IB modifié à 10 items (IBM), soit les deux versions les plus communément utilisées. Des articles provenant de revues à fort impact et provenant de divers auteurs ont été sélectionnnés, puis résumés.

*Notez que le contenu de l’IB original et de l’IBM est le même. Seules les valeurs de pointage ont été changées dans la version IBM (noté 0, 1, 2 ou 3 versus 0, 5 ou 10 dans la version originale). Ainsi, ce changement n’a pas d’impact sur les propriétés clinimétriques de l’outil (Quinn, Langhorne et Stott, 2011). L’IBM donne un score se situant entre 0 et 20, tandis que l’IB original donne un score entre 0 et 100. Aux fins de ce module, les propriétés psychométriques de l’IB et celles de l’IBM seront présentées ensemble en y référant selon qu’il s’agit de l’IB ou de l’IBM.

Effets plafonds et planchers

Salbach et coll. (2001) ont examiné les effets de plafonds de l’IB, du Timed Up and Go (TUG), de l’Échelle d’équilibre de Berg (ÉÉB), du Test de marche sur 10 mètres (TM10m) et du Test de marche sur 5 mètres (TM5m) auprès de 50 patients présentant des déficits résiduels suite à un premier AVC. L’IB présentait les effets plafonds les plus significatifs au 8e et 38e jour post-AVC (respectivement 28% et 56%).

Dromerick, Edwards et Diringer (2003) ont étudié les effets de planchers/plafonds de l’IB, de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle (MIF), de la Modified Rankin Scale (MRS) et de l’Internationnal Stroke Trial Measure. Les 4 outils ont été administrés à 95 patients ayant subi un AVC, lors de l’admission en réadaptation ainsi qu’au moment du congé. L’IB a démontré des effets planchers adéquats lors de l’admission (5%) et de faibles effets plafonds au moment du congé (27%), alors que la MIF a démontré d’excellents effets planchers et plafonds (0% pour les deux) ; le MRS a démontré des effets planchers adéquats lors de l’admission (18%) et d’excellents effets plafonds au moment du congé (0%) ; et l’International Stroke Trial Measure a démontré de faibles effets planchers lors de l’admission (100%) et d’excellents effets plafonds au moment du congé (0%).

Van der Putten, Hobart, Freeman et Thompson (1999) ont comparé les effets de planchers/plafonds de l’IBM à ceux du domaine Moteur de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle (MIF), du domaine Cognitif de la MIF et du score total de la MIF auprès de 201 patients ayant la sclérose en plaque et de 82 patients ayant subi un AVC et étant suivis en neuroréhabilitation à l’interne. L’IBM et la MIF-Moteur ont démontré des effets planchers et plafonds adéquats chez les patients ayant subi un AVC ainsi que ceux ayant la sclérose en plaques (effets planchers = 1.2% (IB, AVC), 1.2% (MIF-Moteur, AVC); et effets plafonds = 8.5% (IB, AVC) et 1.2% (MIF-Moteur, AVC). Le score total de la MIF n’a démontré aucun effet plancher ou plafond, que ce soit chez les patients ayant subi un AVC ou ceux ayant la sclérose en plaques (0%). La MIF-Cognitif a démontré de faibles effets plafonds chez les patients ayant la sclérose en plaques (36%) et des effets plafonds adéquats chez les patients ayant subi un AVC.

Hsueh, Lin, Jeng et Hsieh (2002) ont comparé les effets de planchers/plafonds de la MIF à ceux de l’IBM et de l’IB à 5 items (IB-5) auprès de 118 patients ayant subi un AVC et suivant un traitement dans une unité interne de réadaptation. L’IBM et la MIF-Moteur ont tous deux démontré des effets planchers adéquats lors de l’admission et au moment du congé (IBM 18.2% et 4.7%; MIF-Moteur 5.8% et 3.5% respectivement) et d’excellents effets plafonds lors de l’admission et au moment du congé (0%). L’IB-5 a manifesté de faibles effets planchers lors de l’admission (46%), des effets planchers adéquats au moment du congé (13.6%) et d’excellents effets plafond lors de l’admission et au moment du congé. Les résultats de cette étude indiquent que l’IBM et la MIF-Moteur ont des effets planchers et plafonds comparables. Toutefois, la MIF-Moteur a un rendement légèrement supérieur en ce qui concerne les effets planchers (18.2% vs 5.8%).

