Multiple Errands Test (MET)

Évidence révisées en date du 08-05-2013
Auteur(s)* : Valérie Poulin, OT, PhD candidate ; Annabel McDermott, OT
Éditeur(s) : Nicol Korner-Bitensky, PhD OT
Réviseur expert : Deirdre Dawson, PhD OT
Version française en traduction libre : Alexandra Matteau

But

Le Multiple Errands Test (MET) évalue l’effet de déficits des fonctions exécutives sur le fonctionnement quotidien par un certain nombre de tâches de la vie réelle (ex. acheter des items spécifiques, recueillir et écrire des informations spécifiques, se rendre à un endroit donné). Les tâches sont effectuées dans un milieu hospitalier ou communautaire dans les limites de règles spécifiées. Le participant est observé pendant qu’il effectue le test et le nombre et le type d’erreurs sont notés (ex. transgression de règles, omissions).

Revue détaillée

But de la mesure

Le Multiple Errands Test (MET) évalue l’effet de déficits des fonctions exécutives sur le fonctionnement quotidien par un certain nombre de tâches de la vie réelle (ex. acheter des items spécifiques, recueillir et écrire des informations spécifiques, se rendre à un endroit donné). Les tâches sont effectuées dans un milieu hospitalier ou communautaire dans les limites de règles spécifiées. Le participant est observé pendant qu’il effectue le test et le nombre et le type d’erreurs sont notés (ex. transgression de règles, omissions).

Le Multiple Errands Test a été développé par Shallice et Burgess en 1991. La mesure visait à évaluer la capacité d’un patient à organiser l’exécution d’un certain nombre de tâches simples non structurées, tout en respectant plusieurs règles simples.

Voir ci-dessous la section des Versions alternatives pour de l’information concernant d’autres versions.

Caractéristiques de la mesure

Items :

Le Multiple Errands Test original (Shallice et Burgess, 1991) était composé de huit items : six tâches simples (ex. acheter une miche de pain brun, acheter un paquet de pastilles pour la gorge), une tâche qui est en fonction du temps et une tâche qui comprend quatre sous-tâches (voir la section Description des tâches ci-dessous). Il convient de noter que le MET a initialement été conçu dans un contexte expérimental, et non comme une évaluation formelle.

Description des tâches :

Le Multiple Errands Test (Shallice et Burgess, 1991) était constitué de huit tâches écrites à accomplir dans une zone commerçante piétonne. Les tâches et les règles sont écrites sur une carte fournie au participant avant d’arriver à la zone commerciale. Sur les huit tâches, six tâches sont simples (ex. acheter une miche de pain brun, acheter un paquet de pastilles pour la gorge), la septième tâche exige que le participant soit à un lieu déterminé 15 minutes après avoir commencé le test et la huitième tâche est plus exigeante, car elle comprend quatre ensembles d’informations que le participant doit obtenir et écrire sur une carte postale :

  • Le nom du magasin qui est le plus susceptible d’avoir l’item le plus cher;
  • Le prix d’une livre de tomates;
  • Le nom de l’endroit le plus froid en Grande-Bretagne hier;
  • Le taux de change du franc français hier.

La carte inclut aussi les instructions et les règles, qui sont répétées au participant à son arrivée à la zone commerciale :

« Vous devez dépenser le moins d’argent possible (dans les limites du raisonnable) et prendre le moins de temps possible (sans précipitation excessive). Vous ne devez entrer dans aucun magasin à moins d’y acheter quelque chose. Veuillez dire à l’un de nous ce que vous avez acheté lorsque vous quittez un magasin. Vous ne devez pas utiliser quelque chose qui n’a pas été acheté dans la rue (autre qu’une montre) pour vous aider. Vous pouvez faire les tâches dans n’importe quel ordre.»

Cotation

Le participant est observé durant l’exécution du test et les erreurs sont notées selon les catégories suivantes :

  • Inefficacité : lorsqu’une stratégie plus efficace aurait pu être appliquée.
  • Transgression de règle : lorsqu’une règle spécifique (sociale ou explicitement mentionnée dans la tâche) est transgressée.
  • Mauvaise interprétation : lorsque les exigences d’une tâche particulière sont mal comprises.
  • Échec de la tâche : lorsqu’une tâche n’est pas effectuée ou n’est pas accomplie convenablement.

La durée de l’évaluation est notée et le nombre d’erreurs est calculé.

Versions alternatives du Multiple Errands Test

Différentes versions du MET ont été développées pour être utilisées dans certains hôpitaux (MET – Hospital Version et Baycrest MET), un petit centre commercial (MET – Simplified Version) et un environnement de réalité virtuelle (Virtual MET). Pour chacune de ces versions, douze tâches doivent être effectuées (ex. acheter des items spécifiques et recueillir des informations spécifiques), tout en respectant plusieurs règles.

MET – Hospital Version (MET-HV – Knight, Alderman & Burgess, 2002)

Le MET-HV a été développé pour être utilisé avec un plus grand éventail de participants que la version originale en adoptant des règles plus concrètes et des tâches plus simples. Les clients sont munis d’une feuille d’instruction qui les oriente explicitement à noter des renseignements désignés. Les clients doivent accomplir quatre ensembles de tâches simples, avec un total de douze sous-tâches distinctes :

  1. Le client doit effecteur six commissions spécifiques (acheter 3 items, utiliser le téléphone interne, récupérer une enveloppe à la réception et envoyer une lettre à une adresse externe).
  2. Le client doit obtenir et écrire quatre items de renseignements désignés (ex. l’heure d’ouverture d’un magasin le samedi).
  3. Le client doit rencontrer l’évaluateur à l’extérieur de la réception de l’hôpital 20 minutes après que le test a commencé et indiquer l’heure.
  4. Le client doit avertir l’évaluateur lorsqu’il finit le test.

