Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand (DASH)

Évidence révisées en date du 19-06-2012
Auteur(s)* : Annabel McDermott, OT
Éditeur(s) : Nicol Korner-Bitensky, PhD OT
Réviseur expert : Natasha Lannin (Associate Professor, OT)
Version française en traduction libre : Andréanne Labranche
Cohérence du contenu et de la traduction : Gabriel Plumier

But

Sous la forme d’une auto-évaluation, le questionnaire DASH (Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand) mesure les incapacités et les symptômes des troubles musculo-squelettiques reliés à une atteinte aux membres supérieurs.

Revue détaillée

But de l’outil de mesure

Sous la forme d’une auto-évaluation, le questionnaire DASH (Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand) mesure les incapacités et les symptômes des troubles musculo-squelettiques reliés à une atteinte aux membres supérieurs. Le DASH peut être utilisé pour tous les troubles articulaires ou musculo-squelettiques du membre supérieur (Hudak et al., 1996 ; Veehof et al., 2002), ce qui permet de faire des comparaisons entre les différents diagnostics du membre supérieur (Atroshi et al., 2000). Le DASH a été créé à des fins discriminatives et évaluatives (Schmitt & Di Fabio, 2004).

Le DASH démontre une validité et une sensibilité au changement face aux troubles proximaux et distaux du membre supérieur (Beaton et al., 2001). Le DASH a également démontré de meilleures propriétés clinimétriques que d’autres questionnaires concernant les incapacités de l’épaule, incluant le Simply Shoulder Test (SST), l’American Shoulder and Elbow Surgeons Standardised Shoulder assessment Form (ASES) et le Shoulder Pain and Disability Index (SPADI – Bot et al., 2004).

Versions disponibles

Le DASH a été développé par l’American Academy of Orthopedic Surgeons, le Council of the Musculoskeletal Specialty Societies et l’Institute for Work and Health. Il a été conçu pour être un instrument spécifique à une région du corps permettant de mesurer la perception du patient face à des symptômes et des incapacités associées à un trouble quelconque du membre supérieur ou des articulations (Hudak et al., 1996 ; Veehof et al., 2002).

La troisième édition du DASH a été publiée pour incorporer les dernières recherches et les nouvelles informations concernant l’usage interculturel de l’outil de mesure.

Caractéristiques de la mesure

Items :

Le DASH est constitué de 30 items qui mesurent : (a) les capacités physiques (21 items); (b) la sévérité des symptômes (5 items) et (c) les capacités sociales ou les rôles (4 items).

Capacité à faire les activités suivantes :

  1. Ouvrir un pot neuf ou fermé serré
  2. Écrire
  3. Tourner une clé
  4. Préparer un repas
  5. Ouvrir une porte lourde en poussant
  6. Placer un objet sur une tablette située au dessus de votre tête
  7. Faire de gros travaux ménagers (ex. laver les planchers ou les murs)
  8. Jardiner ou faire l’entretien du terrain
  9. Faire un lit
  10. Transporter un sac d’épicerie ou une valise
  11. Transporter un objet lourd (plus de 5 kg)
  12. Changer une ampoule située au-dessus de la tête
  13. Laver ou sécher vos cheveux avec un séchoir
  14. Laver votre dos
  15. Mettre un chandail
  16. Utiliser un couteau pour couper des aliments
  17. Activités de loisirs qui exigent peu d’efforts (ex. jouer aux cartes, tricoter)
  18. Activités de loisirs dans lesquelles votre bras, votre épaule ou votre main subit un impact (ex. golf, utiliser un marteau, tennis)
  19. Activités de loisirs durant lesquelles vous bougez votre bras librement (ex. jouer au frisbee, au badminton)
  20. Déplacement (transports)
  21. Activités sexuelles
  22. Ampleur avec laquelle les problèmes au bras, à l’épaule ou à la main ont interféré lors des activités sociales normales avec la famille, les amis, les voisins ou des groupes
  23. Ampleur avec laquelle les problèmes au bras, à l’épaule ou à la main ont nui au travail ou à d’autres activités quotidiennes