Fidélité

Cohérence interne :
Hobart et Thompson (2001) ont comparé la psychométrie de l’IBM, de la MIF et de la MIF à 30 items + Mesure de l’évaluation fonctionnelle (MIF + MÉF) auprès de 149 patiens présentant différents troubles neurologiques. Il a été déterminé que tous ces outils sont des mesures psychométriquement similaires de l’incapacité physique. La cohérence interne de l’IBM s’est avérée excellente, avec un alpha de Cronbach de 0.94 (l’alpha de Cronbach de la MIF se situait entre 0.89 et 0.96).

Hsueh, Lin, Jeng et Hsieh (2002) ont comparé la cohérence interne de la MIF à celle de l’IBM et de l’IB à 5 items (IB-5) auprès de 118 patients ayant subi un AVC et suivant un traitement dans une unité interne de réadaptation. L’échelle de l’IBM et le domaine Moteur de la MIF ont tous deux démontré une excellente cohérence interne (coefficient de l’alpha de Cronbach ≥ 0.84) alors que l’IB-5 a démontré une cohérence interne adéquate (coefficient de l’alpha de Cronbach ≥ 0.71) lors de l’admission et au moment du congé.

Quinn, Langhorne et Stott (2011) ont effectué une revue de la littérature afin d’examiner la cohérence interne de l’IBM lors d’études auprès de patients ayant subi un AVC. Ils ont ainsi noté que la cohérence interne de l’IB était excellente (alpha de Cronbach de 0.80) à travers toutes les études examinées, tel que détaillé plus bas.

Shah et coll. (1989) ont examiné la cohérence interne de l’IBM auprès de 258 patients ayant subi un AVC. La cohérence interne s’est avérée excellente (alpha de Cronbach 0.90).

Leung et coll. (2007) ont examiné la cohérence interne des versions chinoise et anglaise de l’IBM. Ils ont déterminé que la cohérence interne de ces deux mesures est excellente (alpha de Cronbach 0.93 et 0.92, respectivement).

Hseuh, Lee et Hsieh (2001) ont examiné la cohérence interne de l’IBM auprès de 121 patients taiwanais ayant subi un AVC, et ce à 4 reprises (14,30,90 et 180 jours post-AVC). La cohérence interne de l’IB s’est avérée excellente (alpha de Cronbach 0.89-0.92).

Green, Forster et Young (2001) ont examiné la fidélité test-retest de l’IBM, du Rivermead Mobility Indice (RMI), de la Nottingham extended Activities of Daily Living Scale (NEADL) et du Frenchay Activities Indice (FAI) auprès de 22 patients, un an après leur dernier AVC. Les quatre mesures ont été administrées à deux reprises, à une semaine d’intervalle. Il a été déterminé que l’IBM et le RMI ont la plus grande fidélité test-retest avec respectivement 75% et 85% d’accord global. Toutefois, la variabilité des statistiques kappa était considérable (IB kappa = -0.09-0.81; RMI kappa =0.64-1.00). La NEADL et le FAI ont démontré une plus grande variabilité et plus d’erreurs (NEADL kappa=0.14-0.89; FAI kappa =0.25-1.00).

Inter-juges :
Leung et coll. (2007) ont examiné la fidélité inter-juges des versions chinoises et anglaises de l’IBM auprès de 15 patients ayant subi un AVC. Il a été déterminé que la fidélité inter-juges était excellente en ce que concerne la version chinoise (kappa = 0.81-1.00) et une fidélité allant d’adéquate à excellente en ce qui concerne la version anglaise (kappa = 0.63-0.85), telle que calculée à l’aide de statistiques kappa.

Duffy, Gajree, Langhorne, Stott et Quinn (2013) ont effectué une revue systématique afin d’examiner la fidélité inter-juges de l’IB et de l’IBM auprès de patients ayant subi un AVC. Dans une analyse de revue systématique et une méta-analyse, 10 études incluant des experts avec différentes expériences ont été incluses. Il a été déterminé que l’IB a une excellente fidélité inter-juges dans 8 des 10 études examinées, et une fidélité inter-juges adéquate pour ce qui est des deux autres, telle que calculée à l’aide du coefficient de Corrélation intra-classe (CCI), des statistiques kappa ou statistiques de kappa pondérées (CCI se situant entre 0.94 et 0.96; kappa se situant entre 0.62 et 0.90; kappa pondéré se situant entre 0.70 et 0.99). Les résultats de 5 des 10 études sont inclus plus bas ; les 5 études restantes n’ont pu être examinées afin de répondre aux fins de ce module, car elles n’étaient pas disponibles en anglais.

