Six-Minute Walk Test (6MWT)

Évidence révisées en date du 07-11-2011
Auteur(s)* :Mahnaz Hamidzadeh ; Lisa Zeltzer, MSc OT
Éditeur(s) : Nicol Korner-Bitensky, PhD OT ; Elissa Sitcoff, BA BSc
Version française en traduction libre : Andréanne Labranche

But

Le Six-Minute Walk Test (6MWT) (Butland, Pang, Gross, Woodcock, & Geddes, 1982) est un test de marche fonctionnel dans lequel la distance que le client peut marcher en six minutes est évaluée. Ce test a été utilisé pour évaluer les individus avec un AVC (Kosak & Smith, 2005), une blessure à la tête (Rossier & Wade, 2001), la maladie Parkinson (Garber & Friedman, 2003) ainsi qu’avec une maladie cardiaque ou pulmonaire.

S.V.P, se référer aussi à l’application iWalkAssess: : L’évaluation de la marche informée par une approche basées sur les plus récentes évidences – Cliquer pour le iWalk Toolkit. (disponible en anglais)

Revue détaillée

But de l’outil de mesure

Le Six-Minute Walk Test (6MWT) (Butland, Pang, Gross, Woodcock, & Geddes, 1982) est un test de marche fonctionnel dans lequel la distance que le client peut marcher en six minutes est évaluée. Ce test a été utilisé pour évaluer les individus ayant subi un AVC (Kosak & Smith, 2005), une blessure à la tête (Rossier & Wade, 2001), la maladie Parkinson (Garber & Friedman, 2003) ainsi qu’avec une maladie cardiaque ou pulmonaire.

Versions disponibles

Il y a cinq versions différentes de tests de marche disponibles pour la population ayant subi un AVC, soit le 12-, le 6-, le 5-, le 3- et le 2-Minute Walk Tests. Les différences entre le 12-, le 6- et le 2-Minute Walk Tests sont résumés dans le tableau ci-dessous.

Version du Walking Test pour l’AVC. But Forces Limitations
12MWT (Kosak & Smith, 2005)
  • Évaluer le niveau de forme physique des individus en santé.
  • Adapté pour évaluer les incapacités chez les patients avec une bronchite chronique.
  • Comparativement au 2 et au 6MWT, le 12MWT était le plus sensible au changement durant la réadaptation post-AVC (Kosak & Smith, 2005).
  • C’est épuisant pour les patients.
6MWT (Kosak & Smith, 2005)
  • Évaluer la tolérance à l’exercice chez les individus avec des maladies respiratoires. Dérivé du 12MWT.
  • Facile à administrer.
  • Mieux toléré que le 12MWT.
  • Reflète mieux la performance des patients dans les activités quotidiennes que les autres tests de marche (Solway, Brooks, Lacasse & Thomas, 2001)
  • Bonne mesure de l’endurance
  • N’évalue pas la balance, la qualité du mouvement, l’utilisation de dispositifs d’assistance et la quantité d’assistance physique nécessaire (Barak & Duncan, 2006)
  • Décris comme un test des capacités fonctionnelles, de l’endurance, de la fatigabilité et de la santé cardiovasculaire.
  • Les déficits spécifiques à l’AVC (c.-à-d. la faiblesse musculaire, la spasticité, la balance et l’hémiparésie) peuvent influencer la distance marchée (Barak & Duncan, 2006).
2MWT (Kosak & Smith, 2005)
  • Pour évaluer la tolérance à l’exercice dans les cas de limitations chroniques du débit respiratoire.
  • Corrèle grandement avec le 6 et le 12MWT.
  • Une mesure valide de la vitesse de marche choisie par le patient.
  • Le plus rapide.
  • Comparativement au 6 et au 12MWT, le 2MWT était le moins sensible au changement pour les AVC lors de la réadaptation des patients hospitalisés (Kosak & Smith, 2005).

Deux autres adaptations du 6MWT ont déjà été utilisées chez les patients ayant subi un AVC : le 3MWT (Sakai, Tanaka, & Holland, 2002) et le 5MWT (Teixeira da Cunha-Filho et al., 2003).

Caractéristiques de l’outil

Items :

Il n’y a pas réellement d’items au 6MWT.

Le 6MWT est un test simple qui nécessite un corridor rectangulaire de 100 pieds, silencieux, intérieur, plat et droit. Le parcours de marche doit être d’une longueur de 30 mètres. Il doit y avoir des marques faites par du ruban adhésif coloré à tous les trois mètres durant tout le parcours de 30 mètres. Le point où la personne doit rebrousser chemin doit être marqué par un cône. Certaines études ont utilisé des corridors de 20 et de 50 mètres.

(American Thoracic Society “ATS (http://ajrccm.atsjournals.org/cgi/reprint/166/1/111?ijkey=58e74d53a3942c7bf82e79d2495f8b944bf3f0c2) déclaration: consignes pour le six-minute walk test, 2002)

Afin de se préparer au 6MWT le client devrait être encouragé à :

  • Porter des vêtements confortables.
  • Porter des souliers de marche appropriés.
  • Utiliser leurs aides de marche habituelles durant le test (canne, marchette, etc.)
  • Prendre leurs médicaments habituels.
  • Éviter de faire des exercices vigoureux durant les deux heures précédant le test.

