Stimulation électrique fonctionnelle – membre inférieur

Évidence révisées en date du 16-07-2012
Auteur(s)* : Émilie Comtois-Laurin, BSc PT ; Catherine Kaley, BSc PT, BSc Exercise Science ; Christopher Mares, BSc PT ; Megan Robinson, BSc PT ; Amy Henderson, PhD Student, Neuroscience ; Nicol Korner-Bitensky, PhD OT ; Elissa Sitcoff, BA BSc ; Anita Petzold, BSc OT ; Amy Henderson, PhD ; Annabel McDermott, OT
Information aux patients/familles Table des matières

Introduction

La Stimulation Électrique Fonctionnelle (SEF), aussi appelée Stimulation Fonctionnelle Neuromusculaire (SFN) ou tout simplement stimulation électrique (SE), est une modalité utilisée pour assister ou remplacer les contractions musculaires volontaires pendant des activités fonctionnelles en appliquant un courant électrique de faible intensité sur les nerfs qui contrôlent les muscles ou directement sur la plaque motrice du muscle (comme un stimulateur fait battre le muscle cardiaque).

La Stimulation Neuromusculaire Électrique, ou tout simplement stimulation électrique (SE), est une modalité utilisée pour renforcer les muscles. La SE peut être considérée comme un SEF quand une contraction musculaire est facilitée pendant une activité fonctionnelle.

Ce module résume les preuves scientifiques de l’efficacité de la SEF dans le traitement des membres inférieurs post-AVC (la SEF de l’épaule et des membres supérieurs sont examinées dans des modules séparés). La TENS ainsi que les autres stimulations électriques thérapeutiques qui ne produisent pas de contraction musculaire sont également étudiées dans d’autres modules.

NOTE : Les études portant sur l’utilisation de médicaments tels que le Botox ne sont pas inclus dans nos analyses.

Information aux patients/familles

Auteurs* : Erica Kader; Nicol Korner-Bitensky, PhD OT; Elissa Sitcoff, BA BSc;

Qu’est-ce que la stimulation électrique fonctionnelle ?

La stimulation électrique fonctionnelle (SEF) est une technique qui amène un muscle à se contracter par l’utilisation d’un courant électrique. Cela peut paraître étrange, mais il faut préciser que le corps utilise naturellement des courants électriques pour faire bouger les muscles. Normalement, quand une partie du corps doit bouger, le cerveau envoie des signaux électriques par le biais du système nerveux. Les nerfs, qui jouent le rôle de fils électriques, transmettent ces signaux aux muscles, leur commandant de se contracter. Cette contraction amène la partie du corps – par exemple, les chevilles, les poignets, les coudes – à bouger de façon contrôlée et délibérée. Après un AVC, certains de ces signaux électriques ne fonctionnent pas aussi bien qu’ils le devraient, de sorte que les patients ont de la difficulté à marcher et à coordonner leurs mouvements. Ils peuvent aussi ressentir des douleurs et de la raideur.

Quand le thérapeute recourt à la SEF comme intervention après un AVC, il applique un courant électrique soit à la surface de la peau sur le nerf, soit sur le muscle, ce qui provoquera une contraction musculaire.

L’idée derrière la SEF est qu’elle permet aux muscles qui sont paralysés ou partiellement paralysés à la suite d’un AVC de bouger de nouveau. La stimulation électrique appliquée au muscle est contrôlée de sorte que le mouvement produit aura une fonction utilitaire plutôt qu’un mouvement aléatoire. Les aides à la SEF traduisent les données contrôlées par le patient en schémas qui produiront le mouvement souhaité dans les muscles paralysés.

Ce module étudie l’utilisation de la SEF lorsqu’il y a perte de fonction, douleur ou spasticité (raideur) au niveau de la jambe et du pied. Il existe aussi une intervention utilisant la stimulation électrique qui ne provoque pas de contraction musculaire. On parle alors de Stimulation neuromusculaire électrique transcutanée (TENS), une technique décrite dans un autre module d’Info AVC (à venir bientôt).

Existe-t-il différentes sortes de SEF ?

Oui, et vous verrez qu’elles portent différents noms : la stimulation électrique fonctionnelle, la stimulation neuromusculaire fonctionnelle et la stimulation électrique. Mais elles ont toutes pour objectif de stimuler la contraction musculaire qui à son tour peut conduire à augmenter la fonction, la force et les mouvements, ainsi qu’à diminuer la douleur et la spasticité. La SEF peut être utilisée sur différentes parties du corps (bras, jambes, épaules, etc.) et aussi sur des muscles spécifiques afin de réaliser des objectifs différents. Par exemple, dans la SEF pour le membre inférieur, un thérapeute peut appliquer la stimulation aux quadriceps (muscles de la cuisse) afin d’aider le patient à marcher. Deux autres modules d’Info AVC ont pour sujet d’autres types de SEF, notamment Stimulation électrique fonctionnelle pour l’épaule hémiplégique et Stimulation électrique fonctionnelle pour le membre supérieur.

Pourquoi utiliser la SEF sur la jambe après un AVC ?

La perte de fonction, de mouvement et de force de la jambe est courante après un AVC et altère la marche et la position debout. Ceci arrive parce que les muscles sont paralysés et ne peuvent pas recevoir d’impulsions électriques du cerveau. La douleur et la spasticité sont également fréquentes après un AVC. La SEF peut être utile pour augmenter la fonction de la jambe ainsi que pour prévenir la douleur et le dysfonctionnement après un AVC.

Cela fonctionne-t-il pour les AVC ?

Des chercheurs ont étudié comment la SEF pouvait aider les patients ayant subi un AVC par ses effets sur les muscles de la jambe et du pied :

  • Force de contraction musculaire :Chez les personnes ayant subi un AVC de 1 à 6 mois auparavant, il a été montré que la SEF renforçait les contractions musculaires.
  • Marche :La SEF a démontré une certaine amélioration de la marche chez des patients étant dans les 6 premiers mois de récupération suite à un AVC. Cependant, la SEF est plus utile chez les personnes ayant subi un AVC il y a plus de 6 mois.
  • État de santé perçu :Des études ont montré que la SEF pour le membre inférieur n’est pas efficace pour améliorer l’état de santé perçu des patients ayant subi un AVC il y a plus de 6 mois.
  • Spasticité (raideur) :La recherche a montré que, combinée à une autre thérapie, la SEF entraînait une réduction de la spasticité quand elle était utilisée chez des patients ayant subi un AVC il y a plus de 6 mois.
  • Amplitude de mouvements (mouvement des articulations) :Il a été montré que la SEF était modérément efficace pour améliorer l’amplitude de mouvements chez les personnes ayant subi un AVC il y a plus de 6 mois, quand elle était combinée à une autre thérapie.
  • Ambulation fonctionnelle (mobilité) :Il y a certaines preuves que la SEF améliore les aptitudes des patients ayant subi un AVC il y a plus de 6 mois à bouger plus facilement.
  • Coordination des membres inférieurs :Une amélioration de la coordination des genoux a été observée chez les patients ayant subi un AVC il y a plus de 6 mois, cependant la coordination globale des jambes et des pieds ne s’est pas améliorée.
  • Niveau d’activité :Les études n’ont pas montré d’amélioration du niveau d’activité après le recours à la SEF chez les patients ayant subi un AVC il y a plus de 6 mois.
  • Équilibre :La recherche a démontré certaines preuves que la SEF n’améliore pas l’équilibre des personnes ayant subi un AVC il y a plus de 6 mois.

Que puis-je en attendre ?

De petits autocollants carrés (électrodes) sont placés au centre de la masse musculaire à stimuler. Des fils électriques relient les électrodes à un stimulateur, un petit appareil qui produit du courant électrique. La stimulation commence habituellement à une intensité très faible, ce qui provoque une sensation de chatouillement comme des piqûres d’aiguilles sur la peau. Le courant sera ensuite augmenté lentement après chaque stimulation, jusqu’à ce qu’il soit suffisamment fort pour contracter le muscle. Cette intensité (le plus faible courant nécessaire pour faire contracter le muscle) sera employée pour le traitement de la SEF.

Bien que certaines personnes trouvent le traitement inconfortable, il est habituellement bien toléré. La SEF peut provoquer un certain désagrément, mais elle est pratiquement indolore. Les temps de traitement peuvent varier, mais la durée du traitement est habituellement divisée en un certain nombre de séances quotidiennes. Les traitements de SEF durent en général de 30 à 45 minutes, mais une fois que tout est en place, vous pouvez procéder aux traitements vous-même ou avec un membre de votre famille.

Y a-t-il des effets secondaires/risques ?

La stimulation électrique fonctionnelle comporte peu de risques. Les électrodes peuvent irriter la peau aux points de contact, mais c’est rare. L’utilisation d’électrodes hypoallergéniques sans latex résoudra le plus souvent ce problème. Des personnes trouvent parfois que certains types de stimulations électriques sont irritants, mais on peut y remédier en changeant l’intensité du courant. Après le traitement, il peut y avoir des marques roses sur la peau à l’endroit où les électrodes ont été placées, mais elles disparaissent en général en l’espace d’une heure. Bien que ce soit rare, ce type de traitement peut augmenter la spasticité (raideur musculaire).

NOTE : Les personnes qui ont de l’épilepsie, une mauvaise qualité de peau, une hypersensibilité à la stimulation électrique, un cancer et un stimulateur cardiaque ne doivent pas recevoir de traitement de SEF.

Qui offre le traitement ?

Les physiothérapeutes ou les ergothérapeutes fournissent habituellement le traitement de SEF. Cependant, en raison de la longue durée de la stimulation, il est possible d’effectuer le traitement chez soi après son congé de l’hôpital. Il faudra donc avoir un stimulateur à domicile. Si vous êtes équipé d’un stimulateur chez vous, des membres de votre famille ou des amis recevront des directives sur la façon de vous aider avec les traitements. Habituellement, une fois les électrodes en place, le reste de la marche à suivre est très simple. Pour faire fonctionner un appareil de SEF, il suffit de le mettre en marche et d’augmenter (lentement et graduellement) l’intensité du courant en appuyant sur un bouton – exactement comme pour mettre en marche une radio et augmenter le volume.

NOTE : Consultez votre thérapeute ou votre professionnel de la santé pour connaître l’utilisation adéquate des modèles spécifiques d’équipement de FES.

Combien de traitements sont nécessaires ?

Certains patients continuent d’utiliser la SEF pendant des années. Pour optimiser les avantages après un AVC, elle doit être utilisée pendant au moins 6 semaines.

Combien cela coûte-t-il ? Les assurances paient-elles ?

Bien que le coût d’un appareil de SEF varie, certains systèmes sont relativement peu coûteux. Les options de location ou location-bail réduisent le coût à l’équivalent d’une ou deux visites en clinique par mois. Certains régimes d’assurance couvrent l’achat ou la location de l’équipement. Vérifiez auprès de votre compagnie d’assurance.

Est-ce que la SEF s’adresse à moi ?

Il est tout à fait prouvé que la stimulation électrique fonctionnelle apporte des avantages par rapport à la thérapie traditionnelle . Ces avantages comprennent la force de contraction accrue et l’amélioration de la marche. Du point de vue de l’activité générale après un AVC, de l’équilibre et de l’état de santé perçu, il n’a pas été démontré que la SEF était plus efficace que la thérapie traditionnelle Dans l’ensemble, la SEF est donc un traitement efficace que vous voudrez peut-être envisager après un AVC. Si vous désirez en savoir plus sur la SEF, adressez-vous à votre spécialiste en réadaptation au sujet de la possibilité d’utiliser ce traitement.

Information aux cliniciens

Note : En passant en revue les résultats dans le tableau synoptique, il est important de noter qu’ils sont toujours faits selon les critères d’essais cliniques randomisés (ECR) – spécifiquement comparés à un groupe témoin. Pour clarifier, les individus recevant le traitement peuvent s’être améliorés comparativement à leur état avant ce traitement MAIS ne se sont pas améliorés sensiblement plus que ceux du groupe témoin (lorsque les deux groupes ont été comparés au moment de l’évaluation post-traitement). La conclusion que vous verrez alors est que le traitement n’est pas efficace voulant dire « plus efficace » que le traitement témoin auquel il a été comparé.

Trente-trois études (13 ECR de haute qualité, 13 ECR de qualité acceptable, deux études quasi-expérimentales et deux études de type pré-post) de même que deux méta-analyses et une revue systématique ont examiné l’efficacité de la stimulation électrique fonctionnelle (SEF) comme moyen d’améliorer la fonction du membre inférieur suite à un AVC.

Tableau des résultats

Pour visualiser le tableau des résultats par auteurs (anglais seulement)

Résultats

Phase aiguë

Activités de la vie quotidienne (AVQ)
Efficace
2A

Deux ECR de qualité acceptable (MacDonell et al., 1994, Kojovic et al., 2009) et une étude quasi-expérimentale (Solopova et al., 2011) ont examiné l’efficacité de la SEF sur les AVQ de patients en phase aiguë post-AVC.

Le premier ECR de qualité acceptable (MacDonell et al., 1994) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la performance dans les activités de la vie quotidienne de 38 patients en phase aiguë post-AVC avec une faiblesse de la flexion dorsale de grade quatre ou moins, selon les mesures du Medical Research Council Scale (MRC). Le groupe d’intervention recevait des séances de SEF cinq fois par semaine durant 4 semaines produisant la dorsiflexion de la cheville de la jambe affectée, en plus de la physiothérapie habituelle ; tandis que le groupe témoin ne recevait seulement que la physiothérapie habituelle. Les résultats ont été mesurés à 4 semaines (post-intervention) et à 8 semaines. Aucune différence significative entre les groupes n’a été observée au niveau de la performance dans les activités de la vie quotidienne après l’intervention (à 4 semaines) ni à 8 semaines de suivi telle que mesurée par l’Indice de Barthel.

Le second ECR de qualité acceptable (Kojovic et al., 2009 ) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer les activités de la vie quotidienne de 13 patients en phase aiguë post-AVC capable de se déplacer avec l’aide d’une canne simple ou d’un appui. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe de thérapie par stimulation électrique (TSE) ou à un groupe témoin, et ont tous participés à un programme de réadaptation habituelle et à des séances de marche. Au cours des séances de marche, les patients ont pu utiliser une canne tripode ou ont été physiquement assistés par le thérapeute qui leur donnait en plus des instructions sur la façon d’améliorer leur patron de marche. Le groupe TSE utilisait un dispositif de stimulateur électrique commandé par capteurs pour stimuler quatre groupes musculaires : quadriceps, ischio-jambiers, soléaire et tibial antérieur de la jambe (côté hémiparétique) pour améliorer la flexion/extension du genou et de la cheville lors de la marche. Les résultats ont été mesurés après l’intervention (à 4 semaines), selon les mesures de l’Indice de Barthel, les résultats étaient significativement plus élevés pour le groupe TSE comparé au groupe témoin (ce qui indique une meilleure performance).

L’étude quasi-expérimentale (Solopova et al., 2011) a assigné de façon pseudo-aléatoire les patient en phase aiguë à un groupe qui recevait de la SEF avec des mouvements assistés passifs/actifs de la jambe représentant la locomotion et une mise en charge progressive (groupe SEF), ou à un groupe qui recevait la réadaptation habituelle (groupe témoin). La SEF a été appliquée sur les muscles soléaire, tibial antérieur, ischio-jambiers, quadriceps, adducteur de la hanche, le grand fessier et le jumeau interne, pendant que les participants effectuaient des mouvements de jambe en position semi-allongée sur une table inclinée. La fonction des AVQ a été mesurée par l’Indice de Barthel ; à deux semaines après l’intervention, une différence significative entre les groupes a été observée sur la fonction des AVQ en faveur du groupe SEF comparé au groupe témoin.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable et d’une étude quasi-expérimentale qui indiquent que la SEF est plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer la performance dans les activités de la vie quotidienne de patients en phase aiguë d’un AVC.