Loewen et Anderson (1988) ont examiné la fidélité inter-juges et intra-juge de l’IB auprès de 7 patients ayant subi un AVC. La fidélité intra-juge et inter-juges étaient excellentes (respectivement, CCI = 0.96 et 0.99).

Wolfe, Taub, Woodrow et Burney (1991) ont comparé la fidélité inter-juges et intra-juge de l’IB à celle de la Rankin Scale. La fidélité inter-juges s’est avérée excellente tant pour l’IB que pour la Rankin Scale (respectivement, kw = 0,88 à 0,98 et 0,75 à 0,95). La fidélité intra-juge s’est également avérée excellente à la fois pour l’BI et pour la Rankin Scale (respectivement, kw = 0,98 et 0,95).

Hseuh, Lee et Hsieh (2001) ont examiné la fidélité inter-juges de l’IB auprès de patients taïwanais ayant subi un AVC, à quatre moments (14, 30, 90 et 180 jours après un AVC). La fidélité inter-juges entre les items de l’IB allait d’adéquate (kappa pondéré = 0,53) à excellente (kappa pondéré = 0,94). La fidélité inter-juges pour le score total s’est avérée excellente (CCI = 0,94).

Oveisgharan et coll. (2006) ont examiné la fidélité inter-juges d’une version de l’IB traduite en perse ; la fidélité inter-juges s’est avérée excellente (kappa pondéré = 0.99).

Cincura et coll. (2008) ont examiné la fidélité inter-juges de la National Institutes of Health Stroke Scale, de la Modified Rankin Scale et de l’IB auprès de patients Brésiliens ayant subi un AVC. Il a été déterminé que la fidélité inter-juges était adéquate (kappa = 0.70).

Validité

Contenu :

Aucune étude n’a examiné la validité de contenu de l’IB auprès de patients ayant subi un AVC.

Critère :

Concourante :
Hsueh, Lin, Jeng et Hsieh (2002) ont examiné la validité concourante de l’IBM et de l’IB à 5 items à l’aide du domaine Moteur de la MIF auprès de patients ayant subi un AVC, en utilisant le coefficient de corrélation de Spearman. Les trois outils ont été administrés à 118 patients ayant subi un AVC, lors de leur admission dans une unité interne de réadaptation et au moment de leur congé. La validité concourante de l’IBM et du domaine Moteur de la MIF s’est avérée excellente lors de l’admission et au moment du congé (respectivement, r=0.92 et 0.94), alors que l’IB à 5 items a démontré une validité concourante allant d’adéquate à excellente avec le domaine Moteur de la MIF lors de l’admission et au moment du congé (respectivement, r = 0.74 et 0.92,).

Prédictive :
Hseuh, Lee et Hsieh (2001) ont examiné la validité prédictive de l’IBM auprès de 121 patients ayant subi un AVC en le comparant avec le Frenchay Activities Indice (FAI), et ce à l’aide du coefficient de corrélation de Pearson. L’IBM a été administré lors du 14e, 30e, 90e et 180e jour post-AVC. L’IBM administré lors du 14e, 30e et 90e jour a démontré une corrélation adéquate avec le FAI administré 180 jours après l’AVC (respectivement, r= 0.59, 0.66 et 0.63). Les résultats de cette étude révèlent que l’IBM est un prédicteur adéquat de la performance aux AVD à 6 mois post-AVC.