Afin de se préparer au 6MWT, les cliniciens peuvent :

  • Demander aux clients de se lever afin d’évaluer leur dyspnée initiale et leur fatigue générale en utilisant l’échelle de Borg. L’échelle de Borg est une échelle de 15 ou 12 paliers évaluant la fatigue perçue – la perception du client de son effort ou de sa fatigue physique.
  • L’oxymétrie du pouls est optionnelle. Si celle-ci est mesurée, le rythme cardiaque initial et la saturation d’oxygène devraient aussi être mesurés et enregistrés.

(« Déclaration de l’ATS : lignes directrices pour le six-minute walk test, » 2002) Selon le protocole de la American Thoracic Society (ATS), les informations concernant le test devraient être données au patient de la manière suivante : «L’objectif de ce test est de marcher le plus loin possible durant six minutes, Vous allez faire des allées et venues dans ce couloir. Un temps de six minutes correspond à un long moment pour marcher, alors vous allez devoir déployer des efforts. Vous allez probablement vous essouffler ou vous fatiguer. Vous avez le droit de ralentir et de vous reposer, si cela est nécessaire. Vous pouvez vous appuyer contre le mur lorsque vous vous reposez, mais recommencez à marcher dès que vous en êtes capables. Vous allez faire des allers et retours autour des cônes. Vous devez pivoter rapidement autour des cônes et continuer dans l’autre direction sans hésitation. Maintenant, je vais vous donner un exemple. S’il vous plaît, regardez bien la manière dont je tourne autour du cône sans hésitation. »

Faites une démonstration en marchant une longueur vous-même. Marchez et pivotez rapidement autour du cône. Ensuite, dites : «Êtes-vous prêt à faire la même chose ? Je vais noter chaque moment où vous vous retournez à la ligne de départ. Rappelez-vous que l’objectif est de parcourir la plus grande distance possible durant les six minutes. Cependant, ne courrez pas et ne jogger pas. Vous pouvez commencer maintenant ou dès que vous êtes prêt.»

Le patient devrait être positionné à la ligne de départ. Le clinicien devrait se tenir près de la ligne de départ durant le test. Dès que le patient commence à marcher, le temps sur la minuterie devrait être débuté. Aucune conversation ne devrait avoir lieu durant la marche. Un ton de voix neutre devrait être utilisé lorsque les phrases standardisées sont dites (voir ci-dessous). Le patient devrait être supervisé. Le clinicien devrait rester concentré et ne pas perdre le compte des longueurs marchées par le patient. Après la première minute, les phrases suivantes devraient être dites au patient (avec un ton de voix neutre) :

«Vous vous débrouillez bien. Il reste cinq minutes.»

Lorsque la minuterie indique qu’il reste quatre minutes, les phrases suivantes devraient être dites au patient :

«Continuez le bon travail. Il reste quatre minutes.»

Lorsque la minuterie indique qu’il reste trois minutes, les phrases suivantes devraient être dites au patient :

« Vous vous débrouillez bien. Vous avez fait la moitié du test. »

Lorsque la minuterie indique qu’il reste deux minutes, les phrases suivantes devraient être dites au patient : «Continuez le bon travail. Il vous reste seulement deux minutes.»

Lorsque la minuterie indique qu’il ne reste qu’une minute, les phrases suivantes devraient être dites au patient :

«Vous vous débrouillez bien. Il ne vous reste qu’une minute. »

Aucun autre mot d’encouragement ou élément de langage corporel (ex. : indication d’accélérer) ne devrait être utilisé.

À Noter :

  • N’offrez pas de période de «réchauffement». Pour au moins dix minutes avant le test, le client devrait s’assoir sur une chaise située près de la position de départ. Durant ce temps, le clinicien devrait réviser les contrindications (Voir la section concernant la clientèle cible du module), vérifier la convenance des vêtements et des chaussures du client pour le test ainsi que compléter la première partie de la feuille de travail (voir ci-dessous). («Déclaration de l’ATS : Directives pour le six-minute walk test,» 2002)
  • Les éléments suivants devraient être présents sur la feuille de travail et le rapport du 6MWT :
  • Compteur de longueurs : __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __
  • Nom du patient : ____________________ Numéro d’identification du patient ___________
  • Numéro de la marche ______ Identification du tech: _________ Date: __________
  • Genre: M F Âge: ____ Race: ____ Grandeur: ___pi ____po, ____ mètres
  • Poids : ______ lbs, _____kg Pression sanguine: _____ / _____
  • Médicaments pris avant le test (dose et heure): __________________
  • Oxygène supplémentaire durant le test : Non Oui, Débit ______ L/min, type _____
  • Initialement et à la fin du test
  • Heure ___:___ ___:___
  • Rythme cardiaque _____ _____
  • Dyspnée ____ ____ (Échelle de Borg)
  • Fatigue ____ ____ (Échelle de Borg)
  • SpO2 ____ % ____%
  • Test arrêté ou mis sur pause avant la fin des six minutes? Non, Oui, raison : _______________
  • Autres symptômes à la fin de l’exercice : Angine; étourdissements; douleurs à la hanche, à la jambe ou au mollet
  • Nombre de longueurs: ____ (_60 mètres) _ Longueur finale partielle: _____ mètres _
  • Distance totale marchée durant les six minutes : ______ mètres
  • Distance prédite: _____ mètres Pourcentage prédit: _____%
  • Commentaires du tech:
  • Interprétation (Incluant une comparaison avec un 6MWT fait lors d’une pré-intervention).
  • Un compteur de longueurs (ou un papier et un crayon) devrait être utilisé pour noter le nombre de longueurs que le client marche durant les six minutes.