Sévérité des symptômes suivants :

  1. Douleur au bras, à l’épaule ou à la main
  2. Douleur au bras, à l’épaule ou à la main lors de la réalisation de toute activité spécifique
  3. Picotements
  4. Faiblesse
  5. Raideurs
  6. Difficultés à dormir
  7. Impacts sur l’estime de soi

Le DASH inclut aussi deux modules optionnels concernant le travail et les sports/musique qui évaluent la difficulté de l’individu à :

  1. Utiliser les techniques habituelles pour faire l’activité (Travail; sport/instrument)
  2. Pratiquer l’activité à cause de la douleur au bras, à l’épaule ou à la main
  3. Pratiquer l’activité aussi bien qu’il/elle le voudrait
  4. Pratiquer l’activité aussi longtemps qu’à l’habitude

Cotation :

La version la plus récente du DASH utilise une échelle de Likert à 5 points qui cote les difficultés de l’individu dans la semaine précédente. Des scores plus bas indiquent qu’il n’y a pas de difficultés, de limitations ou de symptômes. Les scores plus hauts indiquent une incapacité à pratiquer les tâches, de grandes difficultés à les faire ou des symptômes importants.

Items 1 à 21
  • 1 = Pas de difficulté
  • 2 = Difficulté légère
  • 3 = Difficulté moyenne
  • 4 = Difficulté sévère
  • 5 = Incapable
Item 22
  • 1 = Pas du tout
  • 2 = Un peu
  • 3 = Moyennement
  • 4 = Beaucoup
  • 5 = Extrêmement
Item 23
  • 1 = Pas limité du tout
  • 2 = Légèrement limité
  • 3 = Moyennement limité
  • 4 = Très limité
  • 5 = Incapable
Items 24 à 28
  • 1 = Aucune
  • 2 = Légère
  • 3 = Modérée
  • 4 = Sévère
  • 5 = Extrême
Modules optionnels sur le travail et les sports/musique
  • 1 = Pas de difficulté
  • 2 = Difficulté légère
  • 3 = Difficulté moyenne
  • 4 = Difficulté sévère
  • 5 = Incapable

Le score total du DASH est calculé comme un pourcentage (0 = aucune incapacité à 100 = incapacité maximale) de la manière suivante :

[(sommes des réponses complétées ÷ nombre de réponses complétées) – 1] x 25

Le score final pour chaque module optionnel est calculé de la manière suivante :

[Somme des réponses complétées ÷ 4) – 1] x 25

Note : Le score total du DASH ne peut pas être calculé si plus de trois items n’ont pas été répondus. Les scores totaux pour les modules optionnels ne peuvent pas être calculés si un item n’a pas été répondu. Lorsque trois items ou moins sont manquants, les réponses manquantes sont remplacées par la valeur moyenne des réponses aux autres items avant de faire la somme. Il est à noter que les versions antérieures du DASH utilisent un système de cotation différent.

Ce qu’il faut considérer avant de commencer :

Une étude menée par Ring et al. (2006) a démontré une forte corrélation entre le DASH et d’autres outils de mesure sur la dépression (Center for Epidemiologic Studies – Depression), ainsi que sur l’anxiété (Pain Anxiety Symptoms Scale), auprès d’un échantillon de 235 patients présentant des problèmes distincts de la main (ex. Syndrome du canal carpien, ténosynovite de Quervain, douleur latérale du coude, doigt à ressaut, fracture du radius distal). Plus tard, Lozano Calderon et al. (2010) ont mené une étude auprès de 516 patients ayant besoin d’une chirurgie à la main, et ont ajusté les scores du DASH selon l’influence de la dépression. Cela a mené à une diminution significative de la moyenne et de la déviation standard des scores du DASH, bien que la diminution de la déviation était petite. Malgré tout, il y a eu une grande corrélation entre le DASH et le DASH ajusté pour la dépression, ce qui indique qu’il n’y avait pas d’avantage notable à ajuster les scores du DASH pour la dépression. Comme il y a une incidence élevée de dépression parmi les patients ayant subi un AVC, la corrélation entre l’incapacité et la dépression lors de l’utilisation du DASH devrait être considérée.

