Cambridge Cognition Examination (CAMCOG)

Évidence révisées en date du 18-03-2009
Auteur(s)* : Sabrina Figueiredo, BSc ; Katherine Salter
Éditeur(s) : Lisa Zeltzer, MSc OT ; Nicol Korner-Bitensky, PhD OT ; Elissa Sitcoff, BA BSc
Version française en traduction libre : Andréanne Labranche

But

Le Cambridge Cognition Examination (CAMCOG) est la partie cognitive et indépendante du Cambrige Examination for Mental Disorders of the Elderly (CAMDEX). Le CAMCOG est un instrument standardisé utilisé pour mesurer l’étendue de la démence et pour évaluer le niveau des déficits cognitifs. Cet outil évalue l’Orientation, le Langage, la Mémoire, la Praxie, l’Attention, la Pensée abstraite la perception et la Capacité de calculer (Roth, Tym, Mountjoy, Huppert, Hendrie, Verma, et al., 1986).

Revue détaillée

But de l’outil de mesure

Le Cambridge Cognition Examination (CAMCOG) est la partie cognitive et indépendante du Cambrige Examination for Mental Disorders of the Elderly (CAMDEX). Le CAMCOG est un instrument standardisé utilisé pour mesurer l’étendue de la démence et pour évaluer le niveau des déficits cognitifs. Cet outil évalue l’Orientation, le Langage, la Mémoire, la Praxie, l’Attention, la Pensée abstraite la perception et la Capacité de calculer (Roth, Tym, Mountjoy, Huppert, Hendrie, Verma, et al., 1986).

Versions disponibles

Le CAMCOG a été développé en 1986 par Roth, Tym, Mountjov, Huppert, Hendrie, Verma et Godddard. En 1999, Huppert, Mountjoy et Tym ont révisé l’outil et ont ensuite publié le CAMCOG-R. En 2000, de Koning, Dippel, van Kooten et Koudstall ont créé une version dans laquelle le nombre d’items est réduit de 67 à 25, et connue sous le nom de Rotterdam CAMCOG (R-CAMCOG).

Caractéristiques de l’outil

Items :

Le CAMCOG est constitué de 67 items, incluant les 19 items provenant du Mini Mental State Examination (MMSE) (Folstein, Folstein, & McHugh, 1975). Il est divisé en huit sous-échelles : Orientation, Langage (compréhension et expression), Mémoire (sémantique, récente et d’apprentissage), Attention, Praxie, Capacité de calculer, Capacité d’abstraction et de perception (de Koning, van Kooten, Dippel, van Harskramp, Grobbee, Kluft, et al. 1998).

La sous-échelle Orientation est constituée de dix items provenant du MMSE. Dans la sous-échelle Langage, la compréhension est évaluée en utilisant les réponses non-verbales et verbales à des questions parlées ou écrites : l’expression est évaluée avec des tests qui évaluent l’appellation, la répétition, la fluidité et les définitions. La sous-échelle Mémoire évalue la mémoire sémantique (évènements et personnes connues), la mémoire récente (nouveaux items, premier ministre, etc.) et l’apprentissage (le souvenir et la reconnaissance d’informations non-verbales et picturales apprises accidentellement et intentionnellement). L’Attention est évaluée par une série du nombre sept et en comptant à rebours à partir de 20. La Praxie est évaluée en copiant, dessinant et en écrivant, tout en suivant des instructions. Dans la sous-échelle Calcul, il est demandé au client de faire une addition et une soustraction qui impliquent de l’argent. Pour la sous-échelle Abstraction, il est demandé au client de parler des similarités entre une pomme et une banane, un chandail et une robe, une chaise et une table ainsi qu’entre une plante et un animal. Dans la sous-échelle Perception, il est demandé au client d’identifier les photos de personnes connues et d’objets familiers dans des angles inhabituels. Il est également demandé de faire la reconnaissance tactile de pièces de monnaie (Huppert, Jorm, Brayne, Girling, Barkley, Bearsdall et al., 1996).

