Rivermead Motor Assessment (RMA)

Évidence révisées en date du 22-03-2011
Auteur(s)* : Lisa Zeltzer, MSc OT ; Nicol Korner-Bitensky, PhD OT ; Elissa Sitcoff, BA BSc ; Katie Marvin, MSc ; PT Candidate
Version française en traduction libre : Alexandra Matteau

But

La Rivermead Motor Assessment (RMA) évalue la performance motrice de patients ayant subi un AVC et a été développée à la fois pour une utilisation clinique et à des fins de recherche.

Note : Le nom des instruments de mesure qui, en anglais, sont identifiés et nommés par des noms de genre féminin en français – ex. « Batterie » (Battery), « Catégorie » (Category), « Échelle » (Scale, Ladder), « Évaluation » (Assessment) ou « Mesure » (Measure) – sont traduits en français par le genre féminin.

Revue détaillée

But de la mesure

La Rivermead Motor Assessment (RMA) évalue la performance motrice de patients ayant subi un AVC et a été développée à la fois pour une utilisation clinique et à des fins de recherche.

Versions disponibles

La RMA a été développée par Lincoln et Leadbitter en 1979.

Caractéristiques de la mesure

Items :

La RMA se compose d’items de test en trois sections qui sont ordonnées hiérarchiquement, c’est-à-dire que les premiers items sont plus faciles et deviennent de plus en plus difficiles vers la fin de l’évaluation.

Les trois sections de tests évaluent :

  • Fonction globale (13 items)

Ex. Marcher avec et sans une aide, négocier les escaliers avec ou sans rampe, marcher, tourner et récupérer un objet, et courir.

  • Mouvements des jambes et du tronc (10 items)

Ex. Tenir debout sur une jambe et fléchir le genou dans une position de mise en charge.

  • Mouvements des bras (15 items)

Ex. Items de contrôle, tels qu’effectuer une pronation/supination de l’avant-bras et faire rebondir une balle, et des items fonctionnels tels que découper de la pâte à modeler, saisir et relâcher des objets, et faire un nœud.

Les items sont cotés comme réussi ou échoué. Traditionnellement, lorsque trois tentatives consécutives pour accomplir un item sont échouées dans une même sous-section, le test est arrêté puisqu’il est présumé que tous les items subséquents dans la sous-section seront aussi échoués, alors ce ne sont pas tous les items de la section qui ont besoin d’être administré (appelé « Échelle de Guttman »). Toutefois, des études récentes suggèrent que l’organisation hiérarchique des items dans les trois sous-échelles diffère de celle proposée par les concepteurs (Adams, Ashburn, Pickering & Taylor, 1997; Adams Pickering, Ashburn & Lincoln, 1997; Kurtais et al., 2009), et par conséquent, il a été recommandé que tous les items dans chacune des sous-échelles soient administrés. Afin d’éviter la surcharge des patients et pour réduire le temps d’administration, l’effet plafond de trois échecs consécutifs devrait être appliqué (Kurtais et al., 2009).

Pour les patients avec un handicap additionnel, par exemple, une amputation, le principe d’arrêter après 3 erreurs consécutives ne devrait pas être appliqué (Lincoln & Leadbitter, 1979).

Comme exemple des items de la RMA et de l’échelle de Guttman, vous trouverez ci-dessous les items pour la sous-échelle évaluant la Fonction globale de la RMA.

Le patient peut-il :

  1. S’asseoir sans soutien (sans tenir le bord du lit avec les pieds dans le vide)
  2. Passer de la position couchée à assisse sur le bord du lit (en utilisant n’importe quelle méthode)
  3. Passer de la position assisse à debout
  4. Passer du fauteuil roulant à une chaise vis-à-vis du côté non affecté (peut utiliser ses mains)
  5. Passer du fauteuil roulant à une chaise vis-à-vis du côté affecté (peut utiliser ses mains)
  6. Marcher 10 mètres à l’intérieur avec une aide (n’importe quelle aide à la marche, pas d’aide provenant d’une tierce partie)
  7. Monter des marches de façon indépendante (par n’importe quelle méthode, peut utiliser une rampe et une aide)
  8. Marcher 10 mètres à l’intérieur sans une aide (sans aide provenant d’une tierce partie ou aide à la marche)
  9. Marcher 10 mètres, ramasser un fauteuil poire sur le sol, tourner et le ramener (peut utiliser une aide à la marche)
  10. Marcher 40 mètres à l’extérieur (peut utiliser une aide à la marche, pas d’aide provenant d’une tierce partie)
  11. Monter et descendre 4 marches (peut utiliser n’importe quelle aide, mais ne peut pas tenir une rampe)
  12. Courir sur 10 mètres (doit être symétrique)
  13. Sauter sur place sur la jambe affectée 5 fois (doit sauter sur l’avant-pied sans s’arrêter pour retrouver l’équilibre, pas d’aide des bras)