Temps d’administration requis :

Le DASH prend approximativement cinq minutes à administrer avec les patients ayant des troubles musculo-squelettiques (Bot et al., 2004). L’administration aux patients ayant subi un AVC peut nécessiter plus de temps et de matériel de support.

Formation nécessaire :

Aucune formation nécessaire n’est spécifiée.

Équipement :

Aucun équipement spécifique n’est nécessaire.

Versions alternatives du DASH

Le QuickDASH est un questionnaire à 11 items qui a été développé à partir du DASH en utilisant sur une approche de rétention des concepts (Beaton et al., 2005).

Le QuickDASH comprend les items suivants:

  1. Ouvrir un pot neuf ou fermé serré
  2. Faire de gros travaux ménagers (ex. laver les planchers ou les murs)
  3. Transporter un sac d’épicerie ou une valise
  4. Laver votre dos
  5. Utiliser un couteau pour couper des aliments
  6. Activités de loisirs dans lesquelles votre bras, votre épaule ou votre main subit un impact (ex. golf, utiliser un marteau, tennis)
  7. Ampleur avec laquelle les problèmes au bras, à l’épaule ou à la main ont interféré lors des activités sociales normales avec la famille, les amis, les voisins ou des groupes
  8. Ampleur avec laquelle les problèmes au bras, à l’épaule ou à la main ont nuit au travail ou à d’autres activités quotidiennes
  9. Douleur au bras, à l’épaule ou à la main
  10. Picotements
  11. Difficultés à dormir

Le QuickDASH contient aussi les modules optionnels de travail et de sports/musique (Beaton et al., 2005). Comme le DASH, le QuickDASH utilise une échelle de Likert à 5 points et score total est calculé comme un pourcentage (0 = aucune incapacité à 100 = incapacité maximale). Au moins 10 des 11 items doivent être complétés pour un usage correct. Le QuickDASH a une fidélité test-retest, une validité et une sensibilité au changement similaires au DASH. Le QuickDASH pourrait même démontrer une meilleure précision que le DASH lors de la détection des différents degrés d’incapacité. Bien qu’il y aille une grande corrélation entre le DASH et le QuickDASH, une correspondance exacte entre les scores numériques des deux outils n’est pas garantie (Beaton et al., 2005). Dû au nombre plus petit d’items, le QuickDASH est considéré comme étant plus efficace que le DASH (Beaton et al., 2005 ; Gummesson et al., 2006). Cependant, le DASH est plus approprié que le QuickDASH lorsqu’il sert à assurer le suivi de la douleur au bras et des capacités au fil du temps chez les patients.

Clientèle cible

L’outil peut être utilisé avec :

  • Les individus avec des déficits musculo-squelettiques du membre supérieur.
  • Puisque la recherche est limitée en ce qui concerne l’acceptabilité par les patients, il peut être plus approprié d’utiliser le DASH chez les patients présentant seulement des déficits légers.

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • N.A.

Dans quelles langues l’outil est-il disponible ?