Une fois le test complété :

  • Il faut demander au client d’évaluer leur dyspnée et leur fatigue générale après la marche en utilisant l’échelle de Borg.
  • La question suivante devrait être posée : «Qu’est-ce qui vous a empêché de faire une plus grande distance, si bien sûr quelque chose vous en a empêché? »
  • Si vous utilisez un oxymètre de pouls, mesurez le SpO2 ainsi que la vitesse du pouls avec l’oxymètre, puis retirez ensuite le capteur.
  • Le nombre de longueurs devrait être noté sur la feuille de travail.
  • La distance totale marchée, arrondie au mètre près, devrait être calculée et notée sur la feuille de travail.
  • Le client devrait être félicité pour son bel effort et devrait se faire offrir un verre d’eau (s’il n’a pas de diète interdisant les liquides due à de la dysphagie).

Cotation :

  • Le compteur de longueurs ou le papier et le crayon devraient être utilisés pour noter le nombre de longueurs que le client arrive à faire durant le 6MWT.
  • La distance marchée, le nombre ainsi que la durée des pauses pendant le test de six minutes doivent être mesurées.
  • Les scores vont de zéro mètre ou pied pour les patients qui sont non-ambulatoires aux limites maximales pour un individu normal en santé (approximativement 900 mètres ou 3000 pieds).

Durée :

Six minutes.

Sous-échelles :

Aucune

Équipement :

(«Directives de l’ATS : Directives pour le six-minute walk test,» 2002)

  • Chronomètre (minuteur faisant le compte à rebours)
  • Oxymètre de pouls lorsque c’est indiqué (optionnel)
  • Une chaise à la fin du parcours, au cas où un patient serait fatigué et souhaiterait se reposer durant le test.
  • Deux petits cônes pour marquer les points de virage.
  • Autres équipements de sécurité (Source d’oxygène, téléphone, défibrillateur électronique automatisé).

Formation nécessaire :

Il n’y a pas de formation nécessaire à compléter pour les cliniciens, tant qu’ils se conforment au protocole au 6MWT.

Versions alternatives du 6MWT

Le 12MWT et le 2MWT sont aussi des outils de mesure valides et fiables chez la clientèle AVC (Kosak & Smith, 2005). D’autres versions de MWT ont aussi été utilisées chez une population ayant subi un AVC, dont le 3MWT et le 5MWT.

Clientèle cible

Peut être utilisé avec :

Les patients ayant subi un AVC (en phase aiguë, subaiguë et chronique de récupération).

Autres groupes avec lesquels l’outil a été testé :

  • Bronchopneumopathie chronique obstructive (Steele et al., 2000),
  • Insuffisance cardiaque (Guyatt, Sullivan et al., 1985),
  • Maladie artérielle périphérique (Montgomery & Gardner, 1998),
  • Fibromyalgie (King et al., 1999; Pankoff, Overend, Lucy, & White, 2000; Pankoff, Overend, Lucy, & White, 2000),
  • Fibrose kystique (Gulmans, van Veldhoven, de Meer, & Helders, 1996),
  • Insuffisance rénale (Fitts & Guthrie, 1995),
  • Personnes âgées (King, Judge, Whipple, & Wolfson, 2000),
  • Adultes en santé (Harada, Chiu, & Stewart, 1999),
  • Personnes portant un stimulateur cardiaque (Langenfeld et al., 1990),
  • Candidat à la transplantation ayant une maladie pulmonaire en phase terminale (Cahalin, Pappagianopoulos, Prevost, Wain, & Ginns, 1995).