Note : Cependant, un autre ECR de qualité acceptable a constaté que la SEF n’est pas plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer la performance dans les activités de la vie quotidienne de patients en phase aiguë d’un AVC. Les deux ECR de qualité acceptable ont de petits échantillons qui peuvent, en partie, contribuer à justifier des conclusions divergentes entre les études.

Contraction isométrique volontaire maximale (CIVM) et co-contraction EMG
Efficace
1A

Deux ECR de haute qualité (Ferrante et al., 2008, Yan et al., 2005) et une étude quasi-expérimentale (Solopova et al., 2011) ont examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la contraction isométrique volontaire maximale de patients en phase aiguë post-AVC.

Le premier ECR de haute qualité (Ferrante et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la CIVM de 20 patients en phase aiguë post-AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe qui recevait la réadaptation habituelle et des cycles de SEF (un cycle passif de 5 minutes, un cycle de SEF de 10 minutes, un autre cycle passif de 5 minutes, un autre cycle de SEF de 10 minutes et finalement un cycle passif de 5 minutes), ou à un groupe qui ne recevait que la réadaptation habituelle. Les résultats ont été mesurés après l’intervention (à 4 semaines) ; il y avait une différence significative entre les groupes en faveur du groupe de cycles SEF sur la force maximale isométrique des quadriceps, telle que mesurée par la contraction volontaire maximale.

Le second ECR de haute qualité (Yan et al., 2005) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la CIVM de la dorsiflexion et des fléchisseurs plantaires de la cheville de 46 patients patients en phase aiguë post-AVC. Les patients recevaient, pour une période de 3 semaines : 1) la réadaptation habituelle et des cycles de SEF ; 2) la réadaptation habituelle et une stimulation placebo ; 3) uniquement la réadaptation habituelle. Tous les patients ont été mesurés sur la CIVM et sur le ratio de co-contraction EMG durant des dorsiflexions et des flexions plantaires de la cheville à la semaine un, deux, trois et huit. Durant les dorsiflexions de la cheville, le pourcentage d’augmentation des torsions (torque) CIVM et des EMG intégrés du groupe SEF était significativement plus grand que ceux du groupe témoin (à la semaine un), et significativement plus grand que ceux du groupe placebo (à la semaine trois seulement). En outre, le ratio de co- contraction EMG pendant les dorsiflexions de la cheville affectée a montré une réduction significativement plus importante dans le groupe SEF comparé aux autres groupes (à la semaine un et deux), ce qui indique une plus grande amélioration. Au niveau des fléchisseurs plantaires de la cheville, une différence significative entre les groupes en faveur du groupe SEF (comparé aux deux autres groupes) n’a été observée qu’à la semaine trois seulement. Aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur les mesures au suivi de la semaine huit.

L’étude quasi-expérimentale (Solopova et al., 2011) a assigné de façon pseudo-aléatoire les patient en phase aiguë à un groupe qui recevait de la SEF avec des mouvements assistés passifs/actifs de la jambe représentant la locomotion et une mise en charge progressive (groupe SEF), ou à un groupe qui recevait la réadaptation habituelle (groupe témoin). La SEF a été appliquée sur les muscles soléaire, jambier antérieur, ischio-jambiers, quadriceps, adducteur de la hanche, le grand fessier et le jumeau interne, pendant que les participants effectuaient des mouvements de jambe en position semi-allongée sur une table inclinée. Après l’intervention, à deux semaines, il y avait une différence significative entre les groupes sur la contraction maximale isométrique volontaire des muscles fléchisseurs et extenseurs parétiques et les extenseurs non parétiques, en faveur du groupe SEF comparé au groupe témoin. Il y avait également une différence significative entre les groupes sur le ratio EMG du muscle droit fémoral et du biceps fémoral lors de la flexion du genou de la jambe ipsilatérale, toujours en faveur du groupe d’intervention par rapport au groupe témoin.

Conclusion : Il y a de fortes données probantes (niveau 1a) provenant de deux ECR de haute qualité et d’une étude quasi-expérimentale qui indiquent que la SEF combinée à la réadaptation habituelle est plus efficace que la réadaptation habituelle seule pour améliorer la contraction isométrique volontaire maximale de patients en phase aiguë post-AVC.

Note : Ces améliorations n’ont pas été maintenues lors du suivi de l’un des deux ECR de haute qualité.

Contrôle moteur
Efficace
1B

Un ECR de haute qualité (Ferrante et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer le contrôle moteur de patients en phase aiguë post-AVC.

Cet ECR de haute qualité (Ferrante et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF le contrôle moteur de 20 patients en phase aiguë post-AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe qui recevait la réadaptation habituelle et des cycles de SEF (un cycle passif de 5 minutes, un cycle de SEF de 10 minutes, un autre cycle passif de 5 minutes, un autre cycle de SEF de 10 minutes et finalement un cycle passif de 5 minutes), ou à un groupe qui ne recevait que la réadaptation habituelle. Pour mesurer le contrôle moteur, les patients ont effectué des essais assis/debout à trois vitesses différentes (à la vitesse de leur choix, plus lentement qu’à cette vitesse et plus rapidement qu’à cette vitesse). Les résultats ont été mesurés après l’intervention (à 4 semaines) ; il y avait une différence significative entre les groupes en faveur du groupe de cycles FES sur le pourcentage du ratio entre la vitesse choisie par le patient et plus lentement qu’à cette vitesse. Le pourcentage du ratio entre la vitesse choisie par le patient et plus rapidement qu’à cette vitesse n’a pas réussi à obtenir de valeur significative.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF combinée aux traitements habituels de réadaptation est plus efficace que la réadaptation habituelle seule pour améliorer le contrôle moteur de patients en phase aiguë post-AVC.

Efficacité de la marche
Efficace
2A

Un ECR de qualité acceptable (Kojovic et al., 2009 ) a examiné l’effet de la SEF pour améliorer l’efficacité de la marche de patients en phase aiguë post-AVC.

Cet ECR de qualité acceptable (Kojovic et al., 2009 ) a examiné l’effet de la SEF pour améliorer l’efficacité de la marche de 13 patients en phase aiguë post-AVC capable de se déplacer avec l’aide d’une canne simple ou d’un appui. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe de thérapie par stimulation électrique (TSE) ou à un groupe témoin, et ont tous participés à un programme de réadaptation habituelle et à des séances de marche pour une période de 4 semaines. Au cours des séances de marche, les patients ont pu utiliser une canne tripode ou ont été physiquement assistés par le thérapeute qui leur donnait en plus des instructions sur la façon d’améliorer leur patron de marche. Le groupe TSE utilisait un dispositif de stimulateur électrique commandé par capteurs pour stimuler quatre groupes musculaires : quadriceps, ischio-jambiers, soléaire et tibial antérieur de la jambe (côté hémiparétique) pour améliorer la flexion/extension du genou et de la cheville lors de la marche. Les résultats ont été mesurés après l’intervention (à 4 semaines), selon l’évaluation du Physiological Cost Index (PCI), une diminution statistiquement significative a été observée entre les groupes en faveur du groupe TSE, reflétant une marche plus efficiente dans le groupe d’intervention.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable qui indiquent que la SEF combinée à la réadaptation habituelle est plus efficace que la réadaptation habituelle seule pour améliorer l’efficacité de la marche de patients en phase aiguë d’un AVC.

Fonction motrice
Efficace
2A

Deux ECR de qualité acceptable (MacDonell et al., 1994, Kojovic et al., 2009) et une étude quasi-expérimentale (Solopova et al., 2011) ont examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la fonction motrice de patients en phase aiguë post-AVC.

Le premier ECR de qualité acceptable (MacDonell et al., 1994) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la fonction motrice de 38 patients en phase aiguë post-AVC avec une faiblesse de la flexion dorsale de grade quatre ou moins, selon les mesures du Medical Research Council Scale (MRC). Le groupe d’intervention recevait des séances de SEF cinq fois par semaine durant 4 semaines produisant la dorsiflexion de la cheville de la jambe affectée, en plus de la physiothérapie habituelle ; tandis que le groupe témoin ne recevait seulement que la physiothérapie habituelle. Les résultats ont été mesurés à 4 semaines (post-intervention) et à 8 semaines. Aucune différence significative entre les groupes n’a été observée au niveau de la fonction motrice après l’intervention (à 4 semaines) ni à 8 semaines de suivi telle que mesurée par la Fugl-Meyer Lower Extremity Motor Assessment Scale.

Le second ECR de qualité acceptable (Kojovic et al., 2009 ) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la fonction motrice de 13 patients en phase aiguë post-AVC capable de se déplacer avec l’aide d’une canne simple ou d’un appui. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe de thérapie par stimulation électrique (TSE) ou à un groupe témoin, et ont tous participés à un programme de réadaptation habituelle et à des séances de marche pour une période de 4 semaines. Au cours des séances de marche, les patients ont pu utiliser une canne tripode ou ont été physiquement assistés par le thérapeute qui leur donnait en plus des instructions sur la façon d’améliorer leur patron de marche. Le groupe TSE utilisait un dispositif de stimulateur électrique commandé par capteurs pour stimuler quatre groupes musculaires : quadriceps, ischio-jambiers, soléaire et tibial antérieur de la jambe (côté hémiparétique) pour améliorer la flexion/extension du genou et de la cheville lors de la marche. Les résultats ont été mesurés après l’intervention (à 4 semaines), selon les mesures de la Fugl-Meyer Lower Extremity Motor Assessment Scale, les résultats étaient significativement plus élevés pour le groupe TSE comparé au groupe témoin.

L’étude quasi-expérimentale (Solopova et al., 2011) a assigné de façon pseudo-aléatoire les patient en phase aiguë à un groupe qui recevait de la SEF avec des mouvements assistés passifs/actifs de la jambe représentant la locomotion et une mise en charge progressive (groupe SEF), ou à un groupe qui recevait la réadaptation habituelle (groupe témoin). La SEF a été appliquée sur les muscles soléaire, tibial antérieur, ischio-jambiers quadriceps, adducteur de la hanche, le grand fessier et le jumeau interne, pendant que les participants effectuaient des mouvements de jambe en position semi-allongée sur une table inclinée. La fonction motrice a été mesurée par la Fugl-Meyer Lower Extremity Motor Assessment Scale ; à deux semaines après l’intervention, une différence significative entre les groupes a été observée sur la fonction motrice en faveur du groupe SEF comparé au groupe témoin. Des différences significatives entre les groupes ont également été observées au niveau de la fonction motrice chez des sous-groupes de patients atteints de paralysie, d’hémiparésie sévère et d’une hémiparésie prononcée en faveur du groupe SEF comparé au groupe témoin.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable et d’une étude quasi-expérimentale qui indiquent que la SEF est plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer la performance dans la fonction motrice de patients en phase aiguë d’un AVC.

Note : Cependant, un autre ECR de qualité acceptable a constaté que la SEF n’est pas plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer la performance dans les activités de la vie quotidienne de patients en phase aiguë d’un AVC. Ces deux ECR de qualité acceptable ont de petits échantillons qui peuvent, en partie, contribuer à justifier des conclusions divergentes entre les études.

Fonctionnement électrophysiologique
Inefficace
2A

Un ECR de qualité acceptable (MacDonell et al., 1994) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer le fonctionnement électrophysiologique de patients en phase aiguë post-AVC.

Cet ECR de qualité acceptable (MacDonell et al., 1994) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la fonctionnement électrophysiologique de 38 patients en phase aiguë post-AVC avec une faiblesse de la flexion dorsale de grade quatre ou moins, selon les mesures du Medical Research Council Scale (MRC). Le groupe d’intervention recevait des séances de SEF cinq fois par semaine durant 4 semaines produisant la dorsiflexion de la cheville de la jambe affectée, en plus de la physiothérapie habituelle ; tandis que le groupe témoin ne recevait seulement que la physiothérapie habituelle. Les résultats ont été mesurés à 4 semaines (post-intervention) et à 8 semaines. Aucune différence significative entre les groupes n’a été constatée sur les mesures électrophysiologiques après l’intervention ou à 8 semaines du suivi, telles que mesurées par la fréquence pour taper du pied (foot tap frequency), durée et fréquence de la poussée électromyographique du tibial antérieur, le ratio H max/M max du jumeau interne, le degré de l’inhibition de la vibration du réflexe H, et le ratio de la moyenne F/M max utilisant les réponses du fléchisseur du gros orteil.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable qui indiquent que la SEF combinée à la physiothérapie habituelle n’est pas plus efficace que la physiothérapie seule pour améliorer le fonctionnement électrophysiologique de patients en phase aiguë d’un AVC.

Force musculaire
Inefficace
1B

Un ECR de haute qualité (Ferrante et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la force musculaire de patients en phase aiguë post-AVC.

Cet ECR de haute qualité (Ferrante et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF sur la force musculaire de 20 patients en phase aiguë post-AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe qui recevait la réadaptation habituelle et des cycles de SEF (un cycle passif de 5 minutes, un cycle de SEF de 10 minutes, un autre cycle passif de 5 minutes, un autre cycle de SEF de 10 minutes et finalement un cycle passif de 5 minutes), ou à un groupe qui ne recevait que la réadaptation habituelle pour une période de 4 semaines. Les résultats ont été mesurés après l’intervention (à 4 semaines) ; aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur la force musculaire du membre hémiplégique, telle que mesurée après 4 semaines de traitement par le Upright Motor Control Test. La petite taille échantillonnale a peut-être limité la capacité de l’étude de démontrer une différence significative, ce qui peut avoir entraîné une erreur de Type 2, i.e. un échec à détecter une véritable différence entre les groupes malgré sa présence.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF combinée aux traitements habituels de réadaptation n’est pas plus efficace que la réadaptation habituelle seule pour améliorer la force musculaire de patients en phase aiguë post-AVC.

Habileté à la marche
Inefficace
1A

Deux ECR de haute qualité (Ferrante et al., 2008, Yan et al., 2005), un ECR de qualité acceptable (MacDonell et al., 1994) et une étude quasi-expérimentale (Solopova et al., 2011) ont examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer l’habileté à la marche de patients en phase aiguë post-AVC.

Le premier ECR de haute qualité (Ferrante et al., 2008) a examiné l’utilisation de la SEF pour améliorer l’habileté à la marche de 20 patients en phase aiguë post-AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe qui recevait la réadaptation habituelle et des cycles de SEF (un cycle passif de 5 minutes, un cycle de SEF de 10 minutes, un autre cycle passif de 5 minutes, un autre cycle de SEF de 10 minutes et finalement un cycle passif de 5 minutes), ou à un groupe qui ne recevait que la réadaptation habituelle. Après l’intervention (à 4 semaines), le groupe qui recevait les cycles de la SEF a démontré une amélioration sur un test de marche sur 50 mètres comparé au groupe témoin, cependant, cette différence entre les groupes n’a pas réussi à obtenir de valeur significative.

Le second ECR de haute qualité (Yan et al., 2005) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer l’habileté à la marche de 46 patients patients en phase aiguë post-AVC. Les patients recevaient, pour une période de 3 semaines : 1) la réadaptation habituelle et des cycles de SEF ; 2) la réadaptation habituelle et une stimulation placebo ; 3) uniquement la réadaptation habituelle (groupe témoin). Les résultats ont été mesurés à la semaine un, deux, trois et huit. Aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur l’habileté à la marche, et ce à aucun des temps de mesure, telle qu’évaluée par le test Timed Up and Go (TUG).