Des traductions approuvées ont été faites dans les langages suivants :

  • Affrikaans
  • Allemand
  • Anglais (Afrique du Sud)
  • Anglais (Australie)
  • Anglais (Hong Kong)
  • Arabe
  • Arménien
  • Chinois (Hong Kong)
  • Chinois (Thaïlande)
  • Cingalais (Sri Lanka)
  • Coréen
  • Danois
  • Espagnol (Argentine)
  • Espagnol (Espagne)
  • Espagnol (Puerto Rico)
  • Finnois
  • Français
  • Français canadien
  • Grec
  • Hébreu
  • Hongrois
  • Italien
  • Japonais
  • Lithuanien
  • Malais
  • Néerlandais
  • Norvégien
  • Persan (Iran)
  • Polonais
  • Portugais (Brésil)
  • Portugais (Portugal)
  • Roumain
  • Russe
  • Serbe
  • Suédois
  • Tchèque
  • Thaï
  • Turc

Les traductions sont aussi en cours dans les langues suivantes :

  • Croate
  • Espagnol (Chili)
  • Espagnol (République Dominicaine)
  • Estonien
  • Filipino
  • IsiXhosa
  • Letton
  • Malayalam
  • Slovaque
  • Ukrainien

Sommaire

Que mesure l’outil ? Les incapacités, la douleur et les symptômes des troubles musculo-squelettiques reliés à une atteinte aux membres supérieurs.
Pour quelles clientèles cet outil peut-il être utilisé ? Les individus avec des troubles musculo-squelettiques du membre supérieur.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration Cinq minutes.
Versions
  • DASH
  • QuickDASH
Langues Affrikaans, Arabe, Arménien, Chinois (Hong Kong), Chinois (Thaïlande), Tchèque, Danois, Néerlandais, Anglais (Australie), Anglais (Hong Kong), Anglais (Afrique du Sud), Finnois, Français canadien, Français, Allemand, Grec, Hébreu, Hongrois, Italien, Japonais, Coréen, Lithuanien, Malais, Norvégien, Persan (Iran), Polonais, Portugais (Brésil), Portugais (Portugal), Roumain, Russe, Serbe, Cingalais (Sri Lanka), Espagnol (Argentine), Espagnol (Puerto Rico), Espagnol (Espagne), Suédois, Thaï, Turc.
Propriétés psychométriques
Fidélité Cohérence interne :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la cohérence interne du DASH auprès de patients ayant subi un AVC.

Test-retest :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la fidélité test-retest du DASH auprès de patients ayant subi un AVC.

Intra-juge :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la fidélité intra-juge du DASH auprès de patients ayant subi un AVC.

Inter-juges :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la fidélité inter-juges du DASH auprès de patients ayant subi un AVC.

Validité Contenu :
Le DASH a été développé par la génération d’items (grâce aux conseils d’un expert clinicien, à une revue de la littérature, et à des groupes de discussion de patients), et par la réduction d’items (grâce à la révision par des experts ainsi qu’à des analyses psychométriques et clinimétriques).

Une étude ayant examiné la validité de contenu du DASH auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC a suggéré une structure à l’échelle d’évaluation désordonnée et une hiérarchie d’items qui n’étaient pas appropriées pour l’usage en clinique.

Critère :
Concourante :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la validité concourante du DASH auprès de patients ayant subi un AVC.

Prédictive :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la validité prédictive du DASH auprès de patients ayant subi un AVC.

Construit :
Convergente/Discriminante :
Une étude a relevé des corrélations modérées entre les habiletés manuelles et la douleur.

Groupes connus :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la validité des groupes connus du DASH auprès de patients ayant subi un AVC.

Effets plancher/plafond Aucune n’étude n’a documenté d’information sur les effets de plancher/plafond du DASH auprès de patients ayant subi un AVC.
Est-ce que l’outil est sensible aux changements ? Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la sensibilité au changement du DASH auprès de patients ayant subi un AVC.
Acceptabilité Le DASH est simple à comprendre, rapide à compléter et comprend des items de la vraie vie ainsi que non-spécifiques au genre. Puisque la recherche est limitée en ce qui concerne l’acceptabilité par les patients, il peut être plus approprié d’utiliser le DASH avec des patients présentant seulement des déficits légers.
Faisabilité Le DASH est un outil de mesure polyvalent qui peut être utilisé en clinique ou en recherche. Cependant, la recherche concernant l’usage du DASH avec les patients ayant subi un AVC est insuffisante. Sans ces recherches, l’utilité clinique du DASH avec ces patients demeure encore méconnue.
Comment obtenir l’outil ? Pour plus d’informations, visitez le site internet du DASH : http://www.dash.iwh.on.ca/home