Ne devrait pas être utilisé avec :

(« Déclaration de l’ATS : Directives pour le six-minute walk test, » 2002; Enright, 2003)

  • Les contrindications absolues pour le 6MWT incluent : Une angine instable et un infarctus du myocarde dans le mois précédent.
  • Contrindications relatives : Rythme cardiaque au repos > 120, Pression sanguine systolique (PA) > 180mm Hg, et PA diastolique > 100 mm Hg.
  • L’évaluation devrait être performée dans un lieu où une réponse appropriée et rapide à une urgence est possible.
  • Les équipements qui doivent être disponibles dans les milieux de réadaptation et hospitaliers incluent de l’oxygène, de la nitroglycérine sublinguale, de l’aspirine et de l’albutérol. Un téléphone devrait être sur les lieux pour permettre des appels d’urgence.
  • Le clinicien devrait avoir une certification en réanimation cardiopulmonaire incluant un minimum de connaissances en premiers soins.
  • Si un client est sous oxygénothérapie chronique, de l’oxygène devrait lui être donné à un taux standard ou selon les indications d’un médecin ou d’un protocole.
  • Les raisons pour immédiatement cesser le 6MWT incluent les suivantes : (1) douleur à la poitrine, (2) dyspnée intolérable, (3) crampes aux jambes, (4) Pertes d’équilibre, (5) diaphorèse, et (6) un teint pâle ou cendré. Si le test est stoppé en raison de l’un des éléments précédents, le patient devrait s’assoir ou se coucher sur le dos, selon ce qui est nécessaire dépendamment de la sévérité des événements. Selon le jugement du clinicien, la pression sanguine, le rythme cardiaque, la saturation en oxygène et l’évaluation par un médecin devraient être obtenus.

Note : Une évaluation de la marche devrait être faite avant le test pour s’assurer que le patient peut marcher sans supervision et de manière sécuritaire, et ce avant que le test soit choisi comme outil d’évaluation.

Dans quelles langues cet outil est-il disponible ?

Aucune information disponible.

Sommaire

Que mesure l’outil ? C’est un test fonctionnel de marche qui détermine la distance qu’un client peut marcher en six minutes.
Pour quelles clientèles cet outil peut-il être utilisé ? Les patients qui ont subi un AVC, qui ont subi une blessure à la tête, qui ont la maladie de Parkinson, qui ont des maladies cardiaques et pulmonaires, les personnes âgées et les adultes en santé.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation? Évaluation
Temps d’administration 6 minutes
Versions 12MWT, 5MWT, 3MWT, 2MWT
Langues Ne s’applique pas.
Propriétés de l’outil
Fidélité
  • Quatre études ont examiné la fidélité test-retest du 6MWT et ont relevé une fidélité test-retest excellente (CCI = 0,97 – 0,99).
  • Une étude a évalué la fidélité intra-juge et inter-juges et a relevé une fidélité intra-juge adéquate (CCI = 0,74) ainsi qu’une excellente fidélité inter-juges (CCI = 0,78).
Validité

Concourante

  • Trois études ont examiné la validité concourante du 6MWT et ont relevé d’excellentes corrélations avec le «gold standard» de Vo2max ; avec des vélocités de cinq mètres de marche comme vitesse préférée et vitesse rapide ; et avec la sous-échelle locomotrice de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle (MIF).
  • Deux études ont relevé des corrélations entre le 6MWT et le pic de Vo2 ainsi que la durée du test d’exercice, et entre le 6MWT et la sous-échelle motricité de le MIF et de son score total.

Convergente

  • Quatre études ont examiné la validité convergente du 6MWT et ont noté d’excellentes corrélations avec le 2MWT, le 5MWT, 12MWT, l’Échelle d’équilibre de Berg et le Reintegration to Normal Living (RNL) Index. De plus, elles ont noté une adéquate relation avec le Quadriceps Eccentric Paretic Strength.

Validité prédictive

  • Une étude a examiné la validité prédictive du 6MWT chez les patients ayant subi un AVC et ont noté que celui-ci était un excellent prédicteur du nombre de pas moyens par jour.
Est-ce que l’outil est sensible au changement ? Six études ont utilisé le 6MWT pour démontrer l’efficacité d’interventions d’exercices variées et ont noté une augmentation de la distance marchée allant de 28,21m à 102,8m après l’intervention. Une étude a directement examiné la sensibilité au changement du 6MWT et a relevé que le 6MWT a une grande réponse moyenne standardisée, ce qui indique que l’outil de mesure est sensible chez les clients ayant subi un AVC.
Acceptabilité Le 6MWT a été utilisé dans des populations ayant subi un AVC et qui sont en phase aiguë, subaiguë et chronique.
Note : Une évaluation de la marche devrait être faite avant le test pour s’assurer que le patient peut marcher sans supervision et de manière sécuritaire, et ce avant que le test soit choisi comme outil d’évaluation.
Faisabilité Le 6MWT ne requière aucune formation spécialisée et ne nécessite que du matériel simple (un chronomètre, une échelle de Borg et un oxymètre de pouls lorsque nécessaire). C’est un test simple qui requière un corridor de 100 pieds, calme, intérieur, plat et rectangulaire. Le parcours de marche devrait être d’une longueur de 30 mètres. Cette distance devrait être divisée en segments de trois mètres par du ruban adhésif coloré.
Comment obtenir l’outil ? Les instructions d’administration détaillées qui sont indiquées dans le module du 6MWT sont suffisantes pour administrer le 6MWT.

Propriétés psychométriques

Résumé

Une revue de la littérature a été menée pour identifier toutes les publications pertinentes concernant les propriétés psychométriques du 6MWT chez les individus ayant subi un AVC.

Effets plancher/plafond

Le 6MWT est une variable continue sans effets de plafond (Kosak & Smith, 2005).