Patel, Coshall, Lawrence, Rudd et Wolfe (2001) ont examiné la capacité de l’IBM et du Frenchay Activity Indice (FAI) de prédire si un patient présentant de l’incontinence urinaire post-AVC va redevenir continent. Cette étude a impliqué 207 patients ayant subit un AVC et présentant une nouvelle incontinence urinaire survenue dans la phase aiguë de la convalescence. Une analyse univariée et une analyse à régression multiple ont été utilisées afin de déterminer la validité prédictive. L’IBM et le FAI ont été administrés approximativement au 7e jour post-AVC afin de permettre une stabilisation médicale, ainsi qu’au 6e mois post-AVC. Les patients dont les scores se situaient entre 15 et 18 (sur 20) sur l’IBM lors du 7e jour se sont avérés plus susceptibles de redevenir continents, en comparaison avec ceux dont le score était inférieur à 15 (Rapport de cote=21.8, 95% CI=5.95 – 79.7). Après 3 mois, il a été déterminé que les patients présentant de l’incontinence avaient une plus grande incapacité, telle que mesurée par l’IBM (P<0.001) et le FAI (P=0.002). Ces patients avaient également un plus haut taux d’institutionnalisation (P<0.001).

Sze, Wong, Leung et Woo (2001) ont enquêté sur les prédicteurs de chutes auprès de patients ayant subi un AVC à l’aide d’un échantillon de 677 patients admis dans une unité interne de réadaptation post-AVC. Les évaluations initiales, incluant l’IBM, ont été complétées lors de l’admission (de 3 à 7 jours après l’AVC). Aux fins de cette étude, les scores de l’IBM ont été stratifiés : ≥15 incapacité légère, 6-14 incapacité allant de modérée à sévère, et ≤5 incapacité très sévère. Les patients ayant des incapacités modérées à sévères (score de l’IBM entre 6-14) avaient un risque de chute plus élevé (Rapport de cote 2.59, 95%CI=1.24-5.42, r=0.0114). Il a également été déterminé que la dysphagie augmentait le risque de chute (Rapport de cote 1.81; 95% CI, 1.03–3.17, r=.0382).

Tilling et coll. (2001) ont examiné la capacité de l’IBM de prédire le rétablissement fonctionnel suite à un AVC. L’IBM a été administré à 299 patients ayant subi un AVC au départ de l’étude ainsi qu’au 2e, 4e, 6e et 12e mois suivant un AVC ; des trajectoires de récupération ont ensuite été tracées en utilisant les scores sur l’IBM dans un effort pour établir un modèle de prédiction basé sur les modèles normaux de récupération déterminés. La performance du modèle de prédiction a été validée à l’aide d’un second groupe de 710 patients ayant subit un AVC. Les scores initiaux sur l’IBM, lorsque considérés avec les caractéristiques individuelles des patients (tel que l’âge, le sexe et les limitations pré-post AVC), se sont révélés prédictifs des scores futurs sur l’IBM jusqu’à 1 an après l’AVC. La validité prédictive s’est révélée encore plus forte lorsque la récupération observée du patient était prise en considération et lorsque les prédictions des futurs scores sur l’IBM étaient ajustées en conséquence. Un pointage <1 point sous le score prédit sur l’IBM s’est révélé prédictif de la mort avant le moment de la prochaine évaluation (65% de sensibilité, 79% de spécificité). Les résultats de cette étude suggèrent que ce modèle peut aider à établir des prédictions initiales de rétablissement, à développer des objectifs de réadaptation, ainsi qu’à faire le suivi du rétablissement d’un patient ayant subi un AVC.

Chang, Tseng, Weng, Lin, Liou et Tan (2002) ont examiné les prédicteurs de la durée de l’hospitalisation en soins aigus auprès de 330 patients ayant subi leur premier AVC. Une analyse univariée et une analyse à régressions multiples ont été utilisées afin de déterminer la validité prédictive. Les scores sur l’IBM lors de l’admission (r=0.042), les scores sur la National Institute of Health Stroke Scale (NIHSS) lors de l’admission (r=0.001), le terme quadratique du score initial sur la NIHSS (r=0.001), les AVC à obstruction de petits vaisseaux (r<0.001), le genre (masculin) (r=0.004), ainsi que l’habitude de fumer (r=0.043) ont été déterminés comme étant les prédicteurs les plus significatifs de la durée de l’hospitalisation. Une baisse d’un point sur le score de l’IBM (indiquant un déclin des fonctions) correspond à une augmentation de la durée du séjour d’environ un jour.

