Mesure des habitudes de vie-MHAVIE

Évidence révisées en date du 26-01-2008
Auteur(s)* :Sabrina Figueiredo, BSc
Éditeur(s) : Johanne Desrosiers, PhD OT ; Annie Rochette, PhD OT ; Nicol Korner-Bitensky, PhD OT ; Elissa Sitcoff, BA BSc
Version française en traduction libre : Andréanne Labranche

But

La Mesure des habitudes de vie-MHAVIE (version française de la Assessment of Life Habits-LIFE-H) a été développée pour évaluer la qualité de la participation sociale des gens avec des incapacités en estimant comment un client accomplit ses activités courantes et ses rôles sociaux (Fougeyrollas, Noreau, Bergeron, Cloutier, Dion & St-Michel, 1998).

Revue détaillée

But de l’outil de mesure

La Mesure des habitudes de vie – MHAVIE, (version française de la Assessment of Life Habits – LIFE-H) a été développée pour évaluer la qualité de la participation sociale des gens avec des incapacités en estimant comment un client accomplit ses activités courantes et ses rôles sociaux (Fougeyrollas, Noreau, Bergeron, Cloutier, Dion & St-Michel, 1998).

Versions disponibles

Items :

La MHAVIE est un questionnaire auto-administré. Si le client a un niveau de cognition bas, le questionnaire peut être répondu par un répondant intermédiaire (Poulin & Desrosiers, 2008). Le questionnaire évalue le niveau de participation aux activités courantes et aux rôles sociaux en considérant le niveau de difficulté lors de la réalisation des habitudes de vie et le niveau d’aide utilisé (Desrosiers, Noreau, Robichaud, Fougeyrollas, Rochette & Viscogliosi, 2004).

La MHAVIE évalue l’accomplissement des habitudes de vie et le niveau satisfaction de la manière avec laquelle elles sont accomplies. L’échelle d’accomplissement de la MHAVIE couvre tous les 12 domaines d’habitudes de vie proposés par le Modèle de production du handicap (PPH). Ces 12 domaines sont similaires à sept des neuf domaines proposés par la Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé (CIF) de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS,1998). Les six premiers domaines sont reliés aux activités courantes incluant : la nutrition, la condition corporelle, les soins personnels, la communication, l’habitation et les déplacements. Les items restant concernent les rôles sociaux : les responsabilités, les relations interpersonnelles, la vie communautaire, l’éducation, le travail et les loisirs (Fougeyrollas et al., 1998).

Les différentes versions de la MAHVIE couvrent tous les 12 domaines avec un nombre variant d’items reliés à chacun d’eux, comme il est possible de le voir dans le tableau 1.

Domaines MHAVIE 3.0 MHAVIE 3.1
Version courte Version longue
Nutrition 3 17 4
Condition corporelle 3 9 4
Soins personnels 7 33 8
Communication 7 14 8
Habitation 8 40 8
Déplacements 5 18 5
Responsabilités 6 25 8
Relations familiales N/A –
inclues dans les relations interpersonnelles
N/A N/A –
inclues dans les relations interpersonnelles
Relations interpersonnelles 7 14 7
Vie communautaire 7 18 8
Éducation 3 13 3
Travail 7 12 7
Loisirs 6 27 7
Nombre total d’items 69 240 77

Pour chaque item de l’échelle d’accomplissements, on demande au client d’identifier le niveau de réalisation perçu lors de l’accomplissement de l’habitude de vie et le type d’assistance utilisé lors de celle-ci. Lorsque qu’une habitude de vie n’est pas réalisée par une personne car celle-ci ne fait pas partie de ses habitudes de vie, on considère que l’item n’est pas applicable (Desrosiers et al., 2004; Desrosiers, Boubonnais, Noreau, Rochette, Bravo, & Bourget, 2005; Fougeyrollas et al., 1998; Poulin & Desrosiers, 2008). Les définitions du niveau de réalisation et des types d’aide requis sont fournies dans le questionnaire et sont les suivantes (Fougeyrollas et al., 1998):

Niveau de réalisation Définition
Sans difficulté La personne est capable, selon elle, d’accomplir facilement une habitude de vie. Cela peut inclure l’utilisation d’une aide technique, d’un aménagement ou d’une aide humaine, au besoin.
Avec difficulté La personne, selon elle, arrive à accomplir l’habitude de vie avec certaines difficultés. Cela peut inclure l’utilisation d’une aide technique, d’un aménagement ou d’une aide humaine, au besoin.
Réalisée par substitution La personne ne participe pas activement à la performance de l’habitude de vie. Elle est faite entièrement par une autre personne (aide humaine).
Non réalisée La personne ne réalise pas l’habitude de vie car les obstacles sont trop grands ou car il y a un manque d’assistance.
Ne s’applique pas L’habitude de vie ne fait pas partie de la vie quotidienne de la personne.
Type d’aide utilisé Définition
Aide technique Support (non-humain) pour aider à l’accomplissement d’une habitude de vie, tel qu’un fauteuil roulant, une aide visuelle, une aide auditive, de la médication ou autres.
Aménagement Modifications dans l’environnement de la personne pour faciliter l’accomplissement des habitudes de vie, telles qu’une rampe d’accès, une porte plus large ou encore une modification de l’habitude de vie ou du temps pour la performer (ex. allouer plus de temps pour la réalisation).
Aide humaine Une personne qui aide à l’accomplissement de l’habitude de vie, telle que les proches, les amis ou les aides-soignants (Cela couvre l’assistance physique ainsi que la supervision).