Cotation :

Chaque item de la RMA est coté 0 ou 1, selon si le client effectue l’activité selon des instructions spécifiques. Un score de 0 équivaut à une réponse négative; un score de 1 équivaut à une réponse positive. Chaque sous-échelle est cotée en additionnant les points alloués à tous les items dans cette sous-échelle.

Si un patient refuse d’effectuer un item (ex. sous le coup de l’anxiété), un score de 0 est attribué à cet item.

Durée :

Il faut environ 45 minutes pour évaluer un client ambulatoire avec un membre supérieur en récupération ; il faut moins de temps pour les patients plus lourdement handicapés (Lincoln & Leadbitter, 1979).

Sous-échelles :

La RMA a trois sous-échelles : Fonction globale ; Membre inférieur (Jambe) ; Membre supérieur (Bras).

Équipements :

  • Bloc de 20 cm de hauteur
  • Crayon
  • Volleyball
  • Balle de tennis
  • Feuille de papier
  • Fourchette et couteau
  • Assiette et contenant (utiliser la boîte de pâte à modeler comme contenant)
  • Fauteuil poire
  • Corde
  • Pâte à modeler
  • Montre avec un chronomètre
  • Tapis antidérapant

Formation

Aucune formation spécialisée n’est requise pour administrer la RMA. Toutefois, la RMA devrait être administrée par un physiothérapeute étant en mesure de prendre en charge de façon sécuritaire les patients ayant subi un AVC. La RMA est une évaluation comportant des risques, lors de cette évaluation le patient peut tomber s’il n’est pas supervisé par quelqu’un possédant de l’expertise au niveau des AVC.

Versions alternatives de la Rivermead Motor Assessment

Le Rivermead Mobility Index (RMI) (Collen, Wade & Bradshaw, 1991).

Le RMI a été développé à partir de la sous-échelle évaluant la Fonction globale de la RMA. Cette mesure est axée sur la mobilité corporelle et elle est composée d’une série de 14 questions et d’une observation directe. Le RMI comprend toute une série d’activités allant de se retourner dans le lit à courir et il a été rapporté que le RMI est une mesure fiable et valide de la mobilité chez les patients ayant subi un AVC (Collen et al., 1991; Hsieh, Hsueh & Mao, 2000).

Pertinence de l’évaluation selon la clientèle

Peut être utilisé avec :

  • Les patients ayant ssubi un AVC.

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • Chez les individus âgés de 65 ans et plus en phase chronique de récupération post-AVC, l’échelle de Guttman n’est retenue qu’avec la sous-échelle évaluant la Fonction globale (Adams, Pickering, Ashburn & Lincoln, 1997) et il doit donc être utilisé avec prudence chez ces individus puisqu’ils peuvent ne pas être capables d’accomplir certaines des tâches spécifiques (ex. un patient avec de l’arthrose peut ne pas être capable de monter les escaliers), mais être capables d’accomplir des tâches subséquentes qui sont considérées comme plus difficiles (ex. marcher pour une durée prolongée).
  • L’échelle de Guttman (c’est-à-dire la notion selon laquelle si le patient est d’accord avec tout item spécifique sur la liste, il sera également d’accord avec toutes les questions précédentes) n’est peut-être pas appropriée pour évaluer la fonction chez le client hémiplégique à la suite d’un AVC. Cette méthode d’administration de test n’est pas non plus appropriée pour évaluer le type de perte de fonction en raison de lésions focales qui surviennent chez les clients ayant subi un AVC, chez qui l’altération de certaines fonctions peut ne pas être liée à l’altération des autres fonctions.