Hsieh et coll. (2007) ont étudié la différence minimale cliniquement importante (DMCI) de l’IB modifié à 10 items lors d’une étude à deux parties impliquant des patients en phase subaiguë et chronique de récupération post-AVC. Lors de la partie initiale de l’étude, 43 patients en phase subaiguë de récupération et qui présentaient de potentielles améliorations concernant les avctivités de la vie quotidienne (AVQ) ont été sélectionnés pour participer à un programme intensif d’ergothérapie d’une durée de 4 semaines. L’IBM, et une échelle à 15 points de type Likert évaluant les capacités globales des fonctions des AVD perçues par les patients, ont été administrées lors de l’admission et au moment du congé (avec un intervalle moyen entre l’évaluation et le congé de 25 jours). La DMCI estimée était de 1.85. La seconde partie de l’étude impliquait d’évaluer la répétabilité des scores auprès de 56 patients en phase chronique de récupération et chez qui les fonctions des AVD étaient présumées stables. La DMCI était de 1.45. Les résultats indiquent qu’une amélioration du score total de 1.85 point ou plus (sur l’échelle de notation de 0 à 20) indique un changement important qui se situe au-delà d’une erreur de mesure ; et qu’un changement du score de moins de 1.85 points peut être dû à une erreur de mesure.
Note : La DMCI estimée dans cette étude est applicable seulement au niveau de l’amélioration des fonctions, et non à leur détérioration.

Construit :

Wilkinson et coll. (1997) ont étudié la validité de construit de l’IBM telle une mesure standard des résultats à long terme des patients ayant subi un AVC. La Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS), la London Handicap Scale (LHS), le Frenchay Activities Indice (FAI), la SF36, le Nottingham Health Profile (NHP) et le Life Satisfaction Indice (LSI) ont été administrés en parallèle avec l’IBM lors d’une étude à long terme impliquant 106 patients ayant subi leur premier AVC (ces patients ont été suivis, en moyenne, durant 4.9 ans). Les coefficients de corrélations de rang se sont avérés excellents entre l’IBM et la dimension Fonctionnement physique de la SF36 (r=0.81), et les dimensions Énergie (r=0.605) et Mobilité physique (r=0.840) du NHP. Les coefficients étaient également excellents entre l’IBM et la LHS (r=0.726) et le FAI (0.826). Les coefficients de corrélation de rang se sont avérés adéquats entre l’IBM et plusieurs dimensions de la SF36, soit le Fonctionnement social (r=0.481), le Rôle physique (r=0.415), la Santé mentale (r=0.332), la Vitalité (r=0.500), la Douleur corporelle (r=0.356) et la Santé générale (r=0.438). De plus, les coefficients étaient également adéquats entre l’IBM et le HADS (r=-0.563), et le LSI (r=0.361). Les corrélations se sont avérées faibles entre l’IBM et la dimension Rôle émotionnel de la SF36 (r=0.217) et la dimension Sommeil du NHP (r=0.189). Les résultats de cette étude suggèrent que l’IBM devrait être administré en parallèle avec les mesures qui évaluent les dimensions psychosociales du statut de santé, car l’IBM ne parvient pas à évaluer adéquatement ces aspects.

Convergente/Discriminante :
Hseuh, Lee et Hsieh (2001) ont examiné la validité convergente de l’IBM, de l’Échelle d’équilibre de Berg (ÉÉB) et du Fugl-Meyer Motor Assessment (FMA) auprès de 121 patients ayant subi un AVC, à l’aide du coefficient de corrélation de Pearson. Les trois mesures ont été administrées aux 14e, 30e, 90e et 180e jours post-AVC. Le score total de l’IBM a obtenu une excellente corrélation avec les scores du FMA et de l’ÉÉB lors des 4 prises de mesures (IBM et FMA, respectivement r=0.8, 0.81, 0.78, 0.8 ; IBM et ÉÉB, respectivement r =0.89, 0.94, 0.9, 0.91).

Groupes connus:
Aucune étude n’a examiné la validité des groupes connus de l’IB auprès de patients ayant subi un AVC.