Dans l’échelle de satisfaction, on demande au client d’indiquer son niveau de satisfaction (sur une échelle de cinq points allant de très satisfait à très insatisfait) concernant l’accomplissement de chaque item (Desrosiers et al., 2004; Desrosiers et al, 2005; Fougeyrollas et al., 1998; Poulin & Desrosiers, 2008).

Sous-échelles :

Deux sous-échelles existent. La sous-échelle des activités courantes contient les catégories suivantes : la nutrition, la condition corporelle, les soins personnels, la communication, l’habitation, les déplacements. La sous-échelle des rôles sociaux est représentée par les responsabilités, les relations interpersonnelles, la vie communautaire, l’éducation, le travail et les loisirs (Desrosiers et al., 2004; Desrosiers et al., 2005).

Cotation :

La MHAVIE a un score continue pouvant aller de zéro à neuf. Dans la version originale, un score de zéro implique un niveau de participation optimal et un score de neuf indique un handicap total ou une interruption totale de la participation. Cependant, dans les trois versions courtes (MHAVIE 2.1,3.0 et 3.1), l’échelle a été inversée. Un score de zéro indique alors un handicap total ou une interruption totale de la participation et un score de neuf indique un niveau de participation optimal (Fougeyrollas et al., 1998).

Pour calculer le score d’un seul item, les réponses concernant le niveau de réalisation et le type d’aide requis sont combinés en se basant sur la grille ci dessous (Desrosiers et al., 2004; Desrosiers et al, 2005; Fougeyrollas et al., 1998; Poulin & Desrosiers, 2008):

Version originale Versions 2.1; 3.0; 3.1 Définition
0 9 Réalisé sans difficulté
1 8 Réalisé sans difficulté avec une aide technique (ou un aménagement).
2 7 Réalisé avec difficulté sans assistance.
3 6 Réalisé avec difficulté et avec une aide technique (ou un aménagement).
4 5 Réalisé sans difficulté avec une aide humaine
5 4 Réalisé sans difficulté avec une aide technique (ou un aménagement) et avec une aide humaine.
6 3 Réalisé avec difficulté et aide humaine.
7 2 Réalisé avec difficulté, avec une aide technique (ou un aménagement) et de l’aide humaine.
8 1 Réalisé par une autre personne.
9 0 Non réalisé.
N/A N/A Ne s’applique pas.

Le score total à la MHAVIE est obtenu en additionnant les scores de chaque item puis en divisant par le nombre d’items (calcul d’une moyenne). Il est aussi possible de calculer les scores des catégories, soit les sous-scores des activités courantes et des rôles sociaux. Pour ce faire, il suffit de calculer la moyenne des scores de la sous-échelle désirée (Desrosiers, Rochette, Noreau, Bravo, Hebert & Boutin, 2003; Fougeyrollas et al., 1998).

Comme la MAHVIE a un nombre différent d’items dans chaque catégorie, un score normalisé peut être calculé. Le score normalisé considère le nombre d’items de chaque catégorie et le nombre d’items non-applicables, ce qui permet d’attribuer un poids similaire aux sous-scores de chaque catégorie (Noreau, Fougeyrollas & Vincent, 2002).

Le score normalisé = {somme (scores bruts) x 10} / (Nombre d’items applicables x 9).

Les items non-applicables ne sont pas comptés dans le score brut. Le niveau de satisfaction de l’accomplissement d’un item n’est pas considéré dans le processus de cotation. Les réponses concernant la satisfaction sont plutôt utilisées pour documenter la qualité de la participation sociale Fougeyrollas et al., 1998).

Temps d’administration requis :

La MHAVIE 3.0 (version courte) prend approximativement de 20 à 40 minutes à compléter. Le temps d’administration du questionnaire long peut varier de 20 à 120 minutes, selon le nombre de catégories administré (Noreau et al., 2002). Le temps requis pour compléter les autres versions de la MHAVIE n’a pas été rapporté.

Équipement :

Seuls un crayon et le test sont nécessaires

Formation :

Aucune typiquement rapportée.

Formes alternatives de la MHAVIE

MHAVIE 2.1, MHAVIE 3.0 (versions longue et courte) et MHAVIE 3.1

Clientèle cible

Peut être utilisé avec :

  • Les clients avec n’importe quel type d’incapacité, incluant les enfants.
  • Les clients ayant subi un AVC

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • Lorsque la MHAVIE est administrée à un client avec de sévères déficits cognitifs, les réponses devraient être données par un intermédiaire qui connait bien le client.

Dans quelles langues l’outil est-il disponible ?

Français, Anglais et Néerlandais (version 3.0).

Sommaire

Que mesure l’outil ? La MHAVIE évalue la qualité de participation sociale des personnes avec des incapacités.
Pour quelles clientèles cet outil peut-il être utilisé ? Les clients avec n’importe quel type d’incapacité, incluant les enfants.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration requis La MHAVIE 3.0 (version courte) prend approximativement entre 30 et 60 minutes. La version longue peut prendre entre 20 et 60 minutes.
Versions MHAVIE 2.0; MHAVIE 2.1., MHAVIE 3.0., et MHAVIE 3.1 (versions courte et longue).
Langues Français, anglais et néerlandais.
Propriétés psychométriques
Fidélité – Deux études ont examiné la cohérence de la MHAVIE : une a relevé une excellente cohérence entre deux mesures répétées du score total et des sous-scores de la MHAVIE : l’autre étude a relevé une cohérence allant d’adéquate à excellente entre les clients et leurs proches aidants.
– Deux études ont examiné la fidélité test-retest de la MHAVIE et ont relevé une excellente fidélité test-retest en utilisant les CCI.
– Une étude a examiné la fidélité inter-juges de la MHAVIE et a relevé une fidélité inter-juges allant d’adéquate à excellente en utilisant les CCI.
Validité Contenu :
Une étude a examiné la validité du contenu de la MHAVIE et a indiqué qu’après une consultation avec 12 experts en réadaptation, peu d’items de la MHAVIE ont été modifiés ou retirés de la version originale. Après cette procédure, les experts ont reconnu que la MHAVIE était capable de mesurer les situations de participation et de handicap.