Le nombre d’items cotés pour chaque sous-échelle est affiché dans le tableau suivant (de Koning et al., 1998; Huppert et al., 1996) :

Sous-échelles du CAMCOG Nombre d’items cotés
Orientation 10
Langage 9
Compréhension 8
Expression
Mémoire 3
Apprentissage 4
Récente 6
Sémantique
Concentration 2
Praxie 8
Capacité de calculer 2
Perception 3
Abstraction 4
Nombre d’items cotés 59

Les items concernant l’aphasie ou la parésie du membre supérieur ne peuvent pas être testés chez tous les clients et dépendent de la sévérité de l’AVC.

Les consignes détaillées concernant l’administration se trouvent dans le manuel du CAMCOG qui peut être obtenu au département de psychiatrie de l’Université de Cambridge.

Cotation :

Le score total au CAMCOG va de 0 à 107. Les scores plus bas que 80 sont indicatifs de démence (de Koning et al., 1998; Roth et al., 1986). Parmi les 67 items du CAMCOG, 39 sont cotés comme «bon» ou «mauvais» ; 11 items sont cotés sur une échelle de trois points, les options de réponses correspondant à «mauvais», «bon à un certain degré» ou «complètement bon» ; neuf items correspondent à des questions ou des commandes où le score de chaque item correspond à la somme de bonnes réponses, et huit items ne sont pas cotés. Cinq des items non cotés proviennent du MMSE et ne sont pas inclus dans le score total parce qu’ils sont évalués de manière plus détaillée par d’autres items du CAMCOG. Les trois items restants sont optionnels lors de l’évaluation (de Koning, Dippel, van Kooten, & Koudstall, 2000; Huppert et al., 1996).

Les scores maximums par sous-échelle sont les suivants (Huppert et al., 1996) :

Sous-échelles du CAMCOG >Nombre d’items cotés
Orientation 10
Langage 9
Compréhension 21
Expression
Mémoire 17
Apprentissage 4
Récente 4
Sémantique
Concentration 4
Praxie 12
Capacité de calculer 5
Perception 11
Abstraction 8
Score maximum total 107

Temps :

Le CAMCOG prend de 20 à 30 minutes pour être administré et le R-CAMCOG en prend de10 à 15 (de Koning et al, 1998; de Koning et al., 2000; Huppert et al., 1996).

Sous-échelles :

Le CAMCOG est constitué de 8 sous-échelles:

  • Orientation
  • Langage : sous-divisé en compréhension et en langage expressif
  • Mémoire : sous-divisée en mémoires sémantique, récente et d’apprentissage
  • Attention
  • Praxie
  • Capacité de calculer
  • Abstraction
  • Perception

Équipement :

Le CAMCOG ne nécessite pas d’équipement spécialisé. Seuls le test et un crayon sont nécessaires pour compléter l’évaluation.

Le CAMCOG nécessite de l’équipement spécialisé qui est inclus dans le manuel. Le manuel peut être acheté au département de psychiatrie de l’Université de Cambridge.

Versions alternatives du CAMCOG

  • CAMCOG révisé (CAMCOG-R) : Publié en 1999 par Roth, Huppert, Mountjoy et Tym, le CAMCOG-R a amélioré la capacité de l’outil de mesure de détecter certains types de démences et à faire des diagnostics cliniques basés sur le ICD-10 et le DSM-IV. Cette version contient des items mis à jour dans la sous-échelle Mémoire sémantique et des items ont été ajoutés pour évaluer les fonctions exécutives (Leeds, Meara, Woods & Hobson, 2001; Roth, Huppert, Mountjoy & Tym, 1999).
  • Rotterdam CAMCOG (R-CAMCOG) : Publié en 2000, le R-CAMCOG est une version courte du CAMCOG qui contient 25 items. Dix à quinze minutes sont nécessaires pour l’administrer et il est aussi fiable que le CAMCOG pour dépister la démence post-AVC (de Koning et al., 2000).
  • General Practitioner Assessment of Cognition (GPCOG) : Publié en 2002 pour être utilisé dans un contexte de soins primaires, le GPCOG contient neuf items cognitifs et six items informateurs dérivés du Cambrige Cognitive Examination, de la PsychogeriatricAssessment Scale (Jorm, Mackinnon, Henderson, Scott, Christensen, Korten et al. 1995) et de la Instrumental Activities of Daily Living Scale (Lawton & Brody, 1969). Le GCPOG prend de 4 à 5 minutes pour être administré et a un niveau d’exactitude de diagnostic similaire au Mini-Mental State Examination (Folstein, Folstein, & McHugh, 1975) pour détecter la démence (Brodaty, Pond, Kemp, Luscombe, Harding, Berman et al., 2002).