L’ECR de qualité acceptable (MacDonell et al., 1994) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer l’habileté à la marche de 38 patients en phase aiguë post-AVC avec une faiblesse de la flexion dorsale de grade quatre ou moins, séances de selon les mesures du Medical Research Council Scale (MRC). Le groupe d’intervention recevait des SEF cinq fois par semaine durant 4 semaines produisant la dorsiflexion de la cheville de la jambe affectée, en plus de la physiothérapie habituelle ; tandis que le groupe témoin ne recevait seulement que la physiothérapie habituelle. Les résultats ont été mesurés à 4 semaines (post-intervention) et à 8 semaines. Aucune différence significative entre les groupes n’a été constatée sur l’habileté à la marche après l’intervention ou à 8 semaines du suivi, telles que mesurées par l’échelle Massachusetts General Hospital Functional Ambulation Categories (MGH FAC).

L’étude quasi-expérimentale (Solopova et al., 2011) a assigné de façon pseudo-aléatoire les patient en phase aiguë à un groupe qui recevait de la SEF avec des mouvements assistés passifs/actifs de la jambe représentant la locomotion et une mise en charge progressive (groupe SEF), ou à un groupe qui recevait la réadaptation habituelle (groupe témoin). La SEF a été appliquée sur les muscles soléaire, tibial antérieur, ischio-jambiers, quadriceps, adducteur de la hanche, le grand fessier et le jumeau interne, pendant que les participants effectuaient des mouvements de jambe en position semi-allongée sur une table inclinée. Après l’intervention, à deux semaines, il y avait une différence significative sur l’amplitude du mouvement de la cheville en faveur du groupe d’intervention par rapport au groupe témoin, cependant il n’y avait aucune différence entre les groupes sur le mouvement du genou.

Conclusion : Il y a de fortes données probantes (niveau 1a) provenant de deux ECR de haute qualité, un ECR de qualité acceptable et d’une étude quasi-expérimentale qui indiquent que la SEF combinée à la réadaptation habituelle n’est pas plus efficace que la réadaptation habituelle seule pour améliorer l’habileté à la marche de patients en phase aiguë post-AVC.

Note : Cependant, une étude quasi-expérimentale a noté une amélioration significative sur le l’amplitude du mouvement de la cheville en faveur du groupe SEF.

Mobilité
Inefficace
1B

Un ECR de haute qualité (Ferrante et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la mobilité de patients en phase aiguë post-AVC.

Cet ECR de haute qualité (Ferrante et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF sur la mobilité de 20 patients en phase aiguë post-AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe qui recevait la réadaptation habituelle et des cycles de SEF (un cycle passif de 5 minutes, un cycle de SEF de 10 minutes, un autre cycle passif de 5 minutes, un autre cycle de SEF de 10 minutes et finalement un cycle passif de 5 minutes), ou à un groupe qui ne recevait que la réadaptation habituelle. Les résultats ont été mesurés après l’intervention (à 4 semaines) ; aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur la mobilité de la cheville, du genou et de l’articulation de la hanche lors de mouvements volontaires telle que mesurée après 4 semaines de traitement par le Motricity Index (MI). La petite taille échantillonnale a peut-être limité la capacité de l’étude de démontrer une différence significative, ce qui peut avoir entraîné une erreur de Type 2, i.e. un échec à détecter une véritable différence entre les groupes malgré sa présence.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF combinée aux traitements habituels de réadaptation n’est pas plus efficace que la réadaptation habituelle seule pour améliorer la mobilité de patients en phase aiguë post-AVC.

Mouvement du tronc et équilibre
Inefficace
1B

Un ECR de haute qualité (Ferrante et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer le mouvement du tronc et l’équilibre de patients en phase aiguë post-AVC.

Cet ECR de haute qualité (Ferrante et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF sur le mouvement du tronc et l’équilibre de 20 patients en phase aiguë post-AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe qui recevait la réadaptation habituelle et des cycles de SEF (un cycle passif de 5 minutes, un cycle de SEF de 10 minutes, un autre cycle passif de 5 minutes, un autre cycle de SEF de 10 minutes et finalement un cycle passif de 5 minutes), ou à un groupe qui ne recevait que la réadaptation habituelle pour une période de 4 semaines. Les résultats ont été mesurés après l’intervention (à 4 semaines) ; aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur le mouvement du tronc et l’équilibre, tels que mesurés après 4 semaines de traitement par le Trunk Control Test (TCT). La petite taille échantillonnale a peut-être limité la capacité de l’étude de démontrer une différence significative, ce qui peut avoir entraîné une erreur de Type 2, i.e. un échec à détecter une véritable différence entre les groupes malgré sa présence.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF combinée aux traitements habituels de réadaptation n’est pas plus efficace que la réadaptation habituelle seule pour améliorer le mouvement du tronc et l’équilibre de patients en phase aiguë post-AVC.

Sévérité de l’AVC
Efficace
2B

Une étude quasi-expérimentale (Solopova et al., 2011) a examiné l’efficacité de la SEF sur la sévérité de l’AVC de patients en phase aiguë post-AVC.

Cette étude quasi-expérimentale (Solopova et al., 2011) a assigné de façon pseudo-aléatoire les patient en phase aiguë à un groupe qui recevait de la SEF avec des mouvements assistés passifs/actifs de la jambe représentant la locomotion et une mise en charge progressive (groupe SEF), ou à un groupe qui recevait la réadaptation habituelle (groupe témoin). La SEF a été appliquée sur les muscles soléaire, tibial antérieur, ischio-jambiers, quadriceps, adducteur de la hanche, le grand fessier et le jumeau interne, pendant que les participants effectuaient des mouvements de jambe en position semi-allongée sur une table inclinée. La sévérité de l’AVC a été mesurée par la National Institutes of Health Stroke Scale (NIHSS) et la European Stroke Scale (ESS) ; à deux semaines après l’intervention, une différence significative entre les groupes a été observée sur les résultats des mesures en faveur du groupe SEF comparé au groupe témoin.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2b) provenant d’une étude quasi-expérimentale qui indiquent que la SEF est plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer la sévérité de l’AVC de patients en phase aiguë d’un AVC.

Spasticité
Efficace
1A

Un ECR de haute qualité (Yan et al., 2005) et une étude randomisée de type croisé de haute qualité (Yeh et al., 2010) ont examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la spasticité de patients en phase aiguë post-AVC.

L’ECR de haute qualité (Yan et al., 2005) a assigné aléatoirement à un groupe qui recevait, pour une période de 3 semaines : 1) la réadaptation habituelle et des cycles de SEF (groupe SEF) ; 2) la réadaptation habituelle et une stimulation placebo (groupe placebo) ; 3) uniquement la réadaptation habituelle (groupe témoin). Après le traitement (3 semaines), il y avait une différence significative en faveur du groupe traité par SEF comparé au groupe placebo ou au groupe témoin, telle que mesurée par la Composite Spasticity Scale (CSS). Aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur les mesures au suivi de 8 semaines.

L’étude randomisée de type croisé de haute qualité (Yeh et al., 2010) a assigné aléatoirement les patients à un groupe qui recevait une séance de 20 minutes de cycles de SEF, ou à un groupe qui recevait une séance de 20 minutes de cycles sans SEF. Les groupes recevaient ensuite, le jour suivant, le traitement inverse qu’il avait reçu la veille. L’hypertonie a été mesurée par la Modified Ashworth Scale (MAS) et le Test du pendule (relaxation index and peak velocity). Les deux séances de traitement ont démontré une amélioration de l’hypertonie, telle qu’indiquée par la diminution significative des résultats de la MAS, et par l’amélioration significative aux résultats du Test du pendule pré/post intervention. Après l’intervention de la seconde journée, il y avait une différence significative entre les groupes sur toutes les mesures de l’hypertonie, en faveur du groupe SEF comparé au groupe sans-SEF.

Conclusion : Il y a de fortes données probantes (niveau 1a) provenant de d’un ECR de haute qualité et d’une étude randomisée de type croisé de haute qualité qui indiquent que la SEF est plus efficace que la réadaptation habituelle seule pour améliorer la spasticité de patients en phase aiguë post-AVC.

Vitesse de marche
Efficace
2A

Un ECR de qualité acceptable (Kojovic et al., 2009 ) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la vitesse de marche de patients en phase aiguë post-AVC.

Cet ECR de qualité acceptable (Kojovic et al., 2009) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la vitesse de marche de 13 patients en phase aiguë post-AVC capable de se déplacer avec l’aide d’une canne simple ou d’un appui. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe de thérapie par stimulation électrique (TSE) ou à un groupe témoin, et ont tous participés à un programme de réadaptation habituelle et à des séances de marche pour une période de 4 semaines. Au cours des séances de marche, les patients ont pu utiliser une canne tripode ou ont été physiquement assistés par le thérapeute qui leur donnait en plus des instructions sur la façon d’améliorer leur patron de marche. Le groupe TSE utilisait un dispositif de stimulateur électrique commandé par capteurs pour stimuler quatre groupes musculaires : quadriceps, ischio-jambiers, soléaire et tibial antérieur de la jambe (côté hémiparétique) pour améliorer la flexion/extension du genou et de la cheville lors de la marche. Les résultats ont été mesurés après l’intervention (à 4 semaines) ; une augmentation statistiquement significative entre les groupes sur la vitesse moyenne de marche a été observée sur une passerelle de 6 mètres en faveur du groupe TSE.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable qui indiquent que la SEF combinée à la réadaptation habituelle est plus efficace que la réadaptation habituelle seule pour améliorer la vitesse de marche de patients en phase aiguë d’un AVC.

Phase subaiguë

Activation des unités motrices
Efficace
2A

Un ECR de qualité acceptable (Newsam et al., 2004) a examiné l’efficacité de la SEF sur l’activation des unités motrices de 20 patients en phase subaiguë post-AVC. Le groupe traité recevait un programme de facilitation de stimulation électrique du quadriceps pendant un entraînement à la marche et des activités de mise en charge ainsi que la physiothérapie habituelle. Le groupe témoin ne recevait que la physiothérapie habituelle pour une période de3 semaines. Pour mesurer l’interpolation des secousses musculaires et déterminer l’activation des unités motrices, un stimulus électrique supramaximal de courte durée a été donné à environ 3 secondes dans chacun des tests maximaux. Après l’intervention de 3 semaines, il y avait une différence significative entre les groupes au niveau de l’activation des unités motrices en faveur du groupe qui recevait la SEF.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable indiquant qu’un programme de facilitation de stimulation électrique du quadriceps combiné à la physiothérapie habituelle est plus efficace que la physiothérapie habituelle seule pour améliorer l’activation des unités motrices du quadriceps de patients en phase subaiguë d’un AVC.

Activités de la vie quotidienne (AVQ)
Inefficace
1B

Un ECR de haute qualité (Tong et al., 2006) et un ECR de qualité acceptable (Granat et al., 1996) ont examiné l’efficacité de la SEF sur les AVQ de patients en phase subaiguë post-AVC.

L’ECR de haute qualité (Tong et al., 2006) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë post-AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 4 semaines : 1) un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique avec stimulation électrique fonctionnelle (electromechanical gait trainer with functional electric stimulationEGT-FES) ; 2) un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique (electromechanical gait trainerEGT) ; ou 3) un entraînement à la marche habituel (groupe témoin). La performance dans les AVQ a été mesurée par l’Indice de Barthel ; à 4 semaines post-intervention, aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur les AVQ.

L’ECR de qualité acceptable (Granat et al., 1996), utilisant un plan d’étude croisé, a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 4 semaines, le programme de réadaptation habituel suivi de 4 semaines de traitement de SEF. Les AVQ ont été mesurées par l’Indice de Barthel. Une amélioration significative sur les AVQ a été observée suivant la période de traitement, mais pas suivant la période témoin.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF n’est pas plus efficace qu’un programme d’entraînement à la marche habituel ou utilisant un dispositif électromécanique pour améliorer la performance dans les AVQ de patients en phase subaiguë post-AVC.

Note : Cependant, il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable indiquant que la SEF est plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer la performance dans les AVQ de patients en phase subaiguë et chronique post-AVC.

Amplitude articulaire
Inefficace
2A

Deux ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b; Winchester et al., 1983) ont examiné l’effet de la SEF sur l’amplitude articulaire de patients en phase subaiguë post-AVC.

Le premier ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 12 semaines : la physiothérapie habituelle et de la SEF (groupe SEF) ; ou seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). Aucune comparaison entre les groupes n’a été effectuée sur l’amplitude articulaire de la cheville à 12 semaines (post-intervention), malgré que les auteurs aient noté une « meilleure » amélioration avec l’utilisation de SEF.

Le second ECR de qualité acceptable (Winchester et al., 1983) a assigné aléatoirement 40 patients hémiplégiques en phase subaiguë post-AVC à un groupe qui recevait de la SEF combinée à de la physiothérapie habituelle (groupe SEF) ; ou seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). L’amplitude articulaire a été mesurée hebdomadairement durant les 4 semaines d’intervention. Une différence significative entre les groupes a été notée sur l’amplitude articulaire à la deuxième semaine (durant l’intervention).en faveur du groupe SEF comparé au groupe témoin. Aucune différence significative entre les groupes n’a été notée à la semaine un et trois de l’intervention, ni à la quatrième semaine (post-intervention).

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2b) provenant d’un ECR de qualité acceptable indiquant que la SEF n’est pas plus efficace que la physiothérapie habituelle pour améliorer l’amplitude articulaire de patients en phase subaiguë d’un AVC, bien que des améliorations temporaires aient été observées durant l’intervention.

Note : Un ECR de qualité acceptable a indiqué une amélioration de l’amplitude articulaire de la cheville suivant l’intervention de SEF, cependant les résultats n’ont pas été utilisés pour déterminer le niveau d’évidence puisque les différences entre les groupes n’ont pas été documentées.

Cinématique et paramètres de la marche
Inefficace
1A

Deux ECR de haute qualité (Yavuzer et al., 2006; Yavuzer et al., 2007) et deux ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b, Granat et al., 1996) ont examiné l’efficacité de la SEF sur la cinématique et les paramètres de la marche de patients en phase subaiguë post-AVC.

Le premier ECR de haute qualité (Yavuzer et al., 2006) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait : 1) la réadaptation habituelle et de la stimulation électrique neuromusculaire appliquée, pour une séance de 10 minutes, sur le muscle tibial antérieur (groupe SENM) ; ou, seulement la réadaptation habituelle (groupe témoin). La cinématique de la marche a été mesurée par la vélocité de marche, la longueur des pas, le pourcentage de la phase d’appui du côté parétique, la cinématique du plan sagittal du pelvis, de la hanche, du genou et de la cheville, la dorsiflexion maximale de la cheville lors du balancement et l’angle maximal de flexion plantaire de la cheville lors du contact initial. Aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur la cinématique de la marche à 4 semaines (post-intervention).

Le second ECR de haute qualité (Yavuzer et al., 2007) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait : 1) la réadaptation habituelle et de la stimulation électrique d’amplitude sensorielle à la jambe du côté parétique (groupe SES) ; ou, seulement la réadaptation habituelle (groupe témoin). La cinématique de la marche a été mesurée par la vélocité de marche, la longueur des pas, le pourcentage de la phase d’appui du côté parétique, la cinématique du plan sagittal du pelvis, de la hanche, du genou et de la cheville, la dorsiflexion maximale de la cheville lors du balancement et l’angle maximal de flexion plantaire de la cheville lors du contact initial. Aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur la cinématique de la marche à 4 semaines (post-intervention).