Dans quelles langues la mesure est-elle disponible ?

La RMA est uniquement disponible en anglais (Royaume-Uni).

Sommaire

Que mesure l’outil ? La performance motrice
Avec quelles clientèles l’outil peut-il être utilisé ? Les patients ayant un subi un AVC.
Est-ce un outil de dépistage ou d’évaluation ? Évaluation
Temps d’administration Il faut environ 45 minutes pour administrer la RMA à un client ambulatoire, en récupération d’un membre supérieur (moins de temps avec les patients plus lourdement handicapés).
Versions Rivermead Mobility Index (RMI), développé à partir de la sous-échelle évaluant la Fonction globale de la RMA.
Langues Anglais
Propriétés psychométriques
Fidélité
  • Une étude a examiné la cohérence interne de la RMA et a relevé une excellente cohérence interne pour toutes les sous-échelles de la RMA.
  • Une étude a examiné la fidélité test-retest de la RMA et a relevé une fidélité test-retest adéquate pour la sous-échelle évaluant la Fonction globale et une excellente fidélité pour les sous-échelles Jambes et Tronc, et Bras.
  • Une étude a examiné la fidélité inter-juges de la RMA et n’a relevé aucune différence significative pour les sous-échelles Fonction globale et Jambes et Tronc sur les scores moyens pour tous les patients, et pour l’ensemble des évaluateurs. Pour la sous-échelle de Bras, une différence significative a été relevé entre les évaluateurs, attribuée à un seul des évaluateurs.
  • Aucune étude n’a examiné la fidélité intra-juge de la RMA.
Validité

Critère :

Concourante :

Excellentes corrélations avec l’Indice de Barthel au départ de l’étude et lors des suivis de 1 mois et de 1 an.

Prédictive :

Un faible score de motricité globale sur la RMA à 6 semaines post-AVC a été relevé comme prédictif de l’incapacité de marcher à 18 mois post-AVC.

Construit :

Convergente/Discriminante :

Excellentes corrélations entre la sous-échelle évaluant le Membre supérieur de la RMA et la sous-échelle évaluant le Membre supérieur du Motricity Index. Excellentes corrélations entre la RMA et le score total de la Mesure de l’Indépendance Fonctionnelle (MIF) et le domaine Moteur de la MIF ; et corrélations adéquates entre la RMA et le domaine Cognitif de la MIF. Excellentes corrélations entre la méthode verbale d’exécution de la sous-échelle évaluant la Fonction globale de la RMA et la méthode d’exécution de performance typique.

  • Une étude a examiné la cohérence interne de la RMA et a relevé une excellente cohérence interne pour toutes les sous-échelles de la RMA.
  • Une étude a examiné la fidélité test-retest de la RMA et a relevé une fidélité test-retest adéquate pour la sous-échelle évaluant la Fonction globale et une excellente fidélité pour les sous-échelles Jambes et Tronc, et Bras.
  • Une étude a examiné la fidélité inter-juges de la RMA et n’a relevé aucune différence significative pour les sous-échelles Fonction globale et Jambes et Tronc sur les scores moyens pour tous les patients, et pour l’ensemble des évaluateurs. Pour la sous-échelle de Bras, une différence significative a été relevé entre les évaluateurs, attribuée à un seul des évaluateurs.
  • Aucune étude n’a examiné la fidélité intra-juge de la RMA.
Effets plancher/plafond

Une étude a examiné l’effet de plafond de la sous-échelle évaluant la Fonction globale de la RMA et a relevé un effet plafond faible