Propriétés psychométriques

Résumé

Une recherche dans la littérature a été effectuée pour identifier les publications pertinentes concernant les propriétés psychométriques du DASH auprès de patients ayant subi un AVC. Beaucoup d’études ont été menées avec d’autres groupes. Cependant, cette revue de la littérature se concentre spécifiquement sur les propriétés psychométriques pertinentes pour les patients ayant subi un AVC. Lors de la publication, il y avait un article sur une conférence, mais aucune étude n’a été publiée concernant spécifiquement les patients ayant subi un AVC.

Effets de plancher/plafond

Aucune n’étude n’a documenté d’information sur les effets de plancher/plafond du DASH auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC. Le DASH ne démontre pas d’effets de plancher ou de plafond chez les patients avec des problèmes à l’épaule ou des problèmes combinés de l’épaule et du membre supérieur (Bot et al., 2004).

Fidélité

Cohérence interne :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la cohérence interne du DASH auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC. Cependant, les études menées auprès de groupes de patients présentant d’autres troubles du membre supérieur indiquent une excellente fidélité (voir : Atroshi et al., 2000 ; Bot et al., 2004 ; Veehof et al., 2002). Cependant, cela pourrait indiquer une redondance dans les items (Beaton et al., 2005).

Test-retest :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la fidélité test-retest du DASH auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC. Cependant, les études menées auprès de groupes de patients présentant d’autres troubles du membre supérieur indiquent une excellente fidélité test-retest (voir : Atroshi et al., 2000; Bot et al., 2004 ; Beaton et al., 2001).

Intra-juge :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la fidélité intra-juge du DASH auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC.

Inter-juges :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la fidélité inter-juges du DASH auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC.

Validité

Contenu :

Le DASH a été développé en deux étapes de génération d’items puis de réduction des items. La première étape de génération d’items a impliqué de demander les conseils d’un expert clinique, de faire une revue de 13 échelles de mesure pertinentes, ainsi que des groupes de discussion de patients pour identifier les items possibles. La deuxième étape de réduction des items a impliqué une révision préliminaire des items par trois experts du contenu, une révision secondaire par un groupe de 15 experts de la validité de contenu/apparente et de l’importance d’items, ainsi que le pré-test subséquent de l’outil sur 20 individus avec des difficultés au membre supérieur. Une réduction d’items plus poussée a été faite grâce à des analyses psychométriques et clinimétriques auprès de patients présentant des troubles du membre supérieur. Ces analyses incluent : (i) des essais sur le terrain dans une étude transversale auprès de 407 patients présentant des troubles variés du membre supérieur ; et (ii) l’évaluation de l’importance et des difficultés auprès d’un deuxième échantillon de 76 patients. Cela a mené au questionnaire de 30 items (Hudak et al., 1996 ; Marx et al., 1999).

Lannin et al. (2010) ont évalué la validité de contenu du DASH auprès d’un échantillon de 157 patients ayant subi un AVC. L’analyse du système de pointage original de l’échelle a révélé une structure désordonnée. Le modèle de mesure de Rasch a été utilisé pour transformer les pointages originaux en une mesure linéaire continue, ce qui a permis d’obtenir une conformité face aux attentes du modèle. Cette étude a également relevé que les 30 items originaux n’étaient pas appropriés pour l’usage en clinique, car très peu d’items étaient adaptés pour les patients les plus handicapés.