Le premier ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 12 semaines : la physiothérapie habituelle et de la SEF (groupe SEF) ; ou seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). La cinématique et les paramètres de la marche ont été évalués par des mesures de la cadence, de la longueur et de la largeur du pas, et de la position de l’orteil (toe-in toe-out). Aucune différence significative entre les groupes n’a été observée sur la cinématique et les paramètres de la marche à 12 semaines (post-intervention).

Le second ECR de qualité acceptable (Granat et al., 1996), utilisant un plan d’étude croisé, a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 4 semaines, le programme de réadaptation habituel suivi de 4 semaines de traitement de SEF. La cinématique et les paramètres de la marche ont été évalués par des mesures de la symétrie du balancement, l’impact du talon (heel strike) et de l’inversion du pied. Le résultat de ces mesures indiquait une amélioration significative de l’inversion du pied sur le linoléum, la moquette et sur un sol inégal, ainsi que sur la symétrie du balancement sur le linoléum, ce, après la période d’administration de traitements de SEF, comparée après la période sans traitement de SEF.

Conclusion : Il y a de fortes données probantes (niveau 1a) provenant de deux ECR de haute qualité et d’un ECR de qualité acceptable qui indiquent que la SEF n’est pas plus efficace que la réadaptation habituelle seule pour améliorer la cinématique et les paramètres de la marche de patients en phase subaiguë post-AVC.

Note : Cependant, un ECR de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé a noté que la SEF est plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer certains aspects de la cinématique et des paramètres de la marche de patients en phase subaiguë et chronique post-AVC.

Circonférence musculaire
Inefficace
2A

Un ECR de qualité acceptable (Winchester et al., 1983) a examiné l’effet de la SEF sur la circonférence musculaire de patients en phase subaiguë post-AVC.

Cet ECR de qualité acceptable (Winchester et al., 1983) a assigné aléatoirement 40 patients hémiplégiques en phase subaiguë post-AVC à un groupe qui recevait de la SEF combinée à de la physiothérapie habituelle (groupe SEF) ; ou seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). Aucune différence significative entre les groupes n’a été observée sur la circonférence musculaire du quadriceps à 4 semaines (post-intervention).

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable indiquant que la SEF n’est pas plus efficace que la physiothérapie habituelle pour améliorer la circonférence musculaire du quadriceps de patients en phase subaiguë d’un AVC.

Contrôle du tronc
Efficace
1B

Un ECR de haute qualité (Ambrosini et al., 2011) a examiné l’efficacité de la SEF sur le contrôle du tronc de patients en phase subaiguë post-AVC.

Dans cet ECR de haute qualité (Ambrosini et al., 2011) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC ou avec une lésion traumatique cérébrale à un groupe qui recevait un cycle de séances de SEF-induite (groupe SEF), ou à un groupe qui recevait un cycle de séances de SEF simulée (groupe témoin). Le contrôle du tronc a été mesuré par le Trunk Control Test. À la quatrième semaine (post-intervention), il y avait une différence significative entre les groupes sur le contrôle du tronc en faveur du groupe SEF comparé au groupe témoin.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF est plus efficace qu’une intervention simulée pour améliorer le contrôle du tronc de patients en phase subaiguë post-AVC.

Efficacité de la marche
Efficace
1B

Un ECR de haute qualité (Tong et al., 2006) ), un ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b) et une étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) ont examiné l’effet de la SEF sur l’efficacité de la marche de patients en phase subaiguë post-AVC.

L’ECR de haute qualité (Tong et al., 2006) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë post-AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 4 semaines : 1) un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique avec stimulation électrique fonctionnelle (electromechanical gait trainer with functional electric stimulation / groupe EGT-SEF) ; 2) un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique (electromechanical gait trainer / groupe EGT) ; ou 3) un entraînement à la marche habituel (groupe témoin). L’efficacité de la marche a été mesurée par le Functional Ambulatory Category (FAC) ; à 4 semaines post-intervention, il y avait une différence significative entre les groupes sur l’efficacité de la marche en faveur des groupes EGT-SEF et EGT comparés au groupe témoin.

L’ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 12 semaines : la physiothérapie habituelle et de la SEF (groupe SEF) ; ou seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). L’efficacité de la marche a été mesurée par le Physiological Cost Index. Aucune différence significative entre les groupes n’a été relevée sur l’efficacité de la marche à 12 semaines (post-intervention).

L’étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) a assigné des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC pour recevoir de la SEF combinée à de la physiothérapie habituelle. L’efficacité de la marche a été mesurée par le Physiological Cost Index. Un effet significatif des traitements de SEF sur l’efficacité de la marche a été observé à 12 semaines (post-intervention).

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF est plus efficace qu’un programme d’entraînement à la marche habituel ou que la réadaptation habituelle pour améliorer l’efficacité de la marche de patients en phase subaiguë post-AVC. Une étude de type pré/post a également relevé une amélioration de l’efficacité de la marche suivant une intervention de SEF chez des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC.

Note : Cependant, un ECR de qualité acceptable a indiqué que la SEF n’est pas plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer l’efficacité de la marche.

Équilibre
Inefficace
1B

Un ECR de haute qualité (Tong et al., 2006) a examiné l’efficacité de la SEF sur l’équilibre de patients en phase subaiguë post-AVC.

Cet ECR de haute qualité (Tong et al., 2006) a examiné l’efficacité d’un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique avec ou sans stimulation électrique fonctionnelle pour améliorer l’équilibre de 46 patients en phase subaiguë post-AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe qui recevait, pour une période de 4 semaines : 1) un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique avec stimulation électrique fonctionnelle (electromechanical gait trainer with functional electric stimulationEGT-FES) ; 2) un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique (electromechanical gait trainerEGT) ; ou 3) un entraînement à la marche habituel (groupe témoin). Après la quatrième semaine de traitement, aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur l’échelle de Berg.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF n’est pas plus efficace qu’un programme d’entraînement à la marche utilisant un dispositif électromécanique, ou qu’un programme d’entraînement à la marche habituel seul, pour améliorer l’équilibre de patients en phase subaiguë post-AVC.

Fonction métabolique
Efficace
2B

Une étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) a examiné l’effet de la SEF sur la fonction métabolique de patients en phase subaiguë et chronique post-AVC.

Cette étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) a assigné des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC pour recevoir de la SEF combinée à de la physiothérapie habituelle. Les fonctions métaboliques ont été mesurées par la consommation d’oxygène, la production de dioxyde de carbone, la fréquence cardiaque et la dépense énergétique. Une amélioration significative sur la fonction métabolique a été observée à 12 semaines (post-intervention).

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2b) provenant d’une étude de type pré/post qui indiquent que la SEF combiné à la physiothérapie habituelle est efficace pour améliorer la fonction métabolique de patients en phase subaiguë et chronique post-AVC.

Fonction motrice
Efficace
1A

Trois ECR de haute qualité (Ambrosini et al., 2011; Bogataj et al., 1995; Tong et al., 2006) et un ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b) ont examiné l’efficacité de la SEF sur la fonction motrice de patients en phase subaiguë post-AVC.

Le premier ECR de haute qualité (Ambrosini et al., 2011) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC ou avec une lésion traumatique cérébrale à un groupe qui recevait un cycle de séances de SEF-induite (groupe SEF), ou à un groupe qui recevait un cycle de séances de SEF simulée (groupe témoin). La fonction du membre parétique a été mesurée par le Upright Motor Control Test et par le déséquilibre mécanique entre la jambe parétique et non parétique lors de séances avec un pédalier stationnaire motorisé ; la puissance motrice du membre parétique a été mesuré par une sous-échelle du Motricity Index (MI). Des différences significatives entre les groupes, en faveur du groupe SEF comparé au groupe témoin, ont été observées à chacune des mesures de la quatrième semaine post-intervention. Les résultats sont demeurés significatifs sur les mesures du Upright Motor Control Test et du Motricity Index lors du suivi (à 3 et 5 mois post intervention), toujours en faveur du groupe SEF.

Le second ECR de haute qualité, utilisant un plan d’étude croisé (Bogataj et al., 1995), a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC et atteints d’une hémiplégie sévère secondaire à l’AVC pour recevoir : (1) trois semaines de stimulation électrique fonctionnelle multicanaux (SEFM), suivies de trois semaines de physiothérapie habituelle ; ou (2) pour recevoir trois semaines de physiothérapie habituelle suivies de trois semaines de SEFM. La fonction motrice a été mesurée par le Fugl-Meyer Assessment. Une amélioration significative de la fonction motrice a été observée au milieu du temps d’intervention (à la semaine trois) en faveur de la période de traitement de SEF comparée à la période de traitement de physiothérapie habituelle. Cependant, aucune différence n’a été observée à la semaine six.

Le troisième ECR de haute qualité (Tong et al., 2006) a examiné l’efficacité d’un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique avec ou sans stimulation électrique fonctionnelle pour améliorer la déficience motrice de 46 patients en phase subaiguë post-AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe qui recevait, pour une période de 4 semaines : 1) un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique avec stimulation électrique fonctionnelle (electromechanical gait trainer with functional electric stimulationEGT-FES) ; 2) un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique (electromechanical gait trainerEGT) ; ou 3) un entraînement à la marche habituel (groupe témoin). Après la quatrième semaine de traitement, il y avait une différence significative entre les groupes sur une sous-échelle du Motricity Index (MI) en faveur des groupes EGT-FES et EGT comparés au groupe témoin.

L’ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 12 semaines : la physiothérapie habituelle et de la SEF (groupe SEF) ; ou seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). La fonction motrice a été mesurée par le Fugl-Meyer Assessment. Aucune différence significative entre les groupes n’a été relevée à 12 semaines (post-intervention), malgré que les auteurs aient noté une « meilleure » amélioration avec l’utilisation de SEF.

Conclusion : Il y a de fortes données probantes (niveau 1a) provenant de trois ECR de haute qualité qui indiquent que la SEF est plus efficace que les interventions témoins (ici, une intervention simulée et la réadaptation habituelle) pour améliorer la fonction motrice de patients en phase subaiguë post-AVC. Un ECR de qualité acceptable a également noté une amélioration de la fonction motrice par l’utilisation de SEF, bien que les différences entre les deux groupes n’aient pas été documentées.

Force de contraction
Efficace
1B

Un ECR de haute qualité utilisant un plan d’étude croisé (Bogataj et al., 1995) et deux ECR de qualité acceptable (Newsam et al., 2004, Winchester et al., 1983) ont examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la contraction isométrique volontaire maximale (CIVM) et la force de contraction de patients en phase subaiguë post-AVC.

L’ECR de haute qualité (Bogataj et al., 1995) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC et atteints d’une hémiplégie sévère secondaire à l’AVC pour recevoir : (1) trois semaines de stimulation électrique fonctionnelle multicanaux (SEFM), suivies de trois semaines de physiothérapie habituelle ; ou (2) pour recevoir trois semaines de physiothérapie habituelle suivies de trois semaines de SEFM. La stabilité de la marche a été mesurée par les composantes verticales de la force de réaction au sol et les trajectoires du centre de pression (TCP) pour chaque pied dans la phase d’appui. Une différence statistiquement significative a été notée entre les groupes pour les TCP en faveur de la SEF comparé à la thérapie habituelle.

Le premier ECR de qualité acceptable (Newsam et al., 2004) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait la physiothérapie habituelle et un programme de facilitation de la stimulation électrique du quadriceps, ou à un groupe qui ne recevait que la physiothérapie habituelle (groupe témoin). À trois semaines après l’intervention, une différence significative entre les groupes a été notée en faveur des patients qui recevaient la SEF lors des mesures du mouvement de force (torque) de contraction supramaximale du quadriceps. Aucune différence significative entre les groupes n’a été notée au niveau des mesures de la CIVM du quadriceps.

Le second ECR de qualité acceptable (Winchester et al., 1983) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait la physiothérapie habituelle et de la SEF, ou à un groupe qui ne recevait que la physiothérapie habituelle (groupe témoin). La force de contraction a été mesurée par la force (torque) d’extension du genou. Une différence significative entre les groupes au niveau de la force de contraction a été observée durant le traitement (à trois semaines), et après l’intervention (à 4 semaines), en faveur du groupe SEF comparé au groupe témoin.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité utilisant un plan d’étude croisé et de deux ECR de qualité acceptable indiquant que la SEF est plus efficace que la réadaptation habituelle pour accroitre la force de contraction de patients en phase subaiguë post-AVC.

Note : Cependant, il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable indiquant que la SEF n’est pas plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer la CIVM de patients en phase subaiguë post-AVC.

Force musculaire
Efficace
2B

Un ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b) et une étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) ont examiné l’efficacité de la SEF sur la force musculaire de patients en phase subaiguë post-AVC.

L’ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 12 semaines : la physiothérapie habituelle et de la SEF (groupe SEF) ; ou seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). Le rendement musculaire (muscle output) a été mesuré par la valeur maximale de la racine carrée moyenne sur l’analyse de l’électromyographie. Aucune comparaison entre les groupes n’a été effectuée sur la force musculaire à 12 semaines (post-intervention), malgré que les auteurs aient noté une « meilleure » amélioration avec l’utilisation de SEF.

L’étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) a assigné des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC pour recevoir de la SEF combinée à de la physiothérapie habituelle. La force musculaire a été mesurée par la valeur absolue moyenne, la racine carrée moyenne, la fréquence médiane et l’amplitude moyenne du signal d’EMG du muscle tibial antérieur. Un effet significatif des traitements de SEF sur la force musculaire a été noté à 12 semaines (post-intervention).

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2b) provenant d’un ECR de qualité acceptable et d’une étude de type pré/post indiquant que la SEF est efficace pour améliorer la force musculaire de patients en phase subaiguë d’un AVC.

Note : Aucune des deux études n’a documenté de différences entre les groupes de sorte qu’il ne peut être déterminé si la SEF est plus efficace que les thérapies témoins pour améliorer la force musculaire de patients en phase subaiguë d’un AVC.

Mobilité
Efficace
1B

Un ECR de haute qualité (Tong et al., 2006) a examiné l’efficacité de la SEF sur la mobilité de patients en phase subaiguë post-AVC.

Cet ECR de haute qualité (Tong et al., 2006) a examiné l’efficacité d’un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique avec ou sans stimulation électrique fonctionnelle pour améliorer la mobilité de 46 patients en phase subaiguë post-AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe qui recevait, pour une période de 4 semaines : 1) un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique avec stimulation électrique fonctionnelle (electromechanical gait trainer with functional electric stimulationEGT-FES) ; 2) un entraînement à la marche utilisant un dispositif d’entraînement électromécanique (electromechanical gait trainerEGT) ; ou 3) un entraînement à la marche habituel (groupe témoin). Après la quatrième semaine de traitement, il y avait une différence significative entre les groupes sur le Elderly Mobility Scale (EMS) et sur le Five-meter Walking Speed Test en faveur des groupes EGT-FES et EGT comparés au groupe témoin. Cependant, aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur les résultats de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle (MIF).

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF combinée à un entraînement à la marche est plus efficace qu’un entraînement à la marche seul pour améliorer la mobilité de patients en phase subaiguë post-AVC.

Proprioception et extension du genou
Inefficace
2A

Un ECR de qualité acceptable (Winchester et al., 1983) a examiné l’effet de la SEF sur la proprioception et l’extension du genou de patients en phase subaiguë post-AVC.

Cet ECR de qualité acceptable (Winchester et al., 1983) a assigné aléatoirement 40 patients hémiplégiques en phase subaiguë post-AVC à un groupe qui recevait de la SEF combinée à de la physiothérapie habituelle (groupe SEF) ; ou seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). L’extension du genou a été mesurée à l’aide d’un goniomètre ; à 4 semaines (post-intervention), il n’y avait aucune différence significative entre les groupes.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable qui indiquent que la SEF combinée à la physiothérapie habituelle n’est pas plus efficace que la physiothérapie seule pour améliorer l’extension du genou de patients en phase subaiguë d’un AVC.