Est-ce que l’outil est sensible aux changements ? Deux études ont examiné la sensibilité au changement de la RMA. La RMA a été jugée sensible au changement auprès de clients ayant subi un AVC et il a été démontré qu’une différence de score total de plus ou moins 3 est susceptible de représenter un changement cliniquement important au niveau fonctionnel.
Acceptabilité La RMA doit être utilisée avec prudence avec les individus âgés de 65 ans et plus en phase chronique de récupération post-AVC, car ils peuvent ne pas être capables d’accomplir certaines des tâches spécifiques, mais être capables d’accomplir les tâches subséquentes qui sont considérées comme plus difficiles. L’échelle de Guttman n’est peut-être pas appropriée pour évaluer la fonction chez les clients hémiplégiques à la suite d’un AVC, ou pour évaluer la perte de fonction en raison de lésions focales qui surviennent chez les clients ayant subi un AVC, chez qui l’altération de certaines fonctions peut ne pas être liée à l’altération des autres fonctions.
Faisabilité Il faut environ 45 minutes pour administrer la RMA et elle est habituellement administrée par un physiothérapeute. La mesure est simple à administrer et est composée d’items de test en trois sections (Fonction globale ; Membre inférieur ; Membre supérieur et Tronc) qui sont organisés hiérarchiquement. La mesure ne requiert aucune formation formelle ou aucun équipement spécialisé.
Comment obtenir l’outil ? Veuillez cliquer ici pour obtenir un exemplaire de la RMA.

Propriétés psychométriques

Résumé

Une revue de littérature a été menée pour identifier toutes les publications pertinentes sur les propriétés psychométriques de la RMA.

Effets plancher/plafond

Williams, Robertson, Greenwood, Goldie et Morris (2006) ont examiné la validité concourante d’une nouvelle mesure, l’High-Level Mobility Assessment Tool (HiMAT), et de la sous-échelle évaluant la Fonction globale de la RMA auprès de 103 patients ayant subi une lésion cérébrale traumatique. La sous-échelle évaluant la Fonction globale de la RMA s’est avérée avoir un effet plafond faible, avec 51,5% des patients atteignant le score maximum.

Fidélité

Cohérence interne :
Kurtais et al. (2009) ont examiné la cohérence interne de la RMA auprès de 107 patients ayant subi un AVC. La cohérence interne de la RMA, calculée à l’aide de l’alpha de Cronbach, s’est avérée excellente pour toutes les sous-échelles de la RMA (Fonction globale α = 0,93 ; Jambes et Tronc α = 0,88 ; et Bras α = 0,95).

Test-retest :
Lincoln et Leadbitter (1979) ont examiné la fidélité test-retest de la RMA auprès de 10 patients en phase aiguë de récupération post-AVC (4 semaines après l’AVC). Sept intervenants ont évalué les patients à deux reprises et ont relevé une fidélité test-retest adéquate pour la sous-échelle évaluant la Fonction globale (r = 0,66), et d’excellentes corrélations pour les sous-échelles évaluant les Jambes et Tronc, et le Bras (respectivement, r = 0,93, et r = 0,88).

Inter-juges :
Lincoln et Leadbitter (1979) ont examiné la fidélité inter-juges de la RMA dans une étude où 7 évaluateurs ont administré la RMA à 7 patients (évaluations enregistrées sur bande vidéo). Une analyse de variance (ANOVA) des scores obtenus a indiqué que pour les trois sous-échelles, la variabilité entre les patients était plus élevée que la variabilité entre les évaluateurs (les tests F de l’ANOVA sont documentés, mais pas les CCI). Pour les sous-échelles Fonction globale et Jambes et Tronc, aucune différence significative n’a été relevée sur les scores moyens pour tous les patients par l’ensemble des évaluateurs. Pour la sous-échelle de Bras, une différence significative a été relevée entre les évaluateurs, attribuée à un seul des 7 évaluateurs. Des instructions de cotation révisées ont donc été rédigées pour la sous-échelle évaluant le Bras, mais des tests supplémentaires sont requis.

Validité

Contenu :

La validité de contenu avec l’échelle de Guttman est évaluée sur la mesure dans laquelle les scores totaux prédisent le nombre d’items consécutifs réussis. Dans une étude auprès de 51 patients ayant subi un AVC, les valeurs critiques pour deux indices, le coefficient de reproductibilité et le coefficient d’échelonnabilité, ont toutes été dépassées. Les résultats de cette étude confirment l’existence d’une échelle de Guttman valide, cumulative et unidimensionnelle (Lincoln & Leadbitter, 1979).

Critère :

Concourante :
Endres, Nyary, Banhidi et Deak (1990) ont administré la RMA et l’Indice de Barthel à 53 patients ayant subi un AVC et qui ont participé à un programme de réadaptation. Les scores sur la RMA ont corrélé d’excellentes façons avec les scores sur l’Indice de Barthel au départ de l’étude (r = 0,84), et lors de suivis à 1 mois (r = 0,78) et à 1 an (r = 0,63).