Sensibilité au changement

Wood-Dauphinee, Williams et Shapior (1990) ont comparé la sensibilité au changement de l’IB à celle du Fugl-Meyer Assessment (FMA) auprès de 167 patients ayant subi un AVC. Les patients ont été évalués lors de leur admission à l’hôpital ainsi que 5 semaines après leur AVC. La corrélation entre le changement moyen au sous-score des extrémités supérieures et inférieures du FMA et les scores totaux de l’IB s’est avérée adéquate (r=0.57), telle que calculée à l’aide des coefficients de corrélation de Pearson. Il a été noté que le FMA et l’IB ont tous deux de petites ampleurs de l’effet (respectivement, AE = 0.24 et 0.42), de l’admission jusqu’à 5 semaines après l’AVC. Les résultats de cette étude suggèrent que ces deux mesures ont une faible sensibilité au changement. L’IB est toutefois plus sensible au changement que le FMA.

Salbach et coll. (2001) ont examiné la sensibilité au changement de l’IB, du Timed Up and Go (TUG), de l’Échelle d’équilibre de Berg (ÉÉB), du Test de marche sur 10 mètres (TM10m) et du Test de marche sur 5 mètres (TM5m) auprès de 50 patients présentant des déficits résiduels suite à leur premier AVC. L’IB, l’ÉÉB, le TM5m et le TM10m ont démontré une grande ampleur de l’effet et le TUG a démontré une ampleur de l’effet modérée, entre 8 et 38 jours après l’AVC, telle que calculée à l’aide de Réponses moyennes standardisées (respectivement, RMS = 0.99, 1.04, 1.22, 0.92 et 0.73).

Hsueh, Lin, Jeng, et Hsieh (2002) ont comparé la sensibilité au changement de l’IB, de la version courte à 5 items de l’IB et du domaine Moteur de la MIF auprès de 118 patients ayant subi un AVC et suivant un traitement sur une unité de réadaptation. L’IB, l’IB-5 et la MIF-Moteur ont tous démontré une grande sensibilité au changement, telle que calculés à l’aide de Réponses moyenne standardisées (respectivement, RMS = 1.2, 1.2 et 1.3), ce qui est indicateur d’une haute sensibilité pour détecter le changement.

Wallace, Duncan, et Lai (2002) ont comparé la sensibilité au changement de l’IB à celle du domaine Moteur de la MIF pour le rétablissement suite à un AVC. Le changement a été mesuré à l’aide de la Modified Rankin Scale. L’IB et la MIF-Moteur ont été administrés à 372 patients ayant subi un AVC, après 1 et 3 mois suivants l’AVC. L’IB et la MIF-Moteur ont tous deux de faibles ampleur de l’effet (respectivement, AE = 0.31 et 0.28), révélant ainsi une sensibilité similaire entre ces deux mesures.

Van der Putten, Hobart, Freeman et Thompson (1999) ont comparé la sensibilité au changement de l’IBM à celle du score total, du domaine Moteur et Cognitif de la MIF auprès de 201 patients ayant la sclérose en plaques et de 82 patients ayant subi un AVC et suivant des traitements de réadaptation neurologique à l’interne. L’IBM, le score total de la MIF et la MIF-Moteur ont tous démontré une grande ampleur de l’effet pour les patients ayant subi un AVC (respectivement, AE = 0.95, 0.82 et 0.91) et la MIF-Cognitif a démontré une ampleur de l’effet adéquate (AE = 0.61). Les changements dans les scores de chaque échelle et de chaque groupe (AVC et sclérose en plaques) se sont avérés positifs, ce qui indique que les incapacités étaient moindres lors du congé que lors de l’admission. Les ampleurs de l’effet sur l’IBM étaient similaires à celles de la MIF chez chaque groupe de patients.

Hsueh, Lee et Hsieh (2001) ont examiné la sensibilité au changement de l’IBM auprès de 121 patients ayant subi un AVC. L’IBM a été administré au 14e, 30e, 90e et 180e jour après l’AVC. Les scores d’ampleur de l’effet standardisés ont été calculés pour les intervalles entre 14 et 30 jours, 30 et 90 jours, 90 et 180 jours et 14 et 180 jours. L’IBM a démontré une ampleur de l’effet allant de modérée à grande pour tous les intervalles, sauf pour l’intervalle de 90 à 180 jours (respectivement, AE = 0.56, 0.53, 0.11 et 1.27). La plus grande ampleur de l’effet a été relevée pour l’intervalle entre 14 et 180 jours post-AVC, indiquant que l’IB est plus sensible pour détecter les changements dans les fonctions des AVQ sur de longues périodes de temps.