Clientèle cible

Peut être utilisé avec :

  • Les clients ayant subi un AVC.
  • Les clients avec différents types de démence.

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • Le CAMCOG ne devrait pas être utilisé avec les clients ayant de sévères déficits cognitifs.
  • Les items concernant l’aphasie et la parésie du membre supérieur n’ont pas nécessairement besoin d’être testés chez tous les clients. L’usage approprié de ces items dépend de la sévérité de l’AVC.

Dans quelles langues cet outil est-il disponible ?

Anglais et néerlandais (de Koning et al., 2000).

Sommaire

Que mesure l’outil ? Le CAMCOG est un instrument de mesure standardisé servant au diagnostic et à la gradation de la démence.
Pour quelles clientèles cet outil peut-il être utilisé ? Le CAMCOG peut être utilisé avec les clients ayant subi un AVC mais son usage n’est pas strictement limité à cette clientèle.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration requis Il faut 20 à 30 minutes pour administrer le CAMCOG.
Versions CAMCOG révisé (CAMCOG-R) ; Rotterdam-CAMCOG (R-CAMCOG) ; General Practitioner Assessment of Cognition (GPCOG)
Langues Anglais et néerlandais.
Propriétés psychométriques
Fidélité Cohérence interne :
Aucune étude n’a examiné la cohérence interne du CAMCOG auprès de clients ayant subi un AVC.
Validité Contenu :
– Aucune étude n’a évalué la validité de contenu du CAMCOG auprès de clients ayant subi un AVC.
– Une étude a examiné la validité de contenu du R-CAMCOG en relevant les étapes suivies pour générer la version courte du CAMCOG.

Critère :
Concourante :
Aucune étude n’a examiné la validité concourante du CAMCOG.

Prédictive :
Six études ont examiné la validité prédictive du CAMCOG et ont relevé que le CAMCOG peut être prédit par l’âge, le R-CAMCOG, le Mini-Mental State Examination ainsi que par les déficits cognitifs et émotifs. De plus, il a été déterminé que le CAMCOG est un excellent prédicteur de la démence 3 à 9 mois après l’AVC. Cependant, il a été déterminé que le CAMCOG n’est pas capable de prédire la qualité de vie des clients ayant subi un AVC et le CAMCOG n’est pas prédit par la Mesure de l’indépendance fonctionnelle.

Construit :
Convergente :
– Une étude a examiné la validité convergente du CAMCOG auprès de clients ayant subi un AVC et a relevé d’excellentes corrélations entre le CAMCOG et le R-CAMCOG et le Mini-Mental State Examination, peu après et un an après un AVC. Les corrélations entre le CAMCOG et la Mesure de l’indépendance fonctionnelle allaient d’adéquates, peu de temps après un AVC, à faibles, un an après un AVC.
– Une étude a examiné la validité convergente du CAMCOG-R et a relevé d’excellentes corrélations entre le CAMCOG-R et le Raven Test et le Weigl Test, et de faibles corrélations entre le CAMCOG-R et l’Échelle de dépression gériatrique et l’Indice de Barthel, en utilisant la corrélation de Pearson.

Groupes connus :
Deux études, utilisant le test t de Student, ont examiné la validité de CAMCOG pour les groupes connus et ont indiqué que le CAMCOG est capable de distinguer les clients atteints ou non de démence ainsi que la sévérité de l’aphasie auprès de clients ayant subi un AVC.