Franchignoni et al. (2010) ont investigué sur la dimensionnalité, les diagnostics de l’échelle de pointage, et l’ajustement du modèle du DASH (version italienne) auprès d’un échantillon de 238 patients présentant des troubles du membre supérieur (excluant les troubles dus à un AVC). Les auteurs ont remarqué que certains des items ne concernaient pas seulement le fonctionnement du membre supérieur (ex. item 9: Faire un lit; item 20: Déplacements – transports) et que les items mesuraient différents construits de la CIF (Incapacités, limitation des activités et restrictions dans la participation). Les auteurs ont noté que les patients étaient incapables d’utiliser de manière fiable l’échelle de pointage à 5 niveaux. L’analyse de facteurs a révélé trois construits sous-jacents : (i) le fonctionnement manuel (items 1-5,7-11,16-18, 20,21) ; (ii) l’étendue des mouvements possibles de l’épaule (items 6, 12-15,19) ; et (iii) les symptômes ainsi que les conséquences (items 22-30). Deux items (picotements et activités sexuelles) ont démontré un mauvais ajustement lors de l’analyse de Rash. Les résultats de cette étude identifient des problèmes à considérer lors de l’utilisation du DASH. Cependant, il est important de se rappeler que les patients ayant subi un AVC ont été exclus de l’échantillon de cette population.

Critère :

Concourante :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la cohérence interne du DASH auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC.

Prédictive :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la validité prédictive du DASH auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC.

Construit :

Convergente/Discriminante :
Lannin et al. (2010) ont fait une comparaison entre le DASH et un autre questionnaire d’auto-évaluation du fonctionnement du membre supérieur, ainsi qu’un outil observationnel d’évaluation des mouvements du membre supérieur auprès de 90 patients ayant subi un AVC. Les auteurs ont relevé des corrélations modérées entre les habiletés manuelles et la douleur (les données statistiques n’ont pas été documentées). Aucune autre étude n’a examiné la validité de construit du DASH auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC. Cependant, beaucoup d’études menées auprès de groupes de patients présentant d’autres troubles du membre supérieur ont relevé des corrélations allant d’adéquates à excellentes entre les construits du fonctionnement et de la douleur (voir : Atroshi et al., 2000 ; Beaton et al., 2001 ; Bot et al., 2004 ; Kirkley et al., 1998 ; Schmitt & Di Fabio, 2004 ; SooHoo et al., 2002 ; Turchin et al., 1998).

Groupes connus :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la validité des groupes connus du DASH auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC. Cependant, des études ont été menées auprès de groupes de patients présentant d’autres troubles du membre supérieur (voir : Beaton et al., 2001).

Sensibilité au changement

Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la sensibilité au changement du DASH auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC. Cependant, des études ont été menées auprès de groupes de patients présentant d’autres troubles du membre supérieur (voir : Beaton et al., 2001 ; Bot et al., 2004 ; MacDermid & Tottenham, 2004 ; Schmitt & Di Fabio, 2004).

Sensibilité et spécificité :
Aucune n’étude n’a documenté d’information sur la sensibilité et la spécificité du DASH auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC. Cependant, des études ont été menées auprès de groupes de patients présentant d’autres troubles du membre supérieur (voir : Beaton et al., 2001).