Récupération motrice
Inefficace
1A

Deux ECR de haute qualité (Yavuzer et al., 2007; Yavuzer et al., 2006) ont examiné l’efficacité de la SEF sur la récupération motrice de patients en phase subaiguë post-AVC.

Le premier ECR de haute qualité (Yavuzer et al., 2007) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait de la stimulation électrique d’amplitude sensorielle (groupe SEF), ou de la stimulation simulée (groupe témoin). La récupération motrice a été mesurée par le Brunnstrom Stages of Motor Recovery. Aucune différence significative entre les groupes n’a été observée sur la récupération motrice à 4 semaines (post-intervention).

Le second ECR de haute qualité (Yavuzer et al., 2006) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait : 1) la réadaptation habituelle et de la stimulation électrique neuromusculaire appliquée sur le muscle tibial antérieur (groupe SENM) ; ou, seulement la réadaptation habituelle (groupe témoin). La récupération motrice a été mesurée par le Brunnstrom Stages of Motor Recovery. Aucune différence significative entre les groupes n’a été observée sur la récupération motrice à 4 semaines (post-intervention).

Conclusion : Il y a de fortes données probantes (niveau 1a) provenant de deux ECR de haute qualité qui indiquent que la SEF n’est pas plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer la récupération motrice de patients en phase subaiguë post-AVC.

Spasticité
Inefficace
2A

Deux ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b; Winchester et al., 1983) ont examiné l’efficacité de la SEF sur la spasticité de patients en phase subaiguë post-AVC.

Le premier ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 12 semaines : la physiothérapie habituelle et de la SEF (groupe SEF) ; ou seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). La spasticité a été mesurée par la Modified Ashworth Scale. Aucune analyse entre les groupes n’a été effectuée au niveau de la spasticité, malgré que les auteurs aient noté une « meilleure » amélioration du groupe SEF comparativement au groupe témoin à douze semaine après l’intervention.

Le second ECR de qualité acceptable (Winchester et al., 1983) a assigné aléatoirement 40 patients hémiplégiques en phase subaiguë post-AVC à un groupe qui recevait de la SEF combinée à de la physiothérapie habituelle (groupe SEF) ; ou seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). La spasticité a été évaluée sur une échelle à 4 points (aucune / minime / modérée ou sévère). Aucune différence significative entre les groupes n’a été observée au niveau de la spasticité à 4 semaines (post-intervention).

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable indiquant que la SEF combinée à la physiothérapie habituelle n’est pas plus efficace que la physiothérapie habituelle seule pour réduire la spasticité de patients en phase subaiguë d’un AVC.

Note : Un ECR de qualité acceptable a relevé une réduction de la spasticité suivant l’intervention de SEF, cependant les résultats n’ont pas été utilisés pour déterminer le niveau d’évidence puisque les différences entre les groupes n’ont pas été documentées.

Vitesse de marche
Efficace
1B

Un ECR de haute qualité (Ambrosini et al., 2011), deux ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b ; Granat et al., 1996) et une étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) ont examiné l’efficacité de la SEF sur la vitesse de marche de patients en phase subaiguë et chronique post-AVC.

L’ECR de haute qualité (Ambrosini et al., 2011) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC ou avec une lésion traumatique cérébrale à un groupe qui recevait un cycle de séances de SEF-induite (groupe SEF), ou à un groupe qui recevait un cycle de séances de SEF simulée (groupe témoin). La vitesse de marche (vitesse, au choix du patient) a été mesurée par le test de marche sur 50 mètres. À la quatrième semaine (post-intervention), il n’y avait aucune différence significative entre les groupes sur la vitesse de marche. Toutefois, une analyse de sous-groupe de patients ayant subi un AVC ischémique a relevé une différence significative entre les groupes en faveur du groupe SEF comparé au groupe témoin.

Le premier ECR de qualité acceptable (Sabut et al., 2010b) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë d’un AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 12 semaines : la physiothérapie habituelle et de la SEF (groupe SEF) ; ou seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). La vitesse de marche a été mesurée par le 10 Meter Walk-Way Test. Aucune différence significative entre les groupes n’a été relevée sur la vitesse de marche à 12 semaines (post-intervention).

Le second ECR de qualité acceptable (Granat et al., 1996), utilisant un plan d’étude croisé, a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 4 semaines, le programme de réadaptation habituel suivi de 4 semaines de traitement de SEF. La vitesse de marche a été mesurée par le ratio entre la longueur des pas et le temps requis pour parcourir la distance. La comparaison entre les groupes sur la vitesse de marche n’a pas été calculée, mais les auteurs ont relevé une vitesse améliorée après les 4 semaines d’intervention de SEF.

L’étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) a assigné des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC pour recevoir de la SEF combinée à de la physiothérapie habituelle. La vitesse de marche a été mesurée sur une distance de 10 mètres. Un effet significatif des traitements de SEF sur la vitesse de marche a été noté à 12 semaines (post-intervention).

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF est plus efficace qu’une intervention simulée pour améliorer l’efficacité la vitesse de marche de patients en phase subaiguë post-AVC. Une étude de type pré/post a également relevé une amélioration de la vitesse de marche suivant une intervention de SEF chez des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC.

Note : Cependant, un ECR de qualité acceptable a indiqué que la SEF n’est pas plus efficace que la réadaptation habituelle seule pour améliorer la vitesse de marche. De plus, un second ECR de qualité acceptable, utilisant un plan d’étude croisé, n’a relevé aucune amélioration significative de la vitesse de marche suivant une intervention de SEF, cependant les résultats n’ont pas été utilisés pour déterminer le niveau d’évidence puisque les différences entre les groupes n’ont pas été documentées.

Phase chronique

Activités de la vie quotidienne et participation
Efficace
2A

Deux ECR de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé (Embrey et al., 2010 ; Granat et al., 1996) ont examiné l’effet de la SEF sur les activités de la vie quotidienne (AVQ) et la participation de patients en phase chronique post-AVC.

Le premier ECR de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé (Embrey et al., 2010) a assigné aléatoirement des patients en phase chronique post-AVC et atteints d’une hémiplégie pour recevoir une intervention de 3 mois avec ou sans SEF (étape I), pour ensuite recevoir l’intervention contraire (sans ou avec SEF) toujours pour la même durée (étape II). La fonctionnalité et la participation ont été mesurées par le Stroke Impact Scale. Les patients qui ont reçu la SEF durant l’étape I ont démontré une amélioration significative de leur fonctionnalité et de leur participation, comparés au groupe qui ne l’avait pas reçu, et ont maintenu cette amélioration lors de l’étape II (sans SEF). Les patients qui ont reçu la SEF à l’étape II ont démontré une amélioration significative de leur fonctionnalité et de leur participation à 6 mois (post-intervention) comparés à leurs résultats au départ de l’étude.

Le second ECR de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé (Granat et al., 1996) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 4 semaines, le programme de réadaptation habituel suivi de 4 semaines de traitement de SEF. La performance dans les AVQ a été mesurée par l’Indice de Barthel. Une différence significative sur la performance des AVQ a été observée à la quatrième semaine (post-intervention) en faveur du traitement SEF comparé à la réadaptation habituelle.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant de deux ECR de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé indiquant que la SEF est plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer les AVQ de patients en phase chronique d’un AVC.

Amplitude articulaire
Efficace
1B

Un ECR de haute qualité (Cozean et al., 1988) a évalué l’efficacité de la SEF pour améliorer l’amplitude articulaire de patients en phase chronique d’un AVC.

Cet ECR de haute qualité (Cozean et al., 1988) a examiné l’efficacité de la SEF sur l’amplitude articulaire de 32 patients qui ont démontré un problème de démarche dynamique du pied équin spastique de la jambe atteinte. Les patients ont reçu soit : 1) une combinaison de biofeedback électromyographique (BFB) et de SEF ; 2) seulement la BFB ; 3) seulement la SEF ; ou 4) seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). À 4 semaines après le traitement, des différences statistiquement significatives ont été observées sur les indices d’amélioration de la flexion du genou et de la dorsiflexion de la cheville en faveur du groupe d’intervention combiné (1) comparé au groupe témoin (4) qui n’avait reçu que la physiothérapie habituelle.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) issues d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF combinée au BFB et à la physiothérapie, comparée à la physiothérapie seule, améliore l’amplitude articulaire (flexion du genou et la dorsiflexion de la cheville) chez des patients en phase chronique d’un AVC.

Capacité aérobique
Inefficace
1B

Un ECR de haute qualité (Janssen et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF sur la capacité aérobique de patients en phase chronique post-AVC.

Cet ECR de haute qualité (Janssen et al., 2008) a comparé l’efficacité d’un programme d’exercice sur vélo stationnaire avec ou sans SEF sur la capacité aérobique de 12 patients en phase chronique d’un AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe d’intervention ou à un groupe témoin alors qu’ils participaient tous à un programme d’exercice à vélo. Durant ce programme de 6 semaines, le groupe d’intervention a reçu une stimulation électrique suscitant des contractions musculaires tandis que le groupe témoin a reçu une stimulation sensible mais qui n’entraînait pas de contractions musculaires. Après 6 semaines d’intervention, il n’y avait aucune différence significative entre les groupes sur le pic de VO2.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF combiné à un programme d’exercice à vélo n’est pas plus efficace qu’un programme d’exercice à vélo seul pour améliorer la capacité aérobique de patients en phase chronique post-AVC.

Cinématique et paramètres de la marche
Efficace
2A

Deux ECR de haute qualité (Daly et al., 2004 ; Granat et al., 1996) et une étude quasi-expérimentale (Kesar et al., 2011) ont examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la cinématique de la marche de patients en phase chronique post-AVC.

Le premier ECR de haute qualité (Daly et al., 2004) a assigné aléatoirement des patients en phase chronique post-AVC : 1) à un groupe qui recevait de la stimulation neuromusculaire fonctionnelle utilisant des électrodes intramusculaires (SNF-IM) durant que les patients pratiquaient des exercices de renforcement et de coordination, un programme d’entraînement à la marche sur le sol et un entraînement sur tapis roulant avec support de poids corporel ; ou 2) à un groupe témoin qui recevait le même programme d’exercices et d’entraînements sans SNF-IM. Les données ont été recueillies en trois séances : avant traitement, après traitement et lors du suivi (six mois après la fin du traitement). À chaque séance, la cinématique de la marche était mesurée pendant la marche volontaire au sol à une vitesse au choix du participant. Trois composantes de marche avec flexion des membres ont été choisies comme indicateurs d’avancement du membre en phase de balancement dans le plan sagittal : flexion de la hanche en balancement maximal ; flexion du genou en balancement maximal et dorsiflexion de la cheville à mi-balancement. Après l’intervention, le groupe SNF a démontré un gain significatif de la flexion du genou en balancement maximal volontaire et de la dorsiflexion de la cheville à mi-balancement volontaire. Les auteurs n’ont pas documentés les différences entre les groupes.

Le second ECR de qualité acceptable (Granat et al., 1996), utilisant un plan d’étude croisé, a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 4 semaines, le programme de réadaptation habituel suivi de 4 semaines de traitement de SEF. La cinématique de la marche a été évaluée par des mesures de la symétrie du balancement et de l’inversion du pied. Une différence significative sur les paramètres de la marche a été observée à 4 semaines (post-intervention) en faveur du traitement SEF comparé au programme de réadaptation habituel.

L’étude quasi-expérimentale (Kesar et al., 2011) a mesuré la cinématique de la marche de patients en phase chronique d’un AVC durant quatre conditions de marche : 1) à la vitesse de leur choix sans SEF (VC) ; 2) à la vitesse de leur choix avec SEF (VC-SEF) 3) plus rapidement qu’à cette vitesse sans SEF (RAP) ; et 4) plus rapidement qu’à cette vitesse avec SEF (RAP-SEF). La cinématique de la marche a été mesurée par la force de réaction au sol de pointe antérieure (peak anterior ground reaction force – AGRF) pendant la mise en charge du côté parétique et l’angle du membre arrière. La condition « marcher plus rapidement que la vitesse de leur choix » a relevé une différence significative du AGRF en faveur de la SEF (condition 4) comparée à l’absence de SEF (condition 3). Dans le cas d’une comparaison entre les deux conditions avec SEF, une évaluation post-intervention relève une différence significative du AGRF, de l’angle du membre arrière et du pic de la flexion du genou en faveur de la condition 4 (RAP-SEF) comparée la condition 2 (VC-SEF). La comparaison entre les deux conditions sans SEF relève une différence significative de la cinématique de la marche en faveur de la condition 3 (RAP) comparée à la condition 1 (VC). Aucune différence entre les deux conditions SEF (condition 2 vs condition 4) n’a été notée quant à l’angle du membre arrière et au pic de la flexion du genou ; et aucune différence entre les deux conditions sans SEF (condition 1 vs condition 3) n’a été notée quant au pic de la flexion du genou. Il n’y avait également aucune différence sur la comparaison des pourcentages de propulsion parétique.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable et d’une étude quasi-expérimentale qui indiquent que la SEF est plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer la cinématique et les paramètres de la marche de patients en phase chronique d’un AVC. Un second ECR de qualité acceptable relève une amélioration des paramètres de la marche suivant une intervention de SEF, cependant les résultats n’ont pas été utilisés pour déterminer le niveau d’évidence puisque les différences entre les groupes n’ont pas été documentées.

Composante de la marche
Efficace
1A

Deux ECR de haute qualité (Daly et al., 2011 ; Daly et al., 2006) ont examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer les composantes de marche de patients en phase chronique post-AVC.

Le premier ECR de haute qualité (Daly et al., 2011) a assigné aléatoirement des patients en phase chronique post-AVC pour recevoir ou non de la SEF intramusculaire. Tous les participants ont pratiqué des exercices de renforcement musculaire ; un programme d’entraînement à la marche sur le sol et un entraînement sur tapis roulant avec support de poids corporel d’une durée de 1,5 heure, quatre fois par semaine, pour une période de 12 semaines. L’analyse des composantes de marche a été réalisée en utilisant le Gait Assessment and Intervention Tool (Gait). Une différence significative entre les groupes, en faveur du groupe SEF comparé au groupe qui ne recevait pas de SEF, a été observée à 12 semaines post-intervention et à 6 mois de suivi.

Le second ECR de haute qualité (Daly et al., 2006) a examiné l’efficacité de la stimulation neuromusculaire fonctionnelle utilisant des électrodes intramusculaires (SNF-IM) sur les composantes de marche de 32 patients en phase chronique d’un AVC. Le groupe d’intervention a reçu, pour une période de 12 semaines, une stimulation neuromusculaire fonctionnelle utilisant des électrodes intramusculaires ; un entraînement sur tapis roulant avec support de poids corporel ; des exercices de coordination ; un programme de marche sur le sol et un programme d’exercices à pratiquer à domicile. Le groupe témoin a reçu la même intervention mais sans SNF-IM. Après 12 semaines d’intervention, il y avait une différence significative entre les groupes en faveur du groupe d’intervention, telle que mesurée par la Tinetti Gait scale (TG) qui a évalué : 1) l’initiation de la marche ; 2) la trajectoire de marche ; 3) l’alignement du tronc ; 4) les trajectoires d’oscillation du membre ; 5) la continuité du pas ; 6) la symétrie du pas; et 7) l’oscillation du membre par rapport au sol et l’oscillation avant durant l’exécution.

Conclusion : Il y a de fortes données probantes (niveau 1a) provenant de deux ECR de haute qualité indiquant que la SEF est plus efficace que l’absence de SEF pour améliorer les composantes de marche de patients en phase chronique post-AVC.