Le MET-HV utilise neuf règles afin de réduire l’ambiguïté et simplifier les exigences relatives aux tâches (Knight et al., 2002). Les erreurs sont catégorisées selon les mêmes définitions que le MET original. Le test est précédé par (a) une question d’efficience cotée selon une échelle de Likert à extrémité pondérée de 10 points (« Que diriez-vous de votre efficacité avec des tâches comme magasiner, trouver de l’information et rencontrer des gens à l’heure ? ») et (b) une question de connaissances cotée selon une échelle de 4 points (« Comment diriez-vous que vous connaissez les terrains de l’hôpital ? »). À la fin, le client répond à une question cotée selon une échelle de 10 points (« Comment pensez-vous que vous avez fait avec la tâche ? »).

MET – Simplified Version (MET-SV – Alderman, Burgess, Knight & Henman, 2003)

Le MT-SV inclut quatre ensembles de tâches simples analogues à celles du MET original, toutefois, le MET-SV comprend trois principales modifications à la version originale :

  1. Des règles plus concrètes pour améliorer la clarté de la tâche et diminuer les risques de mauvaise interprétation;
  2. La simplification des exigences de la tâche; et
  3. De l’espace prévu sur la feuille d’instruction pour que le participant note les informations qu’il doit recueillir.

Le MET-SV a neuf règles qui sont plus explicites que le MET original et elles sont présentées clairement sur la feuille d’instruction.

Baycrest MET (BMET – Dawson, Anderson, Burgess, Cooper, Krpan & Stuss, 2009)

Le BMET a été développé avec une structure identique au MET-HV, sauf que certains items, certaines informations et un lieu de rencontre sont spécifiques à l’environnement de test (Baycrest Center, Toronto). Le BMET comprend douze items et huit règles. Le manuel de test fournit des instructions explicites incluant la collecte de matériels de test, la langue à utiliser pour décrire le test et une section prétest pour s’assurer que les participants comprennent les tâches. La cotation a été standardisée afin de permettre une capacité d’utilisation accrue. La feuille de cotation permet l’identification d’erreurs de tâches ou d’omissions spécifiques, d’autres inefficacités, transgressions de règles et utilisation de stratégies (veuillez contacter les auteurs pour de plus amples renseignements à propos du manuel : ddawson@research.baycrest.org).

Virtual MET (VMET) (Rand, Rukan, Weiss & Katz, 2009)

Le VMET a été développé dans le Virtual Mall, un environnement commercial virtuel fonctionnel de capture vidéo qui se compose d’un grand supermarché avec 9 allées. Le système inclut une seule caméra qui filme l’utilisateur et affiche son image dans l’environnement virtuel. Le VMET est une tâche d’achats complexe qui inclut le même nombre de tâches (items à acheter et information à obtenir) que le MET-HV. Toutefois, le client doit vérifier le contenu du panier à une heure précise au lieu de rencontrer l’évaluateur à une heure donnée. La réalité virtuelle permet à l’évaluateur de mesurer objectivement le comportement du client dans un environnement sécuritaire, contrôlé et écologiquement valide. Elle permet des expériences d’apprentissage multiples et l’adaptabilité de l’environnement et de la tâche selon les besoins du client.

Ce qu’il faut considérer avant de commencer :

Le MET s’effectue dans une zone commerciale de la vie réelle qui permet que des évènements imprévisibles mineurs surviennent.

Durée :

Il faut environ 60 minutes pour administrer le BMET (Dawson et al., 2009).

Formation :

Il est conseillé à l’évaluateur de lire le manuel du test et de se familiariser avec les procédures d’administration et de cotation du test

Équipements :

  • L’accès à une zone commerciale ou à un environnement de magasin virtuel
  • Stylo et papier
  • Feuille d’instruction (en fonction de la version utilisée)

Pertinence de l’évaluation selon la clientèle

Peut être utilisé avec

  • Le MET a été testé auprès de populations ayant des lésions cérébrales acquises, incluant des AVC.

Ne devrait pas être utilisé avec

  • Le MET ne peut pas être administré à des patients qui sont confinés au lit.
  • Il faut que les participants aient des compétences linguistiques suffisantes.
  • Certaines tâches peuvent nécessiter une adaptation selon le contexte de réadaptation.

Dans quelles langues la mesure est-elle disponible ?

Le MET a été développé en anglais.

Sommaire

Que mesure l’outil ? L’effet de déficits des fonctions exécutives sur le fonctionnement quotidien.
Avec quelles clientèles l’outil peut-il être utilisé ? Le Multiple Errands Test peut être utilisé avec des clients ayant subi un AVC, mais n’est pas limité à ceux-ci.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration Baycrest MET : environ 60 minutes (Dawson et al., 2009
Versions
  • Multiple Errands Test (MET – Shallice and Burgess, 1991)
  • MET – Simplified Version (MET-SV – Alderman et al., 2003)
  • MET – Hospital Version (MET-HV – Knight, Alderman & Burgess, 2002)
  • Virtual MET (Rand, Rukan, Weiss & Katz, 2009)
  • Baycrest MET (Dawson et al., 2009)
  • Version modifiée du MET-SV et du MET-HV (incluant 3 versions alternatives – Novakovic-Agopian et al., 2011, 2012)
Autres langues N/A
Propriétés psychométriques
Fidélité Cohérence interne :
Une étude a relevé une cohérence interne adéquate du MET-HV auprès d’un échantillon de patients ayant des lésions cérébrales chroniques acquises, incluant des AVC.

Test-retest :
Aucune étude n’a examiné la fidélité test-retest du MET auprès d’une population de patients ayant subi un AVC.

Intra-juge :
Aucune étude n’a examiné la fidélité intra-juge du MET auprès d’une population de patients ayant subi un AVC.

Inter-juges :
– Une étude a relevé une excellente fidélité inter-juges du MET-HV auprès d’un échantillon de patients ayant des lésions cérébrales chroniques acquises, incluant des AVC.
– Une étude a relevé une fidélité inter-juges allant d’adéquate à excellente du BMET auprès d’un échantillon de patients ayant des lésions cérébrales chroniques acquises, incluant des AVC.

Validité Contenu :
Aucune étude n’a examiné la validité de contenu du MET auprès d’une population de patients ayant subi un AVC.