Dromerick, Edwards, et Diringer (2003) ont examiné la sensibilité au changement de l’IBM et de la MIF à l’aide d’un échantillon de 95 patients ayant subi un AVC. Les patients ont été évalués lors de l’admission et au moment du congé d’un service de réadaptation post-AVC. La Modified Rankin Scale et l’International Stroke Trial Measure ont été utilisées pour mesurer les incapacités. La MIF s’est révélée plus sensible au changement entre l’admission et le moment du congé que l’IBM, tel que calculé à l’aide de Réponses moyennes standardisées (RMS = 2.18 vs 1.72). L’IBM a détecté le changement chez 71 patients sur 95, mais a démontré des effets plafond chez 27% des patients dont le score se situait au-delà de 95. Les résultats de cette étude ont démontré que la MIF est la plus sensible des quatre mesures, détectant le changement chez 91 patients sur 95, incluant 18 patients chez qui l’IBM ne détectait pas de changement.

Schepers, Ketelaar, Visser-Meily, Dekker et Lindeman (2006) ont examiné la sensibilité au changement de l’IBM, de la MIF, du Frenchay Activities Indice (FAI) et du Stroke Adapted Sickness Impact Profile 30 (SA-SIP30). Les quatre mesures ont été administrées à 163 patients ayant subi un AVC, lors de l’admission en réadaptation à l’interne ainsi qu’après 6 mois et 1 an suivant l’AVC. Le score de l’IBM et le score total et celui du domaine Moteurs de la MIF ont tous démontré une grande ampleur de l’effet 6 mois après l’AVC (respectivement, AE = 0.98, 0.84 et 0.89) et une ampleur de l’effet modérée 1 an après l’AVC (respectivement, AE = 0.52, 0.47 et 0.51). Le score de la MIF-Cognitif a démontré une ampleur de l’effet modérée à 6 mois et à 1 an après l’AVC (AE = 0.47 aux deux mesures). Le SA-SIP30 et le FAI ont démontré des ampleurs de l’effet modérées 1 an après l’AVC (respectivement, AE = 0.63 et 0.59). Les résultats de cette étude indiquent que l’IBM et la MIF (score total et moteur) ont été les plus aptes à détecter le changement en phase subaiguë de récupération.
Note : Les ampleurs de l’effet pour le SA-SIP30 et le FAI n’ont pas été calculées 6 mois après l’AVC à cause d’une insuffisance de données. Le FAI a seulement été administré aux patients qui résidaient à la maison durant les moments de collecte des données, car la mesure évalue la fonction relative à l’entretien ménager quotidien et aux activités typiquement pratiquées à l’extérieur d’un environnement de réadaptation ou d’un hôpital.