Fidélité

Test-retest
Eng, Dawson et Chu (2004) ont examiné la fidélité test-retest du 6MWT chez 12 individus vivant dans la communauté en phase chronique de récupération d’un AVC. La fidélité test-retest du 6MWT était excellente pour la distance couverte en mètres (CCI = 0,99) et pour la variable d’exercice sous-maximale du V02 (ml/kg.min) (CCI = 0,96). Flansbjer, Holmback, Downham, Patten et Lexell (2005) ont étudié la fidélité de tests mesurant la performance en marche chez 50 hommes et 50 femmes avec de l’hémiparésie après un AVC (phase chronique). Ils ont relevé que le 6MWT avait une excellente fidélité test-retest (CCI = 0,99) avec les plus petites différences réelles de 13%, lorsque comparée avec le Timed Up & Go, des tests de vitesse de marche et des tests de montées et de descentes d’escaliers. Fulk, Echternach, Nof et O’Sullivan (2008) ont examiné la fidélité test-retest (ICC = 0,97).

Liu, Drutz, Kumar, McVicar, Weinberger, Brooks et al. (2008) ont mené des investigations pour déterminer un effet dans la pratique, vérifié par des critères variés incluant les coefficients de corrélations intraclasses (ICC). Celui-ci était excellent (ICC = 0,98).

Fidélité intra-juge et inter-juges
Kosak et Smith (2005) ont examiné la fidélité inter-juges et intra-juge du 6MWT chez 18 clients hospitalisés inscrits dans un programme de réadaptation (28 ± 34 jours post-AVC). La fidélité intra-juge était excellente (CCI = 0m74). La fidélité inter-juges était aussi excellente (CCI = 0,78).

Validité

Validité de critère :

Validité concourante
Le 6MWT a eu une excellente corrélation avec le Vo2 max chez les patients ayant subi un AVC (r = 0,66) (Le Vo2 max est le volume maximal d’oxygène que le corps peut consommer durant de l’exercice intense fait par tout le corps, lorsque l’air est respiré au niveau de la mer) (Eng et al., 2004; Pang, Eng, & Dawson, 2005).

Tang, Sibley, Bayley, McIlroy et Brooks (2006) ont administré le 6MWT à 36 individus ayant subi un AVC (phase subaiguë) et ont relevé d’excellentes corrélations entre le 6MWT et le Five Meter Walk Velocity pour la vitesse préférée (r = 0,79) et la vitesse rapide (r = 0,82). Cela suggère que la vitesse sélectionnée par le patient durant le 6MWT a une forte relation avec les vélocités choisies durant le Five Meter Walk Distance (Kelly, Kilbreath, Davis, Zeman, & Raymond, 2003; Tang et al., 2006).

Tang et al. (2006) ont noté une corrélation adéquate entre le 6MWT et la consommation d’oxygène moyenne de patients durant un test d’exercice cardiopulmonaire (pic de Vo2) (r = 0,56) ainsi qu’entre le 6MWT et la durée du test de l’exercice (r = 0,60 ) chez 36 clients ayant subi un AVC. Cela suggère que, même si le 6MWT fait travailler le système cardiorespiratoire, ce test semble plus fortement influencé par la vitesse de marche que par la capacité cardiorespiratoire (Tang, Sibley, Bayley, McIlroy, & Brooks, 2006).

Fulk et al. (2008) ont examiné la validité concourante du 6MWT en utilisant les corrélations spécifiques de Pearson et les coefficients de corrélation de rang de Spearman chez 37 clients hospitalisés faisant de la réadaptation post-AVC. Les clients étaient en moyenne à 33,7 jours post-AVC et avaient un âge moyen de 66,3 ans. Le 6MWT a été comparé aux sous-échelles de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle (MIF) (Keith, Granger, Hamilton & Sherwin, 1987). Le 6MWT avait une excellente corrélation avec les sous-échelles de la MIF concernant la locomotion lors de la décharge (marche) et avec les celles concernant la locomotion (marche) et la montée d’escaliers (Spearman r = 0,69). Le 6MWT a eu des corrélations adéquates avec la sous-échelle motricité de la MIF (Pearson r = 0,52) et les scores totaux à la décharge de la MIF (Pearson r = 0,45).

Validité prédictive
Fulk, Reynolds, Mondal & Deutsch (2010) ont examiné la validité prédictive du 6MWT et d’autres mesure cliniques largement utilisées (FMA LE, vitesse de marche auto-sélectionnée, SIS et Échelle d’équilibre de Berg) chez 19 patients ayant subi un AVC. Il a été révélé que le 6MWT était un excellent prédicteur du nombre de pas moyens par jour (r = 0,68; P = 0,001). Même si la vitesse de marche et l’équilibre sont reliés à l’activité de marche, seul le 6MWT a été noté comme étant un prédicteur des déplacements dans la communauté chez les patients ayant subi un AVC.

Validité de construit

Validité convergente
Kosak and Smith (2005) ont comparé le 2MWT et le 6MWT chez 18 clients ayant subi un AVC. Une excellente corrélation a été notée entre les deux mesures (r = 0.997).