Critère :
Concourante :
Aucune étude n’a examiné la validité concourante du MET auprès d’une population ayant subi un AVC.

Prédictive :
Une étude a examiné la validité prédictive du MET-HV auprès d’un échantillon de patients ayant des lésions cérébrales acquises, incluant des AVC, et a relevé des corrélations allant de faibles à adéquates entre le rendement au MET-HV au moment du congé et la participation communautaire mesurée par le Mayo-Portland Adaptability Inventory (MPAI-4).

Construit :
Convergente/Discriminante :
– Trois études* ont examiné la validité convergente du MET-HV et ont relevé d’excellentes corrélations avec le Modified Wisconsin Card Sorting Test (MWCST), la batterie Behavioural Assessment of Dysexecutive Syndrome (BADS), le Dysexecutive Questionnaire (DEX), le questionnaire AVD et le domaine Cognitif de la MIF ; et une corrélation adéquate avec le Rivermead Behavioural Memory Test (RBMT).
– Une étude* a examiné la validité convergente du MET-SV et a relevé des corrélations adéquates avec la Weschler Adult Intelligence ScaleRevised Full Scale IQ (WAIS-R FSIQ), le MWCST, le BADS et le Cognitive Estimates test ; et des corrélations allant de faibles à adéquates avec le DEX.
– Une étude* a examiné la validité convergente du BMET et a relevé des corrélations allant d’adéquates à excellentes avec le Sickness Impact Profile et l’Assessment of Motor and Process Skills.
– Trois études* ont examiné la validité convergente du VMET et ont relevé d’excellentes corrélations avec le MET-HV, le BADS, le questionnaire AVD, le Semantic Fluencies test, le Tower of London test, le Trail Making Test, le Corsi’s supra-span test, le Street’s Completion Test et le Test of Attentional Performance.
*Note : Les corrélations entre le MET et d’autres mesures des fonctions exécutives usuelles et des Activités de la vie domestique utilisées dans cette étude appuient également la validité écologique du MET.

Groupes connus :
– Deux études ont relevé que le MET-HV est en mesure de faire la distinction entre les individus ayant des lésions cérébrales acquises (incluant des AVC) et les adultes en bonne santé ; et entre les adultes âgés en bonne santé et les jeunes adultes en bonne santé.
– Une étude a relevé que le MET-SV est en mesure de faire la distinction entre les clients ayant des lésions cérébrales, incluant des AVC, et des adultes en bonne santé.
– Une étude a relevé que le BMET est en mesure de faire la distinction entre les clients ayant subi un AVC et les adultes en bonne santé.
– Trois études ont relevé que le VMET est en mesure de faire la distinction entre les clients ayant subi un AVC et les adultes en bonne santé ; et entre les adultes âgés en bonne santé et les jeunes adultes en bonne santé.

Sensibilité/Spécificité :
– Une étude a relevé une sensibilité de 85% et une spécificité de 95% lors de l’utilisation d’un score seuil ≥ 7 erreurs au MET-HV avec des clients ayant des lésions cérébrales chroniques acquises, incluant des AVC.
– Une étude a relevé une sensibilité de 82% et une spécificité de 93,5% lors de l’utilisation d’un score seuil ≥ 12 erreurs au MET-SV avec des clients ayant des lésions cérébrales, incluant des AVC.

Effets plancher/plafond Aucune étude n’a examiné les effets plancher/plafond du MET.
Est-ce que l’outil est sensible aux changements ? La sensibilité au changement du MET n’a pas été formellement évaluée, toutefois :
– Une étude a utilisé une version modifiée du MET-HV et du MET-SV pour mesurer le changement à la suite d’une intervention ;
– Une étude a utilisé le MET-HV et le VMET pour détecter le changement dans les compétences multitâches de clients ayant subi un AVC, à la suite d’une intervention.
Acceptabilité Le MET fournit une évaluation fonctionnelle des fonctions exécutives, car il permet aux clients de participer à des activités de la vie réelle.
Faisabilité L’administration du MET requiert l’accès à une zone commerciale, ce qui n’est pas toujours réalisable dans un contexte clinique typique. Certaines tâches peuvent nécessiter une adaptation selon le contexte de réadaptation. La durée d’administration peut être longue. La validité écologique est appuyée.
Comment obtenir l’outil ?

Le Baycrest MET est disponible auprès de l’auteur : ddawson@research.baycrest.org

Propriétés psychométriques

Résumé

Une revue de littérature a été menée pour identifier les publications sur les propriétés psychométriques du Multiple Errands Test (MET) pertinentes pour une population de patients ayant subi un AVC. Sur les dix études examinées, huit études comprenaient une population mixte de patients ayant des lésions cérébrales acquises, incluant des AVC. Les études ont examiné les propriétés psychométriques du MET original, de l’Hospital Version (MET-HV), de la Simplified Version (MET-SV), du Baycrest MET (BMET) et du Virtual MET (VMET), comme indiqué dans les résumés ci-dessous. Bien que les recherches indiquent que le MET démontre une validité et une fidélité adéquate dans les populations ayant des lésions cérébrales acquises, incluant des AVC, de nouvelles recherches concernant la sensibilité au changement de la mesure sont justifiées.

Effets plancher/plafond

Aucune étude n’a examiné les effets de plancher ou de plafond du MET.

Fidélité

Cohérence interne :
Knight, Alderman & Burgess (2002) ont calculé la cohérence interne du MET-HV auprès d’un échantillon de 20 patients ayant une lésion cérébrale chronique acquise (lésion cérébrale traumatique, n = 12 ; AVC, n = 5 ; lésion cérébrale traumatique et AVC, n = 3) et de 20 sujets témoins en bonne santé appariés quant au sexe, à l’âge et au QI, en utilisant un alpha de Cronbach. La cohérence interne s’est avérée adéquate (α = 0,77).

Test-retest :
Aucune étude n’a examiné la fidélité test-retest du MET.

Intra-juge :
Aucune étude n’a examiné la fidélité intra-juge du MET.