Prédictive :
Collin et Wade (1990) ont relevé qu’un faible score de motricité globale sur la RMA, à 6 mois post-AVC, s’est avéré être prédictif de l’incapacité de marcher à 18 mois post-AVC.

Construit :

Convergente/Discriminante :
Collin et Wade (1990) ont examiné la validité convergente de la RMA comparée au Motricity Index (Collin & Wade, 1990), et au Trunk Control Test (Collin & Wade, 1990). Ils ont estimé que le Motricity Index et le Trunk Control Test étaient les tests à comparer, et que le RMA serait utilisée comme la mesure « établie ». Les corrélations entre les scores de la sous-échelle évaluant les Membres supérieurs du Motricity Index et les scores de la sous-échelle évaluant les Membres supérieurs de la RMA sur trois périodes (6, 12 et 18 semaines après l’AVC) se sont avérées excellentes (respectivement, r = 0,76, 0,73 et 0,74).

Soyuer et Soyuer (2005) ont examiné la validité convergente de la RMA et de la Mesure de l’Indépendance Fonctionnelle (MIF – Keith, Granger, Hamilton, & Sherwin, 1987) auprès de 100 patients ayant subi un AVC. Les évaluations ont été réalisées à 7-10 jours, et à 3 mois après l’AVC. À 7-10 jours après l’AVC, le score total sur la RMA a démontré une excellente corrélation avec le score total sur la MIF (r = 0,87), et avec le score du domaine Moteur de la MIF (r = 0,90). Le score total sur la RMA a démontré une corrélation adéquate avec le score du domaine Cognitif de la MIF (r = 0,46). Trois mois après l’AVC, le score total sur la RMA totale a démontré une excellente corrélation avec le score total sur la FIM (r = 0,88), et avec le score du domaine Moteur de la MIF (r = 0,89). La RMA a également démontré une corrélation adéquate avec le score du domaine Cognitif de la MIF (r = 0,52).

Sackley et Lincoln (1990) ont examiné la validité convergente de la méthode verbale d’exécution de la sous-échelle évaluant la Fonction globale de la RMA avec la méthode d’exécution de performance typique auprès de 49 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Une excellente corrélation a été relevée entre ces deux méthodes d’administration (r = 0,98).

Kurtais et al. (2009) ont examiné la validité convergente de la RMA et de la Mesure de l’Indépendance Fonctionnelle (MIF) auprès de 107 patients ayant subi un AVC (moyenne de 5,6 mois post-AVC). Les évaluations ont été effectuées lors de l’admission et au moment du congé d’une Unité de réadaptation. Les sous-échelles Fonction globale et Jambes et Tronc de la RMA ont démontré une excellente corrélation avec les trois sections de la MIF (Moteur ; Soins personnels ; et Mobilité) lors de l’admission et au moment du congé (allant de 0,702 à 0,865) ; toutefois, la sous-échelle évaluant le Bras s’est avérée avoir seulement une corrélation adéquate avec les trois sections de la MIF lors de l’admission et au moment du congé de l’Unité de réadaptation (allant de 0,386 à -0,483).

Groupes connus :
Endres et al. (1990) ont administré la RMA à 53 patients ayant subi un AVC et participant à un programme de réadaptation. Les patients ont été regroupés selon les scores de déficit moteur sur la RMA lors de l’admission (score sur la RMA 0-9 ; 10-15 ; et > 15). Des corrélations adéquates ont été relevées entre le score sur la RMA et la taille de l’infarctus au départ de l’étude (r = -0,52), et au moment des suivis de 1 mois (r = -0,47) et de 1 an (r = -0,53).

Sensibilité au changement

Collen, Wade et Batshaw (1990) ont relevé qu’une différence de score total de ± 3 points sur la RMA est susceptible de représenter un changement cliniquement important au niveau fonctionnel.