Critère :
Prédictive :
Six études ont examiné la validité prédictive de la MHAVIE. Cinq études ont relevé que l’âge, les barrières environnementales, les déficits et incapacités, la coordination du membre inférieur, la fonction de la jambe et du bras, l’endurance et la vitesse de marche, la durée du séjour, l’Échelle d’équilibre de Berg, l’Inventaire de dépression de Beck, le Comorbidity Index et la Stress Appraisal Measure, mesurés deux semaines après un AVC ou lors du congé du programme de réadaptation, ont été en mesure de prédire les scores de la MAHVIE à 6 mois, 2 et 4 ans après un AVC. Une étude a relevé que la gravité des déficits du membre inférieur était le meilleur prédicteur de désaccord sur les réponses des clients et de leurs proches aidants.

Construit :
Convergente :
Quatre études ont examiné la validité convergente de la MHAVIE. Une étude avec des clients ayant subi un AVC a relevé des corrélations allant d’adéquates à excellentes entre la MHAVIE, le Système de mesure de l’autonomie fonctionnelle (SMAF) et la Mesure de l’autonomie fonctionnelle (MIF). Les trois autres études, utilisant différentes populations, ont relevé des corrélations allant de faibles à excellentes entre la MHAVIE et le Caregiver Strain Index, la London Handicap Scale et le Impact on Participation and Autonomy Questionnaire en utilisant les coefficients de corrélation de Pearson. Aucune corrélation n’a été relevée entre la MHAVIE et l’Inventaire de dépression de Beck.

Groupes connus :
Une étude a examiné la validité des groupes connus et a indiqué que la MHAVIE est capable de discriminer les individus en bonne santé des clients ayant subi un AVC.

Effets plancher/plafond Une étude a vérifié les effets de plancher dans quelques catégories de la MAHVIE, en mesurant la participation à 2 semaines après un AVC. À 6 mois, toutes les catégories de la MAHVVIE ont démontré des effets de plafond. La proportion de patients atteignant les effets de plafond et de plancher n’a pas été documentée.
Est-ce que l’outil est sensible au changement? Deux études ont examiné la sensibilité au changement de la MAHVIE et ont relevé des changements plus importants à 2 semaines après l’AVC (grande ampleur de l’effet) en comparaison aux changements survenus 6 mois après l’AVC (ampleur de l’effet modérée). De plus, les changements au niveau de la participation étaient plus significatifs sur les relations personnelles, l’emploi et les loisirs avec des ampleurs de l’effet allant de modérées à grandes.
Acceptabilité Lorsque ce questionnaire est administré aux clients avec des déficits cognitifs sévères, les cotes devraient être obtenues à partir d’un proxy.
Faisabilité L’administration de la MHAVIE est simple puisque c’est un questionnaire auto-administré.
Comment obtenir l’outil ? Des informations sur la MHAVIE peuvent être obtenues en envoyant un email au Réseau international sur le Processus de production du handicap, à l’adresse suivante:
ripph@irdpq.qc.ca

Propriétés psychométriques

Résumé

Une recherche dans la littérature a été menée pour identifier toutes les publications pertinentes concernant les propriétés psychométriques de la MHAVIE. Seize études ont été identifiées, onze d’entres elles incluant des participants ayant subi un AVC.

Effets plancher/plafond

Rochette, Desrosiers, Bravo, St-Cyr/Tribble et Bourget (2007b) ont observé, auprès de 35 clients ayant subi un AVC léger, des effets de plancher dans les catégories de la Nutrition, la Mobilité, la Vie communautaire, l’Éducation/Emploi et Loisirs de la MAHVIE à 2 semaines après l’AVC. Six mois après l’AVC, des effets de plafond ont pu être observés dans toutes les catégories de la MAHVIE. La proportion de participants ayant obtenu les scores minimums et maximums n’a pas été documentée.

Fidélité

Cohérence interne :
Lemmens, van Engelen, Post, de Witte, Beurskens et Wolters (2007) ont administré la version 3.0 en néerlandais de la MHAVIE (questionnaire court) à 35 personnes âgées avec des limitations fonctionnelles dues à un AVC. La cohérence du score total de la MHAVIE entre deux mesures répétées de celui-ci avait un excellent coefficient de corrélation intra-classe (CCI) de 0,78. La cohérence pour les deux sous-échelles était aussi excellente. (CCI = 0,80).

Poulin et Desrosiers, (2008) ont évalué la cohérence de la version 3.1 de la MHAVIE lorsqu’elle est complétée par un proche aidant versus lorsqu’elle est complétée par des patients, en comparant les réponses de 40 patients et de leurs proches aidants. Les patients et leurs proches aidants étaient évalués séparément par le même évaluateur. Les entrevues avec les proches aidants avaient lieu une semaine après l’évaluation du patient. La cohérence entre les patients et les proches aidants était excellente pour le score total de la MAHVIE (CCI = 0,82) et le sous-score des AVQ (CCI = 0,87). La cohérence pour le sous-score des Rôles sociaux était adéquate (CCI = 0,73).