Kosak and Smith (2005) ont comparé le 12MWT et le 6MWT chez 18 patients ayant subi un AVC. Une excellente corrélation a été notée entre les deux mesures (r = 0,99).

Patterson et al. (2007) ont administré l’Échelle d’équilibre de Berg (ÉÉB) (Patterson, Forrester, Rodgers, Ryan, Ivey, Sorkin, et al., 2007) et le 6MWT à 74 clients (43 hommes, 31 femmes) en phase chronique de récupération d’un AVC et présentant de l’hémiparésie. Une excellente relation a été relevée entre l’ÉÉB et le 6MWT (r = 0,69).

Patterson et al. (2007) ont comparé la force excentrique des quadriceps parétiques avec le 6MWT chez 74 individus (43 homes, 31 femmes) en phase chronique de récupération d’un AVC et présentant de l’hémiparésie. Une relation adéquate a été relevée entre le 6MWT et la force des quadriceps (r = 0,57).

Pang, Eng, et Miller (2007) ont administré le Reintegration to Normal Living Index (RNL) et le 6MWT à 63 clients en phase chronique de récupération d’un AVC. Une corrélation adéquate a été relevée entre ces deux mesures (r = 0,35).

Fulk et al. (2008) ont examiné la validité convergente du 6MWT en le comparant au 5MWT chez 37 patients hospitalisés suivant un programme de réadaptation post-AVC. Les clients en étaient à 33,7 jours post-AVC en moyenne et avaient une moyenne d’âge de 66,3 ans. En utilisant des corrélations spécifiques de Pearson, ils ont noté que 5MWT et le 6MWT corrélaient de manière excellente (r = 0,89).

Validité des groupes connus et validité discriminante
Non disponible.

Sensibilité au changement

Le tableau ci-dessous résume les études qui ont examiné la sensibilité au changement du 6MWT parmi les individus ayant subi un AVC.

Noms des auteurs Type de l’étude Résultats de l’étude
(Kosak & Smith, 2005) Étude transversale n = 18 clients ayant subi un AVC Un programme de réadaptation pour l’AVC en hôpital (protocole standard comme conçu par la American Association of Cardiovascular and Pulmonary Rehabilitation) durant 3,9 + 2 semaines d’observation a indiqué que la sensibilité au changement du 6MWT, mesurée par une moyenne de réponse standardisée (MRS), était de 1,52. Cela se traduit en une augmentation de 2,4 fois la distance marchée par les clients faisant parti du programme de réadaptation.
(Duncan et al., 1998) Essai clinique randomisé, étude pilote n = 20 clients ayant subi un AVC Les résultats d’un programme d’exercices fait à la maison d’une durée de huit semaines ont indiqué un changement de 59,4 mètres au 6MWT (changements moyens = 195 pieds), comparativement à un changement de 34,7 mètres (changements moyens = 114 ft) après des soins habituels.
(Dean, Richards, & Malouin, 2000) Essai clinique randomisé, étude pilote n = 12 clients ayant subi un AVC Un cours d’exercices de quatre semaines a été offert pour améliorer les tâches locomotrices (Dean et al., 2000). Les patients ont accompli un changement de 42,1 mètres (déviation standard = 119,0) au 6MWT, comparativement à un changement de seulement 4,7 mètres suivant une intervention pour le membre supérieur d’une intensité égale.
(Visintin, Barbeau, Korner-Bitensky, & Mayo, 1998) Essai clinique randomisé, n = 100 clients ayant subi un AVC Après 6 semaines d’entraînement sur un tapis roulant avec un support pour le poids du corps, le changement moyen de la distance marchée en 6 minutes après l’intervention était de 102,8 mètres (déviation standard = 67,4), comparativement à un changement de 58,8 mètres (déviation standard = 72,2) pour le groupe témoin.
(Salbach et al., 2004) Essai clinique randomisé, n = 91 patients ayant subi un AVC L’efficacité d’une intervention orientée sur la tâche pour améliorer la compétence de marche a été évaluée en comparant celle-ci aux soins habituels. Les clients avec des déficits de marche faibles, modérés et sévères initialement ont eu une amélioration de leur performance au 6MWT post-intervention de respectivement 36 (déviation standard = 96), 55 (déviation standard = 56) et 18 (déviation standard = 23) mètres.
(Duncan et al., 2003) Essai clinique randomisé, n = 100 patients ayant subi un AVC (phase subaiguë) L’efficacité d’exercices thérapeutiques pour des individus en phase subaiguë de récupération d’un AVC a été comparé avec celle des soins habituels. Le groupe d’intervention a amélioré sa performance au 6MWT d’en moyenne 28,2 mètres (12,52%) plus que le groupe de soins habituels.
(Tanne, Tsabari, Chechik, Toledano, Orion, Schwammenthal, et al., 2008) Essai clinique randomisé, n = 152 post-ACV ischémique mineur Programme d’exercices d’une durée de trois mois pour les patients en externe. L’amélioration de la capacité d’exercice du groupe d’intervention en comparaison avec le groupe témoin a été démontrée en utilisant le 6MWT (de 444 ± 90 initialement à 557± 99 mètres post-intervention pour le groupe d’exercice ; de 438 ± 101 initialement à 418 ± 126 dans le groupe témoin).