Références

  • Atroshi, I., Gummesson, C., Andersson, B., Dahlgren, E. & Johansson, A. (2000). The disabilities of the arm, shoulder and hand (DASH) outcome questionnaire: reliability and validity of the Swedish version evaluated in 176 patients. Acta Orthopaedica Scandinavica, 71(6), 613-8.
  • Beaton, D.E., Katz, J.N., Fossel, A.H., Wright, J.G., Tarasuk, V., & Bomardier, C. (2001). Measuring the whole or the parts? Validity, reliability, and responsiveness of the Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand outcome measure in different regions of the upper extremity. Journal of Hand Therapy, 14, 128-46.
  • Beaton, D.E., Wright, J.G., Katz, J.N., and the Upper Extremity Collaborative Group. (2005). Development of the QuickDASH: comparison of three item-reduction approaches. The Journal of Bone and Joint Surgery, 87-A(5), 1038-46.
  • Bot, S.D.M., Terwee, C.B., van der Windt, D.A.W.M., Bouter, L.M., Dekker, J., & de Vet, H.C.W. (2004). Clinimetric evaluation of shoulder disability questionnaires: a systematic review of the literature. Annals of the Rheumatic Diseases, 63, 335-41.
  • Franchignoni, F., Biordano, A., Sartorio, F., Vercelli, S., Pascariello, B., & Ferriero, G. (2010). Suggestions for refinement of the Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand outcome measure (DASH): a factor analysis and Rasch validation study. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 91, 1370-7.
  • Gummesson, C., Ward, M.M., & Atroshi, I. (2006). The shortened disabilities of the arm, shoulder and hand questionnaire (QuickDASH): validity and reliability based on responses within the full-length DASH. BMC Musculoskeletal Disorders, 7(44). doi:10.1186/1471-2474-7-44.
  • Hudak, P.L., Amadio, P.C., Bombardier, C., and the Upper Extremity Collaborative Group. (1996). Development of an upper extremity outcome measure: the DASH (Disabilities of the Arm, Shoulder, and Hand). American Journal of Industrial Medicine, 29, 602-8.
  • Kirkley, A., Griffin, S., McLintock, H., & Ng, L. The development and evaluation of a disease-specific quality of life measurement tool for shoulder instability: The Western Ontario Shoulder Instability Index (WOSI). The American Journal of Sports Medicine, 26(6), 764-72.
  • Lannin, N. McCluskey, A. Cusick, A. Ashford, S. Ross, L. (2010) Measuring function in everyday life: enhancing the Disabilities of the Arm Shoulder Hand questionnaire for use post-stroke. World Federation of Occupational Therapy, Santiago, Chile, May.
  • Lozano Calderon, S.A., Zurakowski, D., Davis, J.S., & Ring, D. (2010). Quantitative adjustment of the influence of depression on the Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand (DASH) questionnaire. Hand, 5, 49-55.
  • MacDermid, J.C. & Tottenham, V. (2004). Responsiveness of the Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand (DASH) and patient-rated wrist/hand evaluation (PRWHE) in evaluating change after hand therapy. Journal of Hand Therapy, 17, 18-23.
  • Marx, R.G., Bombardier, C., Hogg-Johnson, S., & Wright, J.G. (1999). Clinimetric and psychometric strategies for development of a health measurement scale. Journal of Clinical Epidemiology, 52(2) 105-11.
  • Ring, D., Kadzielski, J., Fabien, L., Zurakowski, D., Malhotra, L.R., & Jupiter, J.B. (2006) Self-reported upper extremity health status correlates with depression. The Journal of Bone and Joint Surgery, 88-A(9), 1983-8).
  • Schmitt, J.S. & Di Fabio, R. (2004). Reliable change and minimum important difference (MID) proportions facilitated group responsiveness comparisons using individual threshold criteria. Journal of Clinical Epidemiology, 57, 1008-18.
  • SooHoo, N.F., McDonald, A.P., Seiler, J.G., & McGillivrary, G.R. (2002). Evaluation of construct validity of the DASH questionnaire by correlation to the SF-36. Journal of Hand Surgery, 27A, 537-41.
  • Turchin, D.C., Beaton, D.E. & Richards, R.R. (1998). Validity of observer-based aggregate scoring systems as descriptors of elbow pain, function and disability. The Journal of Bone and Joint Surgery, 80A(2), 154-62.
  • Veehof, M.M., Sleegers, E.J.A., van Veldhoven, N.H.M.J., Schuurman, A.H., & van Meeteren, N.L.U. (2002). Psychometric qualities of the Dutch language version of the Disabilities of the Arm, Shoulder, and Hand questionnaire (DASH-DLV). Journal of Hand Therapy, 15, 347-54.

Voir la mesure

Comment obtenir le DASH ?

Vous pouvez obtenir une copie du DASH sur le site www.dash.iwh.on.ca

Table des matières
Qu’en pensez-vous ?