Test-retest :
Noreau, Desrosiers, Robichaud, Fougeyrollas, Rochette et Viscogliosi (2004) ont examiné la fidélité test-retest de la MAHVIE, version 3.0 (version abrégée), auprès de 40 clients ayant des limitations fonctionnelles causées par de nombreuses affections, y compris un AVC. Les participants ont été évalués à deux reprises à l’intérieur de 5 à 10 jours par le même évaluateur et dans les mêmes conditions. La fidélité test-retest, évaluée à l’aide des coefficients de corrélation intraclasse (CCI), s’est révélée excellente pour le score total de la MHAVIE (CCI = 0,95), pour le sous-score des AVQ (CCI = 0,96) et pour le sous-score des Rôles sociaux (CCI = 0,76).

Lemmens et al., (2007) ont évalué la fidélité test-retest de la MAHVIE, version néerlandaise 3.0 (forme abrégée), auprès de 35 adultes âgés ayant des limitations fonctionnelles dues à un AVC. Les participants ont complété le questionnaire de la MAHVIE à deux reprises, la deuxième administration après un intervalle de deux semaines. La fidélité test-retest, calculée à l’aide des coefficients de corrélation intra-classe, s’est avérée excellente pour le score total de la MAHVIE (CCI = 0,80), pour le sous-score des AVQ (CCI = 0,78) et pour le sous-score des Rôles sociaux (CCI = 0,78).

Inter-juges :
Noreau et al., (2004) ont évalué la fidélité inter-juges de la MAHVIE, version 3.0 (forme abrégée), auprès de 44 personnes âgées ayant des limitations fonctionnelles causées en partie par un AVC. La MAHVIE a été administré par 2 examinateurs différents à un intervalle de 3 à 5 jours. La fidélité inter-juges, telle que calculée à l’aide des CCI, s’est avérée excellente pour le score total de la MAHVIE (CCI = 0,89) et pour le sous-score des AVQ (CCI = 0,91). Ils étaient adéquats pour le sous-score des Rôles sociaux (CCI = 0,64).

Validité

Contenu :

Fougeyrollas, Noreau, Bergeron, Cloutier, Dion et St-Michel (1998) ont fait parvenir une copie originale de la MHAVIE à 12 experts, incluant des chercheurs, des fournisseurs de services et des consommateurs représentatifs ayant des formations professionnelles en ergothérapie, en sciences infirmières, en travail social ou en psychologie. Après cette consultation, des modifications concernant la clarté des items, la définition des termes et le classement du niveau d’accomplissement ont été faites. Certains items ont aussi été éliminés. Après cette procédure, les experts ont reconnu que la MHAVIE était capable de mesurer la participation et les situations de handicap.

Critère :

Concourante :
Aucun étalon de mesure n’existe avec lequel la MHAVIE pourrait être comparée.

Prédictive :
Rochette, Desrosiers et Noreau (2001) ont examiné la capacité de l’âge, du genre, du niveau d’handicap et d’incapacités (incluant des problèmes concernant la cognition, la perception, la dépression, la communication, l’aspect sensorimoteur et la comorbidité) ainsi que des facteurs environnementaux (incluant les obstacles et facilitateurs environnementaux), mesurés lors du congé d’un programme de réadaptation, de prédire les situations de handicap, six mois après un AVC, auprès de 51 clients. Les situations de handicap étaient mesurées avec la MHAVIE, version 2.1. La régression logistique a révélé que le meilleur prédicteur des situations de handicap, six mois après l’AVC, était le niveau d’handicap et d’incapacités (R2 = 38,3%), suivi de l’âge (R2 = 14,4%), et des obstacles environnementaux (R2 = 6,2%).

Desrosiers, Noreau, Rochette, Bravo et Boutin (2002) ont évalué, auprès de 102 clients, si l’âge, la duré du séjour dans le programme de réadaptation, la motivation, les problèmes de communication, l’incontinence urinaire et fécale, la coordination des membres supérieurs et inférieurs, les déficits au niveau du fonctionnement moteur, les incapacités au niveau des membres supérieurs et inférieurs, l’affect, la performance de la perception visuelle, la cognition, la comorbidité et le support social perçu, mesurés lors du congé d’un programme de réadaptation, étaient capables de prédire les situations de handicap, six mois après un AVC. Les situations de handicap étaient mesurées avec la MHAVIE, version 2.1, les handicaps au niveau du fonctionnement moteur étaient mesurés avec le Fugl-Meyer Assessment (Fugl-Meyer, Jääskö, Leyman, Olsson, & Steglind, 1975) ; les incapacités du membre inférieur étaient mesurées par la vitesse de marche, l’Échelle d’équilibre de Berg (Berg, Wood-Dauphinee, Williams & Maki, 1989) et le 2-Minute Walk Test (Kosak & Smith, 2005) ; les incapacités du membre supérieur étaient mesurées avec le Test d’évaluation des membres supérieurs des personnes âgées (TEMPA – Desrosiers, Hébert, Dutil, & Bravo, 1994) ; l’affect était mesuré avec l’Inventaire de dépression de Beck (Beck, Ward, Mendelson, Mock, & Erbraugh, 1961) ; la performance de la perception visuelle était mesurée avec le Motor-Free Visual Perceptual test (Colarusso & Hammill, 1972) ; la cognition était mesurée avec le Modified Mini-Mental State (Teng & Chui, 1987) ; la comorbidité était mesurée avec le Comorbidity Index (Charlson, Pompei, Ales, Mock, & Erbraugh, 1987) ; et le support social perçu était mesuré avec la Social Provisions Scale (Cutrona, 1986). De multiples analyses de régressions ont démontré que l’Inventaire de dépression de Beck (R2 = 23%), la coordination du membre inférieur (R2 = 31,-%), la durée du séjour (R2 = 3,0%), l’Échelle d’équilibre de Berg (R2 = 9,0%), l’âge (R2 = 1,0%) et le Comorbidity Index (R2 = 1,0%) étaient les meilleurs prédicteurs des situations de handicap, six mois après un AVC.