Références

  • Bohannon, R. & Landes, M. (2004). Reliability, validity, and responsiveness of a 3-Item Barthel for characterizing the physical function of patients hospitalized for acute stroke. Journal of Neurologic Physical Therapy, 28(3), 110-113.
  • Brazil, L., Thomas, R., Laing, R., Hines, F., Guerrero, D., Ashley, S., & Brada, M. (1997). Verbally administered Barthel Index as functional assessment in brain tumour patients. Journal of Neuro-Oncology, 34(2), 187-192.
  • Chang, K., Tseng, M., Weng, H., Lin, Y., Liou, C. & Tan, T. (2002). Prediction of length of stay of first-ever ischemic stroke. Stroke, 33(1), 2670-2674.
  • Cincura, C., Pontes-Neto, O., Neville, I., Mendes, H., Menezes, D., Mariano, D. et al. (2009). Validation of the National Institutes of Health Stroke Scale, Modified Rankin Scale and Barthel Index in Brazil: The role of cultural adaptation and structured interviewing. Cerebrovascular Diseases, 27, 119-122.
  • Collin, C., Wade, D., Davies, S., & Horne, V. (1988). The Barthel ADL Index: a reliability study. International Disability Studies, 10, 61-63.
  • Condouret, J., Pujol, M., Roques, C. F., Roudil, J., Soulages, X., & Bourg, V. (1988). Valeur et limites de l’incide de Barthel a propos de 115 malades hemiplegiques. In: J. Pelissier (dir.), Hemiplegie vasculaire de l’adule et medicine de reeducation. Paris: Masson, p. 45-51.
  • Dromerick, A., Edwards, D. & Diringer, M. (2003). Sensitivity to changes in disability after stroke: A comparison of four scales useful in clinical trials. Journal of Rehabilitation Research and Development, 40, 1-8.
  • Duffy, L., Gajree, S., Langhorne, P., Stott, D. & Quinn, T. (2013). Reliability (inter-rater agreement) of the Barthel Index for assessment of stroke survivors. Stroke, 44, 462-468.
  • Duncan, P., Lai, S., Tyler, D., Perera, S., Reker, D. & Studenski, S. (2002). Evaluation of proxy responses to the Stroke Impact Scale. Stroke, 33, 2593.
  • Duncan, P., Samsa, G., Weinberger, M., Goldstein, L., Bonito, A., Witter, D., Enarson, C., & Matchar, D. (1997). Health status of individuals with mild stroke. Stroke, 28(4), 740-745.
  • Ellul, J., Watkins, C., & Barer, D. (1998). Estimating total Barthel scores from just three items: The European Stroke Database ‘minimum dataset’ for assessing functional status at discharge from hospital. Age and Ageing, 27(2), 115-122.
  • Finch, E., Brooks, D., Stratford, P. & Mayo, N. (2002). Physical Rehabilitations Outcome Measures. A Guide to Enhanced Clinical Decision-Making (2nd ed.), Canadian Physiotherapy Association, Toronto.
  • Fortinsky, R., Granger, C. & Seltzer, G. (1981). The use of functional assessment in understanding home care needs. Medical Care, 19, 489-497.
  • Granger, C., Greer, D., Liset, E., Coulombe, J., & O’Brien, E. (1975). Measurement of outcomes of care for stroke patients. Stroke, 6, 34-41.
  • Granger, C., Sherwood, C. & Greer, D. (1977). Functional status measures in a comprehensive stroke care program. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 58, 555-561.
  • Granger, C. (1985). Outcome of comprehensive medical rehabilitation: an analysis based upon the impairment, disability, and handicap model. International Journal of Rehabilitation Medicine, 7, 45-50.
  • Granger, C., Hamilton, B., Gresham, G., & Kramer, A. (1989). The Stroke Rehabilitation Outcome Study: Part II. Relative merits of the total Barthel Index Score and a four-item subscore in predicting patient outcomes. Archives of Physical Medicine and Rehabilitaiton, 70, 100-103.
  • Green, J., Forster, N. & Young, J. (2001). A test-retest reliability study of the Barthel Index, the Rivermead Mobility Index, and the Nottingham extended Activities of Daily Living Scale and the Frenchay Activities Index in stroke patients. Disability and Rehabilitation, 23(15), 670-676.
  • Gresham, G., Phillips, T. & Labi, M. (1980). ADL status in stroke: relative merits of three standard indexes. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 61, 355-358.
  • Hachisuka, K., Ogata, H., Ohkuma, H., Tanaka, S., & Dozono, K. (1997). Test-retest and inter-method reliability of the self-rating Barthel Index. Clinical Rehabilitation, 11(1), 28-35.
  • Hachisuka, K., Okazaki, T., & Ogata, H. Self-rating Barthel index compatible with the original Barthel index and the Functional Independence Measure motor score. Journal of University of Occupational and Environmental Health, 19(2), 107-121.
  • Harwood, R. & Ebrahim, S. (2000). Measuring the outcomes of day hospital attendance: a comparison of the Barthel Index and London Handicap Scale. Clinical Rehabilitation, 14, 527-531.
  • Heuschmann, P., Kolominsky-Rabas, P., Nolte, C., Hunermund, G., Ruf, H., Laumeier, I., Meyrer, R., Alberti, T., Rahmann, A., Hurth, T., & Berger, K. (2005). [The reliability of the german version of the barthel-index and the development of a postal and telephone version for the application on stroke patients]. Fortschritte der Neurologie-Psychiatrie und ihrer Grenzgebiete, 73(2), 74-82.
  • Hobart, J. & Thompson, A. (2001). The five item Barthel index. Journal of Neurology, Neurosurgery and Psychiatry, 71, 225-230.

Voir la mesure

Afin d’obtenir une copie de l’Indice de Barthel original (en anglais), cliquez ici.

Table des matières
Votre opinion