Effets plancher/plafond Une étude a examiné les effets plancher / plafond du CAMCOG auprès de clients ayant subi un AVC et a indiqué que 14 items présentaient des effets de plafond, mais aucun effet de plancher.
Est-ce que l’outil est sensible au changement ? – Aucune étude n’a examiné la sensibilité au changement du CAMCOG auprès de clients ayant subi un AVC.
– Une étude a examiné la sensibilité au changement du CAMCOG-R et a indiqué que, lors d’un suivi, les changements de résultats se sont avérés statistiquement significatifs (p <0,01).
Acceptabilité Les items concernant l’aphasie et la parésie du membre supérieur ne sont pas testés sur tous les clients. Cela dépend de la sévérité de l’AVC.
Faisabilité Les instructions concernant l’administration et la cotation doivent être suivies précisément (Ruchinskas and Curyto, 2003).
Comment obtenir l’outil ? Le CAMCOG peut être obtenu en achetant le CAMDEX complet au département de psychiatrie de l’Université de Cambridge.

Propriétés psychométriques

Résumé

Une recherche dans la littérature a été menée pour identifier toutes les publications pertinentes concernant les propriétés psychométriques du Cambridge Cognition Examination (CAMCOG) auprès d’individus ayant subi un AVC. Six études ont été identifiées concernant le CAMCOG, une étude concernant le CAMCOG-R et une étude concernant le R-CAMCOG.

Effets plancher/plafond

de Koning, Dippel, van Kooten et Koudstaal (2000) ont analysé les effets de plancher / plafond du CAMCOG auprès de 300 clients ayant subi un AVC. Un effet de plafond a été relevé sur 2 des 10 items évaluant l’Orientation ; sur 8 des 17 items évaluant le Langage ; sur 2 des 13 items évaluant la Mémoire ; sur 1 des 8 items évaluant le Praxie : et sur 1 des 3 items évaluant la Perception, où plus de 20% des participants ont obtenu le score maximal. Aucun effet de plancher n’a été observé sur les mesures du CAMCOG.

Fidélité

Aucune étude n’a examiné la fidélité du CAMCOG auprès de clients ayant subi un AVC.

Validité

Aucune étude n’a évalué la validité de contenu du CAMCOG auprès de clients qui ont subi un AVC.

de Koning et al. (2000) ont analysé les scores sur le CAMCOG de 300 clients ayant subi un AVC et ont réduit le nombre d’items de 59 pour le CAMCOG à 25 pour le R-CAMCOG. Initialement, la réduction du nombre d’items a permis de retirer 14 des items du CAMCOG qui présentaient des effets de plafond. Ensuite, les sous-échelles évaluant le Langage, l’Attention, la Praxie et la Capacité de calculer ont été éliminées à cause de leur faible exactitude de diagnostic. Finalement, les items avec de très hautes ou très basses corrélations inter-items ont été enlevés.

Critère :

Concourante :
Aucune étude n’a examiné la validité concourante du CAMCOG auprès de clients ayant subi un AVC.

Prédictive :
Kwa, Limburg, Voogel, Teunisse, Derix et Hijdra (1996a) ont examiné si l’âge, le niveau d’éducation, le côté et le volume de la zone ischémique, la sévérité de l’aphasie et le fonctionnement moteur prédisaient les scores au CAMCOG, 3 mois après un AVC chez 129 clients. Un score seuil de 80 a été utilisé pour faire la distinction entre un fonctionnement cognitif normal ou anormal. En se basant sur une analyse de régression incluant les variables mentionnées plus haut, l’âge est apparu comme le meilleur prédicteur des scores au CAMCOG, 3 mois après un AVC.
Note : Le moment des mesures prises initialement n’a pas été documenté dans l’étude.