Contraction isométrique volontaire maximale (CIVM)
Inefficace
1B

Un ECR de haute qualité (Janssen et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF sur la contraction isométrique volontaire maximale (CIVM) de patients en phase chronique post-AVC.

Cet ECR de haute qualité (Janssen et al., 2008) a comparé l’efficacité d’un programme d’exercice sur vélo stationnaire avec ou sans SEF sur la puissance maximale de 12 patients en phase chronique d’un AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe d’intervention ou à un groupe témoin alors qu’ils participaient tous à un programme d’exercice à vélo. Durant ce programme de 6 semaines, le groupe d’intervention a reçu une stimulation électrique suscitant des contractions musculaires tandis que le groupe témoin a reçu une stimulation sensible mais qui n’entraînait pas de contractions musculaires. Après 6 semaines d’intervention, il n’y avait aucune différence significative entre les groupes sur contraction volontaire maximale de l’extension du genou.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF combiné à un programme d’exercice à vélo n’est pas plus efficace qu’un programme d’exercice à vélo seul pour améliorer la contraction isométrique volontaire maximale de patients en phase chronique post-AVC.

Coordination
Inefficace
1A

Deux ECR de haute qualité (Daly et al., 2011 ; Daly et al., 2006) ont examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la coordination de patients en phase chronique post-AVC.

Le premier ECR de haute qualité (Daly et al., 2011) a assigné aléatoirement des patients en phase chronique post-AVC pour recevoir ou non de la SEF intramusculaire. Tous les participants ont pratiqué des exercices de renforcement musculaire ; un programme d’entraînement à la marche sur le sol et un entraînement sur tapis roulant avec support de poids corporel d’une durée de 1,5 heure, quatre fois par semaine, pour une période de 12 semaines. La coordination du membre inférieur a été mesurée par le Fugl-Meyer Lower Limb Scale et par les sous-échelles Locomotion et Mobilité de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle (MIF). Les deux groupes ont démontré une amélioration significative de la coordination du membre inférieur à 12 semaines après l’intervention, cependant, les différences entre les groupes n’ont pas été documentées pour ces mesures.

Le second ECR de haute qualité (Daly et al., 2006) a examiné l’efficacité de la stimulation neuromusculaire fonctionnelle utilisant des électrodes intramusculaires (SNF-IM) sur la coordination de 32 patients en phase chronique d’un AVC. Le groupe d’intervention a reçu, pour une période de 12 semaines, une stimulation neuromusculaire fonctionnelle utilisant des électrodes intramusculaires ; un entraînement sur tapis roulant avec support de poids corporel ; des exercices de coordination ; un programme de marche sur le sol et un programme d’exercices à pratiquer à domicile. Le groupe témoin a reçu la même intervention mais sans SNF-IM. Après 12 semaines d’intervention, il y avait une différence significative entre les groupes en faveur du groupe d’intervention, telle que mesurée par le Fugl-Meyer knee flexion coordination (FMKnFx). Aucune différence statistiquement significative entre les groupes n’a été notée sur la mesure du Fugl-Meyer lower extremity coordination (FMLE).

Conclusion : Il y a de fortes données probantes (niveau 1a) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF est plus efficace que l’absence de SEF pour rendre un programme d’entraînement à la marche seul plus performant pour améliorer la coordination du genou mais non la coordination globale du membre inférieur de patients en phase chronique post-AVC. Un autre ECR indique également des améliorations significatives de la coordination suivant une intervention de SEF, cependant les résultats n’ont pas été utilisés pour déterminer le niveau d’évidence puisque les différences entre les groupes n’ont pas été documentées.

Déplacement fonctionnel
Efficace
2A

Une étude de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé (Sheffler et al., 2006) a examiné l’efficacité de la SEF sur le déplacement fonctionnel de patients en phase chronique post-AVC.

Cette étude de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé (Sheffler et al., 2006) a étudié l’effet d’un dispositif de stimulation transcutanée au nerf péronier sur le déplacement fonctionnel de 14 patients en phase chronique d’un AVC et ayant un pied tombant. Le Modified Emory Functional Ambulation Profile a été utilisé pour mesurer le déplacement fonctionnel durant que les 14 patients subissait un test au pied tombant avec un stimulateur (le Odstock Dropped-Foot StimulatorODFS) ; avec une orthèse cheville- pied (Ankle-Foot OrthosisAFO) ; ou sans aucun dispositif. L’ordre d’utilisation des différents dispositifs a été assigné de façon aléatoire ; toutes les évaluations et entraînements ont été réalisés en deux jours. Après ces deux jours, une différence significative, telle que mesurée par le Modified Emory Functional Ambulation Profile, a été relevée en faveur du dispositif ODFS comparé à l’absence de dispositif, ainsi qu’en faveur de l’utilisation d’une orthèse AFO comparée à l’absence d’appareil, cependant, il n’y avait aucune différence significative entre l’utilisation du dispositif ODFS et d’une orthèse AFO.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’une étude de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé, qui indiquent que la SEF (via le ODFS) est plus efficace qu’aucune utilisation de dispositif pour améliorer le déplacement fonctionnel de patients en phase chronique d’un AVC.

Distance de marche
Inefficace
1A

Deux ECR de haute qualité (Daly et al., 2006 ; Janssen et al., 2008) ont examiné l’efficacité de la SEF sur la distance de marche de patients en phase chronique post-AVC.

Le premier ECR de haute qualité (Daly et al., 2006) a examiné l’efficacité de la stimulation neuromusculaire fonctionnelle utilisant des électrodes intramusculaires (SNF-IM) sur la distance de marche de 32 patients en phase chronique d’un AVC. Le groupe d’intervention a reçu, pour une période de 12 semaines, une stimulation neuromusculaire fonctionnelle utilisant des électrodes intramusculaires ; un entraînement sur tapis roulant avec support de poids corporel ; des exercices de coordination ; un programme de marche sur le sol et un programme d’exercices à pratiquer à domicile. Le groupe témoin a reçu la même intervention mais sans SNF-IM. Après 12 semaines d’intervention, aucune différence significative entre les groupes n’a été relevée sur la distance de marche telle que mesurée par le Test de marche de 6 minutes.

Le second ECR de haute qualité (Janssen et al., 2008) a comparé l’efficacité d’un programme d’exercice sur vélo stationnaire avec ou sans SEF sur la distance de marche de 12 patients en phase chronique d’un AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe d’intervention ou à un groupe témoin alors qu’ils participaient tous à un programme d’exercice à vélo. Durant ce programme de 6 semaines, le groupe d’intervention a reçu une stimulation électrique suscitant des contractions musculaires tandis que le groupe témoin a reçu une stimulation sensible mais qui n’entraînait pas de contractions musculaires. Après 6 semaines d’intervention, il n’y avait aucune différence significative entre les groupes sur le Test de marche de 6 minutes.

Conclusion : Il y a de fortes données probantes (niveau 1a) provenant de deux ECR de haute qualité indiquant que la SEF combiné à un programme d’entraînement à la marche ou un programme d’exercice sur vélo n’est pas plus efficace qu’un programme d’entraînement à la marche seul ou un programme d’exercice sur vélo seul pour améliorer la distance de marche de patients en phase chronique post-AVC.

Efficacité de la marche
Efficace
2A

Deux ECR de qualité acceptable (Burridge and McLellan, 2000, Burridge et al., 1997), deux études de type pré/post (Sabut et al., 2010a, Stein et al., 2006) et une revue systématique (Kottink et al., 2004) ont examiné l’effet de la SEF sur l’efficacité de la marche de patients en phase chronique post-AVC.

Le premier ECR de qualité acceptable (Burridge and McLellan, 2000) a assigné avec un contrôle apparié pour l’âge les patients en phase chronique post-AVC pour recevoir de la SEF au nerf fibulaire commun durant la phase de balancement de la marche durant une période de 3 mois. L’efficacité de la marche a été mesurée par le Physiological Cost Index (les patients étant évalués avec et sans stimulation). La comparaison entre les résultats au départ de l’étude et après l’intervention a relevé une amélioration significative de l’efficacité de la marche pour les deux situations évaluées, avec et sans stimulation.

Note : L’étude n’ayant pas documentée les différences entre les groupes, le niveau d’évidence n’a pas été utilisé pour déterminer la conclusion de ce module.

Le second ECR de qualité acceptable (Burridge et al., 1997) a assigné aléatoirement les patients à un groupe recevant la SEF et la physiothérapie, ou à un le groupe témoin ne recevant que la physiothérapie. L’efficacité de la marche a été mesurée par le Physiological Cost Index (PCI) au début de l’étude ; entre la quatrième et la cinquième semaine, et entre la douzième et la treizième semaine. Les participants du groupe d’intervention ont été évalués avec et sans stimulation. Une différence statistiquement significative a été observée entre le changement des résultats du PCI dans le groupe témoin et le changement des résultats du PCI dans le groupe d’intervention (mesuré sans stimulation au début de l’étude et avec stimulation à la fin).

La première étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) a assigné des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC pour recevoir de la SEF combinée à de la physiothérapie habituelle. L’efficacité de la marche a été mesurée par le Physiological Cost Index. Un effet significatif de l’intervention de SEF sur l’efficacité de la marche a été observée à 12 semaines (post-intervention).

La seconde étude de type pré/post (Stein et al., 2006), a examiné l’utilisation de la SEF sur le nerf péronier et le muscle tibial antérieur pour améliorer l’efficacité de la marche de 26 patients ayant un pied tombant à la suite de troubles du système nerveux central, incluant 12 patients en phase chronique d’un AVC. Le Physiological Cost Index (PCI) a été mesuré avant que les participants n’emmènent le dispositif à la maison, et par la suite à des intervalles d’environ un mois sur une période d’au moins trois mois. À la fin de l’intervention, une tendance a été observée dans les résultats du PCI vers des valeurs inférieures (de 1,06 à 1,01), toutefois, ces résultats ne se sont pas avérés significatifs.

La revue systématique (Kottink et al., 2004) a examiné la littérature sur l’efficacité de la SEF pour améliorer l’efficacité de la marche et a identifié huit études évaluant cet impact avec des patients ayant subi un AVC. De ce nombre, seulement une étude était un ECR et a été évaluée ci-dessus (voir Burridge et al., 1997). Une seconde étude de type pré/post (par les mêmes auteurs) relevait une diminution significative des résultats du PCI avec et sans stimulation après trois mois chez 56 patients ayant subi un AVC. Globalement, cette revue systématique suggère un impact positif de la SEF pour améliorer l’efficacité de la marche de patients en phase chronique post-AVC.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable qui indiquent que la SEF est plus efficace que la réadaptation habituelle seule pour améliorer l’efficacité de la marche de patients en phase subaiguë et chronique d’un AVC. Un second ECR de qualité acceptable, une étude de type pré/post et une revue systématique ont également démontré une amélioration significative de l’efficacité de la marche suivant une intervention de SEF, et une seconde étude de type pré/post a relevé une tendance non-significative de la SEF pour améliorer l’efficacité de la marche.

Équilibre
Inefficace
1A

Deux ECR de haute qualité (Daly et al., 2006 ; Janssen et al., 2008) ont examiné l’efficacité de la SEF sur l’équilibre de patients en phase chronique post-AVC.

Le premier ECR de haute qualité (Daly et al., 2006) a examiné l’efficacité de la stimulation neuromusculaire fonctionnelle utilisant des électrodes intramusculaires (SNF-IM) sur l’équilibre de 32 patients en phase chronique d’un AVC. Le groupe d’intervention a reçu, pour une période de 12 semaines, une stimulation neuromusculaire fonctionnelle utilisant des électrodes intramusculaires ; un entraînement sur tapis roulant avec support de poids corporel ; des exercices de coordination ; un programme de marche sur le sol et un programme d’exercices à pratiquer à domicile. Le groupe témoin a reçu la même intervention mais sans SNF-IM. Après 12 semaines d’intervention, aucune différence significative entre les groupes n’a été relevée sur l’équilibre, tel que mesuré par le Tinetti Balance (TB).

Le second ECR de haute qualité (Janssen et al., 2008) a comparé l’efficacité d’un programme d’exercice sur vélo stationnaire avec ou sans SEF sur l’équilibre de 12 patients en phase chronique d’un AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe d’intervention ou à un groupe témoin alors qu’ils participaient tous à un programme d’exercice à vélo. Durant ce programme de 6 semaines, le groupe d’intervention a reçu une stimulation électrique suscitant des contractions musculaires à la jambe côté parétique, tandis que le groupe témoin a reçu une stimulation sensible mais qui n’entraînait pas de contractions musculaires. Après 6 semaines d’intervention, il n’y avait aucune différence significative entre les groupes sur l’équilibre, tel que mesuré par la Berg Balance Scale (BBS).

Conclusion : Il y a de fortes données probantes (niveau 1a) provenant de deux ECR de haute qualité indiquant que la SEF combiné à un programme d’entraînement à la marche ou d’exercice à vélo n’est pas plus efficace qu’un programme d’entraînement à la marche ou d’exercice à vélo seul pour améliorer l’équilibre de patients en phase chronique post-AVC.

Force musculaire
Efficace
1A

Deux ECR de haute qualité (Daly et al., 2011, Janssen et al., 2008), une méta-analyse (Glanz et al., 1996) et une étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) ont examiné l’efficacité de la SEF sur le force musculaire du membre inférieur de patients en phase chronique post-AVC.

Le premier ECR de haute qualité (Daly et al., 2011) a assigné aléatoirement des patients en phase chronique post-AVC pour recevoir ou non de la SEF intramusculaire. Tous les participants ont pratiqué des exercices de renforcement musculaire ; un programme d’entraînement à la marche sur le sol et un entraînement sur tapis roulant avec support de poids corporel d’une durée de 1,5 heure, quatre fois par semaine, pour une période de 12 semaines. La force musculaire a été mesurée par le test musculaire manuel. Les deux groupes ont démontré une amélioration significative de la force musculaire après l’intervention. Les différences entre les groupes n’ont pas été documentées pour cette mesure.

Le second ECR de haute qualité (Janssen et al., 2008) a comparé l’efficacité d’un programme d’exercice sur vélo stationnaire avec ou sans SEF sur la puissance maximale de 12 patients en phase chronique d’un AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe d’intervention ou à un groupe témoin alors qu’ils participaient tous à un programme d’exercice à vélo. Durant ce programme de 6 semaines, le groupe d’intervention a reçu une stimulation électrique suscitant des contractions musculaires tandis que le groupe témoin a reçu une stimulation sensible mais qui n’entraînait pas de contractions musculaires. La force musculaire a été mesurée par la force (torque) d’extension maximale du genou. Aucune différence significative sur la force musculaire n’a été observée après 6 semaines d’intervention.

L’ECR de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé (Embrey et al., 2010) a assigné aléatoirement des patients en phase chronique post-AVC et atteints d’une hémiplégie pour recevoir une intervention de 3 mois avec ou sans SEF (étape I), pour ensuite recevoir l’intervention contraire (sans ou avec SEF) toujours pour la même durée (étape II). La force musculaire isométrique a été mesurée à l’aide d’un dynamomètre. Une différence significative entre les groupes au niveau de la force de dorsiflexion de la jambe (côté parétique) a été observée en faveur du groupe ayant reçu la SEF (comparé au groupe ne l’ayant pas reçu) suivant l’étape I à 3 mois. Des résultats semblables ont été notés toujours en faveur du groupe ayant reçu la SEF (comparé au groupe ne l’ayant pas reçu) suivant l’étape II à 6 mois. Il n’y avait pas de différence significative entre les groupes au niveau de la force musculaire des fléchisseurs plantaires à aucun des temps de mesure.