Inter-juges :
Knight, Alderman & Burgess (2002) ont calculé la fidélité inter-juges des catégories d’erreurs du MET-HV auprès d’un échantillon de 20 patients ayant une lésion cérébrale chronique acquise (lésion cérébrale traumatique, n =12 ; AVC, n = 5 ; lésion cérébrale traumatique et AVC, n= 3) et de 20 sujets témoins en bonne santé appariés quant au sexe, à l’âge et au QI, en utilisant des coefficients de corrélation intraclasse (CCI). Les participants ont été évalués par deux évaluateurs. La fidélité inter-juges s’est avérée excellente (CCI allant de 0,81-1,00). La catégorie d’erreur « transgression de règles » a démontré la plus forte fidélité inter-juges (CCI = 1,00).

Dawson, Anderson, Burgess, Cooper, Krpan et Stuss (2009) ont examiné la fidélité inter-juges du BMET auprès de clients ayant subi un AVC (n = 14), ou ayant une lésion cérébrale traumatique (n = 13), et des témoins appariés en bonne santé (n = 25), en utilisant des CCI et des modèles à effets aléatoires à deux facteurs. Les participants ont été évalués par 2 évaluateurs. La fidélité inter-juges allait d’adéquate à excellente pour les 5 mesures sommaires utilisées : moyenne du nombre de tâches complétées correctement (CCI = 0,80), moyenne du nombre de règles respectées (CCI = 0,71), moyenne du nombre d’erreurs totales (CCI = 0,82), moyenne du nombre total de règles transgressées (CCI = 0,88) et moyenne du nombre de demandes d’aide (CCI = 0,71).

Validité

Contenu :
Shallice & Burgess (1991) ont évalué le MET auprès d’un échantillon de 3 patients ayant une lésion cérébrale traumatique qui ont démontré un rendement supérieur à la moyenne sur les mesures d’aptitude générale et un rendement normal ou presque normal sur les tests du lobe frontal, et de 9 témoins appariés quant à l’âge et au QI. Les participants ont été suivis par deux observateurs et ont été cotés selon le nombre d’erreurs (inefficacité, transgression de règles, mauvaise interprétation, échec de la tâche et score total) et une observation qualitative. Les patients ont démontré un rendement qualitativement et quantitativement altéré, en particulier concernant la transgression de règles et l’inefficacité. Le sous-test le plus difficile s’est avéré la partie la moins sensible de la procédure et présentait des difficultés à la fois pour les patients et les sujets témoins.

Critère :
Concourante :
Aucune étude n’a examiné la validité concourante du MET auprès de la population ayant subi un AVC.

Prédictive :
Maier, Krauss et Katz (2011) ont examiné la validité prédictive du MET-HV en relation avec la participation communautaire auprès d’un échantillon de 30 patients atteints de lésions cérébrales acquises, incluant des AVC (n = 19). La participation communautaire a été mesurée à l’aide de l’échelle participation Index (M2PI) du Mayo-Portland Adaptability Inventory (MPAI-4), complétés en dyade par le participant et son proche aidant. Le MET-HV a été administré 1 semaine avant le congé de la réadaptation et le M2PI a été administré 3 mois après le congé. Les analyses ont été effectuées à l’aide des corrélations de Pearson et du contrôle de corrélations partielles pour l’état cognitif à l’aide des scores du domaine Cognitif de la MIF. Tel que prévu, les scores d’erreur les plus élevés du MET-HV ont corrélés aux restrictions plus importantes dans la participation communautaire. Des corrélations adéquates ont été relevées entre le score total du M2PI et le score total d’erreur du MET-HV des participants et des proches aidants (respectivement, r = 0,403, 0,510), les inefficacités (respectivement, r = 0,353, 0,524) et les infractions aux règles (respectivement, r = 0,361, 0,449). La capacité du score d’erreur total du MET de prédire le score du M2PI est demeurée significative, mais faible après le contrôle des corrélations partielles pour l’état cognitif à l’aide des scores du domaine Cognitif de la MIF (r = 0,212).

Construit :
Convergente/Discriminante :
Knight, Alderman et Burgess (2002)* ont examiné la validité convergente du MET-HV en le comparant avec des tests de QI et de fonctionnement cognitif, des tests traditionnels du lobe frontal et des tests de fonction exécutive écologiquement sensibles, auprès d’un échantillon de 20 patients atteints de lésions cérébrales chroniques acquises (traumatisme cérébral, n = 12 ; AVC, n = 5, TCC et ACV, n = 3). Les tests de QI et de fonctionnement cognitif comprenaient le National Adult Reading TestRevised Full Scale Intelligence Quotient (NART-R FSIQ), la Weschler Adult Intelligence ScaleRevised Full Scale Intelligence Quotient (WAIS-R FSIQ), l’Adult Memory and Information Processing Battery (AMIPB), le Rivermead Behavioural Memory Test (RBMT) et la Visual Objects and Space Perception battery (VOSP). Les tests du lobe frontal comprenaient le Cognitive Estimates Test (CET), le Modified Card Sorting Test (MCST), le Tower of London Test (TOLT) et des versions de tests de manipulation et d’alternance des mains. Les tests des fonctions exécutives écosensibles comprenaient le Behavioural Assessment of the Dysexecutive Syndrome battery (BADS) et le Test of Everyday Attention (TEA) Map Search and Visual Elevator tasks. Le questionnaire Dysexecutive (DEX) a également été utilisé auprès des proches aidants en raison d’un manque d’introspection des personnes atteintes de lésions cérébrales. Après un ajustement de Bonferroni, d’excellentes corrélations ont été relevées entre le pourcentage d’erreurs persévérantes du MCST avec les ruptures de règle MET-HV (r=0,66) et les erreurs totales du MET-HV (r=0,67). D’excellentes corrélations ont été relevées entre le score du profil BADS et les échecs des tâches du MET-HV (r = -0,58), les échecs d’interprétation (r = 0,64) et les erreurs totales (r = -0,57). D’excellentes corrélations ont également été relevées entre le facteur d’intentionnalité DEX et les échecs des tâches du MET-HV (r = 0,70). De plus, la relation entre le MET-HV et le DEX a été réévaluée pour contrôler d’éventuels effets confondants ; le contrôle de la variable d’âge, la familiarité et la fonction de mémoire relatives aux échecs des tâches du MET-HV ont donné d’excellentes corrélations entre le score total DEX (r = 0,79) et l’inhibition DEX (r = 0,69), l’intentionnalité (r = 0,76) et la mémoire exécutive (r = 0,67). Des corrélations adéquates ont été relevées entre le score du profil RBMT et le nombre d’échecs des tâches du MET-HV (r=-0.57). Aucune corrélation significative n’a été notée entre le MET et les autres tests de QI et de fonction cognitive (MET-HV, NART-R FSIQ, WAIS-R FSIQ, AMIPB, VOSP), de même qu’avec les autres tests du lobe frontal (fluidité verbale, CET, TOLT, manipulation et alternance des mains), les autres tests écologiquement sensibles (TEA Map Search and Visual Elevator tasks) et les autres facteurs DEX (effet positif, effet négatif).
Note : Les corrélations initiales ont été mesurées en utilisant les coefficients de corrélation de Pearson et les niveaux de signification ont ensuite fait l’objet d’un ajustement de Bonferroni pour tenir compte des comparaisons multiples ; les résultats présentés indiquent des corrélations significatives après l’ajustement de Bonferroni.