Kwa, Limburg et de Haan (1996b) ont vérifié la capacité du CAMCOG, de la Rankin Scale (Rankin, 1957), de l’Indice de Barthel (Mahoney & Barthel, 1965) du Motricity Index (Colin & Wade, 1990), du niveau de sévérité de l’aphasie, de l’âge, du niveau d’éducation, du volume et du côté de la zone ischémique, de prédire la qualité de vie auprès de 97 clients ayant subi un AVC. L’analyse de régression linéaire a démontré que les meilleurs prédicteurs de la qualité de vie étaient la Rankin Scale, le volume de la zone ischémique et la sévérité de l’aphasie.
Note: Le moment de toutes les prises de mesure n’a pas été documenté dans l’étude.

de Koning, van kooten, Dippel, van Harskamp, Grobbee, Kluft, et al. (1998) ont analysé la capacité du CAMCOG et du Mini-Mental State Examination (MMSE – Folstein, Folstein, & McHugh, 1975), mesurés peu de temps après un AVC, de prédire la démence mesurée 3 à 9 mois plus tard chez 300 clients ayant subi un AVC. La validité prédictive a été calculée par des statistiques-c pour déterminer la valeur de l’aire sous la courbe ROC (Receiver Operating Caracteristic – AUC). La capacité du CAMCOG (AUC = 0,95) et du MMSE (AUC = 0,90) de prédire la démence après un AVC étaient considérées toutes les deux comme excellentes. Ces résultats suggèrent que le pourcentage de patients classés correctement selon leur niveau de démence, 3 à 9 mois après un AVC, était seulement légèrement plus haut lors de l’utilisation du CAMCOG comparativement au MMSE.

de Koning et al. (2000) ont évalué si le CAMCOG et le R-CAMCOG, mesurés lors de l’admission à l’hôpital, prédisaient la démence 3 à 9 mois après un AVC chez 300 clients. La validité prédictive, calculée en utilisant les statistiques-c pour déterminer l’aire sous la courbe ROC (Receiver Operating Characteristic – AUC), était excellente pour le CAMCOG (AUC = 0,95) et pour le CAMCOG-R (AUC = 0,95). Ces résultats suggèrent que le pourcentage de patients correctement classés selon leur niveau de démence 3 à 9 mois après un AVC est le même lorsque le CAMCOG est utilisé que lorsque le R-CAMCOG est utilisé. De plus, lorsqu’un score seuil de 77 pour le CAMCOG et de 33 pour le R-CAMCOG ont été utilisés, les deux outils de mesure avaient respectivement une sensibilité de 91% et une spécificité de 88% et de 90%.

Van Heugten, Rasquin, Winkens, Beusmans et Verhey (2007) ont estimé la capacité d’une liste de vérifications des déficits cognitifs et émotionnels, mesurée 6 mois après un AVC, de prédire les scores au CAMCOG et au MMSE après 12 mois chez 69 clients. L’analyse de régression a démontré que les déficits cognitifs et émotionnels expliquaient 31% de la variance du MMSE et 22% de la variance du CAMCOG. Ces résultats suggèrent que les déficits cognitifs et émotionnels étaient capables de prédire les scores des deux outils de mesure.

Winkel-Witlox, Post, Visser-Meily et Lindeman (2008) ont analysé la capacité du R-CAMCOG, du MMSE et de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle (MIF – Keith, Granger, Hamilton, & Sherwin, 1987) de prédire les scores au CAMCOG de 169 clients. Les quatre outils de mesure ont été utilisés peu de temps après un AVC, puis un an après celui-ci. Peu de temps après l’AVC, l’analyse de régression a démontré que le R-CAMCOG expliquait 83% de la variance, le MMSE expliquait 53% et la MIF expliquaient 11% de la variance. Un an après un AVC, le R-CAMCOG expliquait 82% de la variance du CAMCOG, le MMSE expliquait 57% et la MIF seulement 0,4%. Ces résultats suggèrent que le R-CAMCOG est le meilleur prédicteur des résultats au CAMCOG parmi ces variables indépendantes.