Références

  • ATS statement: guidelines for the six-minute walk test. (2002). Am J Respir Crit Care Med, 166(1), 111-117.
  • Barak, S., & Duncan, P. W. (2006). Issues in selecting outcome measures to assess functional recovery after stroke. NeuroRx, 3(4), 505-524.
  • Butland, R. J., Pang, J., Gross, E. R., Woodcock, A. A., & Geddes, D. M. (1982). Two-, six-, and 12-minute walking tests in respiratory disease. Br Med J (Clin Res Ed), 284(6329), 1607-1608.
  • Cahalin, L., Pappagianopoulos, P., Prevost, S., Wain, J., & Ginns, L. (1995). The relationship of the 6-min walk test to maximal oxygen consumption in transplant candidates with end-stage lung disease. Chest, 108(2), 452-459.
  • Dean, C. M., Richards, C. L., & Malouin, F. (2000). Task-related circuit training improves performance of locomotor tasks in chronic stroke: a randomized, controlled pilot trial. Arch Phys Med Rehabil, 81(4), 409-417.
  • Duncan, P., Richards, L., Wallace, D., Stoker-Yates, J., Pohl, P., Luchies, C., et al. (1998). A randomized, controlled pilot study of a home-based exercise program for individuals with mild and moderate stroke. Stroke, 29(10), 2055-2060.
  • Duncan, P., Studenski, S., Richards, L., Gollub, S., Lai, S. M., Reker, D., et al. (2003). Randomized clinical trial of therapeutic exercise in subacute stroke. Stroke, 34(9), 2173-2180.
  • Eng, J. J., Dawson, A. S., & Chu, K. S. (2004). Submaximal exercise in persons with stroke: test-retest reliability and concurrent validity with maximal oxygen consumption. Arch Phys Med Rehabil, 85(1), 113-118.
  • Enright, P. L. (2003). The six-minute walk test. Respir Care, 48(8), 783-785.
  • Fitts, S. S., & Guthrie, M. R. (1995). Six-minute walk by people with chronic renal failure. Assessment of effort by perceived exertion. Am J Phys Med Rehabil, 74(1), 54-58.
  • Flansbjer, U. B., Holmback, A. M., Downham, D., Patten, C., & Lexell, J. (2005). Reliability of gait performance tests in men and women with hemiparesis after stroke. J Rehabil Med, 37(2), 75-82.
  • Fulk, G. D., Echternach, J. L., Nof, L., & O’Sullivan, S. (2008). Clinometric properties of the six-minute walk test in individuals undergoing rehabilitation poststroke. Physiotherapy Theory and Practice, 24(3), 195-204.
  • Fulk, G. D., Reynolds, C., Mondal, S., & Deutsch, J. E. (2010). Predicting home and community walking activity in people with stroke. Arch Phys Med Rehabil, 91, 1582-1586.
  • Garber, C. E., & Friedman, J. H. (2003). Effects of fatigue on physical activity and function in patients with Parkinson’s disease. Neurology, 60(7), 1119-1124.
  • Gulmans, V. A., van Veldhoven, N. H., de Meer, K., & Helders, P. J. (1996). The six-minute walking test in children with cystic fibrosis: reliability and validity. Pediatr Pulmonol, 22(2), 85-89.
  • Guyatt, G. H., Sullivan, M. J., Thompson, P. J., Fallen, E. L., Pugsley, S. O., Taylor, D. W., et al. (1985). The 6-minute walk: a new measure of exercise capacity in patients with chronic heart failure. Can Med Assoc J, 132(8), 919-923.
  • Guyatt, G. H., Thompson, P. J., Berman, L. B., Sullivan, M. J., Townsend, M., Jones, N. L., et al. (1985). How should we measure function in patients with chronic heart and lung disease? J Chronic Dis, 38(6), 517-524.
  • Harada, N. D., Chiu, V., & Stewart, A. L. (1999). Mobility-related function in older adults: assessment with a 6-minute walk test. Arch Phys Med Rehabil, 80(7), 837-841.
  • Keith, R. A, Granger, C. V., Hamilton, B. B., & Sherwin, F. S. (1987). The Functional Independence Measure: a new tool for rehabilitation. In: Eisenberg, M.G. & Grzesiak, R.C. (Ed.), Advances in clinical rehabilitation (pp. 6-18). New York: Springer Publishing Company.
  • Kelly, J. O., Kilbreath, S. L., Davis, G. M., Zeman, B., & Raymond, J. (2003). Cardiorespiratory fitness and walking ability in subacute stroke patients. Arch Phys Med Rehabil, 84(12), 1780-1785.
  • King, M. B., Judge, J. O., Whipple, R., & Wolfson, L. (2000). Reliability and responsiveness of two physical performance measures examined in the context of a functional training intervention. Phys Ther, 80(1), 8-16.
  • King, S., Wessel, J., Bhambhani, Y., Maikala, R., Sholter, D., & Maksymowych, W. (1999). Validity and reliability of the 6 minute walk in persons with fibromyalgia. J Rheumatol, 26(10), 2233-2237.