Rand, Rukan, Weiss & Katz (2009a)* ont examiné la validité convergente du MET-HV en le comparant à des mesures des fonctions exécutives et des Activités de la vie domestique auprès d’un échantillon de 9 patients en phase subaiguë ou chronique de récupération post-AVC, en utilisant les coefficients de corrélation de Spearman. Les fonctions exécutives ont été mesurées en utilisant le BADS Zoo Map test et les Activités de la vie domestique ont été mesurées en utilisant le questionnaire AVD. D’excellentes corrélations négatives ont été relevées entre le BADS Zoo Map test et les mesures du MET-HV quant au nombre total d’erreurs (r = -0,93), d’erreurs partielles dans l’accomplissement de tâches (r = -0,80), d’erreurs de non-efficience (r = -0,86) et du temps pour accomplir le MET (r = -0,79). D’excellentes corrélations ont également été relevées entre le questionnaire AVD et le nombre d’erreurs de transgression de règles (r = 0,80) et le nombre total d’erreurs (r = -0,76) du MET-HV.

Maier, Krauss & Katz (2011)* ont examiné la validité convergente du MET-HV en le comparant au score du domaine Cognitif de la MIF auprès d’un échantillon de 30 patients ayant des lésions cérébrales acquises, incluant des AVC (n = 19), en utilisant une analyse de corrélation de Pearson. Une excellente corrélation négative a été relevée entre le score d’erreurs totales du MET-HV et le score du domaine Cognitif de la MIF (r = -0,67).

Alderman, Burgess, Knight et Henman (2003)* ont examiné la validité convergente du MET-SV en le comparant avec des tests de QI, de fonction exécutive et de capacités exécutives quotidiennes auprès de 50 clients atteints de lésions cérébrales, incluant des AVC (n=9). Les tests neuropsychologiques comprenaient le WAIS-R FSIQ, le BADS, le Cognitive Estimates Test, le FAS verbal fluency test, une version modifiée du Wisconsin Card Sorting Test (MWCST) et le DEX. Des corrélations adéquates ont été relevées entre les erreurs d’échec des tâches du MET-SV et WAIS-R FSIQ (r = -0,32), les erreurs persévérantes du MWCST (r = 0,39), le score du profil BADS (r = -0,46) et les sous-tests Zoo-Map (r = -0,46) et le Six Element Test (r = -0,41). Des corrélations adéquates ont également été relevées entre les ruptures de règles sociales du MET-SV et les estimations cognitives (r = -0,33), et entre les ruptures de règles de tâches du MET-SV, les ruptures de règles sociales et les ruptures de règles totales et le sous-test BADS Action Program (respectivement, r = -0,42, -0,40 et -0,43). Des corrélations négatives allant de faibles à adéquates ont été relevées entre les ruptures des règles DEX et MET-SV (r = -0,30), les échecs de tâches (r = -0,25) et les erreurs totales (r = -0,37).

Dans une analyse de sous-groupe d’individus ayant des lésions cérébrales qui ont réussi les tests habituels de fonctions exécutives, mais qui ont échoué le MET-SV (n = 17), des corrélations allant d’adéquates à excellentes ont été relevées entre l’inefficacité au MET-SV et les facteurs DEX d’intentionnalité et d’affect négatif (r = 0,59; -0,76) ; la mauvaise interprétation au MET-SV et l’inhibition et le total au DEX (r = -0,67; -0,57) ; le total et la transgression de règles réelles au MET-SV et l’inhibition (r = -0,70; 0,66), l’intentionnalité (r = 0,60; 0,64) et le total (r = -0,57; 0,59) au DEX ; la transgression de règles sociales au MET-SV et l’affect positif et négatif au DEX (r = 0,79; -0,59) ; l’échec de la tâche au MET-SV et l’inhibition et l’affect positif au DEX (r = -0,58; -0,52), les erreurs totales au MET-SV et l’intentionnalité au DEX (r = 0,67).

Dawson et al (2009)* ont examiné la validité convergente du BMET en le comparant avec d’autres mesures d’AVD et de la fonction quotidienne auprès de 14 clients ayant subi un AVC, en utilisant la corrélation de Pearson. Parmi les autres mesures, mentionnons le DEX (autre rapport significatif), le Stroke Impact Profile (SIP), l’Assessment of Motor and Process Skills (AMPS) et le Mayo Portland Adaptability Inventory (MPAI) (autre rapport significatif). D’excellentes corrélations ont été relevées entre le nombre de rupture de règles du BMET et les scores du domaine Physique (r = 0,78) et Comportement affectif (r = 0,64) du SIP, et le score du domaine Moteur de l’AMPS (r = -0,75). Une corrélation adéquate a été relevée entre le temps de BMET jusqu’à la fin du programme et le score du domaine Physique du SIP (r = 0,54).