Construit :

Convergente/Discriminante :
Winkel-Witlox et al. (2008) ont examiné la validité convergente du CAMCOG en le comparant au R-CAMCOG, au Mini-Mental State Examination (MMSE – Folstein, Folstein, & McHugh, 1975) et à la Mesure de l’indépendance fonctionnelle (MIF – Keith, Granger, Hamilton, & Sherwin, 1987) auprès de 169 clients ayant subi un AVC. Peu de temps après l’AVC et 1 an après celui-ci, les corrélations entre le CAMCOG, le R-CAMCOG et le MMSE étaient toutes excellentes (respectivement, rho1 = 0,92; 0,66, rho2 = 0,92; 0,69). Les corrélations entre le CAMCOG et la MIF étaient adéquates peu de temps après l’AVC (rho1 = 0,35) et faibles après un an (rho2 = 0,27).

Leeds, Meara, Woods et Hobson (2001) ont analysé la validité de construit du CAMCOG-R en le comparant au Raven Test (Raven, 1982), au Weigl Test (Grewal, Haward, & Davies, 1986), à l’Échelle de dépression gériatrique (Sheikh & Yesavage, 1986) et à l’Indice de Barthel (Mahoney & Barthel, 1965) auprès de 83 clients ayant subi un AVC. Les corrélations, calculées en utilisant les corrélations de Pearson, étaient excellentes entre le CAMCOG-R et le Raven Test (r = 0,75) et le Weigl Test (r = 0,70). Les corrélations entre le CAMCOG-R et l’Échelle de dépression gériatrique (r = -0,30) ainsi qu’entre le CAMCOG-R et l’Indice de Barthel (r = 0,20) étaient toutes faibles.

Groupes connus.
de Koning et al. (1998) ont analysé si le CAMCOG était capable de faire la distinction entre les individus avec et sans démence auprès de 300 clients ayant subi un AVC. La validité des groupes connus, calculée en utilisant le test t de Student, a démontré que le CAMCOG était capable de faire la distinction entre les clients avec et sans démence. Ces résultats démontrent que les clients avec une démence ont des scores au CAMCOG qui sont statistiquement et significativement plus bas.

Kwa et al. (1996a) ont vérifié la capacité du CAMCOG de faire la distinction entre les clients sans aphasie et les clients avec de l’aphasie sévère auprès de 129 clients ayant subi un AVC. La validité des groupes connus, calculée en utilisant le test t de Student, a démontré que le CAMCOG était capable de faire la distinction entre les différents niveaux de sévérité d’aphasie.

Sensibilité au changement

Aucune étude n’a examiné la sensibilité au changement du CAMCOG auprès de clients ayant subi un AVC.

Leeds et al. (2001) ont examiné la sensibilité au changement du CAMCOG-R chez 83 clients ayant subi un AVC. Les participants étaient évalués initialement puis 63 jours plus tard. Lors du suivi, les changements dans les scores au CAMCOG-R étaient tous statistiquement significatifs (p<0.01). Ces résultats suggèrent que le CAMCOG-R est sensible au changement du statut cognitif des clients ayant subi un AVC.