Desrosiers, Malouin, Bourbonnais, Richards, Rochette & Bravo (2003) ont analysé, auprès de 102 patients ayant subi un AVC, la capacité des handicaps et des incapacités aux bras et aux jambes, mesurés lors du congé d’un programme de réadaptation, de prédire la participation six mois plus tard. La participation était mesurée avec la version 2.1 de la MHAVIE ; le fonctionnement moteur et sensitif était mesuré avec le Fugl-Meyer Assessment (Fugl-Meyer et al., 1975) ; la coordination des bras était mesurée avec le Test doigt au nez ; la coordination des jambes était mesurée avec un test spécifique développé par la même équipe de recherche (Desrosiers, Hébert, Bravo, Dutil, 1995) ; les incapacités des bras étaient mesurées avec le Test d’évaluation des membres supérieurs des personnes âgées (TEMPA – Desrosiers et al., 1994) ; et les incapacités des jambes étaient mesurées avec l’Échelle d’équilibre de BERG (Berg et al., 1989), le 2-Minute Walk Test (Kosak & Smith, 2005) et la vitesse de marche. L’équilibre, l’endurance de marche (r = 0,63) et la coordination des jambes (r = 0,62) étaient d’excellents prédicteurs de la MHAVIE. Le fonctionnement des jambes (r = 0,58), les incapacités des bras (r = 0,48), la coordination des bras (r = 0,47), le fonctionnement des bras (r = 0,43) et les sensations dans les jambes (r = 0,31) étaient considérés comme des prédicteurs adéquats de la MHAVIE. Finalement, il n’y avait qu’une faible corrélation entre les sensations des bras et la MHAVIE, ce qui suggère que cette variable n’est pas capable de prédire la MHAVIE.

Desrosiers, Noreau, Rochette, Bourbonnais, Bravo et Bourget (2006) ont vérifié, auprès de 66 clients, si l’âge, la durée du séjour dans le programme de réadaptation, la motivation, l’incontinence urinaire et fécale, la coordination des membres supérieurs et inférieurs, les déficits de fonctionnement moteur, les incapacités du membre inférieur, les incapacités du membre supérieur, l’affect, la performance de la perception visuelle, la cognition, la comorbidité et le support social perçu, mesurés lors du congé d’un programme de réadaptation, étaient capables de prédire la participation, deux à quatre ans après un AVC. La participation était mesurée par la version 2.1 de la MHAVIE ; les déficits du fonctionnement moteur avec le Fugl-Meyer Assessment (Fugl-Meyer et al., 1975) ; les incapacités du membre inférieur avec la vitesse de marche, l’Échelle d’équilibre de Berg (Berg et al., 1989) et le 2-Minute Walk Test (Kosak & Smith, 2005) ; les incapacités du membre supérieur avec le Test d’évaluation des membres supérieurs des personnes âgées (TEMPA – Desrosiers et al., 1994) ; l’affect avec l’Inventaire de dépression de BECK (Beck et al., 1961) ; la performance de la perception visuelle avec le Motor-Free Visual Perceptual test (Colarusso & Hammill, 1972) ; la cognition avec la Modified Mini-Mental State (Teng & Chui, 1987) ; la comorbidité avec le Comorbidity Index (Charlson et al., 1961) ; et le support social perçu avec la Social Provisions Scale (Cutrona, 1986). Selon une analyse de régression multiple, les meilleurs prédicteurs de la participation, deux à quatre ans après un AVC, étaient l’âge (R2 = 11,0%), la comorbidité (R2 = 18,0%), la coordination motrice (R2 = 15,0%), les incapacités du membre supérieur (R2 = 6,0%) et l’affect (R2 = 3,0%).

Rochette, Bravo, Desrosiers, St-Cyr/Tribble et Bourget (2007a) ont estimé, auprès de 88 clients ayant subi un AVC, la capacité de la Stress Appraisal Measure (Peacock & Wong, 1990) et du Revised Ways of Coping Questionnaire (Folkman & Lazarus, 1988), mesurés dans les deux premières semaines après l’AVC, de prédire la version 3.0 de la MHAVIE (version courte), six mois après l’AVC. L’analyse de régression linéaire multiple a suggéré que les sous-échelles de Menaces, de Défi, de Centralité et de Niveau de stress de la Stress Appraisal Measure avaient plus de chances de prédire les scores à la MHAVIE. Ces quatre variables étaient ensembles capables d’expliquer 25% de la variance des scores de la MHAVIE fournis par les clients ayant subi un AVC.

Poulin et Desrosiers (2008) ont examiné, auprès de 40 clients ayant subi un AVC et de 40 proches aidants, si l’âge, le genre, le niveau d’éducation, le milieu de vie, la relation avec le proche aidant, le type d’AVC, le côté du déficit moteur, un AVC précédant, le nombre de mois passés depuis l’AVC, l’auto-perception de sa santé, le Mini-Mental State Examination (Folstein, Folstein, & McHugh, 1975), le Chedoke McMaster Stroke Assessment (Gowland, Van Hullenar, Moreland, Vanspall, Barreca, Ward et al., 1995) et la Geriatric Depression Scale (Jongenelis, Pot, Eisses, Gerritsen, Derksen, Beekman et al., 2005) étaient capable de prédire le désaccord dans les réponses à la version 3.1 de la MHAVIE entre les clients et leurs proches aidants. Toutes les variables ont été mesurées à un certain point dans le temps chez des individus vivant dans la communauté qui ont été hospitalisé pour un AVC et chez leurs proches aidants. Des déficits sévères du membre inférieur et une faible performance cognitive étaient les meilleurs prédicteurs du désaccord au score total de la MHAVIE (R2 = 40%). Pour le sous-score des AVQ, les variables capables de prédire le désaccord étaient la sévérité des déficits au membre inférieur, le milieu de vie et le genre (R2 = 44%). Pour le sous-score des Rôles sociaux, les meilleurs prédicteurs du désaccord étaient la sévérité des déficits du membre inférieur, les fonctions cognitives et le nombre de mois passés depuis l’AVC. Ces facteurs expliquaient 32% de la variance.
Note : Même si les niveaux de désaccord entre les clients et leurs proches aidant ne semblent pas être cliniquement significatifs, les prédicteurs de désaccord devraient être considérés lors de l’interprétation des réponses du proche aidant.