Rand et al. (2009a)* ont examiné la corrélation négative du questionnaire IADL entre le BADS Zoo Map et la mesure de résultat d’erreurs de non-efficience au VMET (r = -0,87), et entre l’IADL et le nombre total d’erreurs au VMET (r = -0,82).

Rand et al (2009a)* ont examiné la validité convergente du VMET en le comparant avec le test BADS Zoo Map et le questionnaire AVD avec le même échantillon de 9 patients en phase subaiguë et chronique de récupération post-AVC, en utilisant des coefficients de corrélation Spearman. Une excellente corrélation négative a été relevée entre le test BADS Zoo Map et la mesure du VMET pour les d’erreurs de non-efficience (r = -0,87), et entre le quationnaire AVD et le nombre total d’erreurs du VMET (r = -0,82).

Rand et al. (2009a) ont également examiné les relations entre les scores du VMET et ceux au MET-HV en utilisant les coefficients de corrélation de Spearman et de Pearson. Chez les patients ayant subi un AVC, d’excellentes corrélations ont été relevées entre les mesures du MET-HV et du VMET pour le nombre total d’erreurs (r = 0,70), les erreurs partielles dans l’accomplissement de tâches (r = 0,88) et les erreurs de non-efficience (r = 0,73). L’analyse de l’ensemble de la population a indiqué des corrélations allant d’adéquates à excellentes entre les mesures du MET-HV et du VMET pour le nombre total d’erreurs (r = 0,77), les erreurs complètes d’accomplissement d’une tâche (r = 0,63), les erreurs partielles dans l’accomplissement de tâches (r = 0,80), les erreurs de non-efficience (r = 0,72) et l’utilisation de stratégies (r = 0,44), mais pas pour les erreurs de transgression de règles.

Raspelli et al (2010) ont examiné la validité convergente du VMET en le comparant avec des tests neuropsychologiques auprès de 6 clients ayant subi un AVC et 14 sujets sains. Les mesures du VMET comprenaient le temps, la recherche d’item dans le bon secteur, l’attention soutenue, le maintien de la séquence et l’absence de persévérance. Les tests neuropsychologiques comprenaient le Trail Making Test, le Corsi spatial memory supra-span test, le Street’s Completion Test, le Semantic Fluencies et le Tower of London test. D’excellentes corrélations ont été relevées entre la variable « temps » du VMET et le Semantic Fluencies test (r = -0,87) et le Tower of London test (r = -0,82) ; entre la variable « objet recherché dans la bonne zone » du VMET et le Trail Making Test (r = 0.96) ; et entre les variables « attention soutenue », « séquence maintenue » et « aucune persévérance » du VMET et le Corsi spatial memory supra-span test (r = 0,84) et le Street’s Completion Test (r = -0,86).

Raspelli et al (2012) ont examiné la validité convergente du VMET en le comparant avec le Test of Attentional Performance (TEA) auprès de 9 clients ayant subi un AVC. Les mesures du VMET comprenaient le temps, les erreurs, les inefficacités, les ruptures de règles, les stratégies, les échecs d’interprétation et les échecs de tâches partielles. Les auteurs ont relevé d’excellentes corrélations entre la variable « temps » du VMET, les inefficacités et les erreurs totales, et le TEA (intervalle r = -0,67 à 0,81).
Note : D’autres tests neurophysiologiques ont été administrés, mais les corrélations ne sont pas documentées (le Mini Mental Status Examination (MMSE), l’Inventaire de dépression de Beck (IDB), le State and Trait Anxiety Index (STAI), le Behavioural Inattention Test (BIT) – le Star Cancellation Test, le Brief Neuropsychological Examination (ENB) – le Token Test, le Street’s Completion Test, le Stroop Colour-Word Test, l’Iowa Gambling Task, le DEX et l’ADL/IADL Tests).
*Note : Les corrélations entre le MET et d’autres mesures des fonctions exécutives habituelles et des Activités de la vie domestique appuient également la validité écologique du MET (comme indiqué par les auteurs de ces articles).

Groupes connus :
Knight, Alderman & Burgess (2002) ont examiné la validité des groupes connus du MET-HV auprès d’un échantillon de 20 patients ayant une lésion cérébrale chronique acquise (lésion cérébrale traumatique, n = 12 ; AVC, n = 5; lésion cérébrale traumatique et AVC, n =3) et de 20 sujets témoins en bonne santé (membres du personnel hospitalier) appariés quant au sexe, à l’âge et au QI*. Les clients ayant une lésion cérébrale ont fait beaucoup plus de transgressions de règles (p = 0,002) et d’erreurs totales (p < 0,0001), et ont accompli beaucoup moins de tâches (p < 0,001) que les sujets témoins. Les clients ayant une lésion cérébrale ont utilisé beaucoup plus de stratégies, telles que regarder une carte (p = 0,008) et lire les enseignes (p = 0,006), bien que l’utilisation de stratégies ait eu peu d’effet sur le rendement au test. Le test a été en mesure de faire la distinction entre les individus ayant une lésion cérébrale acquise et les témoins en bonne santé.
* Le QI a été mesuré en utilisant le National Adult Reading TestRevised Full Scale Intelligence Quotient (NART-R FSIQ).

Rand et al. (2009a) ont examiné la validité des groupes connus du MET-HV auprès de 9 patients en phase subaiguë et chronique de récupération post-AVC, 20 jeunes adultes en bonne santé, et 20 adultes âgés en bonne santé, en utilisant le Kruskal Wallis H. Les patients ayant subi un AVC ont fait plus d’erreurs que les adultes âgés sur les mesures du VMET ; erreurs totales, erreurs dans l’accomplissement de tâches, erreurs partielles dans l’accomplissement de tâches, et erreurs de non-efficience, mais pas d’erreurs de transgression de règles ou d’erreurs d’utilisation de stratégies. Les adultes âgés ont fait plus d’erreurs que les jeunes adultes sur les mesures du VMET ; erreurs totales, erreurs partielles dans l’accomplissement de tâches et erreurs de non-efficience, mais pas d’erreurs dans l’accomplissement de tâches, d’erreurs de transgression de règles ou d’erreurs d’utilisation de stratégies.