  • Kosak, M., & Smith, T. (2005). Comparison of the 2-, 6-, and 12-minute walk tests in patients with stroke. J Rehabil Res Dev, 42(1), 103-107.
  • Langenfeld, H., Schneider, B., Grimm, W., Beer, M., Knoche, M., Riegger, G., et al. (1990). The six-minute walk–an adequate exercise test for pacemaker patients? Pacing Clin Electrophysiol, 13(12 Pt 2), 1761-1765.
  • Liu, J., Drutz, C., Kumar, R., McVicar, L., Weinberger, R., Brooks, D., Salbach, N.M. (2008). Use of the six-minute walk test poststroke: Is there a practice effect? Arch Phys Med Rehabil., 89(9), 1686-1692.
  • McGavin, C. R., Gupta, S. P., & McHardy, G. J. (1976). Twelve-minute walking test for assessing disability in chronic bronchitis. Br Med J, 1(6013), 822-823.
  • Montgomery, P. S., & Gardner, A. W. (1998). The clinical utility of a six-minute walk test in peripheral arterial occlusive disease patients. J Am Geriatr Soc, 46(6), 706-711.
  • Pang, M. Y., Eng, J. J., & Dawson, A. S. (2005). Relationship between ambulatory capacity and cardiorespiratory fitness in chronic stroke: influence of stroke-specific impairments. Chest, 127(2), 495-501.
  • Pankoff, B., Overend, T., Lucy, D., & White, K. (2000). Validity and responsiveness of the 6 minute walk test for people with fibromyalgia. J Rheumatol, 27(11), 2666-2670.
  • Pankoff, B. A., Overend, T. J., Lucy, S. D., & White, K. P. (2000). Reliability of the six-minute walk test in people with fibromyalgia. Arthritis Care Re, 13(5), 291-295.
  • Patterson, S. L., Forrester, L. W., Rodgers, M. M., Ryan, A. S., Ivey, F. M., Sorkin, J. D., et al. (2007). Determinants of walking function after stroke: differences by deficit severity. Arch Phys Med Rehabil, 88(1), 115-119.
  • Pearson, O. R., Busse, M. E., van Deursen, R. W., & Wiles, C. M. (2004). Quantification of walking mobility in neurological disorders. QJM, 97(8), 463-475.
  • Rossier, P., & Wade, D. T. (2001). Validity and reliability comparison of 4 mobility measures in patients presenting with neurologic impairment. Arch Phys Med Rehabil, 82(1), 9-13.
  • Sakai, T., Tanaka, K., & Holland, G. J. (2002). Functional and locomotive characteristics of stroke survivors in Japanese community-based rehabilitation. Am J Phys Med Rehabil, 81(9), 675-683.
  • Salbach, N. M., Mayo, N. E., Wood-Dauphinee, S., Hanley, J. A., Richards, C. L., & Cote, R. (2004). A task-orientated intervention enhances walking distance and speed in the first year post stroke: a randomized controlled trial. Clin Rehabil, 18(5), 509-519.
  • Solway, S., Brooks, D., Lacasse, Y., Thomas, S. (2001). A qualitative systematic overview of the measurement properties of functional walk tests used in the cardiorespiratory domain. Chest,119, 256-270.
  • Steele, B. G., Holt, L., Belza, B., Ferris, S., Lakshminaryan, S., & Buchner, D. M. (2000). Quantitating physical activity in COPD using a triaxial accelerometer. Chest, 117(5), 1359-1367.
  • Tang, A., Sibley, K. M., Bayley, M. T., McIlroy, W. E., & Brooks, D. (2006). Do functional walk tests reflect cardiorespiratory fitness in sub-acute stroke? J Neuroeng Rehabil, 3, 23.
  • Teixeira da Cunha-Filho, I., Henson, H., Qureshy, H., Williams, A. L., Holmes, S. A., & Protas, E. J. (2003). Differential responses to measures of gait performance among healthy and neurologically impaired individuals. Arch Phys Med Rehabil, 84(12), 1774-1779.
  • Tanne, D., Tsabari, R., Chechik, O., Toledano, A., Orion, D., Schwammenthal, Y., et al. (2008) Improved exercise capacity in patients after minor ischemic stroke undergoing a supervised exercise training program. IMAJ, 10, 113-116.
  • Visintin, M., Barbeau, H., Korner-Bitensky, N., & Mayo, N. E. (1998). A new approach to retrain gait in stroke patients through body weight support and treadmill stimulation. Stroke, 29(6), 1122-1128.

Voir la mesure

Comment obtenir le 6MWT

Les instructions détaillées dans ce module concernant l’administration correspondent à des informations suffisantes pour administrer le 6MWT.

En cliquant ici, vous pouvez accéder à un vidéo montrant comment administrer l’outil de mesure.

Table des matières
Qu’en pensez-vous ?