Construit :

Desrosiers, Rochette, Noreau, Bravo, Hébert et Boutin (2003) ont évalué la validité de constuit de la MAHVIE, version 2.1, en le comparant au Système de mesure de l’autonomie fonctionnelle (SMAF – Hébert , Carries, & Bilodeau, 1988) et à la Mesure d’Indépendance Fonctionnelle (MIF – Keith, Granger, Hamilton et Sherwin, 1987) à 2 semaines et à 6 mois après le congé du programme de réadaptation d’une Unité AVC. En un premier temps, 118 participants étaient disponibles et en second temps, 102 participants. Les corrélations, calculées à l’aide des coefficients de corrélation de Pearson, se sont avérées excellentes entre le score du SMAF et le score total de la MAHVIE (r1 = 0,85 ; r2 = 0.89), le sous-score des AVQ (r1 = 0.89 ; r2 = 0.91) et le sous-score des Rôles sociaux (r1 = 0.66; r2 = 0.77) et entre la MIF et le score total de la MAHVIE (r1 = 0,79 ; r2 = 0,85), le sous-score des AVQ (r1 = 0,85, r2 = 0,88) et le sous-score des Rôles sociaux (r2 = 0,71). Les corrélations entre la MAHVIE et la MIF, 2 semaines après le congé, étaient adéquates (r1 = 0,57).

Convergente :
Trois études ont examiné la validité convergente de la MAHVIE auprès de personnes âgées ayant des limitations fonctionnelles, sans avoir nécessairement subi un AVC.

Desrosiers, Robichaud, Fougeyrollas, Rochette et Viscogliosi (2004) ont mesuré la validité convergente de la version 3.0 de la MAHVIE (forme abrégée) en la comparant au Système de mesure de l’autonomie fonctionnelle (SMAF – Hébert et al., 1988) auprès de 87 adultes âgés ayant des limitations fonctionnelles. Les corrélations étaient excellentes entre le score total du SMAF et celui de la MAHVIE (r = 0,70) et de son sous-score des AVQ (r = 0,76), et adéquates entre le score du SMAF et le sous-score des Rôles sociaux de la MAHVIE (r = 0,43).

Rochette, Desrosiers, Bravo, St-Cyr/Tribble et Bourget (2007c) ont analysé la validité convergente en comparant les changements du niveau de participation selon la version 3.0 e la MAHVIE (forme abrégée) au Caregiver Strain Index (Robinson, 1983) et à l’Inventaire de dépression de Beck (Beck et al., 1961) auprès de 54 conjoints de personnes ayant subi un premier AVC. Les corrélations entre Caregiver Strain Index et le score total de la MAHVIE se sont avérées adéquates (r = 0,32), comme celles avec le sous-score des Rôles sociaux (r = 0,39). Le Caregiver Strain Index et le sous-score des AVQ de la MAHVIE étaient faiblement corrélés (0,02). Aucune corrélation n’a été relevée entre la MAHVIE et l’Inventaire de dépression de Beck.

Lemmens et al., (2007) ont examiné la validité convergente de la MAHVIE, version néerlandaise 3.0 (forme abrégée), avec le Impact on Participation and Autonomy Questionnaire (IPA – Cardol, Haan, Van den Bos, De Jong, & De Groot, 1999) et la London Handicap Scale (LHS – Hardwood, Roger, Dickinson et Ebrahim, 1994) auprès de 63 personnes âgées ayant des limitations fonctionnelles. D’excellentes corrélations ont été relevées entre le score total de la MAHVIE et l’IPA (rho = 0,82) et le LHS (rho = 0,90).

Groupes connus :
Desrosiers, Bourbonnais, Noreau, Rochette, Bravo et Bourget (2005) ont vérifié la capacité de la version 2.1 de la MHAVIE de faire la distinction entre des personnes âgées ayant subi un AVC (n = 46) et des personnes âgées en santé (n = 46). La validité des groupes connus, calculée en utilisant le test t de Student, a démontré que les scores des participants en santé étaient significativement plus élevés que les scores des participants ayant subi un AVC.

Sensibilité au changement

Rochette et al., (2007b) ont examiné la sensibilité au changement de la MAHVIE, version 3.0 (forme abrégée) auprès de 35 patients ayant subi un AVC léger. Le niveau de participation a été mesuré avant l’AVC (T0), de manière rétrospective, à 2 semaines (T1), 3 mois (T2) et 6 mois après l’AVC (T3). Au T1, les ampleurs de l’effet étaient grandes pour le score total de la MAHVIE (1,21) ainsi que pour les sous-scores des AVQ et des Rôles sociaux (respectivement, 1,15 ; 1,24). Pour les délais T3-T1 et T3-T0, les ampleurs de l’effet étaient toutes modérées : score total de la MAHVIE (0,60 ; 0,62), sous-score des AVQ (0,64 ; 0,58) et sous-score des Rôles sociaux (0,56 ; 0,70).