Alderman et al. (2003) ont examiné la validité des groupes connus du MET-SV auprès de 46 individus sans antécédent de maladie neurologique (membres du personnel hospitalier) et 50 clients ayant des lésions cérébrales, dont des AVC (n = 9), en utilisant une série de tests t. Les clients ayant une lésion cérébrale ont significativement fait plus de transgression de règles (t = 4,03), d’échec de la tâche (t = 10,10), d’erreurs totales (t = 7,18) et de transgression de règles sociales (chi carré = 4,3) que les individus sans antécédent de maladie neurologique. Les résultats concernant les erreurs ont été préservés lorsque des comparaisons entre groupes ont été répétées en utilisant l’âge, la familiarité et la capacité cognitive (mesurée par le NART-R FSIQ) comme covariables (respectivement, F = 11,79 ; 40,82 ; 27,92). Une différence significative dans l’échec de la tâche a été relevée entre les groupes après avoir covarié l’âge, le QI (mesuré par le WAIS-R FSIQ) et la familiarité avec le centre commercial (F = 11,57). Les clients ayant une lésion cérébrale ont fait environ trois fois plus d’erreurs que les individus en santé. Pour les deux groupes, la transgression de règles et l’échec de la tâche se sont avérées les erreurs les plus communes.

Dawson et al. (2009) ont examiné la validité des groupes connus du BMET auprès de 14 clients ayant subi un AVC et 13 témoins appariés en bonne santé, en utilisant une série de tests t. Les clients ayant subi un AVC ont significativement obtenu de moins bons résultats sur le nombre de tâches accomplies correctement (d = 0,84 ; p < 0,05), la transgression de règles (d = 0,92 ; p < 0,05) et le total d’échecs (d = 1,05 ; r < 0,01). La proportion de membres du groupe qui ont accompli moins de 40% (< 5) des tâches correctement s’est également avérée significativement différente entre les deux groupes (28% des clients ayant subi un AVC vs 0% des témoins appariés en bonne santé, p < 0,05).
Note : d correspond à l’ampleur de l’effet ; les ampleurs de l’effet ≥ 0,7 sont considérés comme grandes.

Rand et al. (2009a) ont examiné la validité des groupes connus du VMET auprès d’un échantillon de 9 patients en phase subaiguë et chronique de récupération post-AVC, 20 jeunes adultes en bonne santé, et 20 adultes âgés en bonne santé, en utilisant le Kruskal Wallis H. Les patients ayant subi un AVC ont fait plus d’erreurs que les adultes âgés sur toutes les mesure du VMET, sauf pour les erreurs de transgression de règles. Les adultes âgés ont fait plus d’erreurs que les jeunes adultes sur tous les résultats au VMET, sauf pour les erreurs d’utilisation de stratégies.

Raspelli et al. (2010) ont examiné la validité des groupes connus du VMET auprès de 6 clients ayant subi un AVC et 14 sujets en bonne santé. Des différences significatives entre les groupes ont été relevées au niveau du temps pris pour accomplir la tâche (plus élevé chez les sujets en bonne santé), et dans l’erreur partielle « Objectif de la tâche maintenu jusqu’à la fin ».

Raspelli et al. (2012) ont examiné la validité des groupes connus du VMET auprès de 9 clients ayant subi un AVC, 10 jeunes adultes en bonne santé, et 10 adultes âgés en bonne santé, en utilisant les procédures Kruskal-Wallis. Les résultats ont démontré que les clients ayant subi un AVC ont obtenu des cotes inférieures aux adultes âgés au niveau du temps et des erreurs au VMET, et que les adultes âgés ont obtenu des cotes inférieures aux jeunes adultes au niveau du temps et des erreurs au VMET.

Sensibilité/Spécificité :
Knight, Alderman & Burgess (2002) ont étudié la sensibilité et la spécificité du MET-HV auprès d’un échantillon de 20 patients ayant une lésion cérébrale chronique acquise (lésion cérébrale traumatique, n = 12 ; AVC, n = 5 ; lésion cérébrale traumatique et AVC, n = 3) et de 20 sujets témoins en bonne santé appariés quant au sexe, à l’âge et au QI*. Un score seuil de ≥ 7 erreurs (c’est-à-dire le 5e percentile d’erreurs totales des sujets témoins) a conduit à une identification correcte de 85% des participants ayant une lésion cérébrale acquise (85% de sensibilité, 95% de spécificité).
* Le QI a été mesuré en utilisant le National Adult Reading TestRevised Full Scale Intelligence Quotient (NART-R FSIQ).

Alderman et al. (2003) ont examiné la sensibilité et de la spécificité du MET-SV auprès de 46 individus sans antécédent de maladie neurologique, et de 50 clients ayant des lésions cérébrales, incluant des AVC (n = 9). L’utilisation d’un score seuil de ≥ à 12 erreurs (c’est-à-dire le 5e percentile des témoins) a conduit à définir 44% de sensibilité (c’est-à-dire la classification correcte des clients ayant une lésion cérébrale) et 95,3% de spécificité (c’est-à-dire la classification correcte des individus en bonne santé). Les auteurs soulignent que la dérivation d’une mesure unique fondée que sur le nombre d’erreurs omet de considérer les différences qualitatives intergroupes du rendement. Par conséquent, les scores d’erreurs ont été recalculés pour tenir compte de la « normalité » du type d’erreur, avec une pondération d’erreurs en fonction de la prévalence dans le groupe de témoins en bonne santé (erreurs acceptables observées chez 95% des témoins en bonne santé = 1 ; erreurs démontrées par ≥ 5% des témoins en bonne santé = 2 ; erreurs propres au groupe de patients = 3). L’utilisation d’un score seuil de ≥ à 12 erreurs (5e percentile des témoins) a conduit à définir 82% de sensibilité et 93,5% de spécificité. Le MET-SV s’est avéré plus sensible que les tests habituels des fonctions exécutives (Cognitive Estimates, FAS Verbal Fluency, MWCST) et les scores de catégories d’erreurs du MET-SV se sont avérés hautement prédictifs des cotes de symptômes exécutifs des patients qui ont réussi les tests habituels des fonctions exécutives, mais qui ont échoué la tâche de magasinage du MET-SV.