Références

  • Adunsky, A., Fleissig, Y., Levenkrohn, S., Arad, M., Nov, S.(2002). Clock drawing task, mini-mental state examination and cognitive-functional independence measure: relation to functional outcome of stroke patients. Arch Gerontol Geriatr, 35(2), 153-60.
  • Bailey, M. J., Riddoch, J., Crome, P. (2002). Evaluation ofa test battery for hemineglect in elderly stroke patients for use by therapists in clinical practice. Neurorehabilitation, 14(3), 139-150.
  • Borson, S., Brush, M., Gil, E., Scanlan, J., Vitaliano, P.,Chen, J., Cahsman, J., Sta Maria, M. M., Barnhart, R., Roques, J. (1999). The Clock Drawing Test: Utility for dementia detection in multiethnic elders. J Gerontol A Biol Sci Med Sci, 54, M534-40.
  • Dastoor, D. P., Schwartz, G., Kurzman, D. (1991).Clock-drawing: An assessment technique in dementia. Journal of Clinical and Experimental Gerontology, 13, 69-85.
  • Freedman, M., Leach, L., Kaplan, E., Winocur, G., Shulman,K. I., Delis, D. C. (1994). Clock Drawing: A Neuropsychological Analysis (pp. 5). New York: Oxford University Press.
  • Friedman, P. J. (1991). Clock drawing in acute stroke.Age and Ageing, 20(2), 140-145.
  • Heinik, J., Vainer-Benaiah, Z., Lahav, D., Drummer, D.(1997). Clock drawing test in elderly schizophrenia patients. International Journal of Geriatric Psychiatry, 12, 653-655.
  • Heinik, J., Solomesh, I., Berkman, P. (2004). Correlationbetween the CAMCOG, the MMSE and three clock drawing tests in a specialized outpatient psychogeriatric service. Arch Gerontol Geriatr, 38, 77-84.
  • Heinik, J., Solomesh, I., Lin, R., Raikher, B., Goldray, D.,Merdler, C., Kemelman, P. (2004). Clock drawing test-modified and integrated approach (CDT-MIA): Description and preliminary examination of its validity and reliability in dementia patients referred to a specialized psychogeriatric setting. J Geriatr Psychiatry Neurol, 17, 73-80.
  • Ishiai, S., Sugishita, M., Ichikawa, T., Gono, S., Watabiki,S. (1993). Clock drawing test and unilateral spatial neglect. Neurology, 43, 106-110.
  • Kaplan, E. (1988). A process approach to neuropsychologicalassessment. In: T Bull & BK Bryant (Eds.), Clinical neuropsychology and brain function: Research, measurement, and practice (pp. 129-167). Washington DC: American Psychological Association.
  • Kaplan, R.F., Verfaillie, M., Meadows, M., Caplan, L.R.,Pessin, M. S., DeWitt L. (1991). Changing attentional demands in left hemispatial neglect. Archives of Neurology, 48, 1263-1267.
  • Kinsella, G., Packer, S., Ng, K., Olver, J., Stark, R.(1995). Continuing issues in the assessment of neglect. Neuropsychological Rehabilitation, 5, 239-258.
  • Lee, H., Lawlor, B. A. (1995). State-dependent nature of theClock Drawing Task in geriatric depression. Journal of the American Geriatrics Society, 43, 796-798.
  • Lorentz, W. J., Scanlan, J. M., Borson, S. (2002). Briefscreening tests for dementia. Can J Psychiatry, 47, 723-733.
  • Manos, P. J., Wu, R. (1994). The Ten Point Clock Test: Aquick screen and grading system for cognitive impairment in medical and surgical patients. International Journal of Psychiatry in Medicine, 24, 229-244.
  • McDowell, I., Newell, C. (1996). Measuring Health. A Guideto Rating Scales and Questionnaires. 2nd ed. NewYork: Oxford University Press.
  • Mendez, M. F., Ala, T., Underwood, K. L. (1992). Developmentof scoring criteria for the clock drawing task in Alzheimers disease. Journal of the American Geriatrics Society, 40, 1095-1099.
  • Nishiwaki, Y., Breeze, E., Smeeth, L., Bulpitt, C. J.,Peters, R., Fletcher, A. E. (2004). Validity of the Clock-Drawing Test as a Screening Tool for Cognitive Impairment in the Elderly. American Journal of Epidemiology, 160(8), 797-807.
  • Paganini-Hill, A., Clark, L. J., Henderson, V. W., Birge, S.J. (2001). Clock drawing: Analysis in a retirement community. J Am Geriatr Soc, 49, 941-947.