Rochette et al., (2007c) ont analysé la sensibilité au changement de la MAHVIE, version 3.0 (forme abrégée) auprès de 54 conjoints de personnes ayant subi un premier AVC. Le niveau de participation a été mesuré avant l’AVC (T0), de manière rétrospective, à 2 semaines (T1), et à 6 mois après l’AVC (T2). Au T1, les ampleurs de l’effet étaient modérées pour le score total de la MAHVIE (0,53) ; petite pour les sous-scores des AVQ (0,0) et grande pour le sous-score des Rôles sociaux (0,90). Au T2, le score total de la MAHVIE (0,38) et le sous-score des AVQ (0,13) ont démontré une petite ampleur de l’effet, et le sous-score des Rôles Sociaux une ampleur de l’effet modérée (0,76). Les changements dans la participation étaient plus grands pour les Relations personnelles (T1 = 0,67 ; T2 = 0,83), l’Emploi (T1 = 0,68 ; T2 = 0,63) et les Loisirs (T1 = 1,16 ; T2 = 0,93), démontrant des ampleurs de l’effet allant de modérées à grandes.

Références

  • Beck, A.T., Ward, C.H., Mendelson, M., & Mock, J.E. (1961). An inventory for measuring depression. Archives of General Psychiatry, 4, 561-571.
  • Berg, K.O., Wood-Dauphinee, S., Williams, J. L., & Maki, B. (1989). Measuring balance in the elderly: Validation of an instrument. Physiotherapy Canada, 41(6), 304-311.
  • Cardol, M., Haan, de R.J., Van den Bos, G.A.M., De Jong, B.A., & De Groot, I.J.M. (1999). The development of a handicap assessment questionnaire: the Impact on Participation and Autonomy (IPA). Clin Rehabil, 13, 411-419.
  • Charlson, M., Pompei, P., Ales, M.L., Mackenzie C.R. (1987). A new method of classifying comorbidity in longitudinal studies: Development and validation. J Chronic Dis, 40, 373-393.
  • Colarusso, R. P., & Hammill, D. D. (1972). Motor-free visual perception test. Novato CA: Academic Therapy Publications
  • Cutrona, C.E. (1986). Objective determinants of perceived social support. Journal of Personality and Social Psychology. 50, 349-355.
  • Desrosiers, J., Hébert, R., Bravo, G., & Dutil, É. (1995). Upper extremity motor coordination of healthy elderly people. Age Ageing, 24, 108-112.
  • Desrosiers, J., Hébert, R., Dutil, É., & Bravo, G. (1993). Development and reliability of an upper extremity function test for the elderly: the TEMPA. Can J Occup Ther, 60, 9-16.
  • Desrosiers, J., Bourbonnais, D., Noreau, L., Rochette, A., Bravo, G., & Bourget, A. (2005). Participation after stroke compared to normal aging. J Rehabil Med, 37, 353-357.
  • Desrosiers, J., Malouin, F., Bourbonnais, D., Richards, C.L., Rochette, A., & Bravo, G. (2003). Arm and leg impairments and disabilities after stroke rehabilitation: relation to handicap. Clin Rehabil, 17, 666-673.
  • Desrosiers, J., Noreau, L., Robichaud, L., Fougeyrollas, P., Rochette, A., & Viscogliosi, C. (2004). Validity of the assessment of life habits in older adults. J Rehabil Med, 36, 177-182.
  • Desrosiers, J., Noreau, L., Rochette, A., Bourbonnais, D., Bravo, G., & Bourget, A. (2006). Predictors of long-term participation after stroke. Disability & Rehabilitation. 28(4), 221-230.
  • Desrosiers, J., Noreau, L., Rochette, A., Bravo, G., & Boutin, C. (2002). Predictors of handicap situations following post-stroke rehabilitation. Disability and Rehabilitation, 24(15), 774-785.
  • Desrosiers, J., Rochette, A., Noreau, L., Bravo, G., Hébert, R., & Boutin, C. (2003). Comparison of two functional independence scales with a participation measure in post-stroke rehabilitation. Archives of Gerontology & Geriatrics, 37(2), 157-172.
  • Folkman, S., & Lazarus, R.S. (1988) Manual for the Ways of Coping Questionnaire. Consulting Psychologists Press.
  • Folstein, M. F., Folstein, S. E., McHugh, P. R. (1975). « Mini-mental state ». A practical method for grading the cognitive state of patients for the clinician. J Psychiatr Res, 12(3), 189-198.
  • Fougeyrollas, P., Noreau, L., Bergeron, H., Cloutier, R., Dion, SA., & St-Michel, G. (1998). Social consequences of long term impairments and disabilities: conceptual approach and assessment of handicap. International Journal of Rehabilitation Research, 21(2), 127-41.
  • Fougeyrollas, P., Noreau, L., & St-Michel,G. (2001). Life Habits measure – Shortened version (LIFE-H 3.0). International Network on Disability Creation Process, Lac St Lac St-Charles, Québec, Canada
  • Fougeyrollas, P., Noreau,L., & St-Michel,G. (1997). Life Habits Measure – Shortened Version (LIFE-H 2.1) Lac St Lac St-Charles, Québec, Canada.
  • Fugl-Meyer, A.R., Jääskö, L., Leyman, I., Olsson, S., & Steglind, S. (1975). The post-stroke hemiplegic patient 1. A method for evaluation of physical performance. Scandinavian Journal of Rehabilitation Medicine, 7, 13-31.
  • Gowland, C., Van Hullenaar, S., Torresin, W., et al. (1995). Chedoke-McMaster Stroke Assessment: development, validation, and administration manual. Hamilton, ON, Canada: School of Rehabilitation Science, McMaster University.
  • Hardwood, R.H., Roger, A., Dickinson, E., & Ebrahim, S. (1994). Measuring handicap: the London Handicap Scale, a new measure for chronic disease. Qual Health Care, 3, 11-16.
  • Hébert, C., Carrier, R., & Bilodeau, A. (1988). The Functional Autonomy Measurement System (SMAF): description and validation of an instrument for the measurement of handicaps. Age Ageing, 17, 293-302.
  • Jongenelis, K., Pot, A.M., Eisses, A.M., Gerritsen, D.L., Derksen, M., Beekman, A.T. et al. (2005). Diagnostic accuracy of the original 30-item and shortened version of the Geriatic Depression Scale in nursing home patients. Int J Geriatrics Psychiatry, 20, 1067-1074.
  • Keith, R. A., Granger, C. V., Hamilton, B. B., & Sherwin, F. S. (1987). The functional independence measure: A new tool for rehabilitation. Adv Clin Rehabil, 1, 6-18.
  • Kosak, M., & Smith, T. (2005). Comparison of the 2-, 6-, and 12-minute walk tests in patients with stroke. J Rehabil Res Dev, 42(1), 103-107.
  • Lemmens, J., van Engelen, E., Post, M.W., Beurskens, A.J., de Witte, L.P., & Wolters, P.M. (2007). Reproducibility and validity of the Dutch life habits questionnaire (life-h 3.0) in older adults. Clin Rehabil, 21, 853-862.
  • Noreau, L., Desrosiers, J., Robichaud, L., Fougeyrollas, P., Rochette, A., & Viscogliosi, C. (2004). Measuring social participation: reliability of the life-h in older adults with disabilities. Disability & Rehabilitation, 26(6), 346-52.
  • Noreau, L., Fougeyrollas, P., & Vincent, C. (2002). The LIFE-H: Assessment of the quality of social participation. Technology and Disability, 14, 113-118.
  • Peacock, E.J. & Wong, P.T.P. (1990). The Stress Appraisal Measure (SAM): A multidimensional approach to cognitive appraisal. Stress Med, 6, 227-236.
  • Poulin, V. & Desrosiers, J. (2008). Participation after stroke: comparing proxies’ and patients’ perceptions. J Rehabil Med, 40, 28-35.
  • Robinson, B.C.(1983). Validation of a caregiver strain index. J Gerontol, 38, 344-348.
  • Rochette, A., Bravo, G., Desrosiers, J., St-Cyr/Tribble, D., & Bourget, A. (2007a). Adaptation process, participation and depression over six months in first-stroke individuals and spouses. Clinical Rehabilitation, 21, 554-562.
  • Rochette,A., Desrosiers, J., Bravo,G., St-Cyr/Tribble, D., & Bourget, A. (2007b). Changes in participation after a mild stroke: quantitative and qualitative perspectives. Top Stroke Rehabil., 14(3): p. 59-68.
  • Rochette, A., Desrosiers, J., Bravo, G., Tribble, D.S., Bourget, A. (2007c). Changes in participation level after spouse’s first stroke and relationship to burden and depressive symptoms. Cerebrovascular Diseases, 24(2-3), 255-260.
  • Rochette, A., Desrosiers, J., & Noreau, L. (2001). Association between personal and environmental factors and the occurrence of handicap situations following a stroke. Disability & Rehabilitation, 23(13), 559-569.
  • Teng, E.L. & Chui, H.C. (1987). The modified mini-mental state (3MS) examination. Journal of Clinical Psychiatric, 48, 314-318.
  • Wood-Dauphinee, S. L., Opzoomer, M. A., Williams, J. I., Marchand, B., Spitzer, W. O. (1988). Assessment of global function: The Reintegration to Normal Living Index. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 69, 583-590.
  • WHO, 1998. The world health report executive summary. The world health organisation, 1998.