Sensibilité au changement

Deux études ont utilisé le MET (MET-HV, VMET et la version modifiée du MET-HV et du MET-SV) pour mesurer le changement à la suite d’une intervention.

Novakovic-Agopian et al. (2011) ont développé une version modifiée du MET-HV et du MET-SV destinée à être utilisée dans des milieux hospitaliers locaux. Ils ont développé trois formes alternatives qui ont été utilisées dans une étude pilote examinant l’effet de la formation d’autorégulation attentionnelle axée sur les objectifs auprès d’un échantillon de 16 patients ayant des lésions cérébrales chroniques, incluant un AVC ou une hémorragie cérébrale (n = 3). Un schéma croisé pseudo-aléatoire a été utilisé. Durant les 5 premières semaines, un groupe (groupe A) a complété la formation d’autorégulation attentionnelle axée sur les objectifs, alors que l’autre groupe (groupe B) n‘a reçu qu’une séance d’enseignement éducatif de 2 heures. Dans la phase subséquente, les conditions ont été échangées, de telle sorte que le groupe B a reçu la formation d’objectifs, alors que ceux dans le groupe A ont reçu l’enseignement éducatif. À la 5e semaine, le groupe qui a reçu la formation d’objectifs en premier a démontré une réduction significative d’échecs de la tâche (p < 0,01), alors que le groupe qui a reçu la séance éducative n’a démontré aucune amélioration significative dans les scores au MET. De la 5e semaine à la 10e semaine, aucun changement significatif n’a été relevé sur les scores du MET dans aucun des deux groupes.

Rand, Weiss et Katz (2009b) ont utilisé le MET-HV et le VMET pour détecter le changement dans les compétences multitâches de 4 clients en phase subaiguë de récupération post-AVC, après une intervention de réalité virtuelle utilisant le supermarché virtuel VMall. Les clients ont démontré un rendement amélioré sur les deux mesures à la suite de 3 semaines d’entraînement multitâches en utilisant le supermarché virtuel VMall.

Références

  • Alderman, N., Burgess, P.W., Knight, C., & Henman, C. (2003). Ecological validity of a simplified version of the multiple errands shopping test. Journal of the International Neuropsychological Society, 9, 31-44.
  • Dawson, D.R., Anderson, N.D., Burgess, P., Cooper, E., Krpan, K.M., & Stuss, D.T. (2009). Further development of the Multiple Errands Test: Standardized scoring, reliability, and ecological validity for the Baycrest version. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 90, S41-51.
  • Knight, C., Alderman, N., & Burgess, P.W. (2002). Development of a simplified version of the Multiple Errands Test for use in hospital settings. Neuropsychological Rehabilitation, 12(3), 231-255.
  • Maier, A., Krauss, S., & Katz, N. (2011). Ecological validity of the Multiple Errands Test (MET) on discharge from neurorehabilitation hospital. Occupational Therapy Journal of Research: Occupation, Participation and Health, 31(1) S38-46.
  • Novakovic-Agopian, T., Chen, A.J.W., Rome, S., Abrams, G., Castelli, H., Rossi, A., McKim, R., Hills, N., & D’Esposito, M. (2011). Rehabilitation of executive functioning with training in attention regulation applied to individually defined goals: A pilot study bridging theory, assessment, and treatment. The Journal of Health Trauma Rehabilitation, 26(5), 325-338.
  • Novakovic-Agopian, T., Chen, A. J., Rome, S., Rossi, A., Abrams, G., Dʼesposito, M., Turner, G., McKim, R., Muir, J., Hills, N., Kennedy, C., Garfinkle, J., Murphy, M., Binder, D., Castelli, H. (2012). Assessment of Subcomponents of Executive Functioning in Ecologically Valid Settings: The Goal Processing Scale. The Journal of Health Trauma Rehabilitation, 2012 Oct 16. [Epub ahead of print]
  • Rand, D., Rukan, S., Weiss, P.L., & Katz, N. (2009a). Validation of the Virtual MET as an assessment tool for executive functions. Neuropsychological Rehabilitation, 19(4), 583-602.
  • Rand, D., Weiss, P., & Katz, N. (2009b). Training multitasking in a virtual supermarket: A novel intervention after stroke. American Journal of Occupational Therapy, 63, 535-542.
  • Raspelli, S., Carelli, L., Morganti, F., Poletti, B., Corra, B., Silani, V., & Riva, G. (2010). Implementation of the Multiple Errands Test in a NeuroVR-supermarket: A possible approach. Studies in Health Technology and Informatics, 154, 115-119.
  • Raspelli, S., Pallavicini, F., Carelli, L., Morganti, F., Pedroli, E., Cipresso, P., Poletti, B., Corra, B., Sangalli, D., Silani, V., & Riva, G. (2012). Validating the Neuro VR-based virtual version of the Multiple Errands Test: Preliminary results. Presence, 21(1), 31-42.
  • Shallice, T. & Burgess, P.W. (1991). Deficits in strategy application following frontal lobe damage in man. Brain, 114, 727-741.

Voir la mesure

Comment obtenir le Multiple Errands Test ?

Voir les documents ci-dessous pour les instructions de test de la Simplified Version (MET-SV) et de l’Hospital Version (MET-HV) :

  • Alderman, N., Burgess, P.W., Knight, C., & Henman, C. (2003). Ecological validity of a simplified version of the multiple errands shopping test.Journal of the International Neuropsychological Society, 9, 31-44.
  • Knight, C., Alderman, N., & Burgess, P.W. (2002). Development of a simplified version of the Multiple Errands Test for use in hospital settings.Neuropsychological Rehabilitation, 12(3), 231-255.

Le Baycrest MET peut être obtenu en contactant l’auteur : ddawson@research.baycrest.org

Table des matières
Qu’en pensez-vous ?