La méta-analyse (Glanz et al., 1996) a examiné quatre ECR pour évaluer l’efficacité de la SEF pour améliorer la force musculaire de patients en phase chronique post-AVC. L’étendue du temps depuis l’apparition des symptômes d’AVC pour les patients des quatre études évaluées était de 1,5 mois à 29,2 mois. Le groupe d’intervention recevait de la SEF sur un des muscles du côté hémiparétique (cheville, genou ou poignet), combinée à la réadaptation habituelle. Les groupes témoin ne recevaient que la réadaptation habituelle, à l’exception d’une étude dans laquelle les patients recevaient une intervention placebo. Les quatre études ont généré une ampleur de l’effet positif de (effect size 0,63), où les patients qui recevaient des stimulations avaient, après l’intervention, une amélioration significative de la force musculaire de côté hémiparétique (cheville, genou ou poignet) comparés au groupe témoin qui ne recevait que la réadaptation habituelle ou une intervention placebo.

L’étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) a assigné des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC pour recevoir de la SEF combinée à de la physiothérapie habituelle. La force musculaire a été mesurée par la valeur absolue moyenne, la racine carrée moyenne, la fréquence médiane et l’amplitude moyenne du signal d’EMG du muscle tibial antérieur. Un effet significatif des traitements de SEF sur la force musculaire a été noté à 12 semaines (post-intervention).

Conclusion : Il y a de fortes données probantes (niveau 1a) provenant d’une méta-analyse et d’un ECR de qualité acceptable indiquant que la SEF est plus efficace que l’absence de SEF, la réadaptation habituelle ou l’absence de thérapie pour améliorer la force musculaire de patients en phase chronique post-AVC. Un ECR de haute qualité et une étude de type pré/post ont également notée des améliorations significatives de la force musculaire suivant une intervention de SEF, cependant les différences entre les groupes n’ont pas été documentées.

Note : Un ECR de haute qualité publié après la méta-analyse, n’a indiqué aucune différence significative entre une intervention de SEF et une stimulation sensible (n’entraînant pas de contraction musculaire) durant un programme d’exercice sur vélo.

Mobilité fonctionnelle perçue
Inefficace
1B

Un ECR de haute qualité (Janssen et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF sur la mobilité fonctionnelle perçue de patients en phase chronique post-AVC.

Cet ECR de haute qualité (Janssen et al., 2008) a comparé l’efficacité d’un programme d’exercice sur vélo stationnaire avec ou sans SEF sur la mobilité fonctionnelle perçue de 12 patients en phase chronique d’un AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe d’intervention ou à un groupe témoin alors qu’ils participaient tous à un programme d’exercice à vélo. Durant ce programme de 6 semaines, le groupe d’intervention a reçu une stimulation électrique suscitant des contractions musculaires tandis que le groupe témoin a reçu une stimulation sensible mais qui n’entraînait pas de contractions musculaires. Après 6 semaines d’intervention, il n’y avait aucune différence significative entre les groupes sur le Rivermead Mobility Index (RMI).

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF combiné à un programme d’exercice à vélo n’est pas plus efficace qu’un programme d’exercice à vélo seul pour améliorer la mobilité fonctionnelle perçue de patients en phase chronique post-AVC.

Niveau d’activité physique
Inefficace
2A

Un ECR de qualité acceptable (Kottink et al., 2007) a examiné l’efficacité de la SEF sur le niveau d’activité physique de patients en phase chronique post-AVC.

Cet ECR de qualité acceptable (Kottink et al., 2007) a étudié l’efficacité de la SEF via l’implantation d’un stimulateur à 2 voies au nerf péronier pour améliorer l’activité physique de 29 patients atteints d’hémiplégie chronique et ayant un pied tombant. Les patients ont été assignés aléatoirement : 1) à un groupe qui se voyait implanter un stimulateur à 2 voies au nerf péronier (groupe stimulation) ; ou 2) à un groupe témoin. Les participants du groupe de stimulation avaient le stimulateur implanté au nerf péronier sous anesthésie générale ou locorégionale. Le groupe témoin pouvait continuer d’utiliser (le cas échéant) leurs appareils réguliers de marche (orthèses cheville-pied ou chaussures orthopédiques). Le niveau d’activité physique de tous les participants a été mesuré au départ de l’étude et à la semaine vingt-six. À la vingt-sixième semaine, il n’y avait aucune différence significative entre les groupes quant à leur niveau d’activité physique mesuré par le pourcentage de temps passé à marcher ou en position debout, cependant, il y avait une différence significative entre les groupes, en faveur du groupe de stimulation, sur le temps passé à être assis ou en position couchée.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable indiquant que la SEF n’est pas plus efficace que la réadaptation habituelle pour améliorer le niveau d’activité physique de patients en phase chronique d’un AVC.

Puissance maximale
Inefficace
1B

Un ECR de haute qualité (Janssen et al., 2008) a examiné l’efficacité de la SEF sur la puissance maximale de patients en phase chronique post-AVC.

Cet ECR de haute qualité (Janssen et al., 2008) a comparé l’efficacité d’un programme d’exercice sur vélo stationnaire avec ou sans SEF sur la puissance maximale de 12 patients en phase chronique d’un AVC. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe d’intervention ou à un groupe témoin alors qu’ils participaient tous à un programme d’exercice à vélo. Durant ce programme de 6 semaines, le groupe d’intervention a reçu une stimulation électrique suscitant des contractions musculaires tandis que le groupe témoin a reçu une stimulation sensible mais qui n’entraînait pas de contractions musculaires. Après 6 semaines d’intervention, il n’y avait aucune différence significative entre les groupes sur les résultats de PO2 max.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF combiné à un programme d’exercice à vélo n’est pas plus efficace qu’un programme d’exercice à vélo seul pour améliorer la puissance maximale de patients en phase chronique post-AVC.

Qualité de vie
Efficace
1B

Un ECR de haute qualité (Kottink et al., 2010) a examiné l’efficacité de la SEF sur la qualité de vie de patients en phase chronique post-AVC.

Cet ECR de haute qualité (Kottink et al., 2010) a assigné aléatoirement 29 patients atteints d’hémiplégie chronique et ayant un pied tombant à un groupe qui se voyait implanter un stimulateur à 2 voies au nerf péronier pour corriger leur pied tombant (groupe stimulation) ; ou à un groupe témoin qui pouvait continuer d’utiliser (le cas échéant) leurs appareils réguliers de marche (orthèses cheville-pied ou chaussures orthopédiques). L’état de santé a été mesuré le Short Form-36 (SF-36), le Disability Impact Profile (DIP), et la moyenne des indices sommaires fondés sur les préférences du SF-36 et du EuroQoL (EQ-5D). À la vingt-sixième semaine, il y avait une différence significative entre les groupes en faveur du groupe d’intervention comparé au groupe témoin sur le SF-36 (fonctionnement physique, santé générale et résultats du résumé des composantes physiques), sur le DIP (mobilité, soins personnels, résultats du l’état psychologique), et sur la moyenne des indices sommaires fondés sur les préférences du EQ-5D. Il n’y avait aucune différence sur les autres sous-échelles du DIP (symptômes, activités sociales et communication), celles du SF-36 (fonctionnement du rôle physique, douleur physique, fonctionnement social, santé mentale, fonctionnement du rôle émotionnel, vitalité, et résumé des composantes mentales) ou sur la moyenne des indices sommaires fondés sur les préférences du SF-36.

Conclusion : Il y a des données probantes modérées (niveau 1b) provenant d’un ECR de haute qualité indiquant que la SEF est plus efficace que les autres interventions (absence de SEF, orthèse ou chaussures orthopédiques) pour améliorer certains aspects de la qualité de vie de patients en phase chronique post-AVC.

Réponses métaboliques
Efficace
2B

Une étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) a examiné l’effet de la SEF sur les réponses métaboliques de patients en phase subaiguë et chronique post-AVC.

Cette étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) a assigné des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC pour recevoir de la SEF combinée à de la physiothérapie habituelle. Les réponses métaboliques ont été mesurées par la consommation d’oxygène, la production de dioxyde de carbone, la fréquence cardiaque et la dépense énergétique. Un effet significatif du traitement sur les réponses métaboliques a été observé à 12 semaines (post-intervention).

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2b) provenant d’une étude de type pré/post qui indiquent que la SEF combiné à la physiothérapie habituelle est efficace pour améliorer les réponses métaboliques de patients en phase subaiguë et chronique post-AVC.

Spasticité
Inefficace
2A

Un ECR de haute qualité (Chen et al., 2005) et un ECR de qualité acceptable (Embrey et al., 2010) ont examiné l’effet de la SEF sur la spasticité de patients en phase chronique post-AVC.

L’ECR de haute qualité (Chen et al., 2005) a assigné aléatoirement des patients en phase chronique post-AVC pour recevoir des stimulations électriques ou une intervention simulée. La spasticité a été mesurée en utilisant la Modified Ashworth Scale et une évaluation électro-physiologique de la réponse du membre inférieur (tibial Fmax/Mmax ratio, H-reflex latency and H-reflex recovery curve). Les patients ayant reçu la stimulation électrique ont démontré une diminution significative sur les mesures électro-physiologiques de la spasticité (Fmax/Mmax ratio, H-reflex latency). Plus de patients du groupe d’intervention, comparés à ceux du groupe de stimulation, ont démontré une diminution sur les mesures de spasticité de la Modified Ashworth Scale, cependant les différences entre les groupes n’ont pas été documentées.

L’ECR de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé (Embrey et al., 2010) a assigné aléatoirement des patients en phase chronique post-AVC et atteints d’une hémiplégie pour recevoir une intervention de 3 mois avec ou sans SEF (étape I), pour ensuite recevoir l’intervention contraire (sans ou avec SEF) toujours pour la même durée (étape II). La spasticité a été mesurée par la Modified Ashworth Scale. Aucune différence entre les groupes n’a été observée sur la mesure de la spasticité suivant l’étape I ou l’étape II.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant d’un ECR de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé qui indiquent que la SEF n’est pas plus efficace qu’une absence de stimulation pour réduire la spasticité de patients en phase chronique d’un AVC.

Note : Un ECR de haute qualité a relevé une réduction de la spasticité suivant une intervention de stimulation électrique, cependant les différences entre les groupes n’ont pas été documentées.

Vitesse de marche avec SEF
Efficace
2A

Trois ECR de haute qualité (Cozean et al., 1988 ; Chen et al., 2005 ; Daly et al., 2011), quatre ECR de qualité acceptable (Burridge et al., 1997 ; Kottink et al., 2007 ; Alon and Ring, 2003 ; Burridge and McLellan, 2000), deux ECR de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé (Granat et al., 1996 ; Embrey et al., 2010), deux études de type pré/post (Sabut et al., 2010a ; Stein et al., 2006) et une revue systématique (Kottink et al., 2004) ont examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la vitesse de marche de patients en phase chronique d’un AVC.

Le premier ECR de haute qualité (Cozean et al., 1988) a assigné aléatoirement 32 patients en phase chronique d’un AVC pour recevoir : 1) une combinaison de biofeedback électromyographique (BFB) et de SEF ; 2) seulement la BFB ; 3) seulement la SEF ; ou 4) seulement la physiothérapie habituelle (groupe témoin). À 4 semaines après le traitement, une amélioration statistiquement significative a été observée sur la vitesse de marche en faveur du groupe d’intervention combiné (1), cependant la comparaison entre les groupes n’a pas été documentée.

Le second ECR de haute qualité (Chen et al., 2005) a assigné aléatoirement des patients en phase chronique post-AVC pour recevoir des séances de stimulations électriques (à raison de 20 minutes par jour, 6 jours par semaine, pour une période d’un mois), ou une intervention simulée. La vitesse de marche a été mesurée par l’évaluation du temps de marche sur 10 mètres. Après l’intervention, les patients ayant reçu les stimulations ont démontré une amélioration significative de leur temps de marche, ce que les patients du groupe d’intervention simulé n’ont pas démontré. Les différences entre les groupes n’ont pas été documentées.

Le troisième ECR de haute qualité (Daly et al., 2011) a assigné aléatoirement des patients en phase chronique post-AVC pour recevoir ou non de la SEF intramusculaire. Tous les participants ont pratiqué des exercices de renforcement musculaire ; un programme d’entraînement à la marche sur le sol et un entraînement sur tapis roulant avec support de poids corporel d’une durée de 1,5 heure, quatre fois par semaine, pour une période de 12 semaines. La vitesse de marche a été mesurée par le Test de marche de 6 minutes. Après l’intervention, les deux groupes ont démontré une amélioration significative de leur vitesse de marche.

Le premier ECR de qualité acceptable (Burridge et al., 1997) a examiné l’efficacité de la SEF et de la physiothérapie sur la vitesse de marche de patients en phase chronique d’un AVC dont la marche a été altérée par un pied tombant. Les patients ont été assignés aléatoirement à un groupe recevant la SEF et la physiothérapie, ou à un le groupe témoin ne recevant que la physiothérapie. Le dispositif Odstock Dropped Foot Stimulator a été utilisé pour administré la SEF et la vitesse de marche a été mesuré sur une passerelle de marche de 6 mètres Les participants du groupe d’intervention ont été évalués à trois reprises avec de la stimulation et à trois reprises sans stimulation, tandis que le groupe témoin a été évalué à trois reprises sans stimulation. À la première mesure, il n’y avait aucune différence significative entre la vitesse de marche du groupe témoin et celle du groupe d’intervention avec stimulation. Cependant, il y avait une différence significative entre les groupe lorsque la vitesse moyenne de la marche a été comparée (pour le groupe d’intervention, mesure sans stimulation au début de l’étude et mesure avec stimulation à la fin de l’étude).

Le second ECR de qualité acceptable (Kottink et al., 2007) a étudié l’efficacité de la SEF via l’implantation d’un stimulateur à 2 voies au nerf péronier pour améliorer la vitesse de marche de 29 patients atteints d’hémiplégie chronique et ayant un pied tombant. Les patients ont été assignés aléatoirement : 1) à un groupe qui se voyait implanter un stimulateur à 2 voies au nerf péronier (groupe stimulation) ; ou 2) à un groupe témoin. Les participants du groupe de stimulation avaient le stimulateur implanté au nerf péronier sous anesthésie générale ou locorégionale. Le dispositif implanté communiquait avec un récepteur externe et appliquait une stimulation continue sur le nerf. Le groupe témoin pouvait continuer d’utiliser (le cas échéant) leurs appareils réguliers de marche (orthèses cheville-pied ou chaussures orthopédiques). Tous les patients ont été mesurés au départ de l’étude, à la douzième semaine et à la semaine vingt-six. À la douzième semaine, il n’y avait aucune différence significative entre les groupes sur le Test de marche de 6 minutes et sur le temps de marche sur une passerelle de 6 mètres, cependant, à la vingt-sixième semaine, il y avait une amélioration significative sur la vitesse de marche du groupe d’intervention comparé au groupe témoin sur le Test de marche de 6 minutes et sur le temps de marche sur une passerelle de 6 mètres.

Le troisième ECR de qualité acceptable (Alon and Ring, 2003) a assigné aléatoirement des patients en phase chronique post-AVC pour recevoir des séances de SEF (entraînement avec stimulation augmentée électriquement) ou un entraînement comprenant les mêmes exercices sans stimulation (groupe témoin). La vitesse de marche a été mesurée par le Test de marche sur 10 mètres (temps et cadence). Une différence significative entre les groupes sur la vitesse de marche a été observée à 2 mois (post-intervention) en faveur de la SEF combiné à la réadaptation habituelle comparée à la réadaptation habituelle seule.