Voir la mesure

Comment obtenir la MHAVIE

Une copie de la MHAVIE peut être obtenue à partir du Réseau international sur le Processus de production du handicap (RIPPH). Les frais initiaux d’utilisation sont de 288,00 $ canadiens et permettent l’utilisation de la MHAVIE pour une durée de trois ans. Un outil d’évaluation peut être obtenu à 23,00$ canadiens et des fiches d’informations additionnelles peuvent être obtenues pour 3,00$ canadiens chaque. Le RIPPH détient tous les droits concernant la reproduction et la distribution de toutes les versions de la MHAVIE.

Les étudiants n’ont pas à payer les frais d’utilisation initiaux (288,00$ canadiens) et ont le droit de reproduire la MHAVIE pour leur projet de recherche en cours. Cependant, pour ce faire, les étudiants doivent acheter une version de l’outil d’évaluation (23$ canadiens) et s’engager à ne pas l’utiliser à des fins autres que celles du projet de recherche. À la fin du projet, une copie de la thèse de maîtrise ou de doctorat de l’étudiant doit être envoyée au RIPPH.

Plus d’informations sur la MHAVIE peuvent être obtenus en envoyant un message électronique au Réseau international sur le Processus de production du handicap, à l’adresse suivante: ripph@irdpq.qc.ca.

Les liens suivant permettent de télécharger des versions échantillons de la version courte générale (MHAVIE 3.1) et de la version longue générale (MHAVIE 3.0). Ces versions servent seulement à des fins d’observation et ne doivent pas être reproduites.

Table des matières
Aidez-nous à nous améliorer