  • Powlishta, K. K., von Dras, D. D., Stanford, A., Carr D. B.,Tsering, C., Miller, J. P., Morris, J. C. (2002). The Clock Drawing Test is a poor screen for very mild dementia. Neurology, 59, 898-903.
  • Richardson, H. E., Glass, J.N. (2002). A comparison ofscoring protocols on the clock drawing test in relation to ease of use, diagnostic group and correlations with mini-mental state examination. Journal of the American Geriatrics Society, 50, 169-173.
  • Rouleau, I., Salmon, D. P., Butters, N., Kennedy, C.,McGuire, K. (1992). Quantitative and qualitative analyses of clock drawings in Alzheimers and Huntington’s. Brain and Cognition, 18, 70-87.
  • Royall, D. R., Cordes, J. A., Polk, M. (1998). CLOX: anexecutive clock drawing task. J Neurol Neurosurg Psychiatry, 64, 588-594.
  • Ruchinskas, R. A., Curyto, K. J. (2003). Cognitive screeningin geriatric rehabilitation. Rehabil Psychol, 48, 14-22.
  • Scanlan, J. M., Brush, M., Quijano, C., Borson, S. (2002).Comparing clock tests for dementia screening: naïve judgments vs formal systems – what is optimal? International Journal of Geriatric Psychiatry, 17(1), 14-21.
  • Shah, J. (2001). Only time will tell: Clock drawing as anearly indicator of neurological dysfunction. P&S Medical Review, 7(2), 30-34.
  • Shulman, K. I., Gold, D. P., Cohen, C. A., Zucchero, C. A.(1993). Clock-drawing and dementia in the community: A longitudinal study. International Journal of Geriatric Psychiatry, 8(6), 487-496.
  • Shulman, K. I. (2000). Clock-drawing: Is it the idealcognitive screening test? International Journal of Geriatric Psychiatry, 15, 548-561.
  • Shulman, K., Shedletsky, R., Silver, I. (1986). Thechallenge of time: Clock-drawing and cognitive function in the elderly. International Journal of Geriatric Psychiatry, 1, 135-140.
  • South, M. B., Greve, K. W., Bianchini, K. J., Adams, D.(2001). Inter-rater reliability of Three Clock Drawing Test scoring systems. Applied Neuropsychology, 8(3), 174-179.
  • Spreen, O., Strauss, E. A. (1991). Compendium ofneuropsychological tests: Administration, norms, and commentary. New York: Oxford University Press.
  • Storey, J. E., Rowland, J. T., Basic, D., Conforti, D. A.(2001). A comparison of five clock scoring methods using ROC (receiver operating characteristic) curve analysis. Int J Geriatr Psychiatr, 16, 394-9.
  • Sunderland, T., Hill, J. L., Mellow, A. M., Lowlor, B. A.,Grundersheimer, J., Newhouse, P. A., Grafman, J. H. (1989). Clock drawing in Alzheimer’s disease: a novel measure of dementia severity. J Am Geriatr Soc, 37(8), 725-729.
  • Suhr, J., Grace, J., Allen, J., Nadler, J., McKenna, M.(1998). Quantitative and Qualitative Performance of Stroke Versus Normal Elderly on Six Clock Drawing Systems. Archives of Clinical Neuropsychology, 13(6), 495-502.
  • Tracy, J. I., De Leon, J., Doonan, R., Musciente, J.,Ballas, T., Josiassen, R. C. (1996). Clock drawing in schizophrenia. Psychological Reports, 79, 923-928.
  • Tuokko, H., Hadjistavropoulos, T., Miller, J. A., Beattie,B. L. (1992). The Clock Test, a sensitive measure to differentiate normal elderly from those with Alzheimer disease. Journal of the American Geriatrics Society, 40, 579-584.
  • Wagner, M. T., Nayak, M., Fink, C. (1995). Bedside screeningof neurocognitive function. In: L. A. Cushman & M. J. Scherer (Eds.), Psychological assessment in medical rehabilitation: Measurement and instrumentation in psychology (pp. 145-198). Washington, DC: American Psychological Association.
  • Watson, Y. I., Arfken, C. L., Birge, S. J. (1993). Clockcompletion : An objective screening test for dimentia. J Am Geriar Soc, 41(11), 1235-40.
  • Wolf-Klein, G. P., Silverstone, F. A., Levy, A. P., Brod, M.S. (1989). Screening for Alzheimer’s disease by clock drawing.Journal of the American Geriatrics Society, 37, 730-734.

Voir la mesure

Comment obtenir le CAMCOG

Le CAMCOG peut être obtenu en achetant le CAMDEX entier du département de psychiatrie de l’Université de Cambridge.

Table des matières
Qu’en pensez-vous ?