Le quatrième ECR de qualité acceptable (Burridge and McLellan, 2000) a assigné avec un contrôle apparié pour l’âge les patients en phase chronique post-AVC pour recevoir de la SEF au nerf fibulaire commun durant la phase de balancement de la marche durant une période de 3 mois. La vitesse de marche a été mesurée par le Test de marche sur 10 mètres. La comparaison entre les résultats au départ de l’étude et après l’intervention a relevé une amélioration significative de la vitesse de marche lorsque la stimulation était appliquée.

Le premier ECR de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé (Granat et al., 1996) a assigné aléatoirement des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC à un groupe qui recevait, pour une période de 4 semaines, le programme de réadaptation habituel suivi de 4 semaines de traitement de SEF. La vitesse de marche a été mesurée par le ratio entre la longueur des pas et le temps requis pour parcourir la distance. La comparaison entre les groupes sur la vitesse de marche n’a pas été calculée, mais les auteurs ont relevé une vitesse améliorée après les 4 semaines d’intervention de SEF.

Le second ECR de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé (Embrey et al., 2010) a assigné aléatoirement des patients en phase chronique post-AVC et atteints d’une hémiplégie pour recevoir une intervention de 3 mois avec ou sans SEF (étape I), pour ensuite recevoir l’intervention contraire (sans ou avec SEF) toujours pour la même durée (étape II). La vitesse de marche a été mesurée le Test de marche de 6 minutes et par le Emory Functional Ambulatory Profile (EFAP). À 3 mois (étape I), les patients ayant reçu la SEF ont démontré une amélioration statistiquement significative de leur vitesse de marche. À 6 mois (étape II), les patients ayant reçu la SEF lors de l’étape I ont maintenu leur amélioration significative comparée à la mesure au départ de l’étude, et le groupe qui a reçu la SEF lors de l’étape II ont démontré une amélioration significative de leur vitesse de marche comparée à leurs résultats au départ de l’étude.

La première étude de type pré/post (Sabut et al., 2010a) a assigné des patients en phase subaiguë et chronique post-AVC pour recevoir de la SEF combinée à de la physiothérapie habituelle. La vitesse de marche a été mesurée par le Test de marche sur 10 mètres. Un effet significatif des traitements de SEF sur la vitesse de marche a été observé à 12 semaines (post-intervention).

La seconde étude de type pré/post (Stein et al., 2006) a examiné l’utilisation de la SEF sur le nerf péronier et le muscle tibial antérieur pour améliorer l’efficacité de la marche de 26 patients ayant un pied tombant à la suite de troubles du système nerveux central, incluant 12 patients en phase chronique d’un AVC. La vitesse de marche a été mesurée sur une distance linéaire de 10 mètres, ainsi que sur une distance de 10 mètres en forme de 8. Les mesures ont été effectuées avant que les participants n’emmènent le dispositif de stimulation à la maison, et par la suite à des intervalles d’environ un mois sur une période d’au moins trois mois. Les participants ont effectué le test de marche sur une ligne droite de 10 mètres, deux fois avec la SEF et deux fois sans SEF. L’augmentation moyenne de la vitesse de marche de la mesure initiale sans SEF comparée à la mesure finale avec SEF était de 12%, ce qui ne s’avère pas une différence significative.

La revue systématique (Kottink et al., 2004) a examiné la littérature sur l’efficacité de la SEF et a identifié huit études s’occupant de la relation entre la SEF et la vitesse de marche avec des patients ayant subi un AVC. De ce nombre, seulement une étude était un ECR et a été évaluée ci-dessus (voir Burridge et al., 1997). La vitesse de marche a été évaluée dans six de ces huit études. Globalement, cette revue systématique suggère un impact positif de l’intervention par SEF pour améliorer la vitesse de marche de patients ayant subi un AVC.

Conclusion : Il y a des données probantes limitées (niveau 2a) provenant de cinq ECR de qualité acceptable (dont un utilisant un plan d’étude croisé) qui indiquent que la SEF est plus efficace que les interventions témoins (ici, la physiothérapie, la réadaptation habituelle ou l’absence de SEF) pour améliorer la vitesse de marche de patients en phase chronique d’un AVC. Deux ECR de haute qualité, un ECR de qualité acceptable utilisant un plan d’étude croisé, une étude de type pré/post et une revue systématique ont identifié une amélioration significative de la vitesse de marche suivant une intervention de SEF, cependant les différences entre les groupes n’ont pas été documentées.

Note : Un ECR de haute qualité a indiqué une amélioration significative dans les deux groupes comparés, tandis qu’une étude de type pré/post n’a relevé aucune amélioration significative de la vitesse de marche suivant une intervention de SEF.

Vitesse de marche post-SEF (effet thérapeutique)
Efficace
1A

Une méta-analyse (Robbins et al., 2006) a examiné l’efficacité de la SEF pour améliorer la vitesse de marche (une fois que l’intervention de SEF ait pris fin). Six études sont incluses dans cette méta-analyse (Alon & Ring, 2003 ; Bogataj et al., 1995 ; Burridge et al., 1997 ; Burridge & MacLellan, 2000 ; Chen et al., 2005 ; Granat et al., 1996) et ont été examinées dans ce module d’InfoAVC.

La méta-analyse (Robbins et al., 2006) qui incluait trois ECR a examiné les changements de la vitesse de marche survenus après une série d’interventions par SEF sur une période de plusieurs semaines ou de plusieurs mois. La principale mesure de résultat était la vitesse de marche. La fourchette de temps depuis l’AVC allait de 3,9 mois à 59 mois avec une moyenne de 34 mois. Toutes les études ont examiné les différences de la vitesse de marche chez les participants après qu’ils aient reçu un entraînement avec la SEF pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois, comparés à ceux qui n’avaient pas reçu d’entraînement avec la SEF. Un modèle à effets fixes de trois études a produit une différence moyenne significative, indiquant l’efficacité de l’intervention par SEF pour augmenter la vitesse de marche chez les patients ayant subi un AVC.

Conclusion : Il y a de fortes données probantes (niveau 1a) provenant d’une méta-analyse qui indiquent que la SEF est plus efficace que la thérapie habituelle pour améliorer la vitesse de marche de patients en phase chronique d’un AVC et ce, même après que les sessions soient terminées.

Note : En raison du petit nombre d’essais cliniques randomisés, les auteurs ont également inclus dans leur discussion les résultats d’une étude de type pré/post et d’un essai utilisant un plan d’étude croisé pour fournir un examen plus approfondi. Au total, trois des cinq études portant sur l’efficacité de la SEF ont démontré une amélioration effective de la vitesse de marche (définie dans cet article comme une amélioration minimale de 7,9 % de la vitesse de la marche). Cette méta-analyse a indiqué que les programmes d’entraînement utilisant la SEF, produit des améliorations durables de la vitesse de marche et ce, même après que l’intervention soit terminée (effet thérapeutique).

Références

Alon, G., and Ring, H. (2003). Gait and hand function enhancement following training with a multi-segment hybrid-orthosis stimulation system in stroke patients. Journal of stroke and cerebrovascular diseases, 12(5), 209-216.

Ambrosini, E., Ferrante, S., Pedrocchi, A., Ferrigno, G., & Molteni, F. (2011). Cycling induced by electrical stimulation improves motor recovery in postacute hemiparetic patients: A randomized controlled trial. stroke, 42, 1068-1073.

Bogataj U, Gros N, Kljajic M, Acimovic R, Malezic M. The rehabilitation of Gait in patients with hemiplegia: a comparison between conventional therapy and multichannel functional electrical stimulation therapy. Phys Ther 1995; 75: 490-502

Burridge, J.H., & McLellan, D.L. (2000). Relation between abnormal patterns of muscle activation and response to common peroneal nerve stimulation in hemiplegia. Journal of Neurosurgery and Psychiatry, 69, 353-361.

Burridge JH, Taylor PN, Hagan SA, Wood DE, Swain ID. The effects of common peroneal stimulation on the effort and speed of walking: a randomized controlled trial with chronic hemiplegic patients. Clin Rehabil 1997;11:201-210

Chen, S.C., Chen, Y.L., Chen, C.J., Lai, C.H., Chiang, W.H., & Chen, W.L. (2005). Effects of surface electrical stimulation on the muscle-tendon junction of spastic gastrocnemius in stroke patients. Disability and Rehabilitation, 27(3), 105-110.

Cozean CD, Pease WS, Hubbell SL. Biofeedback and functional electric stimulation in stroke rehabilitation. Arch Phys Med Rehabil 1988; 69: 401-405

Daly J.J., Roenigk K., Holcomb J., Rogers J.M., Butler K., Gansen, J. & al. (2006). A Randomized controlled Trial of Functional Neuromuscular Stimulation in Chronic stroke Subjects. stroke, 37, 172-8.

Daly JJ, Roenigk KL, Butler KM, Gansen JL, Frederickson E, Marsolais B, Rogers J, Ruff, RL. Response of sagittal plane Gait kinematics to weight-supported treadmill training and functional neuromuscular stimulation following stroke. Journal of Rehabilitation Research and Development. 2004 ; 41 (6A); 807-820.

Daly, J.J., Zimbelman, J., Roenigk, K.L., McCabe, J.P., Rogers, J.M., Butler, K., Burdsall, R., Holcomb, J.P., Marsolais, E.B., & Ruff, R.L. (2011). Recovery of Coordinated Gait: Randomized Controlled stroke Trial of Functional Electrical Stimulation (FES) Versus No FES, With Weight-Supported Treadmill and Over- Ground Training. Neurorehabilitation and Neural Repair, 25(7), 588-596.

Embrey, D.G., Holtz, S.L., Alon, G., Brandsma, B.A., & McCoy, S.W. (2010). Functional electrical stimulation to dorsiflexors and plantar flexors during Gait to improve walking in adults with chronic hemiplegia. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 91, 687-696.

Ferrante S., Pedrocchi A., Ferrigno G., Molteni, F.(2008). Cycling induced by functional electrical stimulation improves the muscular strength and the motor control of individuals with post-acute stroke. European Journal of Physical & Rehabilitation Medicine. 44 (2):159-67.

Glanz M., Klawansky S., Stason W., Berkey C., & Chalmers, T. C. (1996). Functional electrostimulation in poststroke rehabilitation: a meta-analysis of the randomized controlled trials. Arch Phys Med Rehabil, 77(6), 549-553.

Granat, M.H., Maxwell, D, J., Ferguson, A.C.B., Lees, K.R., & Barbenel, J.C. (1996). Peroneal stimulator: Evaluation for the correction of spastic drop foot in hemiplegia. Archives in Physical and Medical Rehabilitation, 77, 19-24.

Janssen T., Beltman J., Elich P., Koppe P., Konijnenbelt H., de Haan A., Gerrits K. (2008). Effects of Electric Stimulation- Assisted Cycling Training in People With Chronic stroke. Archives of physical medicine and rehabilitation, 89(3), 463-469.

Johnson CA, Burridge JH, Strike PW, Wood DE, Swain ID. The effect of combined use of botulinum toxin type A and functional electrical stimulation in the treatment of spastic drop foot after stroke: a preliminary investigation. Arch Phys Med Rehabil 2004; 85(6): 902-909

Kesar, T.M., Reisman, D.S., Perumal, R., Jancosko, A.M., Higginson, J.S., Rudolph, K.S., & Binder-Macleod, S.A. (2011). Combined effects of fast treadmill walking and functional electrical stimulation on post-stroke Gait. Gait and Posture, 33, 309-313.

Kojovic J., Djuric-Jovicic M., Dosen S., Popovic M.B., Popovic D.B. (2009). Sensor-driven four-channel stimulation of paretic leg: functional electrical walking therapy. J Neurosci Methods, 181(1), 100-105.

Kottink A.I., Hermens H.J., Nene A.V., Tenniglo M.J., vander Aa H.E., Hendrik P. Buschman,H.P., Maarten J. Jzerman, I.(2007). A Randomized Controlled Trial of an Implantable 2-Channel Peroneal Nerve Stimulator on Walking Speed and Activity in Postroke hemiplegia. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation; 88: 971-8

Kottink, A.I., IJzerman, M.J., Groothuis-Oudshoorn, C.G., & Hermens, H.J. (2010). Measuring quality of life in stroke subjects receiving an implanted neural prosthesis for drop foot. Artificial Organs, 34, 366-376.

MacDonell RA, Triggs WJ, Leikauskas J, Bourque M, Robb K, Day BJ, Shahani BT. Functional electrical stimulation to the affected lower limb and recovery after cerebral infarction. J. stroke Cerebrovasc Dis 1994; 4: 155-160

Newsam, C.J Baker, L.L.. Effect of an Electric Stimulation Facilitation Program on Quadriceps Motor Unit Recruitment After stroke. Arch Phys Med Rehabil 2004; 85: 2040-5

Sabut, S.K., Lenka, P.K., Kumar, R., & Mahadevappa, M. (2010). Effect of functional electrical stimulation on the effort and walking speed, surface electromyography activity, and metabolic responses in stroke subjects. Journal of Electromyography and Kinesiology, 20, 1770-1177.

Sabut, S.K., Sikdar, C., Mondal, R., Kumar, R., & Mahadevappa, M. (2010). Restoration of Gait and motor recovery by functional electrical stimulation therapy in persons with stroke. Disability and Rehabilitation, 32(19), 1594-1603.

Solopova, I.A., Tihonova, D.Y., Grishin, A.A., & Ivanenko, Y.P. (2011). Assisted leg displacements and progressive loading by a tilt table combined with FES promote Gait recovery in acute stroke. NeuroRehabilitation, 29, 67-77.

Sheffler L, Hennessey M, Naples G, Chae J. (2006). Peroneal Nerve Stimulation versus an ankle foot orthosis for Correction of footdrop in stroke: impact on functional ambulation. Neurorehabilitation and Neural Repain, 20, 355-360.

Stein B, Phil D, Chong S, Everaert D, Rolf R, Thompson A, Whittaker M, Robertson J, Fung J,Preuss R, Momose K, Ihashi K. (2006) A Multicenter Trial of a Footdrop Stimulator Controlled by a Tilt Sensor. Neurorehabil Neural Repair; 20:371-379.

Tong R.K., Ng M.F., Li L,S. (2006). Effectiveness of Gait training using an electromechanical gair trainer, with and without functional electric stimulation, in subacute stroke: A randomized controlled trial. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 87, 1298-1304.

Winchester, P., Montgomery, J., Bowman, B., & Hislop, H. (1983). Effects of feedback stimulation training and cyclical stimulation on knee extension in hemiparetic patients. Physical Therapy, 63(7), 1096-1103.

Yan T, Hui-Chan CW, Li LS. (2005) Functional electrical stimulation improves motor recovery of the lower extremity and walking ability of subjects with first acute stroke: a randomized, placebo-controlled trial. stroke; 36(1): 80-85

Yavuzer G, Geler-Kulcu D, Sonel-Tur B, Kutlay S, Ergin S, Stam HJ. (2006). Neuromuscular electric stimulation effect on lower-extremity motor recovery and Gait kinematics of patients with stroke: A randomized controlled trial. Arch Phys Med Rehabil, 87: 536-40.

Yavuzer G., Öken Ö., Atay M., Stam H. (2007). Effect of Sensory-Amplitude Electric Stimulation on Motor Recovery and Gait Kinematics After stroke: A Randomized Controlled Study. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 88(6), 710-714.

Yeh, C-Y., Tsai, K-H., Su, F-C., Lo, H-C. (2010). Effect of a bout of leg cycling with electrical stimulation on reduction of hypertonia in patients with stroke. Archives in Physical and Medical Rehabilitation, 91, 1731-1736.

Nous voulons votre avis