Kurtais et al. (2009) ont examiné la sensibilité au changement de la RMA (adaptée pour être utilisée auprès d’une population turque) auprès de 107 patients ayant subi un AVC (moyenne 5,6 mois après l’AVC). Les évaluations ont été effectuées lors de l’admission et au moment du congé d’une Unité de réadaptation. L’ampleur de l’effet et la Réponse moyenne standardisée (RMS) ont été calculées pour les trois sous-échelles de la RMA (Fonction Globale, Jambes et Tronc, et Bras). Une ampleur de l’effet modérée a été relevée pour la sous-échelle évaluant la Fonction globale (0,51) et une petite ampleur de l’effet pour les sous-échelles Jambes et Tronc, et Bras (0,45 et 0,38 respectivement). Les sous-échelles Fonction Globale, Jambes et Tronc, et Bras ont respectivement obtenus des RMS de 0,83, 0,86 et 0,60.

Références

  • Adams, S. A., Ashburn, A., Pickering, R. M., Taylor, D. (1997). The scalability of the Rivermead Motor Assessment in acute stroke patients. Clin Rehabil, 11, 42-51.
  • Adams, S. A., Pickering, R. M., Ashburn, A., Lincoln, N. B. (1997). The scalability of the Rivermead Motor Assessment in nonacute stroke patients. Clin Rehabil, 52-59.
  • Barer, D., Nouri, F. (1989). Measurement of activities of daily living. Clin Rehabil, 3, 179-187.
  • Collin, C., Wade, D. (1990). Assessing motor impairment after stroke: A pilot reliability study. Journal of Neurology, Neurosurgery, and Psychiatry, 53, 576-579.
  • Collen, F. M., Wade, D. T., Bradshaw, C. A. (1990). Mobility after stroke: Reliability of measures of impairment and disability. Int Disabil Stud, 12, 6-9.
  • Collen, F. M., Wade, D. T., Robb, G. F., Bradshaw, C. M. (1991). The Rivermead Mobility Index: A further development of the Rivermead motor assessment. Int Disabil Stud, 13, 50-54.
  • Collin, C., Wade, D. (1990). Assessing motor impairment after stroke: a pilot reliability study. J Neurol Neurosurg Psychiatry, 53(7), 576-579.
  • Endres, M., Nyary, I., Banhidi, M., Deak, G. (1990). Stroke rehabilitation: A method and evaluation. International Journal of Rehabilitation Research, 13, 225-236.
  • Hsieh, C-L., Hsueh, I-P., Mao, H-F. (2000). Validity and responsiveness of the Rivermead Mobility Index in stroke patients. Journal of Rehabilitation Medicine, 32(3), 140-142.
  • Keith, R. A., Granger, C. V., Hamilton, B. B., Sherwin, F. S. (1987). The functional independence measure: A new tool for rehabilitation. Adv Clin Rehabil, 1, 6-18.
  • Kurtais, Y., Kucukdeveci, A., Elhan, A., Yilmaz, A., Kalli, T., Sonel Tur, B. et al. (2009). Psychometric properties of the Rivermead Motor Assessment: Its utility in stroke. Journal of Rehabilitation Medicine, 41, 1055-1061.
  • Lincoln, N. B., Leadbitter, D. Assessment of motor function in stroke patients. Physiotherapy, 65, 48-51.
  • Sackley, C., Lincoln, N. (1990). The verbal administration of the gross function section of the Rivermead Motor Assessment. Clin Rehabil, 4, 301-303.
  • Soyuer, F., Soyuer, A. (2005). Ischemic stroke: Motor impairment and disability with relation to age and lesion location (Turkish). Journal of Neurological Sciences, 22(1), 43-49.
  • Streiner, D. L., Norman, G. R. (1989). Health measurement scales: A practical guide to their development and use. Oxford: Oxford University Press.
  • Tyson, S., DeSouza, L. (2002). A systematic review of methods to measure balance and walking post-stroke. Part 1: Ordinal scales. Physical Therapy Reviews, 7, 173-186.
  • Williams, G., Robertson, V., Greenwood, K., Goldie, P., Morris, M. E. (2006). The concurrent validity and responsiveness of the high-level mobility assessment tool for measuring the mobility limitations of people with traumatic brain injury. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 87(3), 437-442.

Voir la mesure

Comment obtenir la RMA ?

Veuillez cliquer ici pour obtenir un exemplaire du RMA (en anglais uniquement).

Table des matières
Aidez-nous à nous améliorer